Menu
Deep Duck Trouble starring Donald Duck
  • Tout support
  • G.GEAR
  • MS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Deep Duck Trouble starring Donald Duck
MS
Deep Duck Trouble starring Donald Duck
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de goten67
L'avis de goten67
MP
Journaliste jeuxvideo.com
21 mars 2012 à 18:17:13
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.5/20
Partager sur :

Si les consoles de SEGA ont eu droit à de nombreuses apparitions de héros Disney (plus ou moins réussies), Master System et Game Gear ne sont pas en reste. Toutes deux ont en effet accueilli deux titres qui mettent en scène le plus célèbre des canards : Donald Duck. Deep Duck Trouble Starring Donald Duck débarque en 1993 et se fonde sur les mêmes principes que son aîné The Lucky Dime Caper, sorti deux ans plus tôt. Les développeurs ont voulu proposer aux joueurs un jeu de plates-formes classique mais efficace. Le titre réussit-il son pari ?

Deep Duck Trouble starring Donald Duck

Comme dans l'écrasante majorité des jeux de plates-formes de l'époque, le scénario se veut rudimentaire : sachez simplement que l'Oncle Picsou, toujours plus avide de richesses, a mis la main sur un nouveau talisman. Oui mais voilà, celui-ci est maudit, et fait gonfler le multimilliardaire comme un ballon de baudruche. La tâche de briser le mauvais sort incombe donc à son neveu Donald. Mais avant de libérer son oncle, il doit explorer une île composée de cinq environnements divers et variés. Chacun de ces lieux est à chaque fois composé de deux niveaux. On note d'ailleurs que les quatre premières zones peuvent être complétées dans l'ordre choisi par le joueur, ce qui lui laisse légèrement plus de liberté que dans la plupart des jeux du genre. Autant le dire tout de suite, c'est dans ce type d'environnements que le jeu excelle. Chaque niveau possède en effet sa propre identité et sa faune spécifique : Donald est notamment amené à parcourir une forêt, un volcan ou une caverne gelée, sans oublier la fameuse phase sous-marine, indispensable à tout jeu de plates-formes. Le seul bémol qu'on pourrait noter concerne la cohérence des décors par rapport à l'univers de Donald Duck. Les célèbres Riri, Fifi et Loulou n'apparaissent finalement que dans les cinématiques de fin et de début. On a parfois l'impression de jouer à un jeu de plates-formes lambda auquel on aurait rajouté sur le tard le personnage du célèbre canard comme un simple argument commercial. Néanmoins, avec ses décors et ses monstres variés, le jeu intègre parfaitement la recette des meilleurs jeux du genre et signe aussi un quasi sans faute sur sa réalisation.

Volontairement simples et enfantins, les thèmes musicaux s'insinuent rapidement dans notre esprit. Nombreuses, les musiques contribuent à donner une identité particulière aux différents lieux traversés. On pourra simplement regretter la faiblesse des bruitages : Donald n'émet, par exemple, aucun son. Dommage, puisque le canard est tout simplement irrésistible lorsqu'il est énervé ! Mais ne boudons pas notre plaisir : le jeu s'en tire avec une réalisation exemplaire. On ne peut pas en dire autant de la jouabilité, qui se révèle frustrante.

Deep Duck Trouble starring Donald Duck
Le fameux niveau aquatique, terreur de tout joueur.
On touche avec le gameplay le problème principal de ce Deep Duck Trouble. Si le jeu est pensé pour être simple et intuitif (un bouton pour sauter, l'autre pour dégommer des blocs), tout est gâché par une relative lenteur dans les déplacements de Donald. Le jeu reste jouable, mais on et bien loin de la nervosité qui caractérise le déplacement d'un Sonic ou d'un Mario Bros. Les seuls moments où l'on a la sensation de contrôler un héros rapide et alerte relèvent des rares phases de poursuite. Dans ces séquences de scrolling, Donald avance tout seul et le but est essentiellement de le faire sauter au bon moment afin d'éviter les obstacles. Outres ces séquences assez plaisantes à jouer, l'apathie du canard est d'autant plus regrettable que le titre intègre une bonne idée de gameplay avec la possibilité de s'attaquer aux blocs rencontrés en chemin. Il ne s'agit pas seulement de les briser pour obtenir différents bonus mais de les envoyer en l'air pour tuer un ennemi à distance ou activer un mécanisme et débloquer un nouveau passage. On peut également se servir de certains blocs plus lourds comme plates-formes d'appoint. Là aussi, on peut regretter que cette idée sympathique n'ait pas été poussée davantage : on passe le plus clair de son temps à frapper les blocs sans trop réfléchir, puisque la console gère leur trajectoire de manière quasi automatique.

