CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourSoldes
    • Toutes les offres
    • Meilleures offres
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tutoriels
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Etoile Abonnement RSS

Sujet : [TOPIC UNIQUE] Suivi du coronavirus

DébutPage précedente
Page suivanteFin
Spartacus_re Spartacus_re
MP
06 septembre 2022 à 15:49:50

L'utilisation régulière d'Ivermectin comme prophylaxie pour le COVID-19 a conduit à une réduction de 92% du taux de mortalité du COVID-19 dans un mode dose-réponse : Résultats d'une étude observationnelle prospective d'une population strictement contrôlée de 88 012 sujets. https://www.cureus.com/articles/111851-regular-use-of-ivermectin-as-prophylaxis-for-covid-19-led-up-to-a-92-reduction-in-covid-19-mortality-rate-in-a-dose-response-manner-results-of-a-prospective-observational-study-of-a-strictly-controlled-population-of-88012-subjects?email_share=true&expedited_modal=true

Résultats
Parmi les 223 128 sujets de la ville d'Itajaí, 159 560 avaient 18 ans ou plus et n'étaient pas infectés par le COVID-19 jusqu'au 7 juillet 2020. Parmi eux, 45 716 (28,7 %) n'ont pas utilisé d'ivermectine et 113 844 (71,3 %) en ont utilisé. Parmi les utilisateurs d'ivermectine, 33 971 (29,8 %) l'utilisaient de manière irrégulière (jusqu'à 60 mg) et 8 325 (7,3 %) de manière régulière (plus de 180 mg). Les 71 548 participants restants n'ont pas été inclus dans l'analyse. Le taux d'infection par COVID-19 était 49% plus faible chez les utilisateurs réguliers (3,40%) que chez les non-utilisateurs (6,64%) (taux de risque (RR) : 0,51 ; IC 95 % : 0,45-0,58 ; p < 0,0001), et 25 % plus faible que chez les utilisateurs irréguliers (4,54 %) (RR : 0,75 ; IC 95 % : 0,66-0,85 ; p < 0,0001). Le taux d'infection était 32% moins élevé chez les utilisateurs irréguliers que chez les non-utilisateurs (RR : 0,68 ; IC 95% : 0,64-0,73 ; p < 0,0001). Parmi les participants à l'étude COVID-19, les utilisateurs réguliers étaient plus âgés et présentaient une prévalence plus élevée de diabète de type 2 et d'hypertension que les utilisateurs irréguliers et les non-utilisateurs. Après PSM, l'analyse appariée contenait 283 sujets dans chaque groupe de non-utilisateurs et d'utilisateurs réguliers, entre utilisateurs réguliers et utilisateurs irréguliers, et 1 542 sujets entre non-utilisateurs et utilisateurs irréguliers. Le taux d'hospitalisation a été réduit de 100% chez les utilisateurs réguliers par rapport aux utilisateurs irréguliers et aux non-utilisateurs (p < 0,0001), et de 29% chez les utilisateurs irréguliers par rapport aux non-utilisateurs (RR : 0,781 ; IC 95% : 0,49-1,05 ; p = 0,099). Le taux de mortalité était 92% moins élevé chez les utilisateurs réguliers que chez les non-utilisateurs (RR : 0,08 ; IC 95% : 0,02-0,35 ; p = 0,0008) et 84% moins élevé que chez les utilisateurs irréguliers (RR : 0,16 ; IC 95% : 0,04-0,71 ; p = 0,016), tandis que les utilisateurs irréguliers présentaient une réduction du taux de mortalité de 37% moins élevée que les non-utilisateurs (RR : 0,67 ; IC 95% : 0,40-0,99 ; p = 0,049). Le risque de mourir de COVID-19 était 86% plus faible chez les utilisateurs réguliers que chez les non-utilisateurs (RR : 0,14 ; 95% CI : 0,03-0,57 ; p = 0,006), et 72% plus faible que chez les utilisateurs irréguliers (RR : 0,28 ; 95% CI : 0,07-1,18 ; p = 0,083), tandis que les utilisateurs irréguliers avaient une réduction de 51% par rapport aux non-utilisateurs (RR : 0,49 ; 95% CI : 0,32-0,76 ; p = 0,001).

Conclusion
La non-utilisation de l'ivermectine a été associée à un taux de mortalité 12,5 fois plus élevé et à un risque sept fois plus élevé de mourir du COVID-19 par rapport à l'utilisation régulière de l'ivermectine. Cette efficacité dose-réponse renforce les effets prophylactiques de l'ivermectine contre le COVID-19.

Note : cette étude avait déjà été publiée sous forme de preprint et que j'avais posté. Elle est maintenant examinée par les pairs.

RealZakarik RealZakarik
MP
06 septembre 2022 à 16:00:40

Le 06 septembre 2022 à 15:49:50 :
L'utilisation régulière d'Ivermectin comme prophylaxie pour le COVID-19 a conduit à une réduction de 92% du taux de mortalité du COVID-19 dans un mode dose-réponse : Résultats d'une étude observationnelle prospective d'une population strictement contrôlée de 88 012 sujets. https://www.cureus.com/articles/111851-regular-use-of-ivermectin-as-prophylaxis-for-covid-19-led-up-to-a-92-reduction-in-covid-19-mortality-rate-in-a-dose-response-manner-results-of-a-prospective-observational-study-of-a-strictly-controlled-population-of-88012-subjects?email_share=true&expedited_modal=true

