Menu
Créer un contenu
News débat et opinion
Le jeu vidéo peut-il parler de tout ?
Partager sur :

A l’image du rock’n roll dans les années 60 ou de l’animation japonaise en occident dans les années 80, le jeu vidéo subit et subira encore de vives critiques parfois légitimes, parfois gratuites. Perçu par bon nombre comme un média destiné avant tout aux adolescents peu sociables tout en faisant trop souvent étalage de violence, il n’a toujours pas atteint, pour certains, une pleine maturité lui permettant de s’exprimer ouvertement ou d’aborder tous les sujets qu’ils soient d’ordre social, sociétal ou politique. On peut donc se demander si à l’heure actuelle, le jeu vidéo a la légitimité suffisante pour amuser tout en faisant réfléchir.

Le jeu vidéo peut-il parler de tout ?
La scène de l'aéroport de CoD : Modern Warfare 2 aura fait couler beaucoup d'encre

Bien que le cinéma l’ait depuis longtemps prouvé, le jeu vidéo n’a pas encore obtenu cette distinction. Sans doute parce que son côté interactif et le fait qu’on puisse s’amuser aux dépens d’un sujet grave, en mettant notamment à profit un gameplay émergent, desserve l’idée même que le média soit suffisamment solide et «raisonnable» pour en parler. Malheureusement, cet état d’esprit peut très vite conduire à des débats ou autres scandales surtout quand l’accusation use de raccourcis peu subtils tout en voyant des problèmes là où il n’y en a pas nécessairement. Néanmoins, bien qu’on puisse légitimement se questionner sur le bien-fondé du massacre dans l’aéroport de Call of Duty : Modern Warfare 2 et comprendre les réactions effarées pour les raisons évoquées plus haut, la polémique autour de Resident Evil 5 semble déjà plus saugrenue. Parler de racisme en pointant du doigt le fait qu’on élimine des noirs tout en ne s’offusquant pas qu’on tue des blancs dans la quasi-totalité des autres épisodes n’a pas vraiment de sens. Bref, la critique existe, fustige, parfois sous des prétextes fallacieux, mais il n’en reste pas moins que le jeu vidéo a le mérite de pouvoir utiliser son incroyable potentiel artistique pour proposer un vaste choix de sujets à travers de multiples productions destinées à un public très différent.

Le jeu vidéo peut-il parler de tout ?
Papers, Please ou comment aborder intelligemment un problème d'actualité

S'il conviendra alors de savoir à qui s’adresse véritablement une œuvre (un autre débat), l’intérêt du jeu vidéo par rapport à d’autres supports est justement cette fameuse interaction pouvant, certes, conduire à des réactions qui ne sont pas celles souhaitées par les créateurs, mais à l’inverse faire prendre conscience aux joueurs de certains problèmes ou au minimum faire germer un début de réflexion en eux. Bien entendu, tous les jeux n’ont pas cette ambition. Quand Okami entreprend de faire passer un message écologique, c’est avant tout le gameplay et la narration qui priment, qui marquent l’esprit. Pour autant la dimension écolo est constamment en filigrane, comme une sorte de fil rouge invisible et pourtant omniprésent. A l’inverse, un jeu comme Papers, Please nous invite à exécuter au mieux notre travail, en laissant ou non passer des migrants rentrant dans notre pays, pour subvenir aux besoins de notre famille. Bien entendu, en parallèle, le titre amène une vraie réflexion sur l’immigration en faisant écho à ce qui se passe au niveau mondial. Le jeu vidéo prend alors une tout autre dimension en allant bien au-delà de son caractère ludique tout en nous confrontant à des choix moraux à travers un véritable aspect sociétal.

This War of Mine pose de vraies réflexions via des choix moraux ayant de véritables conséquences

Le jeu vidéo peut-il parler de tout ?

Dans le même ordre d’idées, le studio 11 bit studios s’est bâti une solide réputation en l’espace de deux excellents jeux : This War of Mine et Frostpunk. Le premier aborde en frontal le problème de la guerre en nous demandant de survivre tout en nous laissant le choix de ne pas laisser entrer des étrangers dans notre repaire de fortune ou de piller ou non des hôpitaux voire une maison où vit un couple de personnes âgées. Si ces situations restent très éloignées de notre quotidien, elles n’en restent pas moins extrêmement bien mises en scène et participent à une vraie prise de conscience sur le sujet qui est ici totalement imbriqué dans le gameplay. Même son de cloches avec Frostpunk qui nous demande de promulguer des lois afin de maintenir un équilibre à l’intérieur d’une société au bord de l’extinction. Le propos est mature et s'il est malheureusement facile de rapidement délaisser l’aspect moral à cause de mécaniques de jeu pas aussi efficaces que celles de This War of Mine, la dimension sociétale est ici aussi prépondérante. Le travail des enfants, la baisse des salaires, la recherche du profit quel qu'en soit le prix, autant de sujets pouvant déstabiliser le joueur sommé de prendre des décisions radicales.

