CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Soldes
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • Soldes
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Soldes
    • Bons plans
    • Tutoriels
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • Smartphone et Tablette
  • Mobilité urbaine
  • Hardware
  • Image et son
  • WEB 3.0
  • Bons Plans
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Créer un contenu
News JVTech La Chine s’inquiète du fait que le Japon dilue dans l'océan le tritium radioactif de Fukushima. Voici ce que dit la science
Profil de Ahmed HAMADOU aka « Yuriky00 » ,  Jeuxvideo.com
Grand adorateur des jeux vidéo sur PC, mon but est simple : parler d’actualité hardware avec celles et ceux qui partagent cette passion. Cartes graphiques, processeurs, et même consoles, je vous teste tout ce beau monde en essayant d’être le plus clair possible ! (C’est pas forcément évident)

La décision de l'entreprise japonaise TEPCO de diluer dans l'océan Pacifique l'eau contaminée provenant de la centrale nucléaire de Fukushima a suscité des préoccupations environnementales, en particulier de la part de la Chine et de la Corée du Sud.

50 154 vues

Du tritium de Fukushima… Directement dans l'océan

Le 24 août dernier, TEPCO (Tokyo Electric Power Company), l'entreprise japonaise chargée de la gestion de la centrale nucléaire de Fukushima, a commencé à diluer dans l'océan Pacifique de l'eau traitée provenant de ces installations. Cette centrale électrique est constamment sous les feux de la rampe depuis que les cœurs de trois de ses réacteurs ont été partiellement fondus en raison des dommages causés par le tsunami survenu le 11 mars 2011.

Depuis lors, TEPCO a progressivement démantelé les installations endommagées sous la supervision de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Cette centrale produit chaque jour de l'eau contaminée car il est nécessaire d'utiliser ce fluide pour refroidir les barres de combustible des réacteurs, ce qui a conduit à son accumulation au fil des années dans des réservoirs de stockage.

Le problème est que TEPCO dispose actuellement de plus de 1000 réservoirs d'eau contaminée, qui occupent beaucoup d'espace. Les responsables de cette société ont passé plusieurs mois à plaider en faveur de la libération de l'espace occupé par ces réservoirs afin de pouvoir poursuivre le démantèlement de la centrale nucléaire. Leur demande a été acceptée, et l'AIEA leur a donné le feu vert pour traiter l'eau contaminée et la diluer dans l'océan Pacifique.

Les inquiétudes de la Chine

L'approbation de l'AIEA devrait garantir que la stratégie de TEPCO est appropriée, mais son soutien n'a pas été suffisant pour rassurer tout le monde. En effet, l'eau contaminée contient une très faible quantité de tritium. Cet isotope de l'hydrogène est radioactif et participe curieusement, aux côtés du deutérium, à la composition du combustible des réacteurs de fusion nucléaire expérimentaux. ITER, le réacteur de fusion en cours de construction dans la ville française de Cadarache, utilisera en fait un plasma de noyaux de tritium et de deutérium pour maintenir la réaction de fusion.

La Chine s’inquiète du fait que le Japon dilue dans l'océan le tritium radioactif de Fukushima. Voici ce que dit la science

La Chine a interdit l'importation de fruits de mer japonais parce qu'elle soupçonne qu'ils pourraient être contaminés, et les protestations les plus vigoureuses viennent des gouvernements de la Corée du Sud et de la Chine. En fait, le pays dirigé par Xi Jinping a interdit l'importation de fruits de mer japonais parce qu'il soupçonne qu'ils pourraient être contaminés. Ces protestations sont légitimes dans la mesure où toute manœuvre susceptible de compromettre l'environnement ou la santé des personnes doit nécessairement faire l'objet d'un audit.

Cependant, pour dissiper les doutes et déterminer si le tritium rejeté par TEPCO est dangereux, il est préférable de se tourner vers les réponses fournies par la science. La première chose à ne pas négliger est que le contenu des plus de 1 000 réservoirs sera dilué dans l'océan progressivement au cours d'un processus qui durera trois décennies. L'eau contaminée est préalablement traitée pour éliminer tous les éléments radioactifs, mais la technologie actuelle ne permet pas de filtrer cet isotope de l'hydrogène. C'est là que réside le problème.

Le ministère de l'Environnement du Japon prélève périodiquement des échantillons d'eau de mer dans onze points différents à proximité de Fukushima. L'objectif est de mesurer la concentration de tritium depuis le début de la dilution par TEPCO à la fin du mois d'août. La dernière mesure a été prise le 11 septembre dernier, et à ce moment-là, la présence de tritium était indétectable.

Les autorités japonaises continueront à effectuer ce type d'analyse chaque semaine pour surveiller en permanence le niveau de tritium. Cependant, ce n'est pas tout ce que nous savons. L'Organisation mondiale de la santé établit que l'eau potable ne doit contenir que moins de 10 000 becquerels par litre, ce qui nous permet de parvenir à une conclusion très raisonnable : pour le moment, le tritium dilué par TEPCO ne pose aucun problème.

Comme l'explique Operador Nuclear dans son tweet intéressant et bien documenté, l'incidence des rayons cosmiques sur les couches supérieures de l'atmosphère déclenche la production de 1 302 g de tritium chaque année, et la majeure partie de cet élément se dilue naturellement dans les océans. Cela signifie tout simplement que l'eau de mer a toujours contenu une très faible quantité de tritium inoffensif pour la santé des organismes vivants. TEPCO va diluer moins de 1 g de tritium par an dans l'océan Pacifique, une quantité qui, a priori, ne devrait poser aucun problème pour la biosphère.

Malgré tout, certains scientifiques ont proposé d'adopter une attitude prudente car il est très difficile d'estimer avec précision l'impact des radionucléides sur la nature et quelle concentration est absolument sûre. Et oui, il ne fait aucun doute que c'est la position la plus prudente à adopter. Ce que nous disent l'Agence internationale de l'énergie atomique, le gouvernement japonais et l'Organisation mondiale de la santé est rassurant, nous n'avons donc aucune raison de nous inquiéter. Néanmoins, il est très positif que certains scientifiques et organisations écologistes restent vigilants dans le but de nous alerter en cas de problème.

Espérons que tout se déroule comme prévu et que l'impact du tritium de Fukushima sur la nature soit minime.

Sciences
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
bromb bromb
MP
Niveau 27
le 19 sept. 2023 à 08:53

étrangement ils sont beaucoup moins inquiet quand ils perdent le contrôle de leurs fusées ou qu'ils laissent échapper des virus dans la nature...

Lire la suite...
Les jeux attendus
1
Assassin's Creed Shadows
15 nov. 2024
2
Call of Duty : Black Ops 6
25 oct. 2024
3
Grand Theft Auto VI
2025
4
DRAGON BALL : Sparking! ZERO
11 oct. 2024
5
The Legend of Zelda : Echoes of Wisdom
26 sept. 2024
La vidéo du moment