Menu
Dear Esther
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
  • Mac
  • iOS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
jeuxvideo.com / PC / Jeux sur PC / Dear Esther / Dear Esther sur PC /

Avis Dear Esther sur PC

La note des lecteurs

Note moyenne
14.6/20
16 à 20
49
11 à 15
33
6 à 10
15
0 à 5
5
Donnez
votre avis
102 notes

Les avis les plus utiles

15/20
AgnusDei
Alerte
Posté le 26 févr. 2012 à 00:00

Dear Esther aura peut-être créé une nouvelle catégorie de jeu à la première personne : les FPN, pour First Person Novel. Moins qu'un jeu vidéo, mais plus qu'une cinématique, il faudra sans doute attendre plusieurs années pour le classer autrement qu'en tant que "jeu vidéo expérimental". En effet, Dear Esther possède une très bonne ambiance, contemplative et poétique, que ce soit au niveau des graphismes, de la bande-son ou de son histoire. Mais pour le finir, il suffit de rester appuyé sur la touche "Avancer". On peut s'attarder un peu, regarder autour de soi, chercher à percer le mystère du scénario et tirer des conclusions, mais comme on ne peut ni courir, ni sauter, on s'abstient pour éviter de perdre 5 minutes. Dear Esther est une "cinématique ouverte" : le chemin est tout tracé mais on peut rester fouiner un peu avant de passer au chapitre suivant. Assis derrière son écran, le jeu, aussi beau soit-il, n'est pas assez immersif. Peut-être que dans quelques années, avec les progrès de la technologie appliqués au divertissement, ce genre d'expérience deviendra populaire.

Lire la suite...
17/20
ChAnDNeXuS
Alerte
Posté le 18 mai 2012 à 00:00

Tout d'abord merci au traducteur, car c'est grâce à sa volonté que j'ai pu profiter de cette histoire...
Parce qu'on est d'accord, il ne s'agit pas d'un jeu à proprement parler : aucun gameplay si ce n'est suivre un cheminement plus ou moins balisé; non ce qui caractérise cette oeuvre, c'est ce qui nous est conté par le narrateur, et cette superbe ambiance, croisement de mélancolie, nostalgie, et mystique, que l'on ressent tout au long de notre traversée de l'île.
Bon je l'admet, je n'ai pas saisi toutes les subtilités de l'intrigue, remplie de métaphores en tous genres, mais c'est un parti pris des créateurs, et je dirai même que c'est une des principales forces du "jeu": plusieurs interprétations sont possibles, et même ceux qui ne comprendrons rien en ressortiront touché, voire bouleversé.
Bref, pas un jeu, mais une expérience, qui ne plaira certainement pas à tous le monde, mais qui ne laissera personne indifférent.

Lire la suite...

Tous les avis lecteurs (102)

Trier par :
  • Utilité
  • Note
  • Date
1  2  3  4  5  6  7 
Page suivanteFin
15/20
AgnusDei
Alerte
Posté le 26 févr. 2012 à 00:00

Dear Esther aura peut-être créé une nouvelle catégorie de jeu à la première personne : les FPN, pour First Person Novel. Moins qu'un jeu vidéo, mais plus qu'une cinématique, il faudra sans doute attendre plusieurs années pour le classer autrement qu'en tant que "jeu vidéo expérimental". En effet, Dear Esther possède une très bonne ambiance, contemplative et poétique, que ce soit au niveau des graphismes, de la bande-son ou de son histoire. Mais pour le finir, il suffit de rester appuyé sur la touche "Avancer". On peut s'attarder un peu, regarder autour de soi, chercher à percer le mystère du scénario et tirer des conclusions, mais comme on ne peut ni courir, ni sauter, on s'abstient pour éviter de perdre 5 minutes. Dear Esther est une "cinématique ouverte" : le chemin est tout tracé mais on peut rester fouiner un peu avant de passer au chapitre suivant. Assis derrière son écran, le jeu, aussi beau soit-il, n'est pas assez immersif. Peut-être que dans quelques années, avec les progrès de la technologie appliqués au divertissement, ce genre d'expérience deviendra populaire.

