Menu
L'Entraîneur : Saison 2001/2002
  • Tout support
  • PC
  • Xbox
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
EtoileAbonnementRSS

Sujet : Ma story avec Calais

Page suivanteFin
psg62
psg62
MP
06 juillet 2003 à 21:52:43

C´est ma première story donc soyez indulgents...

Prologue : L’avant-saison

14 juillet 2001. Jour de fête nationale. Il fait beau temps dans le Pas-de-Calais. Soudain, mon portable sonne.
« Allô ?
- Julien ?
- Oui.
- C’est Jean-Marc Puissesseau.
- Bonjour, Jean-Marc.

Jean-Marc Puissesseau est une vieille connaissance. C’est le Président du Calais Racing UFC.

- J’ai quelque chose à vous proposer.
- Je vous écoute.
- Manu Abreu, l’actuel entraîneur de Calais, part entraîner en Angleterre. Je vous propose donc d’être le nouvel entraîneur du CRUFC. »

Puissesseau m’explique les objectifs du club et son fonctionnement. Finalement, sans trop d’hésitation, j’accepte sa proposition.

Le lendemain, je débarque à Calais. Puissesseau m’accueille chaleureusement et me présente les membres du staff : d’abord mon adjoint, Jean-Pierre Bertolino, puis le préparateur physique, Christophe Lamirand et Gérard Guégan, ensuite les recruteurs, Julien Barbier, Sylvain Moreau et Laurent Joseph, enfin le kiné, Eric Lavagne. Il me présente ensuite son bras droit, le directeur sportif Claude Thiriot.

Puissesseau m’emmène au stade Julien-Denis. Il comporte 4 200 places.

Nous visitons ensuite les terrains d’entraînement. L’ensemble est correct mais il faudrait investir.
Les joueurs arrivent, je me présente et eux font de même.

Enfin, Puissesseau me reprécise l’objectif du club sauver sa place en National. Personnellement, j’espère passer une saison tranquille, au milieu de tableau. On me dit également que le budget est de 1,4 M€, alors que le budget transfert est, lui, de 1,9 M€.

Le 16 juillet, premier entraînement. L’effectif est pas mal, mais quelques joueurs n’ont apparemment pas les qualités requises.

Le 17, je décide de placer sur la liste des transferts du monde : Baron ( D D), Becque ( L C), Boulanger ( M D), Brebion ( B C), Delver ( D DG), Lenglet ( B C), Vandevoorde ( B C), Merlen ( D G), Sczepaniak ( D D), Vermandel ( L/D C), G. Vasseur ( M G), Karaa ( D C), Lefebvre ( D C), Gérard ( B C) et Lécaille ( B C).

Du coup, je me mets à la recherche de 2 défenseurs centraux, d’un milieu défensif, d’un milieu gauche, d’un milieu droit et de 2 attaquants.

Le lendemain, j’appelle l’UNPF. Ils me proposent des joueurs français sans club, mais seuls 2 m’intéressent : David Recorbet, défenseur central et Didier Angibeaud, milieu gauche. Je les appelle directement, et ils semblent intéressés.

Le 19, les 2 français participent à l’entraînement. Ils m’impressionnent, surtout Angibeaud. Je les convoque dans mon bureau avec Puissesseau et nous leur proposons un contrat.
Entre-temps, un ami africain m’a proposé deux noms : Hadda Kamatcho et Daniel Amokachi. Ces deux grands joueurs sont semble-t-il trop chers pour Calais. Mais je leur propose un contrat tout de même.

Le 20, Recorbet et Angibeaud m’appellent. Ils ont accepté le contrat, et sont donc officiellement Calaisiens.
Dans le même temps, un de mes recruteurs me recommande vivement Gennady Zubov, un milieu offensif droit ukrainien, et Luis Martinez, un milieu défensif espagnol. Ces deux joueurs ont la chance d’être libres.
Je réussis à les contacter. Ils semblent intéressés et je souhaite les rencontrer. Ils acceptent.
Je les rencontre le lendemain. J’apprends notamment que Zubov compte 7 sélections en équipe d’Ukraine. Ils s’entraînent et me semblent avoir un bon potentiel, même à court de compétition.

Le 22, Zubov et Luis Martinez signent à Calais.

Le 24, premier départ : Stéphane Sczepaniak ( D D) signe à Niort pour 600 K€. Bonne affaire pour Calais.

Le 25, j’obtiens les prêts de Zambernardi ( D/MD C, Troyes) et de Piquionne ( A DC, Rennes)

Le 26, ce sont Noro ( M D, Sedan) et Frétard ( MD GC, Sedan) qui nous rejoignent en prêt.

Le 27, match amical : nous recevons l’US Luxembourg

Toutes les recrues sont de la partie. Zubov impressionne, et distille 2 passes décisives. Piquionne marque 1 but, Noro et Luis Martinez également. En face, Pellegrino en défense impressionne, tout comme Szymanski en attaque, qui marque même un but.
Ma tactique est un 3-5-2, avec 3 défenseurs centraux, un milieu défensif centre, un milieu droit, un milieu gauche, un milieu centre, et milieu offensif centre et 2 attaquants.
Score final 3-1, un match difficile.

Suite à ce match, je contacte l’US Luxembourg pour Szymanski et Pellegrino, et j’appelle les 2 joueurs, qui ont l’air réellement intéressés.

Le 29, Pellegrino ( L/D GC) et Szymanski ( B C) signent pour 12 K€ chacun.

Le 30, Angibeaud se blesse pour 3 semaines, alors qu’Hadda Kamatcho accepte notre proposition et signe à Calais. Le contrat mois par mois a fait des miracles… Il s’agit maintenant de le refaire signer.

Le 1er août, Hadda Kamatcho refuse le nouveau contrat. On lui en re-propose un.

Le 2, Amokachi refuse notre offre. On persévère.

