Menu
Syndicate
  • Tout support
  • PC
  • Mac
  • 3DO
  • Amiga
  • Jaguar
  • MD
  • Mega-CD
  • SNES
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Syndicate
PC
Syndicate
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Vaetrem
L'avis de Vaetrem
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
02 novembre 2013 à 15:44:21
18/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (15)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.9/20
Amazon PC 10.99€ Fnac Marketplace PC 19.99€
Marchand
Supports
Prix
Partager sur :

Parmi les studios qui ont marqué l'histoire du jeu vidéo, il en est un qui a su fédérer une immense communauté et marquer au fer rouge toute une génération de joueurs de par l'incroyable qualité des titres développés en son sein : le bien nommé Bullfrog, emmené par le célèbre Peter Molyneux. En 1993, après les succès de Populous et Powermonger, le studio sort Syndicate, un mélange atypique de gestion, de tactique et d'action. Un jeu tout simplement mythique qui brille par son univers peu exploité dans le jeu video (le cyberpunk), sa violence, et la très grande richesse de son gameplay. Retour sur un titre culte, dont la suite spirituelle, Sattelite Reign, est actuellement en cours de développement chez 5 Lives Studios.

Syndicate

La principale qualité de Syndicate est incontestablement son univers : le jeu présente en effet une vision particulièrement sombre de l'avenir de notre monde. L'action, placée en 2096, dépeint une société totalitaire dominée par des syndicats du crime qui font la loi dans le monde entier. Ceux-ci s'affrontent perpétuellement autour de la fabrication d'un modèle révolutionnaire de puce électronique : le CHIP. Cette puce, sorte de matrice avant l'heure, permet de contrôler aisément les masses en superposant au regard de l'utilisateur une vision plus agréable que la réalité. Le CHIP revêt également une autre importance fondamentale, celle de modifier génétiquement et de manipuler psychologiquement les soldats pour en faire de véritables machines à tuer totalement dévouées à leur syndicat. Le jeu propose ainsi un univers sombre et amoral, épargné de tout manichéisme et même au sens large, de tout sentiment. Toutefois, le joueur qui voudra se lancer (à raison !) dans ce soft sera rapidement confronté à un problème : le background n'est détaillé que dans le manuel (qui dépasse les 60 pages !) et très peu dans le jeu. On traitera de cette absence de scénarisation plus tard dans le test. Toutefois, avant de rebuter totalement le lecteur, je précise que le manuel complet (ainsi que le jeu) est désormais aisément trouvable gratuitement et de manière tout à fait légale en abandonware sur le Net. Le jeu étant assez complexe dans son gameplay et avare en informations et en aide, nous en conseillons fortement l'usage.

Un gameplay gestion riche pour une expérience originale

Syndicate
Le laboratoire permets d'effectuer de nombreuses recherches sur les armes ou les implants.
Mais assez pour le background, passons au gameplay ! Le joueur incarne le directeur de l'un de ces syndicats du crime et aura pour seul objectif de conquérir les autres pays en se frottant aux autres syndicats, pour un total de 50 missions, soit une pour chaque pays à conquérir. Le jeu peut grosso modo être divisé en deux parties : une phase de personnalisation / gestion / recherche et une autre où vous progresserez sur la map par le biais des missions. Nous commencerons par traiter de la première phase. Dans le détail, la personnalisation des cyborgs autorise le joueur à penser tactiquement son approche des différentes situations. Cela permet de créer une véritable complémentarité entre les personnages et de résoudre les situations de manières différentes. Les implants, dans le plus pur respect de la thématique cyberpunk, peuvent être placés sur 6 membres dont le cerveau, les jambes ou encore les bras, et permettent de donner un rôle particulier à chacun des soldats de votre groupe. Ainsi, le membre de votre équipe auquel vous déciderez d'implanter de nouveaux bras cybernétiques pourra porter plus d'équipements et des objets plus lourds tandis que celui à qui vous grefferez des jambes métalliques verra sa vitesse de course accrue... Chacun de ces implants peut être décliné selon trois versions différentes, que vous débloquerez au fil de vos recherches. Ces recherches se mènent par le menu du briefing : vous choisissez un implant à développer, et la recherche s'effectue plus ou moins vite selon le budget journalier que vous avez choisi d'y assigner. Sachant que vos rentrées d'argent venues de l'imposition des pays occupés ont lieu toutes les 24 heures in-game, vous n'aurez pas de mal à définir une stratégie pour continuer à gagner de l'argent tout en effectuant ces recherches. Mais attention à ne pas définir un taux d'imposition trop élevé sinon la population se révoltera ! Il sera également possible de récupérer ou accélérer la production des technologies en subtilisant les armes de vos opposants ou même sur certains ennemis que vous pourrez enrôler.