Résultats
Parmi les 223 128 sujets de la ville d'Itajaí, 159 560 avaient 18 ans ou plus et n'étaient pas infectés par le COVID-19 jusqu'au 7 juillet 2020. Parmi eux, 45 716 (28,7 %) n'ont pas utilisé d'ivermectine et 113 844 (71,3 %) en ont utilisé. Parmi les utilisateurs d'ivermectine, 33 971 (29,8 %) l'utilisaient de manière irrégulière (jusqu'à 60 mg) et 8 325 (7,3 %) de manière régulière (plus de 180 mg). Les 71 548 participants restants n'ont pas été inclus dans l'analyse. Le taux d'infection par COVID-19 était 49% plus faible chez les utilisateurs réguliers (3,40%) que chez les non-utilisateurs (6,64%) (taux de risque (RR) : 0,51 ; IC 95 % : 0,45-0,58 ; p < 0,0001), et 25 % plus faible que chez les utilisateurs irréguliers (4,54 %) (RR : 0,75 ; IC 95 % : 0,66-0,85 ; p < 0,0001). Le taux d'infection était 32% moins élevé chez les utilisateurs irréguliers que chez les non-utilisateurs (RR : 0,68 ; IC 95% : 0,64-0,73 ; p < 0,0001). Parmi les participants à l'étude COVID-19, les utilisateurs réguliers étaient plus âgés et présentaient une prévalence plus élevée de diabète de type 2 et d'hypertension que les utilisateurs irréguliers et les non-utilisateurs. Après PSM, l'analyse appariée contenait 283 sujets dans chaque groupe de non-utilisateurs et d'utilisateurs réguliers, entre utilisateurs réguliers et utilisateurs irréguliers, et 1 542 sujets entre non-utilisateurs et utilisateurs irréguliers. Le taux d'hospitalisation a été réduit de 100% chez les utilisateurs réguliers par rapport aux utilisateurs irréguliers et aux non-utilisateurs (p < 0,0001), et de 29% chez les utilisateurs irréguliers par rapport aux non-utilisateurs (RR : 0,781 ; IC 95% : 0,49-1,05 ; p = 0,099). Le taux de mortalité était 92% moins élevé chez les utilisateurs réguliers que chez les non-utilisateurs (RR : 0,08 ; IC 95% : 0,02-0,35 ; p = 0,0008) et 84% moins élevé que chez les utilisateurs irréguliers (RR : 0,16 ; IC 95% : 0,04-0,71 ; p = 0,016), tandis que les utilisateurs irréguliers présentaient une réduction du taux de mortalité de 37% moins élevée que les non-utilisateurs (RR : 0,67 ; IC 95% : 0,40-0,99 ; p = 0,049). Le risque de mourir de COVID-19 était 86% plus faible chez les utilisateurs réguliers que chez les non-utilisateurs (RR : 0,14 ; 95% CI : 0,03-0,57 ; p = 0,006), et 72% plus faible que chez les utilisateurs irréguliers (RR : 0,28 ; 95% CI : 0,07-1,18 ; p = 0,083), tandis que les utilisateurs irréguliers avaient une réduction de 51% par rapport aux non-utilisateurs (RR : 0,49 ; 95% CI : 0,32-0,76 ; p = 0,001).

Conclusion
La non-utilisation de l'ivermectine a été associée à un taux de mortalité 12,5 fois plus élevé et à un risque sept fois plus élevé de mourir du COVID-19 par rapport à l'utilisation régulière de l'ivermectine. Cette efficacité dose-réponse renforce les effets prophylactiques de l'ivermectine contre le COVID-19.

Note : cette étude avait déjà été publiée sous forme de preprint et que j'avais posté. Elle est maintenant examinée par les pairs.

Répondu à ça sur un autre topic.

Le 04 septembre 2022 à 13:57:38 :
En passant, si on se réfère à une précédente étude publiée par exactement la même équipe (il y a quelques personnes en plus dans la nouvelle étude).

C'est à dire cette étude : https://www.cureus.com/articles/82162-ivermectin-prophylaxis-used-for-covid-19-a-citywide-prospective-observational-study-of-223128-subjects-using-propensity-score-matching/correction/126

Ce qu'on peut dire sur les auteurs, c'est ça :

Lucy Kerr : Consultante rémunérée pour Vitamedic, un fabricant d'ivermectine, et Médicos Pela Vida (MPV), une organisation qui promeut l'ivermectine comme traitement du COVID-19.

Flavio A. Cadegiani : Consultant rémunéré ($1,600.00 USD) pour Vitamedic, un fabricant d'ivermectine. Le Dr. Cadegiani est un membre fondateur de la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC), une organisation qui promeut l'ivermectine comme traitement pour le COVID-19.

Pierre Kory : Président et médecin en chef de la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC), une organisation qui promeut l'ivermectine comme traitement pour le COVID-19. Le Dr. Kory déclare recevoir des paiements de FLCCC. En février 2022, le Dr Kory a ouvert un service privé de télésanté payant pour évaluer et traiter les patients atteints de COVID aigu, de COVID à long terme et de syndromes post-vaccination.

Jennifer A. Hibberd : Co-fondatrice de la Canadian Covid Care Alliance et du World Council for Health, qui découragent tous deux la vaccination et encouragent l'ivermectine comme traitement du COVID-19.

Juan J. Chamie-Quintero : Contribue à la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC) et mentionne la FLCCC comme son employeur sur sa page LinkedIn.

On notera deux choses :
1) Sur l'étude d'où je tire ça, ils avaient "oubliés" de mentionner tous ces conflits d'intérêts, et ça a été corrigé par la suite.

2) Je veux bien être pas trop regardant sur les conflits d'intérêts, mais on notera quand même qu'ils sont tous en lien avec l'Ivermectine, dont l'autrice principale (Lucy Kerr) qui est carrément rémunérée par un fabricant.

Spartacus_re Spartacus_re
MP
06 septembre 2022 à 17:37:39

Le 06 septembre 2022 à 16:00:40 :

Le 06 septembre 2022 à 15:49:50 :
L'utilisation régulière d'Ivermectin comme prophylaxie pour le COVID-19 a conduit à une réduction de 92% du taux de mortalité du COVID-19 dans un mode dose-réponse : Résultats d'une étude observationnelle prospective d'une population strictement contrôlée de 88 012 sujets. https://www.cureus.com/articles/111851-regular-use-of-ivermectin-as-prophylaxis-for-covid-19-led-up-to-a-92-reduction-in-covid-19-mortality-rate-in-a-dose-response-manner-results-of-a-prospective-observational-study-of-a-strictly-controlled-population-of-88012-subjects?email_share=true&expedited_modal=true