Le 4, premier match de Championnat. La saison commence…
Va-t-on se maintenir ? Réponse dans les épisodes suivants…

Vos réactions?

psg62
psg62
MP
06 juillet 2003 à 21:56:10

Episode 1 : le début de saison 2001-2002

Un point sur les transferts :

Départs Arrivées
Stéphane Sczepaniak ( Niort) 600 K€ Luis Martinez Libre
Gennady Zubov Libre
Hadda Kamatcho Libre
Didier Angibeaud Libre
David Recorbet Libre
Laurent Pellegrino ( US Luxembourg) 12 K€
Arnaud Szymanski 12 K€
Yannick Zambernardi ( Troyes) Prêt
Frédéric Piquionne ( Rennes) Prêt
Stéphane Noro ( Sedan) Prêt
Jérôme Frétard ( Sedan) Prêt
TOTAL 600 K€ TOTAL 24 K€

L’effectif :

Je compte m’appuyer sur un groupe de 16 joueurs pour le moment, en continuant à chercher quelques joueurs

Gardiens :
Cédric Schille : le titulaire. Indispensable à l’équipe.
Sébastien Chaussoy : doublure de Schille.

Défenseurs :
Laurent Pellegrino : un défenseur expérimenté, qui sera le patron de la défense.
David Recorbet : jeune défenseur qui a du potentiel.
Yannick Zambernardi : venu de L1, devrait tenir la baraque derrière.
Réginald Becque : placé sur la liste des transferts, pourrait rendre service en cas d’absence d’un titulaire.

Milieux de terrains :
Luis Martinez : un milieu défensif qui a de grosses qualités à confirmer.
Gennady Zubov : un excellent passeur qui devrait jouer un grand rôle dans l’équipe.
Didier Angibeaud : un très bon passeur expérimenté et un leader.
Stéphane Noro : remplaçant de Zubov, mais pourrait jouer au centre.
Jérôme Frétard : de bonnes qualités, néanmoins moins bon que Luis Martinez.
Jérôme Dutitre : titulaire du poste de milieu de terrain axial.
Emmanuel Vasseur : polyvalent, pourrait être utile.

Attaquants :
Hadda Kamatcho : la star de cette équipe ! Il est attendu au tournant.
Frédéric Piquionne : Peut jouer ailier droit ou buteur, il aura sa chance.
Arnaud Szymanski : un bon potentiel a confirmer. Deuxième attaquant titulaire ( provisoirement ? ).

Tactique :

Je compte m’appuyer cette année sur un 3-5-2 :

------------------GB------------------

---------DC-------DC-------DC---------

-----------------MDC------------------

MD----------------MC----------------MG

------------------MOC-----------------

------------BC---------BC-------------

Nous devrions jouer en passes directes, en pressant l’adversaire, en effectuant des tacles durs et en jouant le hors-jeu.

Ce 4 août 2001, donc, nous nous déplaçons à La Roche-sur-Yon pour notre premier match de Championnat.
Mes recrues jouent sauf Angibeaud et Frétard, blessés, et Recorbet, hors de forme.
Le début de match est à notre avantage, et à la 29e, sur un centre de Vasseur, Hadda Kamatcho ouvre le score de la tête ! Malheureusement, 3 minutes plus tard, Neis égalise pour La Roche. 1-1 à la mi-temps.
En deuxième mi-temps on domine copieusement, sans concrétiser. Luis Martinez réalise un gros match à la récupération. Mais à la 69e, sur une contre-attaque, La Roche-sur-Yon prend l’avantage. Ce sera le score final. On commence mal mais le bon match que nous avons réalisé me rend optimiste.

La Roche-sur-Yon – Calais 2-1. 2 657 spectateurs. Homme du match : Luis Martinez ( 9)

Le 5, Hadda Kamatcho resigne.

10 août : on reçoit le leader, Cannes. Recorbet est titulaire en défense. A part ça, je n’ai pas changé l’équipe.
Et ça commence bien puisque Luis Martinez ouvre le score dès la 6e. Mais, malgré notre domination, Cannes égalise à la 31e par Floiras d’une superbe frappe de 20 m, puis prend l’avantage 5 minutes plus tard par son buteur, Suarez. On pousse, on tire, mais sans succès, jusqu’au aux arrêts de jeu, où, sur une remise de la tête de Dutitre, Piquionne catapulte le ballon au fond des filets. Mi-temps : 2-2.
Au retour des vestiaires, on pousse, et à la 53e, sur une frappe de Zubov repoussée par Planté, Dutitre pousse le ballon dans le but. Les supporters sont aux anges. Ensuite, malgré nos attaques, plus rien ne sera marqué.
Très belle victoire !

Calais ( 12) – Cannes ( 1) 3-2. 3 877 spectateurs. Homme du match : Piquionne ( 8).
Nous remontons à la 7e place à l’issue du match.

14 août : on se déplace à Valence, le second. Quelques changements dans l’équipe. Le début de match est à notre avantage, mais sans plus. A la 33e, le défenseur valentinois Leclercq est expulsé pour avoir poussé Vasseur. Effet immédiat puisque, 1 minute plus tard, sur un dégagement de Schille ( ! ) , Piquionne marque d’une reprise de volée ! Ce n’est pas fini, car dans les arrêts de jeu, sur une bourde de Berthelin, gardien adverse, Arnaud Szymanski ouvre son compteur. On mène 2-0 à la mi-temps, et c’est mérité.
En seconde mi-temps, on maîtrise le match, tranquillement, et à la 80e, sur une belle ouverture de Luis Martinez, Hadda Kamatcho clôt le score.

Valence ( 2) – Calais ( 7) 0-3. 2 990 spectateurs. Homme du match : Hadda Kamatcho ( 9).
On est 3e.

Le 16, Amokachi nous annonce qu’il accepte notre offre. Là encore, le contrat mois par mois a fonctionné. On lui re-propose de suite un contrat.

18 août : nous recevons Boulogne pour le derby du nord. Notre équipe, 3e, est attendue au tournant par nos supporters. Amokachi est de la partie. Le début de match est une bataille au milieu de terrain, toutefois nous réussissons à tirer au but, comme à la 22e, où Hadda Kamatcho ouvre le score. Dès lors, Boulogne dominera, et à la 34e, Sébastien Blanc, suite à un raid solitaire, tire et égalise. C’est le premier tir de Boulogne ( le seul du match ! ). Suite à ce but, les deux équipes attendront patiemment la mi-temps. 1-1. Nous essuyons quelques sifflets à notre sortie. Je remue mon groupe pendant la pause.
Au retour des vestiaires, les joueurs sont motivés et Boulogne se trouve assiégé dans son camp. Nous tirons beaucoup, mais Quérel, en face, réalise un excellent match. Heureusement, à la 69e minute, nos efforts sont récompensés, puisque Hadda Kamatcho, en deux temps, délivre les supporters. On tient notre victoire !