Lire la suite...
17/20
ChAnDNeXuS
Alerte
Posté le 18 mai 2012 à 00:00

Tout d'abord merci au traducteur, car c'est grâce à sa volonté que j'ai pu profiter de cette histoire...
Parce qu'on est d'accord, il ne s'agit pas d'un jeu à proprement parler : aucun gameplay si ce n'est suivre un cheminement plus ou moins balisé; non ce qui caractérise cette oeuvre, c'est ce qui nous est conté par le narrateur, et cette superbe ambiance, croisement de mélancolie, nostalgie, et mystique, que l'on ressent tout au long de notre traversée de l'île.
Bon je l'admet, je n'ai pas saisi toutes les subtilités de l'intrigue, remplie de métaphores en tous genres, mais c'est un parti pris des créateurs, et je dirai même que c'est une des principales forces du "jeu": plusieurs interprétations sont possibles, et même ceux qui ne comprendrons rien en ressortiront touché, voire bouleversé.
Bref, pas un jeu, mais une expérience, qui ne plaira certainement pas à tous le monde, mais qui ne laissera personne indifférent.

Lire la suite...
20/20
[thesoviet]
Alerte
Posté le 17 mai 2012 à 00:00

On n'achète pas Dear Esther pour y jouer, mais pour le vivre. Pour une meilleure expérience, prenez un casque ou des écouteurs et jouez dans le noir. Rajoutez une excellente compréhension de l'anglais et un état d'esprit mélancolique, et vous serez aux anges. Ce logiciel est un bijou. Le seul défaut: une fois terminé, on veut revivre la même chose: difficile puisque Dear Esther est absolument unique en son genre.

Lire la suite...
20/20
waltpinpin
Alerte
Posté le 22 mars 2012 à 00:00

effectivement stupide de discuter de l'objet en tant que jeu
et qui plus est je ne joue jamais à un jeu vidéo, ca me gave
mais suis tombé sur un article qui parlait de jeux vidéos contemplatifs et qui citait Dear Esther...
et comme le disait un autre ici, je fais partie de ceux qui regardent Arte la nuit... j'ai donc voulu voir de quoi il retournait, donc:
3h d'immersion dans des décors somptueux, un jeu qui n'en est pas un, il n'y a personne à tuer, pas de points à gagner... juste une île perdue à explorer dans toute sa beauté avec des descentes assez hallucinantes dans ses entrailles... accompagné par un récitant en anglais qui parle d'une histoire tragique sans que l'on soit obligé d'y croire puisque le but n'est pas de l'écouter mais de parcourir cette île... le tout sur une très belle musique style Michael Nyman jamais omniprésente... souvent le silence et le vent, et l'eau qui s'écoule... enfin bref que du bonheur avec une seule touche pour avancer et la souris pour promener son regard partout tellement c'est beau!
Et bien sur en 3m de diagonale sur mon mur blanc la c'est le trip ultime!

Lire la suite...
7/20
Belenas
Alerte
Posté le 07 oct. 2014 à 00:00

J'ai beau avoir fait l'effort, je n'y arrive pas. Peu importe sa dimension artistique, Dear Esther reste par définition un jeu vidéo. Notons le uniquement comme simulateur de marche alors :
les déplacements sont lents, atrocement lents, et comme rien ne vous indique quelle direction prendre, vous serez frustrés et rien d'autre lorsque vous chercherez très longuement votre chemin. Le jeu est doté de commentaires audio, mais ni musique, ni commentaires ne vous feront patienter lorsque vous errerez sans fin. Dommage.

Lire la suite...
14/20
Sam338
Alerte
Posté le 02 avr. 2012 à 00:00

Dear Esther ne plaira qu'aux joueurs qui peuvent apprécier une prépondérance de l'artistique sur le plaisir de jeu. De ce côté là, ils seront servis par une ambiance tant visuelle que sonore, absolument splendides, notamment le passage dans les grottes qui donnera quelques frissons. Cependant, même en comprenant l'enjeu d'un titre comme Dear Esther, on ne peut qu'être déçu devant la limitation de son gameplay qui se résume à des déplacements, à une vitesse qui plus est réduite. Alors que l'on voudrait errer, explorer ces falaises qui dégagent une aura de mystère, la lenteur des mouvements et les nombreux murs invisibles tuent dans l'oeuf toute envie d'exploration. Ce choix est évidemment justifié par la volonté de conter une histoire sous forme de route initiatique, mais représente néanmoins une des faiblesses de Dear Esther. Le récit métaphorique sera apprécié et compris en fonction des sensibilités, une chose est sure, il ne laissera pas indifférent. Pour finir, abordons la question de la durée de vie qui fâchera sans doute. Environ 1h-1h30 pour en voir le bout, sachant que la rejouabilité est presque inexistante. A 9,99€, la note est un peu salée. Toujours est-il que Dear Esther reste une expérence unique à essayer ou à voir, chez quelqu'un qui possède déjà le jeu ou encore grâce à un walkthrough.