Le jeu vidéo peut-il parler de tout ?
Décalé, Shower with Your Dad Simulator 2015 joue malgré tout la carte de la provocation

A l’inverse, on ne doutera pas une seule seconde que les développeurs de Hatred et Shower with your Dad Simulator Simulator 2015 n’aient pas vraiment cherché à bousculer les conventions en amenant le joueur à se questionner sur les tueries de masse et la pédophilie. Difficile donc de statuer sur le bien fondé de ces jeux qui restent funs, pour l’un, et drôles et décalés, pour l’autre, en surfant sur des thématiques graves. Tout aussi grave, mais terriblement bien amené, la question de l’euthanasie dans l’Episode 4 de Life is Strange est une vraie réussite autant d’un point de vue de l’émotion que de la réflexion. Les deux étant ici aussi intimement liés, le choix est extrêmement difficile, l’implication entre l’avatar et le joueur devenant totale. On ne doute pas que cette séquence aura fait prendre conscience à nombre de joueurs de la douleur des personnes qui ont été confrontées à ce choix une fois dans leur vie.

Si on aurait pu évoquer le cas de The Stanley Parable nous forçant à nous questionner non pas sur un sujet d’actualité, mais plutôt sur nous-mêmes ou certaines mécaniques immuables régissant le jeu vidéo, n’oublions pas également la dimension pédagogique d’Assassin’s Creed Origins à travers son mode éducatif Discovery Tour. Une bien belle façon de prouver à qui de droit que sans avoir la prétention de remplacer le système éducatif, le jeu vidéo peut aussi amener à s’intéresser à l’histoire en ajoutant une dimension interactive, plus actuelle et sans doute plus attrayante pour bon nombre d’entre-nous.

Le jeu vidéo peut-il parler de tout ?
Profil de Logan,  Jeuxvideo.com

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
MissValek
MissValek
MP
le 07 août à 12:29

http://www.noelshack.com/2017-17-1493455927-goku.png Le monde n'est pas encore pret ou du moins tant que ç' est pas connu du grand public http://image.noelshack.com/fichiers/2017/22/1496169619-sdfff.png .

Lire la suite...
ForumEnFolie
ForumEnFolie
MP
le 23 juil. à 19:39

Comme tout dans la vie, le jeu vidéo peut parler de tout, mais toujours selon un contexte, une façon de faire, etc... En tout cas pour le grand public.

Pour ma part je m'en fous total. Le jeu vidéo peut parler ou non de racisme, violence, juifs, musulmans, attentats, etc... ça m'est égal. Ce qui compte c'est le fun, le "jeu" video. Ca reste du virtuel fait pour kiffer et s'amuser.

Lire la suite...
_MartyMcFly_
_MartyMcFly_
MP
le 23 juil. à 16:44

OUI il le doit, comme tout le reste, le jeu vidéo grandi et c'est tant mieux !
mais quand on voit la polémique crée autour de TLOU 2 pour un simple bisou entre deux filles, il reste du chemin a faire !

Lire la suite...
Miksta60
Miksta60
MP
le 23 juil. à 06:32

sa ne fait que refléter la vrai nature de l'homme. hatred avais fait couler de l'encre car on incarner un tueur en série. sa a choquer alors qu'en vrai combien de gens meurt sous les bombes de la coalition ?

Lire la suite...
spec_oups
spec_oups
MP
le 22 juil. à 21:44

Article avec une excellente thématique, mais qui me laisse un peu sur ma faim :P

+Points bonus pour l'illustration Desproges.

Lire la suite...
Rohdile
Rohdile
MP
le 22 juil. à 17:41

Sur tous ces exemples, on ne peut pas louper Beholder qui lui aussi traite le sujet du passé dont on a du mal à parler aujourd'hui.

