CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • JV Fan Contest
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News débat et opinion 1 adolescent sur 7 aurait un problème avec les jeux vidéo
Profil de Logan,  Jeuxvideo.com
Logan - Journaliste jeuxvideo.com

Si le titre de cette news peut sembler racoleur, il n'en reste pas moins qu'il s'agit de la conclusion de l'étude PELLEAS (Programme d’étude sur les liens et l’impact des écrans sur l’adolescent scolarisé) publiée hier pour le compte de l'OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies).

1 adolescent sur 7 aurait un problème avec les jeux vidéo

Le rapport des adolescents aux écrans et aux jeux vidéo

Cette étude, réalisée durant l'année scolaire 2013/2014 dans une quinzaine de collèges et lycées parisiens (de la 4ème à la 1ère), auprès de 2000 élèves, avait ainsi pour but d'en apprendre un peu plus sur le rapport qu'entretiennent les jeunes avec leurs écrans de smartphones, tablettes, ordinateurs mais aussi les jeux vidéo, afin d'en dresser un bilan évoquant notamment certaines problématiques.

1 adolescent sur 7 aurait un problème avec les jeux vidéo

Ainsi, si l'on apprend par exemple que les lycéens passent chaque semaine un peu plus de temps sur les réseaux sociaux que les collégiens, le temps consacré à surfer sur Internet et à jouer aux jeux vidéo est équivalent chez les uns comme les autres. Ces deux pratiques arrivent d'ailleurs en tête du classement des "pratiques d'écran". De fait, 8 jeunes sur 10 (que ce soit au lycée ou au collège) avouent jouer au moins une fois par semaine aux jeux vidéo. Notons que les garçons sont plus intéressés par le média puisqu'au collège, ils sont 94% de joueurs contre 84% de joueuses alors qu'au lycée, le nombre est de 92% de joueurs pour 78% de joueuses.

Le PEGI 18 très prisé des mineurs

Lorsqu'on évoque les genres de jeux auxquels s'adonnent les adolescents, trois types se dégagent : les applications sur smartphones et tablettes (autant prisées par les garçons que les filles), les jeux d'action/tir et enfin les simulations sportives et de courses, ces derniers genres étant davantage plébiscités par les garçons. A l'inverse, les jeux de gestion sont plutôt liés à une pratique féminine alors que les jeux de rôle, d'aventure, d'infiltration ou bien encore les survival-horror séduisent davantage les garçons.

1 adolescent sur 7 aurait un problème avec les jeux vidéo

L'information la plus intéressante reste toutefois que plus de 8 collègiens sur 10 ont déjà joué à un jeu PEGI 18. Ce chiffre augmente au lycée puisqu'ils sont 90% à avoir déjà joué à un jeu interdit aux mineurs. Surprenant ? Pas vraiment car au-delà du fait que le système PEGI soit simplement une recommandation (et non pas une interdiction de vente), il s'avère que les séries les plus réclamées par les garçons sont très souvent des jeux PEGI 16 voire PEGI 18. Certes, les vendeurs professionnels sont censés appliquer cette recommandation, en réclamant par exemple la pièce d'identité de l'acheteur, mais ceci se fait très rarement et pour cause. Peut-on en effet imaginer un magasin, dont la clientèle est principalement mineure, lui refuser la vente du dernier Grand Theft Auto ou Call of Duty sous peine de voir son chiffre d'affaires en pâtir ? Oui, me direz-vous mais malheureusement, la logique économique a ses raisons que la raison ne connaît point.

Quand le jeu vidéo devient une addiction

En parallèle de ces informations, l'étude décrit également le profil des joueurs considérés comme ayant un usage problématique du jeu vidéo. Ainsi, en mettant à profit la Game Addiction Scal (ou Echelle de Lemmens), les jeunes ont été confrontés à 7 questions permettant de savoir :

  • S'ils passaient de plus en plus de temps à jouer,
  • S'ils pensaient toute la journée à un jeu vidéo,
  • S'ils négligeaient une autre activité au profit d'un jeu vidéo,
  • S'ils avaient déjà échoué à réduire leur temps de jeu,
  • S'ils jouaient pour oublier le quotidien,
  • S'ils avaient été critiqués par leur entourage à cause de leur passion pour le jeu vidéo,
  • S'ils avaient ressenti un manque à cause de l'impossibilité de jouer.

Les résultats ont ainsi démontré que 14% des joueurs hebdomadaires, soit environ 1 sur 7, auraient un usage problématique des jeux vidéo, ceux-ci ayant tendance à jouer à tous types de jeux mais plus particulièrement aux MMO ou bien encore aux jeux de stratégie.

Le faible encadrement parental comme véritable problème ?

1 adolescent sur 7 aurait un problème avec les jeux vidéo

Par ailleurs, parmi les facteurs résultant de cet usage problématique, sont cités le fait de jouer seul ou online, d'avoir sa propre console ou bien encore l'état de mal-être de l'adolescent ou le fait d'avoir redoublé. Egalement incriminés les parents très souvent connectés qui auraient donc tendance (de façon consciente ou inconsciente, on l'imagine), à influencer la pratique intensive du jeu vidéo chez leurs enfants. Il semblerait aussi que de manière plus générale, les parents souvent absents soient le problème majeur, les adolescents ne pouvant leur parler comme ils le voudraient ou tout simplement trouver un quelconque réconfort auprès d'eux.

Pour conclure, rajoutons qu'il est tout de même précisé, à juste titre, que cette conclusion est à prendre avec du recul compte tenu du caractère régional de l'étude qui cherchait davantage à dresser des profils d'usage problématique qu'à quantifier lesdits usages.

Source : étude PELLEAS (Programme d’étude sur les liens et l’impact des écrans sur l’adolescent scolarisé) de l'OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies)

Analyse
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
archkael archkael
MP
le 11 janv. 2015 à 11:02

Complètement con leur étude... De toutes manière on est pas addict à un jeu vidéo on est addict au sentiment de plaisir procuré et cela quel que soit le loisir... De même que le problème n'est pas le jeu ni le plaisir ressentit à jouer non le vrai problème c'est l'addiction elle même quelle qu'elle soit.... Addict à la lecture pas de problème tan que c'est pas a un jeu? Foutaises! L'addiction à la lecture te renferme sur toi même et même plus qu'un jeu car à moins que je ne me trompe un livre tu le lis seul dans ta tête renfermé dans ton imagination , ce qui n'est pas un problème d'ailleurs tan que cela ne deviens pas ......... Une putain d'addiction ! Le jeu c'est comme tout c'est bon à petite dose et bien encadré.

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
10 févr. 2023
2
The Callisto Protocol
02 déc. 2022
3
Resident Evil 4 (2023)
24 mars 2023
4
Diablo IV
2023
5
Final Fantasy XVI
3ème trimestre 2023
La vidéo du moment