Calais ( 3) – Boulogne ( 5) 2-1. 3 779 spectateurs. Homme du match : Hadda Kamatcho ( 9)
On passe 2e ; Hadda Kamatcho est meilleur buteur.

25 août : on se déplace à Clermont, pour un match difficile. Le début de match est pour nous, notamment avec un virevoltant Piquionne. Cette domination se concrétise à la 11e minute, car, sur une ouverture de Piquionne, Amokachi ouvre le score. L’équipe est heureuse mais ne doit pas se déconcentrer, car Clermont se met à attaquer. Mais derrière on tient, et on rentre au vestiaire avec un avantage de 1-0.
Dès le début de la seconde période, les Clermontois, visiblement secoués par leur entraîneur, poussent et égalisent rapidement à la 48e sur une erreur de Zambernardi. Je suis furieux et envoie s’échauffer quelques remplaçants. Les joueurs, menacés, poussent, jusqu’à la 88e minute, où Gas, pour Clermont, concède un corner. Zubov le tire, tête de Recorbet… et but ! J’exulte, on mène. Je sors Piquionne pour faire rentrer un défenseur, Lécaille. Finalement, malgré une dernière offensive clermontoise, on s’impose 2-1

Clermont Foot ( 7) – Calais ( 2) 1-2. 5 005 spectateurs. Homme du match : Gas ( 9)
On reste 2e, à 3 points du Racing 92.

Le 27, Amokachi resigne pour 3 ans.

31 août : on reçoit les Lusitanos. Angibeaud est de retour dans l’équipe, pour un match dont l’adversaire est à notre portée. Mais le début du match est à l’avantage de l’adversaire, qui place quelques tirs. Au milieu de la première période, nous prenons le match en main sans toutefois inquiéter vraiment les Lusitanos. 0-0 à la pause.
J’encourage mes joueurs à la mi-temps, ils reprennent confiance et ça se voit. En effet, à la 47e, grâce à un centre de Zubov, Angibeaud ouvre le score. Mais les joueurs n’ont pas l’intention d’en rester là, et Dutitre double la mise à la 60e, alors que Szymanski, sur une passe d’Amokachi, se chargera de mettre fin aux espoirs lusitaniens à la 78e minute. Belle victoire !

Calais ( 2) – Lusitanos ( 19) 3-0. 3 663 spectateurs. Homme du match : Amokachi ( 9).
Nous sommes toujours 2e, mais à 1 point du Racing 92, qui a fait match nul.

Le 1er septembre, le comité directeur m’adresse ses félicitations pour ce début de saison inespéré. Mais attention, il ne faut pas s’enflammer…

4 septembre : on se déplace à Angoulême. Mes joueurs sont motivés, serait-ce la perspective d’être leader qui les motiverait ? En tout cas, on rentre rapidement dans le match, et dès la 15e minute, Hadda Kamatcho ouvre le score sur une passe de Dutitre. On double même la mise à la 27e, grâce à Amokachi bien servi par Piquionne. C’est ce même Piquionne qui, à la 35e, sur un coup franc de Pellegrino, inscrit le 3e but calaisien de la tête. On rentre au vestiaire avec un large avantage.
D’entrée de seconde mi-temps, Angoulême attaque. Ses joueurs tirent au but, mais le très vigilant Schille arrête tout. Mes joueurs laissent venir l’équipe adverse et procèdent par contre, comme à la 78e, où Piquionne sert Amokachi, qui traverse la moitié de terrain et conclut son action par un superbe tir du pied gauche. J’avoue que mon équipe m’a impressionné ce soir !

Angoulême ( 14) – Calais ( 2) 0-4. 3 613 spectateurs. Homme du match : Piquionne ( 9).
Dans le même temps, Noisy-le-Sec ( dernier) a créé la surprise en tenant le Racing 92 en échec ( 2-2). Nous passons leader, avec 18 points, et 1 point d’avance sur le second, ce même Racing 92.
Puissesseau, à l’issue de la rencontre, se dit impressionné par l’équipe en ce moment.

Le 5, Luis Martinez se blesse pour 1 semaine.

8 septembre : 8e rencontre de Championnat, avec la réception de Pau. Et ce sont mes joueurs qui attaquent la rencontre tambour battant, notamment Piquionne. Malheureusement, il se blesse à la 10e, remplacé par Szymanski. Justement, c’est ce joueur qui, sur un centre d’Angibeaud, ouvre le score. Et il continue, à la 27e, sur une passe de Frétard, Szymanski frappe fort… et barre, il reprend… poteau. Pas chanceux, mes joueurs.
1-0 à la mi-temps. Le score aurait pu être plus lourd.
Dès la reprise, Calais attaque, mais ce n’est qu’à la 63e, que Szymanski de la tête sur un centre de Hadda Kamatcho double la mise. Un quart d’heure plus tard, c’est ce même Szymanski qui est poussé dans la surface adverse. Penalty, que se charge de transformer Zubov. Par la suite, la barre tremblera encore, mais pas les filets.

Calais ( 1) – Pau ( 12) 3-0. 3 740 spectateurs. Homme du match : Szymanski ( 10)
Nous demeurons évidemment 1er, mais cette fois-ci avec 3 points d’avance sur le Racing, qui a fait un nul.

Le 10, je fais une demande de prêt à Auxerre pour Gonzales.

Le 11, Nancy propose un contrat à mon préparateur physique Gérard Guégan. Je fais de même pour tenter de le conserver.

Le 12, la demande de prêt pour Gonzales est acceptée par l’AJA. Le joueur acceptera de venir le lendemain. C’est une bonne recrue, un attaquant droit ou centre.