Lire la suite...
albou53
albou53
MP
le 22 juil. à 10:58

Le jeu vidéo doit jouir d'une liberté totale. C'est devenu une forme d'art n'en déplaise à certains, et à reçu les mêmes genre de critiques que la radio, le cinéma puis la télé en leur temps.
La provocation gratuite n'a pas d'intérêt si il n'y a pas un bon gameplay derrière. Evidemment y'a des manières plus ou moins subtil de provoquer, un auschwitz simulator c'est dans la case pas hyper subtil :rire: Un exemple opposé : jouer le rôle d'un soldat allemand en 1942 à Stalingrad au milieu de la véritable boucherie pour faire prendre conscience de jusqu'où les gens sont prêt à aller pour survivre et également que les allemands n'étaient pas tous des bouchers assoiffés des sang et d'entrailles mais seulement des hommes qui se sont battus pour survivre.
La façon dont est tenu le propos est indispensable. Dans le pire des cas, le jeu indifférera dans le meilleur il fera réfléchir et convaincra le joueur. L'exemple de Hatred : une tuerie de masse gratuite qui est un sujet sensible aux USA, et pourtant on peut y voir une critique intelligente de la libre circulation des armes dans ce pays. Malheureusement, le jeu était moyen, répétitif et sans possibilité de choix.

Bref tout ça pour dire que le jeu vidéo ne doit/peut pas être censuré. Parfois on a besoin d'un électrochoc pour prendre conscience d'un problème. Alors à défaut d'envoyer tous les hommes blanc hétéros cis-genre de 18 à 35 ans observer et vivre le calvaire de chaque communauté opprimée ... il reste l'art militant.

Lire la suite...
Lynia
Lynia
MP
le 22 juil. à 08:03

C'est sûr, quand on fait partie de la majorité on voit pas les problèmes, et on se permet même d'en juger. Typique.
Le problème du massacre des noirs c'est tout simplement parce que dans le monde réel, c'est une minorité opprimée. Ça n'aurait pas de sens s'ils étaient sur un pied d'égalité avec les blancs, sauf que beaucoup d'hommes hetero cis blancs (ceux qui se sentent concernés par rien d'autre que leurs trophées en tout genre), et c'est flagrant tous les jours, ne vivent pas dans le même monde (celui où des gens souffrent tous les jours à cause de la connerie de la norme), et ça ne vous en déplaise, c'est une réalité que vous ne voyez pas mais qui est réelle.
Le tout étant de poser le problème où il est vraiment. Un jeu où on tue des noirs parce qu'on va dans un pays étranger, n'a rien de choquant en soi, ce qui est choquant c'est de le sortir dans la société actuelle. C'est super hypocrite, et vous le ressentez probablement au fond de vous, de dire que les effets sont les mêmes avec des noirs ou des blancs. Ce genre de massacre est une cicatrice réelle de notre société folle. N'allez pas faire un jeu où on tue que des gays sous prétexte qu'on tue n'importe qui ailleurs, par pitié... je dis ça avec sarcasme bien sûr ;) ce message est sympathique, ne déplacez pas la haine au mauvais endroit comme d'habitude.
Cordialement des bisous

Lire la suite...
Commentaire édité 22 juil., 08:03 par Lynia
yogun33
yogun33
MP
le 21 juil. à 13:50

oui comme les livre,la télévision ou le cinéma...

Lire la suite...
Dahlen
Dahlen
MP
le 21 juil. à 13:10

Oui, mais il faut savoir le faire correctement. L'avis des minorités trop beuglantes qui s'offusquent d'un oui, d'un non, d'un hochement de tête, d'une question, d'une respiration, d'un regard ou d'un soupir ne devrait même pas être pris en considération... Cela dit je reste partisan d'aborder des thématiques de façon neutre en laissant le joueur prendre ses décisions et ses choix, sans chercher à l'orienter.

Citer le Tour de Découverte de ACO par exemple ne va pas dans ce sens car Ubisoft prend beaucoup trop de liberté avec l'Histoire, voir la manipule complètement.

Lire la suite...
Top commentaires
Horreb
Horreb
MP
le 20 juil. à 09:12

Oui et je dirai même qu'il doit le faire.

Plein de sujets sont totalement occultés par la société actuelle puisqu'ils sont considérés comme tabous donc le JV va pouvoir montrer, faire passer des messages à ces sujets là.

Personnellement, j'aime beaucoup Bioshock Infinite pour son monde, on parle tranquillement du racisme, de l'esclavagisme (Fink est une version déjantée de Ford,la citation à propos de l'abeille est excellente d'ailleurs) et ça donne une image très pragmatique d'une société capitaliste.

La série des Bioshock en intégralité fait passer beaucoup de messages et c'est l'une des forces de cette série :ok:

Lire la suite...
gari-fight
gari-fight
MP
le 20 juil. à 09:07

article très intéressant, merci beaucoup :)

Lire la suite...
Boutique
  • Marvel's Spider-Man
    54.99 €
  • NBA 2K19
    47.49 €
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Red Dead Redemption II
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • FIFA 19
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
    Vidéo - Gaming Live
  • Assassin's Creed Odyssey
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Call of Duty : Black Ops IIII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
Jeuxvideo.com