Résultats
Parmi les 223 128 sujets de la ville d'Itajaí, 159 560 avaient 18 ans ou plus et n'étaient pas infectés par le COVID-19 jusqu'au 7 juillet 2020. Parmi eux, 45 716 (28,7 %) n'ont pas utilisé d'ivermectine et 113 844 (71,3 %) en ont utilisé. Parmi les utilisateurs d'ivermectine, 33 971 (29,8 %) l'utilisaient de manière irrégulière (jusqu'à 60 mg) et 8 325 (7,3 %) de manière régulière (plus de 180 mg). Les 71 548 participants restants n'ont pas été inclus dans l'analyse. Le taux d'infection par COVID-19 était 49% plus faible chez les utilisateurs réguliers (3,40%) que chez les non-utilisateurs (6,64%) (taux de risque (RR) : 0,51 ; IC 95 % : 0,45-0,58 ; p < 0,0001), et 25 % plus faible que chez les utilisateurs irréguliers (4,54 %) (RR : 0,75 ; IC 95 % : 0,66-0,85 ; p < 0,0001). Le taux d'infection était 32% moins élevé chez les utilisateurs irréguliers que chez les non-utilisateurs (RR : 0,68 ; IC 95% : 0,64-0,73 ; p < 0,0001). Parmi les participants à l'étude COVID-19, les utilisateurs réguliers étaient plus âgés et présentaient une prévalence plus élevée de diabète de type 2 et d'hypertension que les utilisateurs irréguliers et les non-utilisateurs. Après PSM, l'analyse appariée contenait 283 sujets dans chaque groupe de non-utilisateurs et d'utilisateurs réguliers, entre utilisateurs réguliers et utilisateurs irréguliers, et 1 542 sujets entre non-utilisateurs et utilisateurs irréguliers. Le taux d'hospitalisation a été réduit de 100% chez les utilisateurs réguliers par rapport aux utilisateurs irréguliers et aux non-utilisateurs (p < 0,0001), et de 29% chez les utilisateurs irréguliers par rapport aux non-utilisateurs (RR : 0,781 ; IC 95% : 0,49-1,05 ; p = 0,099). Le taux de mortalité était 92% moins élevé chez les utilisateurs réguliers que chez les non-utilisateurs (RR : 0,08 ; IC 95% : 0,02-0,35 ; p = 0,0008) et 84% moins élevé que chez les utilisateurs irréguliers (RR : 0,16 ; IC 95% : 0,04-0,71 ; p = 0,016), tandis que les utilisateurs irréguliers présentaient une réduction du taux de mortalité de 37% moins élevée que les non-utilisateurs (RR : 0,67 ; IC 95% : 0,40-0,99 ; p = 0,049). Le risque de mourir de COVID-19 était 86% plus faible chez les utilisateurs réguliers que chez les non-utilisateurs (RR : 0,14 ; 95% CI : 0,03-0,57 ; p = 0,006), et 72% plus faible que chez les utilisateurs irréguliers (RR : 0,28 ; 95% CI : 0,07-1,18 ; p = 0,083), tandis que les utilisateurs irréguliers avaient une réduction de 51% par rapport aux non-utilisateurs (RR : 0,49 ; 95% CI : 0,32-0,76 ; p = 0,001).

Conclusion
La non-utilisation de l'ivermectine a été associée à un taux de mortalité 12,5 fois plus élevé et à un risque sept fois plus élevé de mourir du COVID-19 par rapport à l'utilisation régulière de l'ivermectine. Cette efficacité dose-réponse renforce les effets prophylactiques de l'ivermectine contre le COVID-19.

Note : cette étude avait déjà été publiée sous forme de preprint et que j'avais posté. Elle est maintenant examinée par les pairs.

Répondu à ça sur un autre topic.

Le 04 septembre 2022 à 13:57:38 :
En passant, si on se réfère à une précédente étude publiée par exactement la même équipe (il y a quelques personnes en plus dans la nouvelle étude).

C'est à dire cette étude : https://www.cureus.com/articles/82162-ivermectin-prophylaxis-used-for-covid-19-a-citywide-prospective-observational-study-of-223128-subjects-using-propensity-score-matching/correction/126

Ce qu'on peut dire sur les auteurs, c'est ça :

Lucy Kerr : Consultante rémunérée pour Vitamedic, un fabricant d'ivermectine, et Médicos Pela Vida (MPV), une organisation qui promeut l'ivermectine comme traitement du COVID-19.

Flavio A. Cadegiani : Consultant rémunéré ($1,600.00 USD) pour Vitamedic, un fabricant d'ivermectine. Le Dr. Cadegiani est un membre fondateur de la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC), une organisation qui promeut l'ivermectine comme traitement pour le COVID-19.

Pierre Kory : Président et médecin en chef de la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC), une organisation qui promeut l'ivermectine comme traitement pour le COVID-19. Le Dr. Kory déclare recevoir des paiements de FLCCC. En février 2022, le Dr Kory a ouvert un service privé de télésanté payant pour évaluer et traiter les patients atteints de COVID aigu, de COVID à long terme et de syndromes post-vaccination.

Jennifer A. Hibberd : Co-fondatrice de la Canadian Covid Care Alliance et du World Council for Health, qui découragent tous deux la vaccination et encouragent l'ivermectine comme traitement du COVID-19.

Juan J. Chamie-Quintero : Contribue à la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC) et mentionne la FLCCC comme son employeur sur sa page LinkedIn.

On notera deux choses :
1) Sur l'étude d'où je tire ça, ils avaient "oubliés" de mentionner tous ces conflits d'intérêts, et ça a été corrigé par la suite.

2) Je veux bien être pas trop regardant sur les conflits d'intérêts, mais on notera quand même qu'ils sont tous en lien avec l'Ivermectine, dont l'autrice principale (Lucy Kerr) qui est carrément rémunérée par un fabricant.

Intéressant.

Maintenant si les données brutes sont disponibles, il est possible pour tout chercheur de relever les biais ou problèmes.

Contrairement à l'essai Together où les données de l'essai n'ont jamais été rendus disponibles par ICODA, ce qui constitue une violation flagrante de l'éthique. Non seulement aucun rapport ne fait état d'un accès réussi aux données, mais un responsable d'ICODA indique qu'il n'a jamais eu les données. Cette essai présente plusieurs malversations. cela serai trop long à résumer brièvement et j'en ai déjà parlé auparavant.

Par ailleurs, la conclusion de l'étude publiée dans le New England Journal of Medecine qui stipule que le traitement à l'ivermectine n'a pas entraîné une diminution de l'incidence de l'admission médicale est quelque peut trompeuse dans la mesures où les résultats sont plus nuancés.

Un échange entre Ed Mills (le principal enquêteur de l'essai Together) et un collègue nommé Marc Rendell a été publié, entre autres courriels :

Voici la réponse d'Ed Mills à Marc Rendell le 3 avril 2022 :

Salut Marc

J'espère que vous allez bien. Je vous remercie pour votre courriel. Vous avez été la seule personne assez courtoise pour poser les questions.