15 septembre : match difficile avec la réception d’Alès. Nos adversaires débutent timidement le match, et ça se voit, puisqu’à la 20e, sur un centre de Gonzales, Amokachi reprend de volée et marque ! La suite sera moins passionnante, et la première période se termine avec un score de 1-0 en notre faveur.
Au retour des vestiaires, Alès attaque, domine, tire et touche même le poteau. Notre défense réalise un très bon match, sauf Zambernardi, souvent dépassé. A la 59e, les rôles s’inversent, nous attaquons, Hadda Kamatcho récupère le ballon, tire, Sansone arrête, mais Gonzales est là pour conclure ! Ensuite, je décide de laisser Alès venir. Notre défense tient bon, jusqu’à la 87e minute, où Boukoko réduit la marque. Mais ce n’est qu’anecdotique, nous nous imposons difficilement.

Calais ( 1) – Alès ( 5) 2-1. 3 699 spectateurs. Homme du match : Luis Martinez ( 9)
Nous restons 1er, avec 24 points, Toulouse est 2e avec 20 points, le Racing 92 3e avec 19 points et Brest 4e avec 18 points.

Le 18, Guégan accepte la proposition de Nancy et y signe. Mais nous récupérons 45 K€.

Je dresse un petit bilan : le début de Championnat est un rêve, car, suite à 1 défaite, nous en sommes à 8 victoires consécutives. Luis Martinez est le meilleur joueur du Championnat, Zubov le meilleur passeur, et Hadda Kamatcho et son compère Amokachi sont dans le Top 10 des buteurs.

Les joueurs sont tendus. En effet, le 22, ils reçoivent Reims, 4e, impressionnant sur les derniers matches.
Pourront-ils nous arrêter ? Continuera-t-on sur cette lancée ? Vous saurez tout en lisant le prochain épisode…

psg62
psg62
MP
06 juillet 2003 à 22:08:40

alors vous trouvez ça comment?

je continue ou pas?

-GitZzZ-
-GitZzZ-
MP
07 juillet 2003 à 03:31:55

non

djipet
djipet
MP
07 juillet 2003 à 10:56:38

oh que oui continue c de la bombe sa me donne envide de faire une saison avec un petit club si ta deja totu ecrti ton hisoire envoi la a thebigstar93@aol.com depeche pour le prochain episode

psg62
psg62
MP
07 juillet 2003 à 11:34:51

désolé djipet j´ai pas encore tout écrit je fais au fur et à mesure de ma partie
prochain épisode cet aprem vers 17-18 h

beckham07
beckham07
MP
07 juillet 2003 à 14:30:02

franchement elle est excellente jen ai lu pa mal mai celle la ki ressemble a celle de boyan est tres bien
dommage ke tu mettes bcp de joueurs sur la liste moi je prefere faire peu de transferts et me demerder avec leffectif de depart

perco_le_terro
perco_le_terro
MP
07 juillet 2003 à 15:21:26

ta story cartone je trouve sa super de prendre une petite equipe c tro facile avec des gross comme le real etc...
franchemen bravo, jaten la suite avc impatience!!

psg62
psg62
MP
07 juillet 2003 à 19:03:39

petite précision: c´est marqué qu´on reçoit Reims à la prochaine journée, mais en fait c Brest
enfin, vous verrez...

psg62
psg62
MP
07 juillet 2003 à 19:04:23

suite de la story:

Episode 2 : la confirmation

Ce 22 septembre, on se déplace à Brest, qui vient d’enchaîner 5 succès consécutifs. Je tente de calmer les joueurs, excités. Le match débute. Mes consignes sont visiblement passées, et à la 8e minute, Dutitre ouvre le score après un centre de Zubov ! Les joueurs sont heureux et ne veulent pas en rester là. 5 minutes plus tard, on obtient un bon coup franc à l’entrée de la surface, plein axe. Pellegrino le tire, le ballon contourne le mur et va se loger dans le petit filet de Campagnolo, mal placé sur ce coup franc. Les Brestois sont dépités, à tel point qu’ils font n’importe quoi. Sur le coup d’envoi après le but, Guyon, le Brestois, perd le ballon, Angibeaud le récupère, avance, centre, Amokachi reprend… et 3-0 ! 2 minutes plus tard, sur une récupération de Dutitre, Gonzales avance, lance Hadda Kamatcho dans la surface de réparation, qui inscrit le 4e but de Calais. Après ce but, les joueurs se calment. A la 40e, on obtient un corner. Zubov le tire, Pellegrino remise de la tête pour Gonzales, qui marque ! Enfin, 3 minutes plus tard, Angibeaud centre, Hadda Kamatcho, suite à une erreur de placement de Campagnolo, se retrouve face au but vide, et pousse le ballon au fond du but ! C’en est tout pour cette première mi-temps. On mène 6-0, incroyable ! Au vestiaire, les joueurs ont le sourire.
En seconde mi-temps, je sens un petit relâchement du côté de mes joueurs. Brest en profite et réduit le score à la 50e par Guyon, et à la 68e par Lérand sur penalty. Mais Hadda Kamatcho, à la 76e minute, aggrave le score sur un exploit individuel. Au final, on s’impose 7-2 chez le 4e ! C’est de bonne augure pour la suite.

Brest ( 4) – Calais ( 1) 2-7. 5 790 spectateurs. Homme du match : Hadda Kamatcho ( 10)
On confirme notre place de leader, et derrière, seul Toulouse a gagné.

Le 25, Brebion ( B C) signe aux Lusitanos pour 30 K€. Dans le même temps, Vermandel ( L/D C) signe à La Roche-sur-Yon pour 75 K€.

29 septembre : réception du mythique Reims, équipe dangereuse mais qui a mal débuté son Championnat. Le début de match est Rémois. Mais à la 17e, nous obtenons un coup franc dangereux. Hadda Kamatcho le tire, le mur repousse, Zubov reprend… lucarne ! Fantastique but de l’Ukrainien ! Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, 3 minutes plus tard, Cassèse, le buteur rémois, se blesse. Mais Reims domine toujours, sauf que derrière, nous sommes héroïques. Schille repousse quelques face à face. On tient, 1-0 à la pause.
Les choses s’accélèrent en seconde mi-temps puisque le gardien rémois Tingry se blesse, et c’est Akpakoun ( attaquant) qui prend sa place dans les buts. Reims se recroqueville, et à la 54e, Gonzales double la mise sur un centre de Dutitre. La suite est une multitude d’occasions de chaque côté. Aucun but, jusqu’à la 87e minute, où Amokachi trouve Hadda Kamatcho dans la surface, qui marque d’un tir puissant sous la barre. 3-0, un score sévère au vu du match et des circonstances ( 2 blessés à Reims). Mais ce n’est pas moi qui vais me plaindre !

