Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News débat et opinion /

Open Word #2 - Sybil Collas : "Au secours, je fais un métier de passion !"

News débat et opinion
Open Word #2 - Sybil Collas : "Au secours, je fais un métier de passion !"
Partager sur :

Open Word est de retour cette semaine ! Après Radek Smektalan, qui a partagé avec nous ses réflexions personnelles sur la notion même de jeu vidéo, c'est à Sybil Collas, Narrative Designer (entre autres) de nous parler librement de sa passion sous un angle totalement différent : la valorisation du travail dans la création.

Parcours de Sybil Collas, Narrative Designer freelance
  • Vampyr (Écrivain)
  • Duelyst (Narrative Designer)
  • Prodigy (Écrivain)
  • Secret Story (Game Designer)
  • ... et d'autres projets avec ou sans Y dans le titre.

"Tu as de la chance d'avoir un travail qui te plaît."

Cette phrase, trop de développeurs l'ont entendue. Qu'il s'agisse d'un ami consultant en import de cacao ou d'un employeur féru d'overtime, il semblerait que pour pas mal de gens faire du jeu vidéo est déjà une bénédiction en soi. Pouvoir en vivre, c'est annexe.

Un dev tout seul dans sa cave

Le mythe du créatif développant des jeux dans la cave de ses parents, vivant de la cuisine de maman et attendant que son génie ponde une réussite critique au gré du vent, est un fantasme révolu. La légende veut que certains ermites existent encore mais leur business model, plus vraiment.

Aujourd’hui, la passion se monétise. Les designers, graphistes, musiciens et autres artistes sont rémunérés à la hauteur du contenu créé - en théorie. Dans la pratique, les métiers du jeu vidéo sont sous-payés, en particulier en France, et poussent ceux qui le peuvent à l’exil ou au freelancing international, quand ce n’est pas à l’abandon pur et simple de leur profession. Un manque de considération qui découle d’une culture perverse de la passion et de l’art. Les métiers de création représentent une certaine poésie. En créant, l’artiste s’exprime et gagne l’opportunité de mettre en avant sa sensibilité, ses idées : il est plutôt rare de croiser un créateur qui avancera l’argent comme raison de son choix de métier. Dans l’imaginaire collectif, l’art s'exerce sous les tuiles humides d’une chambre de bonne avec vue sur tour Eiffel (l’équivalent classe de notre cave chez les parents). Vouloir monétiser cette poésie est perçu comme de la vénalité. Un artiste, ça vit d’amour et d’eau fraîche.

Une histoire d’expertise et d’autoflagellation

Avoir une personnalité est un prérequis pour chaque artiste mais l’aspect romantique des toits parisiens et des tupperwares maternels, pour être honnête, ça n’a aucune importance. Ce qu’on attend d’un développeur, c’est la technique. Vous pouvez avoir une vision révolutionnaire, si vous n’êtes pas fichu de la mettre en forme d’une manière compréhensible et potentiellement intégrable, vous ne ferez pas long feu en studio. L’intérêt des créateurs dans le jeu vidéo vient de leur expertise et de leur capacité à créer non pour eux-mêmes, mais pour une cible (collègue, client, consommateur), selon des normes précises. Une expertise qui s’apprend, qui s’entraîne, qui se travaille sans relâche. On ne se réveille pas plus game designer ou graphiste UI qu’on ne s’improvise chirurgien dentiste.

Vingt-huit mille euros. C'est ce que m'ont coûté quatre années d'études pour acquérir une partie des compétences et du réseau nécessaires à l'exercice de mon métier. Mon prêt est désormais remboursé (yay), et les constats des copains sont passés de "wow tu payes pour faire des jeux ?!" à "wow on te paye pour faire des jeux ?!". Si les étudiants en création sont capables d’accepter des prix de formation aussi exorbitants (qui empirent chaque année), ils restent réticents à mettre un tarif sur les compétences acquises lors de ces mêmes formations. Pourtant, on parle bien de rémunérer le savoir dans lequel ils se sont investis. C’est sinistre de voir ces jeunes professionnels incapables d’associer les notions d’art et d’argent. Que notre forme d’expression tienne du divertissement n’aide pas. Il est encore plus difficile de se convaincre de la plus value de notre travail quand on vise la création d’un médium au contenu culturel et intellectuel souvent dénigré.

Ces tabous donnent naissance à des créateurs possédés par un syndrome de l’imposteur vorace et demandant des tarifs tellement bas qu’ils sont limite illégaux - pratique qui n’est pas remise en question par leurs clients et employeurs, puisque ce dénigrement est généralisé et accepté. Parce qu’ils font un métier de passion, ils s’auto-précarisent. Et cette vulnérabilité financière pousse les plus fragiles à abandonner notre industrie.

Ok, c’est triste, et du coup ?

Le but de cette chronique est de tirer la sonnette d’alarme sur un phénomène trop peu remarqué alors qu’il gangrène le jeu vidéo. Les croisades de valorisation et le travail gratuit pour se faire un portfolio sont d’autres sujets. Si vous vous sentez opés pour combattre la Bête à échelle de consommateur, vous pouvez piocher dans la liste suivante.