Je ne comprends pas la psychologie des défenseurs de l'ivermectine. Ils ne voient pas les aspects positifs de cette étude et se concentrent sur le fait qu'elle n'est pas extrêmement positive. En fait, je pense qu'elle est plutôt positive.

J'ai présenté cette étude il y a quelques semaines aux NIH Collaboratory Rounds et, s'ils m'écoutaient, je dirais qu'en fait, il y a un signal clair que l'IVM fonctionne chez les patients atteints de COVID, mais que notre étude n'est pas significative. En particulier, il y a eu une réduction de 17% des hospitalisations qui serait significative si plus de patients étaient ajoutés. Je ne considère vraiment pas notre étude comme négative et, dans cet exposé, vous m'entendrez revenir sur des déclarations antérieures où j'avais été négatif. Je pense que si nous avions continué à randomiser quelques centaines de patients supplémentaires, la réduction aurait probablement été significative.

Aussi Frank Harrell, professeur de biostatistique, a demandé à Mills : "Lorsque vous avez un intervalle de confiance qui va jusqu'à une réduction de 30% du risque relatif, la question de savoir si l'essai a été arrêté trop tôt à la lumière des ramifications politiques de la nécessité de démontrer que l'efficacité n'est vraiment pas impressionnante, elle pourrait vraiment être soulevée comme une question logique..."

"Je suis totalement d'accord avec Frank", a répondu Mills.

Ed Mills et le Dr David Boulware ont dit pourtant aux journaux à la place :

"L'ivermectine n'a pas entraîné une baisse de l'incidence des admissions médicales à l'hôpital", Edward Mills dans le journal TOGETHER du 30 mars 2022.

"Rien n'indique que l'ivermectine soit cliniquement utile", citation d'Edward Mills le 18 mars 2022.

Dans le New York Times : "Il n'y a vraiment aucun signe d'un quelconque bénéfice", a déclaré le Dr David Boulware, expert en maladies infectieuses à l'Université du Minnesota.

Message édité le 06 septembre 2022 à 17:41:32 par Spartacus_re
TakeshiAniki TakeshiAniki
MP
06 septembre 2022 à 17:45:55

Le 06 septembre 2022 à 17:37:39 :

Aussi Frank Harrell, professeur de biostatistique, a demandé à Mills : "Lorsque vous avez un intervalle de confiance qui va jusqu'à une réduction de 30% du risque relatif, la question de savoir si l'essai a été arrêté trop tôt à la lumière des ramifications politiques de la nécessité de démontrer que l'efficacité n'est vraiment pas impressionnante, elle pourrait vraiment être soulevée comme une question logique..."

"Je suis totalement d'accord avec Frank", a répondu Mills.

Ed Mills et le Dr David Boulware ont dit pourtant aux journaux à la place :

"L'ivermectine n'a pas entraîné une baisse de l'incidence des admissions médicales à l'hôpital", Edward Mills dans le journal TOGETHER du 30 mars 2022.

"Rien n'indique que l'ivermectine soit cliniquement utile", citation d'Edward Mills le 18 mars 2022.

Dans le New York Times : "Il n'y a vraiment aucun signe d'un quelconque bénéfice", a déclaré le Dr David Boulware, expert en maladies infectieuses à l'Université du Minnesota.

bigpharma a du passer derrière un petit chèque à la main. la capacité de corruption des labos est quasi infinie, et si tu ne te plies pas à leur argent, tu es dégradé à l'instar de nancy olivieri au canada qui a était traité comme une brebis gâleuse pendant des années avant de gagner en justice et d'être réintégrée

Spartacus_re Spartacus_re
MP
06 septembre 2022 à 18:26:42

Le 06 septembre 2022 à 17:45:55 :

Le 06 septembre 2022 à 17:37:39 :

Aussi Frank Harrell, professeur de biostatistique, a demandé à Mills : "Lorsque vous avez un intervalle de confiance qui va jusqu'à une réduction de 30% du risque relatif, la question de savoir si l'essai a été arrêté trop tôt à la lumière des ramifications politiques de la nécessité de démontrer que l'efficacité n'est vraiment pas impressionnante, elle pourrait vraiment être soulevée comme une question logique..."

"Je suis totalement d'accord avec Frank", a répondu Mills.

Ed Mills et le Dr David Boulware ont dit pourtant aux journaux à la place :

"L'ivermectine n'a pas entraîné une baisse de l'incidence des admissions médicales à l'hôpital", Edward Mills dans le journal TOGETHER du 30 mars 2022.

"Rien n'indique que l'ivermectine soit cliniquement utile", citation d'Edward Mills le 18 mars 2022.

Dans le New York Times : "Il n'y a vraiment aucun signe d'un quelconque bénéfice", a déclaré le Dr David Boulware, expert en maladies infectieuses à l'Université du Minnesota.

bigpharma a du passer derrière un petit chèque à la main. la capacité de corruption des labos est quasi infinie, et si tu ne te plies pas à leur argent, tu es dégradé à l'instar de nancy olivieri au canada qui a était traité comme une brebis gâleuse pendant des années avant de gagner en justice et d'être réintégrée

ICODA partage des sources de financement avec l'essai TOGETHER, de sorte qu'il ne peut pas vraiment être considéré comme indépendant. ICODA est organisé par Health Data Research UK - l'institut national pour les données de santé au Royaume-Uni, avec le programme d'accélérateur thérapeutique COVID-19 comme bailleur de fonds fondateur. Donateurs fondateurs et principaux donateurs : La Fondation Bill & Melinda Gates, le Wellcome Trust et Mastercard.

Les conflits d'intérêts divulgués comprennent : Pfizer, Merck, la Fondation Bill et Melinda Gates, le gouvernement australien, Medicines Development for Global Health, Novaquest, Regeneron, Astrazeneca, Daichi Sankyo, Commonwealth Science and Research Organization et Card Research. De nombreux conflits d'intérêts ne sont pas signalés. Par exemple, Unitaid est un sponsor [Harper, togethertrial.com (C)].

Toutes les analyses ont été effectuées par Cytel. Cytel est une société de modélisation statistique qui aide les sociétés pharmaceutiques à obtenir des autorisations - elle travaille en étroite collaboration avec Pfizer [cytel.com]. Le logiciel et les services de Cytel sont utilisés par les 30 premières entreprises pharmaceutiques [cytel.com (B)].

Un co-investigateur principal travaille pour Cytel et la Fondation Gates [empendium.com] : "La plupart du temps, je travaille pour une société appelée Cytel, où je conçois des essais cliniques, principalement pour la Fondation Bill & Melinda Gates".