Calais ( 1) – Reims ( 9) 3-0. 3 930 spectateurs. Homme du match : Hadda Kamatcho ( 9)
Bonne nouvelle, puisque Toulouse a perdu à Angoulême et compte 7 points de retard sur nous.

Dans la semaine, les médias commencent à s’intéresser à nous, et parient sur nous pour la montée en L2…

2 octobre : tour préliminaire de la Coupe de la Ligue. On n’y participe pas, car nous n’avons pas été tirés au sort. Dommage…

5 octobre : déplacement difficile chez le 4e, Dijon. Eux non plus n’ont pas joué en Coupe, ils seront donc aussi frais que nous. La première mi-temps est clairement à l’avantage de Dijon, mais Schille conserve sa cage inviolée. Nous réalisons notre 1er tir cadré à la 45e, mais Bourgeois repousse, et c’est Noro qui reprend le ballon, centre pour Dutitre qui frappe et but ! Hold-up parfait ! Mi-temps 1-0 pour nous.
Les Dijonnais reviennent sur le terrain énervés, et attaquent rapidement, et égalisent par Suire dès la 48e minute. Et ils continuent d’aller de l’avant. 59e : Dufour passe pour Guigue, frappe et but… refusé pour hors-jeu ! Ouf, on a eu chaud. Je demande à mes joueurs d’attaquer, mais ils sont brouillons, perdent des ballons au milieu de terrain, comme à la 69e, où Evain récupère un ballon, transperce la défense et bat Schille. Dijon mène 2-1. Serait-ce la fin de notre série de 10 victoires consécutives ? En tout cas, je tente le tout pour le tout, je sors l’excellent Luis Martinez et fait rentrer un 3e attaquant, Amokachi. On pousse, tente tout, mais rien n’y fait. Mais à la 85e, nous sommes en surnombre, Noro centre, Amokachi et BUT ! !! Incroyable égalisation, on arrache le nul. Sauf que les joueurs, transcendés, continuent à attaquer. 94e : dernier corner. Zubov le tire, repoussée par la défense, Amokachi frappe fort aux 25 m… barre, puis coup de sifflet final. On est passé par toutes les émotions, mais finalement on repart de Dijon avec 1 point en poche. C’est toujours bon à prendre.

Dijon ( 4) – Calais ( 1) 2-2. 2 814 spectateurs. Homme du match : Amokachi ( 9)
Derrière, Toulouse a gagné, mais nous sommes solidement installés à la première place. Justement, dans 4 jours, on reçoit… Toulouse !

Après ce match, constatant que Zambernardi est en-dessous du niveau des autres, je fais une demande de prêt à Rennes pour Jure Primorac.

Le 6, Rennes accepte.

Le 7, Primorac accepte et est prêté à Calais.

9 octobre : gros match en perspective, avec la réception de Toulouse, notre dauphin. Les deux équipes ont du mal à entrer dans le match, et s’observent durant de longues minutes. A la 20e minute, notre buteur Amokachi se blesse. Puis 10 minutes plus tard, Toulouse, grâce à un très bon travail de Macé, ouvre le score par l’intermédiaire de Mahi. Silence de cathédrale dans le stade. Mes joueurs sont abattus et ne parviennent pas à prendre le match à leur compte. Je les secoue à la mi-temps. Ils doivent égaliser.
On se met à bien jouer, à attaquer, à tirer en seconde mi-temps. C’est à la 61e minute que Zubov réalise un festival : il prend le ballon, accélère, dribble et élimine 3 joueurs adverses, passe en retrait pour Vasseur, qui égalise d’un tir imparable ! Revault est battu, on égalise, et le public se réveille. Galvanisés, mes joueurs se ruent à l’attaque, mais, malheureusement, ne réussissent pas à marquer, Prunier et les siens défendant bien leur but. Score final 1-1. Il n’est pas si mauvais, et me permet de tenir Toulouse à distance. A signaler le record de spectateurs établi ce soir ( 4 162 sur 4 200 possibles)

Calais ( 1) – Toulouse ( 2) 1-1. 4 162 spectateurs. Homme du match : Mahi ( 8)

Le 11, G. Vasseur ( M G) signe à Valence pour 110 K€.

13 octobre : déplacement à Sète, relégable. A priori, ce ne devrait pas être trop difficile pour nous, mais prudence ! On débute bien le match, et on se crée quelques bonnes occasions. 21e : sur une récupération de Primorac, Dutitre récupère le ballon, sert en profondeur Vasseur, qui marque de volée. Les joueurs de Sète, énervés, se mettent à attaquer et égalisent par Gimenez. Mes joueurs n’accusent pas le coup et ripostent, sans toutefois trouver le cadre. 1-1 à la mi-temps. Je remobilise mes joueurs dans le vestiaire.
On repart avec de bonnes intentions, et on reprend l’avantage à la 51e minute par l’intermédiaire de Hadda Kamatcho de la tête, qui reprend un superbe centre de Zubov. Le Marocain est à l’origine du penalty sifflé contre Sète à la 65e minute. Zubov se charge de le transformer. Sète n’en peu plus et prend même un 4e but à la 87e : Coloredo marque contre son camp en détournant un coup franc de Zubov. Ce même Zubov termine le travail dans les arrêts de jeu où il inscrit le 5e but calaisien grâce à une frappe de 25 mètres. 5-1, victoire méritée au vu du nombre de tirs cadrés ( 1 contre 15). A présent s’offrent 2 semaines sans match.

Sète ( 18) – Calais ( 1) 1-5. 2 662 spectateurs. Homme du match : Zubov ( 10)
Derrière, Toulouse et Brest se neutralisent. Nous comptons 7 points d’avance sur le premier.

Le 20, Emmanuel Clément ( M GC) signe à Noisy-le-Sec. Son transfert nous rapporte 160 K€.

