Menu
James Cameron's Avatar : The Game
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • 360
  • DS
  • Wii
  • iOS
  • Android
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : James Cameron's Avatar : The Game
PC
James Cameron's Avatar : The Game
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste jeuxvideo.com
03 décembre 2009 à 17:57:08
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (149)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.6/20
Fnac Marketplace Wii 6.00€ Amazon PS3 29.99€ Amazon 360 33.63€ Rakuten PS3 34.00€ Amazon 360 34.43€ Amazon PC 95.20€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

On sait tout l'appétit des Hommes, tout de leur insatiable désir de conquête, tout de leur soif de pouvoir et de leur désir d'asservir leurs semblables au nom de la "civilisation". C'est un fait, l'Histoire humaine s'est écrite avec le sang de peuples oubliés. Avec ceci en tête, on imagine sans peine que l'humanité, devenue maîtresse des étoiles, ne changera pas de nature et poursuivra, comme elle l'a toujours fait, son rôle tragique de gigantesque bulldozer. C'est là tout le propos d'Avatar, le dernier film de James Cameron, et également de son adaptation vidéoludique, confiée aux bons soins d'Ubisoft. Jeu d'action grand public, Avatar met en scène le combat d'une race indigène pour défendre sa culture face aux vues expansionnistes de l'Homme et de sa technologie.

James Cameron's Avatar : The Game

C'est dans la peau du soldat Ryder, "spécialiste des signaux", que vous serez invité à vivre cette étrange aventure. Une aventure qui se veut d'ailleurs distincte de la trame du film, même si elle en reprend évidemment les bases. Affecté sur la lointaine lune Pandora, vous avez été choisi parmi des milliers d'autres pour participer au programme Avatar. L'idée consiste à vous faire contrôler une créature hybride, conçue à partir de votre propre ADN et de celui de l'espèce intelligente locale : les Na'vis. Les avatars sont destinés à évoluer avec plus de facilité sur un monde dont la faune et la flore s'avèrent incroyablement hostiles. Il faut dire que les entrailles de Pandora renferment un minerai aux propriétés extraordinaires qui suscite les convoitises des leaders humains. L'utilisation des avatars permet en outre de se rapprocher des singuliers Na'vis et de tenter de comprendre la nature du lien quasi magique qui les unit avec leur planète. L'ethnologie ici, n'est plus qu'un outil de plus pour assujettir les indigènes et exploiter Pandora sans la moindre entrave. Les Na'vis, peuple tribal ancré dans la tradition et le respect de la nature, se voient peu à peu déposséder de leurs terres au nom du "progrès". Dans ce contexte, le conflit paraît bien sûr inévitable.

James Cameron's Avatar : The Game
C'est le moment de choisir votre camp !
Avatar cherche donc ainsi à nous faire vivre la lutte d'un monde, d'un écosystème entier, contre un envahisseur extérieur soutenu par une redoutable technologie. Le thème de l'arc contre le fusil ou plus clairement, celui de la nature contre la machine, joue à plein. Dans ces conditions, on ne peut que regretter que la mise en scène soit aussi convenue et aussi maladroite, à l'image de la séquence où l'on devra finalement choisir son camp. En effet, c'est après une petite heure de jeu et quelques missions basiques destinées à vous inculquer les bases du gameplay (en tant que soldat de base ou en tant qu'avatar) que vous devrez opter pour l'une des deux factions, et ainsi accéder à l'une des deux campagnes disponibles. Le jeu a tout de même le bon goût d'opérer une petite sauvegarde automatique supplémentaire, histoire de permettre au joueur de s'attaquer à l'autre campagne quand il le souhaitera. Il ne s'agit pas là d'une simple entourloupe commerciale car les deux aventures sont bel et bien distinctes. Elles offrent des missions et un gameplay réellement différents, en dépit de quelques environnements communs. Chaque branche pourra d'ailleurs être terminée en 6 ou 7 heures, ce qui confère au titre une durée de vie plus que raisonnable.

James Cameron's Avatar : The Game
Difficile de ne pas penser à Lost Planet.
En choisissant de participer au "xénocide" des Na'vis aux côtés des humains, vous traverserez une aventure assez similaire à celle proposée par un certain Lost Planet, mais en version light. En tant que soldat, vous devrez accomplir toute une tripotée de missions assez semblables qui consistent essentiellement à tout éradiquer sur votre passage. Il faudra tout d'abord vous coltiner les Na'vis eux-mêmes qui compensent largement leur équipement rudimentaire par une force herculéenne, une vitesse démoniaque et une capacité à se fondre dans l'environnement de Pandora. Mais les grands aliens à la peau bleue ne seront pas les seuls à vouloir votre mort. On comptera ainsi sur des plantes carnivores capables de projeter un gaz toxique, des bulbes artilleurs, des mines végétales ainsi que sur des loups-vipères aussi fragiles que hargneux. Occasionnellement, vous devrez même fricoter avec quelques spécimens hypertrophiés de la faune, comme ce sympathique titanosaure qui ne demandait pourtant qu'à vivre tranquillement sa vie dans son coin de forêt.