La Fondation Gates est l'un des partenaires fondateurs de GAVI, qui a diffusé des publicités sur Google pour déconseiller l'utilisation de l'ivermectine [twitter.com (AB)], et l'un des principaux bailleurs de fonds d'Unitaid, qui pourrait avoir modifié les résultats de la méta-analyse de Hill de manière à en empêcher l'adoption [c19ivermectin.com, c19ivermectin.com (B), twitter.com (I)].

L'essai est associé à MMS Holdings [dcricollab.dcri.duke.edu (B)], dont la mission consiste notamment à aider les entreprises pharmaceutiques à obtenir l'autorisation de mise sur le marché et à concevoir des études scientifiques qui les aident à obtenir cette autorisation. L'un de ses clients est Pfizer [mmsholdings.com].

Certara. L'un des principaux enquêteurs était le Dr Craig Rayner, président du développement intégré des médicaments chez Certara - une autre société dont la mission est similaire à celle de MMS Holdings. Ils déclarent sur leur site web que : "Depuis 2014, nos clients ont obtenu plus de 90 % des approbations de nouveaux médicaments et de produits biologiques par la FDA." L'un de leurs clients est Pfizer [certara.com].

Etc.

Si le sujet t'intéresse plusieurs articles exhaustifs sur le sujet :

Le problème de l'essai TOGETHER. https://doyourownresearch.substack.com/p/the-problem-with-the-together-trial?s=r

Effet d'un traitement précoce à l'ivermectine chez les patients atteints de Covid-19. De nombreux problèmes majeurs, y compris de multiples numéros impossibles, l'échec de l'aveuglement, l'échec de la randomisation, et de nombreuses violations du protocole, comme détaillé ci-dessous. https://c19ivermectin.com/togetherivm.html#ref_https://empendium.com/mcmtextbook/interviews/perspective/236226%2Ccovid-19-to-treat-or-not-to-treat-platform-trials

Message édité le 06 septembre 2022 à 18:29:35 par Spartacus_re
TakeshiAniki TakeshiAniki
MP
06 septembre 2022 à 18:35:35

Le 06 septembre 2022 à 18:26:42 :

Le problème de l'essai TOGETHER. https://doyourownresearch.substack.com/p/the-problem-with-the-together-trial?s=r

Effet d'un traitement précoce à l'ivermectine chez les patients atteints de Covid-19. De nombreux problèmes majeurs, y compris de multiples numéros impossibles, l'échec de l'aveuglement, l'échec de la randomisation, et de nombreuses violations du protocole, comme détaillé ci-dessous. https://c19ivermectin.com/togetherivm.html#ref_https://empendium.com/mcmtextbook/interviews/perspective/236226%2Ccovid-19-to-treat-or-not-to-treat-platform-trials

:cimer: je regarderai ça

Message édité le 06 septembre 2022 à 18:35:49 par TakeshiAniki
Spartacus_re Spartacus_re
MP
07 septembre 2022 à 22:00:48

La Californie va criminaliser le consentement éclairé si Newsom signe l'AB2098. https://merylnass.substack.com/p/california-will-criminalize-informed?utm_source=substack&utm_campaign=post_embed&utm_medium=web

Voici la discussion de l'Association Américaine des Médecins et Chirurgiens sur le projet de loi. C'est trop poli. Mais il vous indique où envoyer votre message.

Comme vous l'avez probablement entendu, un dangereux projet de loi, AB 2098, a été adopté par l'assemblée législative de Californie. Il punira les médecins qui cherchent à s'exprimer publiquement sur des questions ayant un impact direct sur le bien-être de leurs patients.

Par exemple, en vertu de la loi AB 2098, les médecins qui préconisent un traitement précoce avec des médicaments non indiqués sur l'étiquette, qui posent des questions sur l'innocuité du vaccin COVID ou qui remettent en question le bien-fondé des verrouillages préjudiciables et des mandats de masquage non scientifiques, seront accusés de conduite non professionnelle pour avoir promu "la désinformation ou la désinformation" et risquent de perdre leur licence médicale.

Les médecins ne doivent pas être contraints de suivre aveuglément le "consensus" établi et de s'abstenir de participer au débat qui est crucial pour faire progresser la science et les politiques rationnelles de santé publique.

L'AB 2098 nuira au bien-être des patients californiens, à l'intégrité de la profession médicale et au bien-être de l'État tout entier.

Les médecins généralistes recevront des primes pour accélérer la mise en œuvre des traitements Covid à domicile (Angleterre). https://www.pulsetoday.co.uk/news/breaking-news/gps-to-receive-incentive-payments-to-deliver-accelerated-care-home-covid-boosters/

Espagne. Contraint, il y a un mois, par la justice baléare de dévoiler les contrats de vaccins signés avec la justice, l’Etat refuse catégoriquement et évoque les clauses de confidentialité signées avec les laboratoires. https://lecourrier-du-soir.com/espagne-letat-declare-la-guerre-a-la-justice-et-refuse-de-devoiler-les-contrats-de-vaccin-signes-avec-pfizer/

L’UE compte sur une nouvelle vague COVID cet hiver. https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/09/07/lue-compte-sur-une-nouvelle-vague-covid-cet-hiver/
Après le feu vert de l’EMA pour l'utilisation des deux premiers « booster » adaptés au variant Omicron de Pfizer (Comirnaty) et Moderna (Spikevax), vendredi, le régulateur européen a de nouveau exhorté les États membres à commencer dès que possible la distribution des vaccins de rappel Covid, car de nouveaux variants pourraient apparaître cet hiver. La Commission européenne nourrit déjà le narratif d’une nouvelle vague pour l’hiver alors que la pandémie connaît un étiage à travers l’Europe.

Donc on incite aux rappels avant les nouveaux vaccins bivalent pour une prétendue reprise épidémique sachant que 1) les vaccins entraînent une baisse temporaire des lymphocytes 2) les nouveaux vaccins n’ont pas été testés sur l'homme 3) toutes les souris "dopées au bivalent" ont été testés positives lorsqu'elles ont été testées 4) des études publiées sur New England Journal of Medicine ont confirmé que les sous-variants d’Omicron BA.4 et BA.5 échappent aux réponses anticorps à la fois chez les personnes ayant déjà été infectées par le Covid-19, mais aussi chez celles qui ont été entièrement vaccinées 5) plusieurs études montrent que les vaccins dépriment l'immunité adaptative et que les injections d'ARNm augmentent la susceptibilité à d'autres infections.