27 octobre : réception d’Angers, adversaire coriace. Le match est serré, il y a des occasions de part et d’autre. A la 41e, Duarte ouvre le score de la tête. On riposte rapidement et on égalise par Vasseur à la 44e. 1-1 au repos.
Au retour des vestiaires, mes joueurs se montrent plus déterminés, et c’est logiquement qu’on égalise à la 54e minute : sur un centre de la gauche d’Angibeaud, Hadda Kamatcho fusille Lucas, le portier angevin. Puis à la 57e, Amokachi, après une course de 40 m, sert Dutitre dans la course qui marque. On continue à pousser, et finalement, nous nous imposons 4-1, car Hadda Kamatcho, à la 89e, après un une-deux avec Amokachi, inscrit le dernier but du match.

Calais ( 1) – Angers ( 6) 4-1. 3 686 spectateurs. Homme du match : Hadda Kamatcho ( 9)

Dans une semaine, match de coupe de France, déplacement à Dieppe. Commencera-t-on une épopée ? Continuera-t-on d’enchaîner les victoires en Championnat ? La suite au prochain épisode…

djipet
djipet
MP
07 juillet 2003 à 20:04:42

ta story et gigantessque c kan la suite ? pourait tu nous dire en detaille tes recrus stp ? merci d avance c koi ta tactique ?

psg62
psg62
MP
07 juillet 2003 à 20:29:24

suite demain matin
tu veux quoi sur les recrues exactement?
la tactique est dans l´épisode 1

RonniePSG17
RonniePSG17
MP
08 juillet 2003 à 10:25:49

C´est génial psg62 continue comme ca

psg62
psg62
MP
08 juillet 2003 à 12:05:52

Episode 3: mauvaise passe

Une bonne nouvelle pour commencer : Mounir Karaa ( D C) signe à Reims pour 120 K€.

3 novembre : déplacement à Dieppe pour le 6e tour de la Coupe de France. Je préviens mes joueurs qu’en face, il seront très motivés. Ce sont mes Calaisiens qui animent début de rencontre, en tirant de nombreuses fois au but, sans succès. En face, Dieppe arrive à placer quelques attaques. Mais, enfin, nous ouvrons le score à la 44e minute par Dutitre, qui marque en deux temps. On rentre au vestiaire avec un avantage d’un but.
Les joueurs de Dieppe sont plus accrocheurs en seconde période, et c’est logiquement qu’il égalise à la 55e minute par Bouger. Dès lors, je demande à mes joueurs d’attaquer, ce qu’ils font parfaitement. Un seul obstacle, et de taille : le portier adverse Jézéquel, qui sort le match de sa vie, et permet à Dieppe de tenir le match nul 1-1. Nous devons donc jouer les prolongations. Mes adversaires semblent fatigués, nous sommes certainement mieux préparés qu’eux physiquement, même si mes joueurs fatiguent également. Jézéquel, en face, arrête tout. 1-1 à la fin des prolongations. Les tirs au but s’imposent.
Trivino, pour Dieppe, est le premier à s’élancer… poteau
Zubov, notre tireur maison, tire… contre-pied parfait
Baticle s’avance, et envoie un missile… sur la barre !
Recorbet tire… et but !
Demouchy s’élance… arrêt magnifique de Schille sur le côté droit.
C’est au tour d’Amokachi. S’il marque, on est qualifié. Il tire… et marque, malgré Jézéquel ! Nous sommes qualifiés, au terme d’un match difficile.

Dieppe ( CFA) – Calais ( N) 1-1 a.p. ( 0-3 t.a.b.). 2 507 spectateurs. Homme du match : Jézéquel ( 9).

Le 6, Amokachi se blesse pour 1 semaine.

9 novembre : déplacement à Louhans-Cuiseaux. Ce sont les Louhannais qui rentrent le mieux dans le match et se créent le plus grand nombre d’occasions. Mais il ne nous en faut pas moins qu’une pour toucher le poteau, par l’intermédiaire de Hadda Kamatcho, notre joueur le plus dangereux. 29e : Dutitre tire un corner en notre faveur, tête de Hadda Kamatcho, qui ouvre le score. Louhans reprend du poil de la bête, et, à la 42e minute, égalise, par Arbaud, complètement démarqué ! Coup dur pour nos adversaires 3 minutes plus tard, puisque Mermet-Maréchal reçoit un second jaune, et est donc expulsé. Mi-temps 1-1.
Nous revenons sur le terrain avec une envie de bien faire, d’autant que nous avons un avantage numérique.
Mais tous nos tirs sont hors-cadre et nos attaques sont souvent stoppées par l’excellente défense louhannaise, comme à la 87e minute, où Marolany, sur son côté droit, qui récupère le ballon, effectue un une-deux avec Rauturier, continue sa course, tente un centre… et but ! ! Incroyable, il lobe Schille. Son centre raté – le joueur lui-même l’a confirmé – se transforme en but. Louhans, à 10 contre 11, remporte ce match ! C’est rageant. Ils mettent fin à notre série de 14 matches sans défaite.

Louhans-Cuiseaux ( 15) – Calais ( 1) 2-1. 2 769 spectateurs. Homme du match : Luis Martinez ( 8)
Toulouse, grâce à sa victoire, revient à 4 points, et le Racing 92, notre prochain adversaire, revient à 6 points.