James Cameron's Avatar : The Game
Pandora offre des décors absolument magiques.
Pour parvenir à pulvériser tout ce joli petit monde, vous disposerez bien sûr d'une bonne petite panoplie d'armes bien cradingues : un fusil d'assaut, deux pistolets, une mitrailleuse à clous, un lance-grenades et un lance-flammes. Chaque victime ou mission terminée vous permettra de grappiller de l'expérience et donc de voir votre matos s'améliorer automatiquement. Le tout s'accompagne en outre de "talents", des pouvoirs particuliers à sélectionner préalablement dans le menu et qui vous conféreront de précieux avantages : invisibilité, défense ou dommages accrus, vitesse amplifiée, possibilité de générer une onde de choc pour repousser les ennemis proches ou même capacité à solliciter un puissant tir d'artillerie. Pour terminer, notre fier guerrier humain usera régulièrement de quelques véhicules, comme des buggies, des hovercrafts, des méchas, des rampes de missiles mobiles et même des hélicoptères futuristes. Manque de bol, la plupart des engins présents dans Avatar sont de véritables horreurs à piloter... C'est d'autant plus dommage qu'à pied, les fusillades s'avèrent très réussies, en dépit d'une IA perfectible et d'un manque de challenge évident. On les traversera d'ailleurs en enchaînant les roulades en changeant souvent d'arme pour s'adapter à l'ennemi du moment.

James Cameron's Avatar : The Game
Vous balader dans les différents décors est un bon moyen de compléter la Pandorapédia.
Du côté des Na'vis, l'approche n'est pas tout à fait la même. Si le soft conserve bien évidemment son aspect de shooter grand public, le fait d'incarner un alien à l'armement primitif donne lieu à des missions qu'on affiliera plus à de la guérilla. Equipé d'un arc, d'une unique arme moderne avec un stock limité de munitions, et de lames ou de massues, on tentera le plus souvent d'éviter les confrontations directes avec les troupes humaines. On reposera alors beaucoup plus sur les différents "talents" disponibles, talents qui curieusement, correspondent quasiment trait pour trait à ceux des humains. On profitera tout de même de quelques petites spécificités, comme la possibilité d'invoquer un loup-vipère qui se fera un plaisir de sauter à la gorge de l'envahisseur. Planqué derrière un gigantesque tronc d'arbre, on observera les marines de loin avant de glisser dans leur dos, invisible et mortel. Il ne suffira alors plus qu'à déclencher une pluie de coups pour voir les frêles humains s'effondrer. L'arc que nous évoquions plus haut se montre également plaisant à utiliser. Son maniement se révèle assez intuitif, puisque soutenu par un système de lock semi-automatique efficace. On pourra aussi choisir de décocher rapidement ses flèches dans la direction de l'ennemi ou au contraire, de se concentrer une seconde pour gagner en précision et en efficacité. Les étranges aliens pourront également compter sur quelques bestioles locales pour raccourcir leurs trajets, on pense notamment à ces curieux chevaux et surtout aux banshees, dragons volants aussi impraticables que les hélicos de l'autre camp. La campagne Na'vi reste néanmoins plaisante à parcourir, même si sa structure vous semblera un poil en deçà de celle des humains, qui déjà, ne brille pas par sa variété.

James Cameron's Avatar : The Game
Les Na'vis sont redoutables en combat rapproché.
Bref, si toutes ces idées font d'Avatar un titre fort sympathique, quoique perfectible, ce qu'on retiendra avant toute autre chose, c'est sans conteste la grande beauté de Pandora. La planète est un pur poème de verdure, de lianes et de branches enchevêtrées. Au détour d'un chemin, on se prend parfois à observer une sublime cascade ou quelque formation rocheuse. Les couleurs sont vives, peut-être même trop diront certains, mais l'impression d'évoluer dans un tout autre monde est saisissante. Et si on aurait pu craindre un certain manque de variété, vous pouvez d'ores et déjà être rassuré : les développeurs ont conçu de vastes décors variés à explorer librement, ou presque. Des superbes camps Na'vis, perchés entre des falaises sur des rochers en suspension dans les airs, on se perdra volontiers dans les méandres de petits cours d'eau, avant de tomber sur des zones meurtries par les activités humaines, véritables verrues sur le visage de Pandora. Hélas cette débauche de verdure a un prix, et ce sont les versions consoles qui paient l'addition. Sur ces machines, Avatar souffre en effet de sérieux problèmes de framerate qui risquent fort de gâcher le plaisir de l'exploration à un bon nombre de joueurs.