Bill Gates "prédit" l’arrivée d’un nouveau variant du Covid-19 encore plus virulent, contagieux et mortel. Un lien de cause à effet peut-être ?

Et pour rappel, l'ARN du rappel Omicron de Moderna est fabriqué par une société liée à la CIA. Article de Whitney Webb. https://unlimitedhangout.com/2022/08/investigative-reports/rna-for-modernas-omicron-booster-manufactured-by-cia-linked-company/

Message édité le 07 septembre 2022 à 22:04:16 par Spartacus_re
Spartacus_re Spartacus_re
MP
08 septembre 2022 à 02:42:06

Les noms des Bilderbergers qui ont joué un rôle dans l'événement Covid. https://expose-news.com/2022/09/04/bilderbergers-whove-played-a-role-in-covid-event/

"Plus de 150 Bilderbergers (sur les 1861 qui sont encore en vie) ont joué des rôles importants dans l'événement Covid-19. Beaucoup, peut-être la plupart, des personnes ci-dessous ont été actives dans divers rôles ; cette page tente de les répertorier sous le plus important joué." - Wikispooks

Les vaccins mettent en moyenne 5 mois pour tuer les gens. Le CDC a caché le fichier principal des décès de la Sécurité sociale. Je l'ai obtenu d'un dénonciateur. Il montre que les décès mettent 5 mois à se produire après la vaccination. C'est pourquoi c'est difficile à voir. https://stevekirsch.substack.com/p/this-one-graph-tells-you-everything

Le point essentiel est le suivant :

Les données britanniques apportent la preuve statistique de la causalité des décès (p<0,001) : les doses de vaccin correspondent à l'excès de décès 23 semaines plus tard. La dépendance des doses est essentielle pour démontrer la causalité. Si personne ne peut expliquer cela, le principe de précaution de la médecine exige que toute société éthique arrête les vaccins maintenant.

Une analyse publiée sur le site de Chris Martenson a constaté le même retard de 5 mois en utilisant des données de source différente !

Une troisième analyse montre un retard similaire (Spiro P. Pantazatos, PhD). Le temps de réaction pour la dose 1 est plus long que pour les doses 1 et 2.

Une quatrième analyse utilise uniquement les données du Royaume-Uni et trouve un décalage de 23 semaines avec une signification statistique très élevée (John Dee).

Ce qu'il a découvert, c'est que le nombre d'injections du vaccin COVID peut expliquer un tiers de la surmortalité non COVID 23 semaines plus tard. C'est énorme. C'est une causalité. La valeur p est p<.001.

Une cinquième étude constate un délai similaire (Tim Ellison). Tim Ellison constate deux pics de mortalité : à 7 semaines et à 27 semaines après le vaccin.

Spartacus_re Spartacus_re
MP
10 septembre 2022 à 13:37:51

Les auteurs d'un nouvel article pré-imprimé sur l'effet des injections COVID ont estimé que pour chaque hospitalisation évitée dans le cadre du COVID-19 chez de jeunes adultes précédemment non infectés, 18 à 98 événements indésirables graves se produiront. https://www.lifesitenews.com/news/young-adults-up-to-100x-more-likely-to-suffer-covid-jab-injuries-than-be-protected-study/

L'étude, dont les auteurs comprennent le Dr Kevin Bardosh, bénéficiaire d'un financement du Wellcome Trust pro-vaccination dirigé par Sir Jeremy Farrar, et le Dr Tracy Beth Høeg du département de la santé de Floride, présente une évaluation des risques et des avantages des vaccins de rappel chez les personnes en âge d'étudier et fournit cinq arguments éthiques contre les mandats.

Les chercheurs estiment que 22 000 à 30 000 adultes âgés de 18 à 29 ans, précédemment non infectés, doivent être stimulés par un vaccin à ARNm pour éviter une seule hospitalisation due au COVID-19. Dans cette étude, qui fait actuellement l'objet d'un examen par les pairs, les auteurs analysent les données des CDC et les données relatives aux événements indésirables déclarés et constatent que les rappels obligatoires sont susceptibles de causer un préjudice net attendu.

Ils estiment que pour chaque hospitalisation liée au COVID-19 évitée chez de jeunes adultes non infectés auparavant, 18 à 98 événements indésirables graves se produiront, dont 1,7 à 3,0 cas de myocardite associée aux rappels chez les hommes, et 1 373 à 3 234 cas de blessures graves qui interfèrent avec les activités quotidiennes.

Sur la base de ces preuves, ils affirment que les mandats de rappel universitaire sont contraires à l'éthique car :
- Il n'existe aucune évaluation formelle des risques et des avantages pour ce groupe d'âge ;
- Les mandats de vaccination peuvent entraîner un préjudice net attendu pour les jeunes gens ;
- Les mandats ne sont pas proportionnés : les préjudices attendus ne sont pas compensés par les avantages pour la santé publique étant donné l'efficacité modeste et transitoire des vaccins contre la transmission ;
- Les mandats américains violent le principe de réciprocité car les rares préjudices graves liés aux vaccins ne seront pas indemnisés de manière fiable en raison des lacunes des systèmes actuels de réparation des préjudices liés aux vaccins ;
- Les mandats créent des préjudices sociaux plus larges.

Des médecins du monde entier se sont réunis pour signer une déclaration de crise médicale internationale en raison des maladies et des décès liés aux "vaccins" COVID-19. https://jamesroguski.substack.com/p/medical-crisis-declaration

DÉCLARATION :

Nous, médecins et scientifiques du monde entier, déclarons qu'il existe une crise médicale internationale due aux maladies et aux décès liés à l'administration des produits connus sous le nom de "vaccins COVID-19".

Nous assistons actuellement à une surmortalité dans les pays où la majorité de la population a reçu les vaccins dits "COVID-19". A ce jour, cette surmortalité n'a pas été suffisamment investiguée ni étudiée par les institutions sanitaires nationales et internationales.

Le grand nombre de décès soudains chez des jeunes gens auparavant en bonne santé qui ont été vaccinés est particulièrement inquiétant, tout comme l'incidence élevée de fausses couches et de décès périnataux qui n'ont pas été étudiés.