17 novembre : nous recevons le Racing 92, 3e au classement. Une victoire les écarterait de Calais. J’ai bon espoir, d’autant qu’ils ont joué la Coupe de la Ligue il y a 4 jours. Et j’ai raison, car, dès la 4e minute, on ouvre le score : corner de Zubov, et tête piquée de Gonzales. 1-0. Nous continuons à attaquer, mais, à la 12e, on se fait piéger, le Racing 92 contre-attaque et égalise par Aït-Yahia. 1-1. Ce but décuple les forces de mes adversaires, qui deviennent difficiles à suivre tant leur jeu est rapide. Mais, à la 32e, on obtient un bon coup franc à l’entrée de la surface. Il est tiré par Zubov, qui contourne le mur, Grangé repousse difficilement, mais Pellegrino, qui a suivi, marque ! 2-1. Sur le coup d’envoi, le Racing attaque, Primorac récupère, lance Zubov, qui transmet à Hadda Kamatcho, démarqué, qui envoie un missile, repoussé par Grangé dans les pieds de Gonzales, qui inscrit le 3e but calaisien. 3-1, les supporters sont fous ! Mes joueurs se sentent pousser des ailes, s’enflamment, et perdent des ballons en jouant trop compliqué. Effet immédiat, puisque à la 45e, suite à un centre de Aït-Yahia, Lagnaoui place une tête imparable et relance le Racing 92. 3-2. C’est la mi-temps. Je tente de calmer mes joueurs.
Mais ils ne m’écoutent pas, et, à la 50e, Hadda Kamatcho perd un ballon dans le camp adverse, Lalisse le récupère, passe à Aït-Yahia, dans la surface. Il est taclé par Recorbet, mais Soler, sans contrôle, frappe au but et trouve la lucarne ! 3-3. Nous n’arrivons plus à contenir les assauts des Parisiens. La défense est à la rue. 55e minute : Bouabdellah joue pour Léonetti, qui lui remet, frappe, Schille repousse, et Léonetti est seul, complètement seul pour pousser le ballon au fond des filets ! !! 3-4. Le match s’équilibre ensuite et Grangé, d’un côté, évite l’égalisation et Schille, de l’autre, évite l’humiliation. Coup de sifflet final. On essuie quelques sifflets à la sortie de ce match fou ! C’est notre deuxième défaite consécutive.

Calais ( 1) – Racing 92 ( 3) 3-4. 4 159 spectateurs. Homme du match : Aït-Yahia ( 10)
Toulouse fait match nul, et revient à 3 points tout comme le Racing 92.

On se déplace à Bayonne la semaine prochaine pour la Coupe de France. Relèvera-t-on la tête ? Surmonterons-nous cette mauvaise passe ? La suite au prochain épisode…

bowther
bowther
MP
08 juillet 2003 à 12:21:16

continue ta story est super continue

beckham07
beckham07
MP
08 juillet 2003 à 13:48:32

encore

psg62
psg62
MP
08 juillet 2003 à 22:17:54

Episode 4 : le piège de la Coupe

24 novembre : déplacement à Bayonne, pour le 7e tour de la Coupe de France. Le début de rencontre est, à ma grande surprise, bayonnais, mais Schille est attentif. Le match s’équilibre. 32e minute : Zubov, sur le côté droit, temporise, voit Angibeaud de l’autre côté, lui fait une transversale, Angibeaud jongle, frappe…et BUT ! Quel but d’anthologie, une trajectoire à la Roberto Carlos ! Le public bayonnais applaudit ce geste venu d’ailleurs. Après ce but, je demande à mes joueurs de laisser venir les adversaires afin de les fatiguer. On mène à la mi-temps.
La seconde mi-temps est pour nous, Angibeaud est dangereux, comme à la 52e minute, où il adresse un centre millimétré pour Zubov qui marque de demi-volée ! Mes joueurs laissent ensuite jouer Bayonne, tout en plaçant quelques contres. 79e minute : Zubov, l’homme des coups de pieds arrêtés, tire le corner pour la tête de Pellegrino, qui rebondit sur la barre, mais que Pellegrino retouche et met dans le but. 3-0, score logique.

Bayonne ( CFA) – Calais ( N) 0-3. 10 065 spectateurs. Homme du match : Angibeaud ( 10)

28 novembre : déplacement à Noisy-le-Sec. On attaque dès le coup d’envoi, cela se traduit par un but dès la 8e minute : Dutitre déborde sur le côté droit, centre pour la tête de Piquionne, qui marque. Ensuite, les joueurs gèrent tranquillement le match, tellement tranquillement qu’ils sont moins vigilants, notamment à la 24e, où, sur un corner de Boulila, Sandjak, démarqué, bat Schille. Noisy-le-sec égalise. On pousse mais la mi-temps stoppe notre bonne période.
Mes joueurs ont du mal à rentrer dans la seconde mi-temps ; 50e minute, Sandjak déborde, centre pour Souloy, seul face à Schille. Il tire, Schille repousse, mais Boulila est là et reprend…poteau ! Sur le banc, je pousse un ‘ouf’ de soulagement. Cette action réveille les joueurs, qui occupent le terrain adverse. A l’heure de jeu, nous obtenons un coup franc à 25 m sur la gauche. Zubov le tire directement, Lucas repousse, mais Pellegrino, qui a bien suivi, marque. On se crée ensuite plusieurs occasions, et dix minutes après notre deuxième but, Vasseur centre à ras du sol pour Amokachi, qui nous libère. 3-1, le match est plié, enfin, pas si plié que ça, puisque Noisy, sur un des ses derniers assauts, réduit la marque par Souloy. On en reste là, et on s’impose 3-2.

Noisy-le-Sec ( 8) – Calais ( 1) 2-3. 2 632 spectateurs. Homme du match : L. Sandjak ( 8)
Toulouse a gagné et reste à 3 points derrière nous.

1er décembre : réception de Besançon. La première mi-temps est largement à notre avantage ( 9 tirs cadrés contre 1), mais nous ne parvenons pas à marquer, le portier adverse Desmars réalisant une bonne partie. Nous rentrons au vestiaire, déçus, sur le score de 0-0.
Le début de la seconde période est terne, rien à signaler de chaque côté. A la 61e, cependant, nous obtenons un corner. Zubov, comme toujours, le tire, tête de Recorbet…et but ! Enfin, nous marquons ce but. Nous continuons à attaquer malgré tout. Malheureusement, à la 81e, Bradaïa file seul au but, c’est alors que Pellegrino, dernier défenseur, lui fait un croche-patte volontaire. Carton rouge ! En sortant, Pellegrino me sourit, je comprends qu’il a fait cela pour le bien de l’équipe, pour que Bradaïa ne marque pas le but égalisateur. Je pense qu’il a bien fait, et j’appelle Zambernardi afin de mettre un 3e défenseur. Nous tenons, l’arbitre a le sifflet à la bouche, mais laisse développer l’action bisontine. Loval-Landré, à gauche, centre, Bradaïa… et but ! Invraisemblable égalisation ! Mes joueurs restent par terre. Je suis énervé, d’autant plus qu’on a dominé tout le match et tiré beaucoup plus que Besançon ( 23 tirs dont 16 cadrés, contre 5 dont 2 cadrés).