Lire la suite...
12/20
azerdfg
Alerte
Posté le 27 juil. 2012 à 00:00

Pouvant être assimilé comme un film, Dear Esther est une expérience singulière à la première personne. Ici pas d'arme, pas d'interaction, vous avancez et vous écoutez le narrateur. Durant la première demi-heure de "jeu", le joueur est intrigué par les dires du narrateur et par son environnement, ce dernier est d'ailleurs très soigné et travaillé, on prend plaisir à admirer le paysage et certains intérieurs. Puis la magie cède à l'ennuie. Personnage trop lent, dirigisme et frustration de ne pas pouvoir sauter et la narration se révèle être extrêmement métaphorique. Seule les amateurs de mystère passeront un bon moment, les autres finiront pas s'ennuyer des dialogues du narrateur et ne feront qu'admirer les graphismes avant de finir le jeu sur ce qu'on croit être un bug au départ avant de comprendre en allant sur des forums que le jeu se finit comme ça. Au début on se sent frustré, si on comprend l'aspect métaphorique des récits et de l'univers on tombe sous le charme de la réalisation, sinon on cherche une interprétation sur Internet avant de penser que l'on perdu 1h et demi et quelques euros pour pas grand chose. Une expérience singulière réservée à ceux qui aiment le mystère et le flou, à prendre en promotion, le prix de départ étant trop élevé.

Lire la suite...
5/20
Ghostbot
Alerte
Posté le 23 févr. 2012 à 00:00

Avec sa durée de vie de papillon de nuit, son scénario archi-dépouillé dissimulé sous couvert de métaphores "too deep 4 you" dont 80% sont parfaitement incompréhensibles même en ayant déjà fini l'histoire, sa bande son discrète qui n'arrive pas vraiment à marquer les esprits (ce qui aurait été un exploit vu le peu de temps dont elle dispose) et son gameplay rachitique, que reste-t-il à Dear Esther ?
Eh bien, graphiquement, c'est magnifique, surtout pour du Source Engine.
Et c'est à peu près tout.
Si vous étiez en quête d'un "Promenade Simulator 2012: Bucolique Edition" (et qui ne l'est pas ?), Dear Esther est fait pour vous.
Sinon, passez votre chemin: gratuit, l’expérience aurait pu être agréable, voire marrante au 3ème degré, mais pour 8 euros, vous ririez jaune.

Lire la suite...
20/20
tedtous2
Alerte
Posté le 19 mai 2012 à 00:00

Un grand chapeau au traducteur sans qui je n'aurai absolument rien compris alors que j'ai moi même tenté de le traduire sans résultat. Une vrai merveille graphique, riche de son histoire et de son ambiance.
Pourtant ce n'est pas un jeu vidéo, c'est un roman. Vous entrer ici véritablement dans le livre.

Lire la suite...
10/20
ADA_Phoenix
Alerte
Posté le 01 août 2013 à 00:00

S'il y a un jeu auquel je n'aurai pas mis de note, c'est celui-là : votre appréciation dépendra vraiment de votre sensibilité à apprécier de se déplacer lentement sans rien faire d'autre que d'écouter une histoire racontée par bribes de dialogues placées ici et là.

La direction artistique, bien que d'apparence plutôt froide, est intéressante et jouer à ce jeu a quelque chose de reposant.

A tester si on accroche au truc, mais à vraiment pas cher du tout. J'ai mis 10, je ne savais pas quoi mettre, alors j'ai tranché au milieu du barème.

Lire la suite...
20/20
yellow04
Alerte
Posté le 30 déc. 2012 à 00:00

Dear esther n'est pas un jeu video, c'est beaucoup plus. Je n'ai pas les mots pour décrire la beauté du moment a joué dessus. La durée de vie est très courte mais il n'en faut pas plus. Je le conseille a toutes les personnes qui aiment lorsque un jeu video leur prend aux tripes. Petite dédicasse au 3eme chapitre vraiment magnifique!!