Un grand nombre d'effets secondaires indésirables, y compris des hospitalisations, des handicaps permanents et des décès liés aux soi-disant "vaccins COVID-19", ont été officiellement signalés. Le nombre enregistré n'a pas de précédent dans l'histoire mondiale de la vaccination.

Par conséquent, les mesures suivantes doivent être prises de toute urgence :

- Un arrêt mondial des campagnes nationales d'inoculation avec les produits connus sous le nom de "vaccins COVID-19".
- Enquête sur tous les décès soudains de personnes qui étaient en bonne santé avant l'inoculation.
- Mise en place de programmes de détection précoce des événements cardiovasculaires pouvant conduire à des morts subites avec des analyses telles que le D-dimère et la troponine, chez toutes les personnes ayant été inoculées avec les produits connus sous le nom de "vaccins COVID-19", ainsi que la détection précoce de tumeurs graves.
- Mise en œuvre de programmes de recherche et de traitement pour les victimes d'effets indésirables après avoir reçu le produit dit "vaccin COVID-19".
- Réalisation d'analyses de la composition des flacons de Pfizer, Moderna, Astra Zeneca, Janssen, Sinovac, Sputnik V et de tout autre produit appelé "vaccins COVID-19", par des groupes de recherche indépendants, sans affiliation à des entreprises pharmaceutiques, ni conflit d'intérêt.
- Réalisation d'études sur les interactions entre les différents composants des soi-disant "vaccins COVID-19" et leurs effets moléculaires, cellulaires et biologiques.
- Mise en place de programmes d'aide psychologique et de compensation pour toute personne ayant développé une maladie ou un handicap suite à l'utilisation des vaccins dits "COVID-19".
- Mise en place et promotion de programmes d'aide psychologique et de compensation pour les membres de la famille de toute personne décédée à la suite de l'inoculation du produit appelé "vaccins COVID-19".

Après avoir déconseillé il y a quelques semaines aux femmes enceintes et allaitantes de se faire vacciner, le Royaume-Uni vient d'interdire la vaccination pour tous les moins de 12 ans. Le Danemark a déjà mis fin à la vaccination Covid pour tous les moins de 18 ans il y a environ un mois. Au même moment Santé Canada approuve le vaccin COVID-19 de Pfizer pour les enfants de six mois à quatre ans.

Message édité le 10 septembre 2022 à 13:38:48 par Spartacus_re
_phtks _phtks
MP
11 septembre 2022 à 11:55:08

Je remets la source directe ainsi que la traduction complète :
https://medicalcrisisdeclaration.com/
DÉCLARATION DE CRISE SANITAIRE INTERNATIONALE DUE AUX MALADIES ET DÉCÈS EN LIEN AVEC LES « VACCINS COVID-19 »

Nous, médecins et scientifiques du monde entier, déclarons qu'il existe une crise sanitaire internationale due aux maladies et aux décès en lien avec l'administration des produits connus sous le nom de "vaccins COVID-19".

Nous assistons actuellement à une surmortalité dans les pays où la majorité de la population a reçu les « vaccins COVID-19 ». À ce jour, cette surmortalité n'a été ni suffisamment investiguée ni étudiée par les institutions sanitaires nationales et internationales.

Le grand nombre de morts subites chez des jeunes auparavant en bonne santé qui ont reçu ces « vaccins » est particulièrement préoccupant, tout comme l'incidence élevée de fausses couches et de décès périnataux qui n'ont pas fait l'objet d'enquêtes.

Un grand nombre d'effets secondaires indésirables, notamment d'hospitalisations, d'incapacités permanentes et de décès liés aux vaccins dits "COVID-19", ont été officiellement signalés.
Le nombre enregistré n'a d'ailleurs pas de précédent dans l'histoire mondiale de la vaccination.

En examinant les rapports sur le VAERS du CDC, le système de carte jaune du Royaume-Uni, le système australien de surveillance des événements indésirables, le système européen EudraVigilance et la base de données VigiAccess de l'OMS, à ce jour, il y a eu plus de 11 millions de rapports d'effets indésirables et plus de 70 000 décès susceptibles d’avoir été causés par l'inoculation des produits dits "vaccins covid".
Nous savons que ces chiffres représentent à peu près entre 1% et 10% de tous les événements réels.

Par conséquent, nous considérons que nous sommes confrontés à une grave crise sanitaire internationale, qui doit être acceptée et traitée comme telle par tous les États, les institutions de santé et le personnel médical du monde entier.

Ainsi, les mesures suivantes doivent être prises de toute urgence :

Un «arrêt» mondial des campagnes nationales d'inoculation avec les produits connus sous le nom de «vaccins COVID-19».
Une enquête sur toutes les morts subites de personnes qui étaient en bonne santé avant l'inoculation.
La mise en place de programmes de détection précoce des événements cardiovasculaires pouvant entraîner des morts subites avec des analyses comme les D-dimères et la troponine, chez tous ceux qui ont été inoculés avec les produits dits « vaccins COVID-19 », ainsi que la détection précoce des tumeurs.
La mise en œuvre de programmes de recherche et de traitement pour les victimes d'effets indésirables après avoir reçu les «vaccins COVID-19».
Entreprendre des analyses de la composition des flacons de Pfizer, Moderna, Astra Zeneca, Janssen, Sinovac, Spoutnik V et tout autre produit dit « vaccins COVID-19 », par des groupes de recherche indépendants sans affiliation à des sociétés pharmaceutiques, ni aucun conflit d'intérêts.
Des études à mener sur les interactions entre les différents composants des vaccins dits "COVID-19" et leurs effets moléculaires, cellulaires et biologiques.
La mise en place de programmes d'aide psychologique et d'indemnisation pour toute personne ayant développé une maladie ou un handicap à la suite des «vaccins COVID-19».
La mise en place et promotion de programmes d'aide psychologique et d'indemnisation des membres de la famille de toute personne décédée des suites de l'inoculation du produit dit "vaccins Covid-19"

Par conséquent, nous déclarons que nous nous trouvons dans une crise sanitaire internationale sans précédent dans l'histoire de la médecine, en raison du grand nombre de maladies et de décès associés aux "vaccins contre le Covid-19". Par conséquent, nous exigeons que:

les organismes de réglementation qui supervisent la sécurité des médicaments
ainsi que les institutions de santé dans tous les pays,
ainsi que les institutions internationales telles que l'OMS, PHO, l'EMA, la FDA, le UK-MHRA et le NIH répondent à cette déclaration et agissent en conséquence. Conformément aux huit mesures réclamées dans cette déclaration.
...