James Cameron's Avatar : The Game
Du côté des Na'vis, l'ambiance est très différente.
L'ultime reproche que nous ferons au soft tient à son multijoueur, qui franchement, paraît totalement accessoire. Peu de cartes, une poignée de modes classiques et un système de matchmaking obligatoire qui empêche le joueur de sélectionner précisément ses paramètres. Dommage, car dans le fond, les quelques parties auxquelles nous avons pu participer ne manquaient pas de charme. Jouable à 16, le multi fait évidemment s'affronter les deux factions. Les humains tenteront toujours de dégommer les aliens de loin et compenseront leur relative fragilité et leur lenteur en usant de buggys et de méchas. Les Na'vis, au contraire, feront tout pour dépecer leurs adversaires en combat rapproché. Le mix fonctionne convenablement mais manque un peu de profondeur. Un constat qui finalement, pourrait presque s'appliquer au jeu dans son ensemble. Avatar : The Game apparaît en effet comme une adaptation attachante, souvent prenante, mais qui aurait incontestablement gagné à être davantage peaufinée. Mais que voulez-vous, la sortie du film approche à grands pas, et le soft se devait d'atterrir dans les rayons à cette période...

Les notes
  • Graphismes 17 /20

    Avatar donne vie à un monde unique, où une généreuse végétation semble constamment jouer des coudes pour obtenir quelques gouttes de soleil. Cette exubérance est un véritable régal pour les yeux. Tout semble naturel sur Pandora et la planète nous offre très souvent de sublimes visions à travers ses cascades et ses ruisseaux clapotants. Hélas, sur consoles, tout cela se paie par de méchantes saccades, parfois un petit peu trop envahissantes. On regrettera également la rigidité de certaines animations.

  • Jouabilité 14 /20

    Les deux campagnes offrent de sympathiques variations de gameplay, mais leur structure respective reste trop convenue et linéaire. L'impression de liberté se dissipe effectivement bien trop vite. On prendra néanmoins plaisir à contrôler notre soldat humain ou notre fier guerrier Na'vi lors de séquences d'action rondement menées et calibrées pour un large public.

  • Durée de vie 14 /20

    Comptez environ 6 ou 7 heures pour terminer chacune des deux campagnes d'Avatar, un petit peu plus si vous escomptez remplir tous les défis propres à chaque zone. Ajoutons à cela un mini-jeu assez plaisant calqué sur le principe de Risk et un multijoueur sympatoche mais maigrichon et on obtient quelque chose de tout à fait convenable pour une adaptation de film.

  • Bande son 15 /20

    L'ambiance sonore est très réussie. La forêt "vit" littéralement et multiplie les petits bruits qui nous parviennent assourdis par la végétation et les musiques soutiennent convenablement l'action. Les doublages français en revanche donnent un petit trop dans le caricatural et le surjoué.

  • Scénario 11 /20

    Avatar nous offre une histoire distincte de celle du film mais s'évertue lui aussi à mettre en scène le terrible conflit entre les Na'vis et les Hommes, entre la Nature et la Technologie. Si ses scènes d'action parviennent à donner le ton, ses cinématiques sombrent malheureusement dans le quelconque. Maladroite au possible, l'histoire parvient parfois à relever la tête pour replonger aussitôt à la réplique suivante. Dommage.

Avatar a deux visages, à l'image du conflit qu'il met en scène. Le bébé d'Ubisoft peut être à la fois envoûtant et terriblement commun. De ses deux campagnes linéaires au déroulement convenu, on retiendra des fusillades intenses, calibrées pour un large public. La plus grande force du jeu réside cependant dans sa capacité à donner vie à un monde sublime et enchanteur, imposant et terriblement fragile. Certains joueurs n'en ressortiront pas indemnes, tandis que d'autres ne verront en Avatar qu'un shooter un petit peu trop bancal.

Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste jeuxvideo.com
03 décembre 2009 à 17:57:08
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (149)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.6/20
Mis à jour le 03/12/2009
PC Action Ubisoft Cinéma
Dernières Preview
PreviewArise : A Simple Story, mélancolie et retour dans le temps pour un jeu poétique 11 nov., 11:11
PreviewShenmue 3 : Le successeur attendu d'une saga culte ? 04 nov., 14:30
PreviewOne Punch Man A Hero Nobody Knows : Jeu de combat opportuniste ou adaptation fidèle ? 03 nov., 18:06
Les jeux attendus
1
Pokémon Épée / Bouclier
15 nov. 2019
2
Star Wars Jedi : Fallen Order
15 nov. 2019
3
The Last of Us Part II
29 mai 2020