Syndicate
L'arsenal et les équipements proposés sont hautement réjouissants et variés.
Assez addictif, ce système a ainsi le mérite de vous pousser à occuper toujours plus de territoires pour obtenir encore plus d'améliorations. Mais la recherche ne se limite pas aux implants : vous pourrez également débloquer près d'une dizaine d'armes, allant du simple pistolet au fantastique Gauss Gun à la capacité destructive fort appréciable. Vous pourrez aussi déverrouiller des équipements plus subtils comme des medikits pour soigner vos soldats, un scanner pour repérer les véhicules ou les hommes, des cartes d'accès permettant d'ouvrir de nouvelles zones ou encore un persuadertron qui lavera le cerveau de n'importe quel PNJ, le conduisant à l'obéissance aveugle envers le joueur. En somme, Syndicate propose un équipement riche, jouissif et évolutif qui permet également de varier les approches lors de vos missions. Enfin, pour parachever la préparation de vos missions, il est possible moyennant finance d'obtenir des informations supplémentaires, des conseils tactiques pour la conduite de la mission, mais aussi de dévoiler progressivement la map.

Des missions variées sublimées par un gameplay escouade complet

Syndicate
La violence certaine du jeu a fait polémique auprès du grand public.
La phase de mission en tant que telle est représentée par une carte en 3D isométrique, sur laquelle votre escouade de quatre soldats devra atteindre les différents objectifs qui vous seront assignés. Ces missions, décrites dans les briefings, sont typiques de ce que l'on imagine d'un syndicat du crime futuriste. Ainsi, assassinats et prises d'otages côtoient espionnage et sabotage dans des niveaux peu scénarisées : le jeu ne contient presque aucun dialogue et ne propose aucune quête principale autre qu'asseoir la domination de votre syndicat sur le monde entier. Tout juste relèvera-t-on de savoureuses pointes d'humour noir dans les briefings. Certains, dont l'auteur de ces lignes, argueront que cela donne un ton à part, impersonnel et froid, au jeu, en parfaite adéquation avec les thématiques de la dystopie cyberpunk. Toutefois, difficile de contester aux réfractaires que l'aventure manque ainsi d'un fil conducteur solide auquel se raccrocher. Sachez cependant que les missions gagnent considérablement en intérêt et en variété au fur et à mesure de l'avancée du joueur ! Au début de vos missions, vos quatre cyborgs sont lâchés sur une map en 3D isométrique. Le nombre de cyborgs semble assez bas, il est par exemple plus réduit que le nombre de soldats d'un UFO, mais il permet tout de même un aspect stratégique relativement poussé. Par exemple, il est tout à fait possible de ne sélectionner qu'un seul de vos cyborgs, et de l'envoyer seul, muni de cartes d'accès et d'un persuadertron, infiltrer furtivement les lieux et convertir toutes les forces ennemies. Tout comme il est possible de lâcher son escouade dans les rues et de tout dévaster sur votre passage. De plus, en examinant l'interface, vous remarquez qu'il est possible de gérer trois jauges dans la fiche de chacun de vos personnages. Ces jauges correspondent à l'intelligence (rouge), la perception (bleue) et l'adrénaline (verte). Chacune d'entre elles peut se voir amplifiée ou réduite par le biais de drogues administrées à vos agents, ce qui vous permet d'influer encore un peu plus sur eux. Ainsi, un cyborg auquel on aura développé excessivement l'intelligence courra plus vite tandis que celui auquel on aura retiré toute perception perdra sa précision au tir (l'idéal pour détruire les gros groupes d'ennemis).