Deep Duck Trouble starring Donald Duck
Servez-vous de ce bloc pour franchir le piège.
S'il faut donc relativement peu réfléchir pour avancer dans les niveaux, les rares phases d'énigme font quand même souffler un agréable vent de fraîcheur dans un jeu qu'on finit malheureusement trop vite. Avec en tout et pour tout dix niveaux et une difficulté loin d'être insurmontable, on arrive rapidement au bout d'un titre relativement plaisant mais qui dégage aussi une certaine frustration. Court et rigide dans son maniement, ce Deep Duck Trouble est pourtant bourré de qualités. On ne peut que souligner la qualité de la réalisation. Mention spéciale à la modélisation de Donald : même s'il ne parle pas, ses mimiques rendent le personnage vite irrésistible. Deep Duck Trouble Starring Donald Duck est donc un jeu de bonne facture, qu'il semble cependant difficile de conseiller. Les fans de la bande-dessinée ne retrouveront pas du tout l'univers de Donald Duck, tandis que les amateurs de plates-formes se sentiront frustrés par un gameplay bien trop rigide.

Les notes
  • Graphismes 17 /20

    Techniquement, le jeu est de très bonne facture avec des environnements parfaitement réalisés. Mais le jeu brille surtout par sa pléthore de lieux différents. Entre le volcan et la caverne de glace, préparez-vous à en prendre plein les yeux. On apprécie aussi le personnage de Donald, expressif et irrésistible.

  • Jouabilité 12 /20

    Le talon d'Achille du jeu. Difficile de s'imposer parmi la crème des jeux de plates-formes quand on propose un maniement aussi lent et rigide. Avec la possibilité de se servir de blocs pour combattre les ennemis et résoudre de petites énigmes, le jeu s'en tire tout de même honorablement.

  • Durée de vie 15 /20

    Comptez une à deux heures pour venir à bout des dix niveaux du jeu. Comme le titre n'est pas très long et ne propose pas de difficulté hors-norme, il est logique d'en venir rapidement à bout. On peut regretter l'absence de bonus cachés qui auraient pu rallonger la durée de vie.

  • Bande son 13 /20

    Les amateurs d'anciens jeux de plates-formes seront en territoires connus : les musiques sont volontairement simples et même répétitives, mais également faciles à retenir. Les thèmes donnent donc une identité propre à chaque niveau. Tout juste peut-on regretter la faiblesse des bruitages.

  • Scénario 13 /20

    Comme dans la plupart des jeux de plates-formes de l'époque, l'histoire se veut minimaliste. On apprécie cependant le ridicule de la situation (Oncle Picsou qui gonfle comme un ballon) ainsi que les cinématiques de début et de fin, avec des dialogues plutôt amusants.

Etrange jeu que ce Deep Duck Trouble Starring Donald Duck. Le titre est plein de bonnes idées, mais souffre du défaut le plus gênant pour un jeu de plates-formes : la faiblesse de son gameplay. Dommage, car avec ses quelques énigmes, le jeu était pourtant bien pensé. Néanmoins, la réalisation graphique rend à elle seule le jeu sympathique. Si diriger le canard se révèle parfois frustrant, on progresse quand même dans les niveaux avec plaisir. Ils ne sont pas seulement beaux, ils sont aussi bien pensés, avec des mécanismes intéressants. Reste qu'il est difficile de conseiller pleinement ce titre car ni les amateurs de Donald, ni les accros à la plates-formes n'y trouveront leur compte. Au final, Deep Duck Trouble Starring Donald Duck reste un jeu sympathique, qu'on oublie rapidement.

Profil de goten67
L'avis de goten67
MP
Journaliste jeuxvideo.com
21 mars 2012 à 18:17:13
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.5/20
Mis à jour le 21/03/2012
Master System Action Plate-Forme Sega Animation Cinéma Rétrogaming
Dernières Preview
PreviewNioh 2 - Une suite qui déchaîne son démon intérieur ? 13 sept., 18:22
PreviewRing Fit Adventure : La symbiose idéale entre sport et jeu vidéo ? 12 sept., 14:15
PreviewProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre 12 sept., 07:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019