  • Faites des câlins psychologiques aux développeurs,
  • Diffusez le message : le jeu vidéo requiert de l’expertise (si vous voyez pas en quoi, renseignez-vous, on a un joli vivier de métiers),
  • Valorisez le travail des créateurs (créditez quand vous partagez et cherchez les sources si elles sont absentes - un soutien décisif dans une industrie qui fonctionne au portfolio),
  • N’encouragez pas le travail artistique gratuit (fais-moi un dessin je fais ta promo et son cousin fais-moi un texte je te paye une bière - on ne paye pas un loyer et des taxes avec de la visibilité et de la cervoise),
  • Tapez sur ceux qui organisent des concours de création non rémunérés,
  • Et si vous êtes créateur, défendez votre travail. Chaque effort de création vaut au moins le temps que vous y avez investi. (Et allez faire un tour sur Princesse RH.)

D’ailleurs, l'Open Word est bénévole. Mais on peut y dire ce qu'on veut. :noel:

Merci d’avoir lu et passez une excellente journée.

Suivre Sybil Collas :

  • Sur son site perso : http://www.ineedastory.com/
  • Sur Twitter : https://twitter.com/SybilCollas
  • Sur LinkedIn : http://linkedin.com/in/sybilcollas

Si vous avez participé à la création d'un ou plusieurs jeux, si des sujets vous tiennent à coeur, si vous voulez partager vos réflexions et donner de la visibilité à votre univers, n'hésitez pas à nous contacter par message privé pour faire partie des auteurs de notre nouvelle tribune Open Word.

Open Word #1 : Radek Smektala : "L’innovation ne peut être motivée que par le choc des idées"

Profil de la_redaction,  Jeuxvideo.com

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
KuKuPoalu
KuKuPoalu
MP
le 10 janv. à 07:14

Maraîcher pour ma part,j'ai pas été payé les 3 premières années après mon installation tout partait à la banque/cotisations.
Pourtant je fais pas de l'art-tistique je fais de l'art-tisanal.

Lire la suite...
Commentaire édité 10 janv., 07:15 par KuKuPoalu
Vacnez2
Vacnez2
MP
le 10 janv. à 03:46

Bref ce sont des salariés.

Lire la suite...
dknoko2
dknoko2
MP
le 10 janv. à 02:44

j’imaginais plus comme titre ''Au secours, je travaille pour jvc !"

:rire2:

Lire la suite...
keir_dullea
keir_dullea
MP
le 09 janv. à 20:59

C'est de l'art ou du cochon ? 🐷

Lire la suite...
veunin-returns
veunin-returns
MP
le 09 janv. à 20:16

On t'a reconnu Iah!

Lire la suite...
0-C-B
0-C-B
MP
le 09 janv. à 19:38

"On ne se réveille pas plus game designer ou graphiste UI qu’on ne s’improvise chirurgien dentiste. "

Non mais avec de l'envie, une touche se sensibilité et (surtout) des heures et des heures à regarder des tutos et mettre en pratique on peut tout à fait devenir une game designer ou un modeleur ou un infographiste, alors que tu peux toujours te gratter pour devenir chirurgien dentiste.

Lire la suite...
HPphotosmart
HPphotosmart
MP
le 09 janv. à 19:33

Passionnante comme interview surtout dans un milieu que je trouve très fermé dans le sens ou je trouve qu'on sait très peu de chose sur les métier du jeux vidéo et de comment ça se passe dans leur monde professionnel merci.

Lire la suite...
G7K
G7K
MP
le 09 janv. à 18:43

L'industrie du jeu vidéo est un business et il est normal que les créateurs soient rémunérés pour leur travail. Après ceux qui sont frustrés par leur niveau de rémunération peuvent changer de studio ou encore en créer un. C'est un peu le bureau des pleurs cet article.

Lire la suite...
luluberlu78
luluberlu78
MP
le 09 janv. à 17:51

en fait c'est une fausse moustache

Lire la suite...
Fisher22
Fisher22
MP
le 09 janv. à 17:00

Ce qu'elle dit est vrai et pas seulement dans le monde du jeu vidéos, mais pour tous les artistes.
C'est mon quotidien en tant qu'illustrateurs et dessinateur BD.

"cé ta passion pas un métier, ta pa besoin d'argen"

Lire la suite...
Top commentaires
johnmoebius666
johnmoebius666
MP
le 09 janv. à 10:00

exemple type no man sky les devs on fait ce qu'ils on pus sous la pression de l'editeur ,ca aurait etait que d'eux il aurait etait repousser d'un an resultat tout le monde a insulter hello games sur la toile alors que le mechant etait sony.
Faute de moyen ils ont pactiser avec le diable mais bon c'est pas comme dans ghost rider on peut pas faire un doigt au diable,ont fait ce qu'il veut meme si ça va au antipode de notre code de conduite.
Les editeur on l'argent les devs le talent.
Le talent ne gagne jamais d'ailleur

Lire la suite...
Commentaire édité 09 janv., 10:04 par johnmoebius666
luluberlu78
luluberlu78
MP
le 09 janv. à 17:51

en fait c'est une fausse moustache

Lire la suite...
Boutique
  • Octopath Traveler
    46.99 €
  • Toki Collector's Edition Switch
    49.99 €
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Fallout 76
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Assassin's Creed Odyssey
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Red Dead Redemption II
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Call of Duty : Black Ops IIII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
Jeuxvideo.com