Syndicate
Les maps, totalement ouvertes, sont vastes et peuvent souvent être arpentées en véhicule.
Cette possibilité de customisation s'accompagne d'une gestion de la dépendance à ces narcotiques : un cyborg auquel on aura déjà injecté de l'intelligence aura besoin d'une dose plus conséquente pour obtenir le même effet à la seconde injection. Le joueur peut cependant décider de sevrer le cyborg en réglant le curseur sur la gauche de la barre d'injection : cela aura pour double effet de faire perdre au cyborg son amélioration mais également, au bout d'un certain temps, de permettre une administration plus efficace du produit lors d'une utilisation ultérieure, étant donné que le cyborg aura perdu son accoutumance à cette drogue qui redeviendra alors plus efficace. De plus, il est possible de maximiser la résistance aux différentes drogues en améliorant à l'aide de prothèses les parties du corps concernées par les différentes statistiques : le cerveau pour l'intelligence, l'oeil pour la perception et le coeur pour l'adrénaline. Toutes ces possibilités de customisation sont également servies par un level design efficace. Les villes, en plus d'être parfaitement dans le ton cyberpunk, sont vastes, variées et remplies de personnages, elles permettent plusieurs approches plus ou moins subtiles. Les affrontements, particulièrement violents et assez dynamiques, sont d'une difficulté certaine. Même si vos soldats encaissent plutôt bien les coups, il convient de préciser que toute perte d'un agent sur le terrain est définitive, ce qui inclut évidement ses implants et ses équipements, dans le cas où ces derniers ne sont pas ramassés par l'un de vos quatre cyborgs. Le jeu offre ainsi une certaine liberté au joueur tout en mettant en valeur un gameplay complexe servi par des mécaniques originales et bien exploitées.

Un bilan technique et sonore satisfaisant

Syndicate
Les cinématiques, très inspirées, illustrent parfaitement l'ambiance particulièrement sombre de Syndicate.
Techniquement, le jeu accuse son âge : si les villes et les différents environnements profitent d'un design futuriste sobre et inspiré, ainsi que d'une réelle vie chez les PNJ, l'ensemble est assez terne et a plutôt mal vieilli. Cependant, à l'instar des graphismes d'autres grands jeux des années 90 comme Dune ou Another World, l'aspect visuel parvient à propulser le joueur dans un univers particulier grâce à une ambiance formidable. Syndicate offre de plus de grandes maps et un niveau de détail assez élevé, notamment en ce qui concerne les animations. Pour couronner le tout, certains éléments du décor, comme les véhicules, sont destructibles (même si on est encore loin de ce que proposera Syndicate Wars à ce niveau-là). On regrette cependant que les modèles humains soient si petits, qu'il soit impossible de voir l'intérieur des bâtiments et que la perspective soit totalement fixe. L'interface, de type point and click, est quant à elle sobre mais efficace, et le jeu est relativement exempt de bugs, bien que quelques problèmes de pathfinding viennent parfois gâcher la fête. Les cinématiques ont pour leur part conservé un caché certain et distillent une ambiance envoûtante, aidées en cela par les musiques de Russel Shaw. Ses compositions, bien que peu nombreuses, sont entêtantes et tout à fait dans le ton du jeu, accentuant encore l'immersion du joueur. Les bruitages sont également assez nombreux et réussis : mention spéciale aux borborygmes “Syndicate“ de vos cyborgs qui contribuent encore au malaise du joueur. Servi par une durée de vie conséquente d'une vingtaine d'heures au bas mot, compte tenu des 50 missions et des nombreuses rébellions qui ne manqueront pas de se déclarer, nul doute que ce titre d'une qualité hors-norme ravira les fans de cyberpunk, de dystopie ou même de jeux de stratégie / action en général.

Les notes
+Points positifs
  • Un univers dystopique mature et relativement peu exploité dans le domaine vidéoludique (le cyberpunk)
  • Un background développé et intéressant...
  • Une ambiance réussie servie par des musiques et une direction artistique efficaces
  • Une durée de vie considérable
  • Un gameplay riche et dense, à la fois dynamique et tactique
  • Relativement aisé à prendre en main (une fois le manuel lu !)
  • Des maps vastes et un level design réussi permettant diverses approches
-Points négatifs
  • Quelques très légers problèmes de pathfinding et de visibilité
  • ... dans le manuel et très peu dans le jeu

En dépit des quelques faiblesses et lacunes citées au cours de ce test, Syndicate apparaît comme un titre particulièrement atypique, transgressif et adulte, et de fait, totalement culte pour nombre de joueurs. Baigné dans un univers original et mature, servi par un gameplay riche et complexe, mais aisément assimilable (une fois qu’on a lu le manuel !), Syndicate est clairement l'un des plus grands jeux de Bullfrog et mérite incontestablement sa place au panthéon du jeu vidéo.

Profil de Vaetrem
L'avis de Vaetrem
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
02 novembre 2013 à 15:44:21
18/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (15)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.9/20
Mis à jour le 02/11/2013
PC Stratégie Tactique Electronic Arts Bullfrog Rétrogaming
Dernières Preview
PreviewNioh 2 - Une suite qui déchaîne son démon intérieur ? 13 sept., 18:22
PreviewRing Fit Adventure : La symbiose idéale entre sport et jeu vidéo ? 12 sept., 14:15
PreviewProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre 12 sept., 07:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019