Lire la suite...
16/20
malefiquekev
Alerte
Posté le 04 juin 2012 à 00:00

On ne peut pas vraiment dire qu'il s'agisse d'un jeux mais plutôt d'une narration interactive où vous guidez le personnage à travers cette île pourvu de décor somptueux et irréaliste.
Il ne dure que quelque heure mais son prix reste raisonnable.

Lire la suite...
0/20
Elunarann
Alerte
Posté le 17 févr. 2012 à 00:00

Un jeu valant aussi bien un 20 qu'un 0 c'est unique. Et je pense justifier ce 0 par mon propos.

Nous sommes ici dans un "jeu" fondé sur l'immersion. Ce n'est pas un "jeu fait pour être joué", on ne ressent pas de l'amusement à parcourir les chemins de ce jeu. On ne ressent pas de frustration, de sentiment de victoire écrasante. Et c'est pour cela que ce "jeu" est bon. C'est une note non représentative d'un "jeu" qui n'est pas là en tant que "jeu". Nous sommes davantage dans ce que l'homme peut faire en matière de mise en scène et d'impact psychologique sur un "joueur". J'aime ce jeu pour certaines raisons (On ne voit pas tous l'art de la même manière) et je l'ai détesté pour d'autres. Ce "jeu" n'innove pas. Il crée une relation entre le joueur et l'environnement virtuel. Nous sommes dans l'expérience interactive en cela Dear Esther est quelque chose d’intéressant.
Je ne tomberai pas dans la facilité de dire que ce jeu est une forme d'art. Ce n'est pas à moi de juger de cela. C'est une manière de créer une forme de loisir vidéo ludique.
Ce jeu est un paradoxe car il n'est pas un jeu.
Il n'est pas fait pour tout le monde et ce n'est pas un jeu fait pour une catégorie précise de personnes, c'est une expérience. Une immersion dans une île entrainante. Qui ne plait à tous ; certes, mais qui émeut encore un certain public.
On ne joue pas, on contemple.

Lire la suite...
7/20
aymeric057
Alerte
Posté le 16 févr. 2012 à 00:00

Des personnes développent des moteurs physiques, graphiques, mettent ça en oeuvre dans un test d'une demie-heure... Une demi-heure coûtant 8€. Au pire pour se faire des fonds d'écran c'est superbe, on peut se faire de somptueux fonds d'écrans mais 8€ ça fait cher pour des images! Au moindre détour je m'attendais à un mouvement, une interaction, c'était possible de me bluffer étant donné les somptueux graphismes et sons, mais non rien. Une ballade tout simplement. En même temps quand on voit la pauvreté de la configuration des touches on peut se douter de quelque chose mais trop tard, on a déjà acheté le jeu. Et si vous n'êtes que débutants en Anglais (niveau 3e ou moins) abandonnez: Vous ne comprendrez que la moitié de ce que vous dira le monsieur. En attendant les traductions prévues en mars...

Lire la suite...
7/20
qui_veut_du_riz
Alerte
Posté le 16 févr. 2012 à 00:00

Mes amis, allez-vous promenez dans un joli petit coin de verdure pas trop loin de chez vous ou il n'y a personne (au pire le parc municipal avec des écouteurs) en lisant un bon bouquin, et voilà, ça devrait coûter quelques euros de moins pour une expérience ultra-réaliste, avec des bruitages très immersifs, des effets spéciaux de froid, des arbres plus vrais que nature, et aspergez-vous les yeux avec du citron pour un magnifique effet de motion blur...
Plus sérieusement, ce simulateur de randonnée non-interractive possède de grandes qualités en matière de test de patience : une simple touche pour pouvoir courir quand on vient de s'apercevoir qu'on a fait un immense détour pour rien aurait été la bienvenue. Franchement, je veux bien que ce soit une création indé, vraiment très originale aux graphismes somptueux, mais faut pas abuser quand même... J'aime les jeux originaux, c'est original, mais ce n'est pas un jeu. C'est du vent. Du vent à 8 Euros.

Lire la suite...
1  2  3  4  5  6  7 
Page suivanteFin