Calais ( 1) – Besançon ( 10) 1-1. 3 864 spectateurs. Homme du match : Primorac ( 9)
Toulouse a gagné et n’est plus qu’à 1 point.

8 décembre : on se déplace à Cannes, pour le premier match retour. Mes joueurs sont très remontés suite au dernier match, et Pellegrino est naturellement suspendu. On démarre bien la rencontre, et dès la 8e minute, on ouvre le score par Amokachi sur un centre d’Hadda Kamatcho. Cannes, bien placé au classement, réagit et égalise 20 minutes plus tard par Suarez qui profite d’une ( nouvelle) bourde de Zambernardi. Seulement, mes joueurs ne veulent pas se contenter d’un match nul, et deux minutes après l’égalisation cannoise, Hadda Kamatcho, bien servi par Recorbet, va battre Planté. Les joueurs de Cannes sont abattus et seul Planté s’en sort bien. On tire une fois sur le poteau, mais on est nullement découragés et, juste avant la mi-temps, Angibeaud adresse un centre pour Gonzales, qui fusille Planté ! 3-1 à la mi-temps.
Les Cannois reprennent le jeu à leur compte en seconde mi-temps, sans toutefois être dangereux. De notre côté, on gère bien le match et plaçons quelques contre-attaques, sans résultat. Le score reste inchangé, et c’est une bonne victoire.

Cannes ( 4) – Calais ( 1) 1-3. 3 122 spectateurs. Homme du match : Amokachi ( 8).
Dans l’autre match au sommet opposant le Racing 92 ( 3e) à Toulouse ( 2e), ce sont les Parisiens qui l’ont emporté, mais c’est toujours le TFC qui est deuxième.

15 décembre : dernier match de l’année 2001, on se déplace à Blagnac en Coupe de France. Nous dominons le début de rencontre mais ne sommes pas réalistes. Par contre, Blagnac l’est. 9e minute : Arnaud transmet à Muller, qui alerte Jourda sans contrôle. Celui-ci dribble Turpin, qui supplée Zambernardi, efface ensuite Recorbet, et s’en va battre Schille ! Les spectateurs explosent de joie. Allez, il faut égaliser. On se rue à l’attaque. 34e minute : Dutitre passe pour Vasseur, qui frappe…poteau, Zubov reprend, et Mary détourne le ballon sur sa ligne, et la dévie sur son poteau ! Cauchemar ! On perd à la mi-temps. J’engueule mes joueurs dans le vestiaire, et je leur demande de l’efficacité.
Il semble que le message est passé, puisque à la 48e minute, Zubov tire un coup franc, pour la tête de Hadda Kamatcho, qui égalise enfin ! Mais malheureusement les joueurs n’attaquent plus, et c’est Blagnac qui se montre le plus dangereux. En vain, car les deux équipes doivent disputer la prolongation, au cours de laquelle il ne se passe rien, les deux équipes étant fatiguées, mis à part que, à la 118e minute, Hadda Kamatcho bouscule Odé, ce qui lui vaut d’être sévèrement expulsé. Place aux tirs au but :
Jourda commence.. et but ! 1-0
Zubov s’élance… contre-pied ! 1-1
Faivre tire…arrêt de Schille, qui détourne le ballon du bout des doigts. 1-1
Recorbet frappe et marque ! 1-2
Muller tire… but ! 2-2
Amokachi a l’occasion de redonner l’avantage à Calais… poteau ! 2-2
Pasqualetti… but ! 3-2
Turpin… et c’est raté ! 3-2
Garcia pour la victoire de Blagnac… arrêt de Schille, non le ballon franchit la ligne ! 4-2
Incroyable scénario, nous sommes déjà éliminés. Quelle honte ! Nous avons pris une leçon de réalisme.

Blagnac ( CFA2) – Calais ( N) 1-1 a.p. ( 4-2 t.a.b.). 12 449 spectateurs. Homme du match : Jourda ( 8)

C’est la trêve. J’improvise, le 20, une petite réunion, afin de dresser le bilan de cette première moitié de saison, et il est plutôt bon.

Un point sur le classement ( après 20 matches) :
1 Calais 42 pts
2 Toulouse 41 pts
3 Racing 92 37 pts
4 Cannes 33 pts
5 Clermont 32 pts
……….
17 Pau 15 pts
18 Sète 12 pts
19 Lusitanos 9 pts
20 La Roche-sur-Yon 9 pts

Jamais en début d’année je n’aurais cru faire un parcours comme celui-ci !
Nous avons 42 pts, on peut dire que nous nous maintenons. Puissesseau est venu me voir et m’a dit qu’il attendait qu’on continue comme ça. Je ferai de mon mieux !

Au cours de cette réunion, je fais le point sur chaque joueur, je les félicite tous et les encourage à poursuivre sur cette lancée. Ils sont conscients qu’ils sont en train de vivre une grande aventure.

La trêve devrait permettre aux joueurs de récupérer. Je leur souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.

Nous ne recruterons pas de joueurs pendant cette trêve, j’estime que le groupe peut aller au bout, d’autant que nous nous concentrons sur le Championnat.

Nous reprendrons avec un derby contre Boulogne. Mes joueurs auront-ils digérés leurs repas ? Continueront-ils à prendre des points ou se relâcheront-ils ? Pour connaître la suite de l’aventure, patientez jusqu’au prochain épisode…

djipet
djipet
MP
08 juillet 2003 à 23:03:45

ECRIS LA SUITE ECRIS VITE TES EPISODE STP

8Alex7
8Alex7
MP
09 juillet 2003 à 00:03:23

putin il raconte sa vie celui la

Gabi_Heinze
Gabi_Heinze
MP
09 juillet 2003 à 09:51:51

Ta gueule elle est géniale sa story

Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Evilash08, Vortex646, Tomy-Fett, Leirok, MamYume, ]Faustine[, latios[jv], Remysangfamy, Militech
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer

  • Aucun sujet à ne pas manquer