TakeshiAniki TakeshiAniki
MP
11 septembre 2022 à 12:00:49

Le 11 septembre 2022 à 11:55:08 :

En examinant les rapports sur le VAERS du CDC, le système de carte jaune du Royaume-Uni, le système australien de surveillance des événements indésirables, le système européen EudraVigilance et la base de données VigiAccess de l'OMS, à ce jour, il y a eu plus de 11 millions de rapports d'effets indésirables et plus de 70 000 décès susceptibles d’avoir été causés par l'inoculation des produits dits "vaccins covid".
Nous savons que ces chiffres représentent à peu près entre 1% et 10% de tous les événements réels.

une hécatombe :cute: il est où l'autre chialeuse de jedi ?

c'est potentiellemlent entre 700.000 et 7M de morts. ce document te donne le même ordre de grandeur que celui là https://www.youtube.com/watch?v=0_nyQ-sgM_8 qui a tant fait danser les provax dans le déni le plus complet depuis 2 ans

_phtks _phtks
MP
11 septembre 2022 à 13:36:29

Le 11 septembre 2022 à 12:00:49 :

Le 11 septembre 2022 à 11:55:08 :

En examinant les rapports sur le VAERS du CDC, le système de carte jaune du Royaume-Uni, le système australien de surveillance des événements indésirables, le système européen EudraVigilance et la base de données VigiAccess de l'OMS, à ce jour, il y a eu plus de 11 millions de rapports d'effets indésirables et plus de 70 000 décès susceptibles d’avoir été causés par l'inoculation des produits dits "vaccins covid".
Nous savons que ces chiffres représentent à peu près entre 1% et 10% de tous les événements réels.

une hécatombe :cute: il est où l'autre chialeuse de jedi ?

c'est potentiellemlent entre 700.000 et 7M de morts. ce document te donne le même ordre de grandeur que celui là https://www.youtube.com/watch?v=0_nyQ-sgM_8 qui a tant fait danser les provax dans le déni le plus complet depuis 2 ans

Pas de panique , "on" nous explique déjà que c'est le covid qui nous a transformés en vampires et maintenant on craint le soleil :sarcastic:

Message édité le 11 septembre 2022 à 13:36:48 par _phtks
Infovrais Infovrais
MP
12 septembre 2022 à 00:01:30

Petit partage intéressant:

https://youtu.be/NAaKutANnZ0

Que du bonheur :play:

Infovrais Infovrais
MP
12 septembre 2022 à 00:53:26

Si les anciens vaccins covid19 vous étiez déjà cobaye, sur les nouveaux vaccins covid19 vous le serez encore plus :cool:

On arrête plus le progrès de nos jours avec big pharma

Message édité le 12 septembre 2022 à 00:53:49 par Infovrais
Spartacus_re Spartacus_re
MP
12 septembre 2022 à 05:59:12

Le 12 septembre 2022 à 00:01:30 :
Petit partage intéressant:

https://youtu.be/NAaKutANnZ0

Que du bonheur :play:

Stéphane Bancel à propos des variants : "comme avec l'iPhone, un produit aux multiples applications avec des mises à jour annuelles. Chaque année, on s'adaptera aux souches de l'année." Ainsi, "chaque année, on veut ajouter plus de virus comme on ajoute une application à un iPhone".

Stéphane Bancel, l'actuel PDG de Moderna, était auparavant le PDG de bioMérieux. Le fondateur de BioMérieux, Alain Merieux, a agit en tant que consultant dans la construction du laboratoire de Wuhan. Le NIAID est copropriétaire du vaccin à ARNm de Moderna. Le NIH a financé des recherches à gain de fonction à Wuhan. Le monde est petit.

Le problème est que la FDA considère que la plateforme de livraison LNP, et par conséquent, la "charge utile" ARNm n'a pas besoin de subir les tests toxicologiques de sécurité standard. Autrement dit, l’ARNm peut être remplacé par n'importe quel autre ARNm sans autre test.

L’étude sur les souris du nouveau vaccin bivalent a montrée que toutes les souris ont été testés positives lorsqu'elles ont été testées.

L'ARN du rappel Omicron de Moderna est fabriqué par une société liée à la CIA. Article de Whitney Webb. https://unlimitedhangout.com/2022/08/investigative-reports/rna-for-modernas-omicron-booster-manufactured-by-cia-linked-company/

Au Québec on parle au calme du risque de myocardite : https://twitter.com/i/status/1567856773268217858

TakeshiAniki TakeshiAniki
MP
12 septembre 2022 à 07:52:07

Le 12 septembre 2022 à 05:59:12 :

Le problème est que la FDA considère que la plateforme de livraison LNP, et par conséquent, la "charge utile" ARNm n'a pas besoin de subir les tests toxicologiques de sécurité standard. Autrement dit, l’ARNm peut être remplacé par n'importe quel autre ARNm sans autre test.

L’étude sur les souris du nouveau vaccin bivalent a montrée que toutes les souris ont été testés positives lorsqu'elles ont été testées.

les hommes ogm et en plus c'est - encore - inefficace :cute:

L'ARN du rappel Omicron de Moderna est fabriqué par une société liée à la CIA. Article de Whitney Webb. https://unlimitedhangout.com/2022/08/investigative-reports/rna-for-modernas-omicron-booster-manufactured-by-cia-linked-company/

après on nous parlera de complotisme :cute:

Spartacus_re Spartacus_re
MP
12 septembre 2022 à 14:05:07

Les vaccins Covid neutralisent et effacent l'immunité naturelle. https://igorchudov.substack.com/p/yes-covid-vaccines-unset-and-erase?utm_source=substack&utm_medium=email

Un nouvel article du NEJM traite de l'efficacité du vaccin Covid de Pfizer chez les enfants. Cet article montre que les enfants qui ont eu Covid et ont été vaccinés par la suite étaient beaucoup plus susceptibles d'être réinfectés que leurs pairs qui avaient également Covid et n'avaient PAS été vaccinés.

Cela montre que le vaccin a neutralisé et supprimé l'immunité naturelle qu'ils avaient avant la vaccination. Ainsi, les enfants naturellement immunisés qui reçoivent le vaccin, dans cet article, renonceraient à leur protection immunitaire naturelle et la verraient remplacée par une "immunité vaccinale" qui diminuerait rapidement.

Nous avons trois possibilités :
- (mieux) Le vaccin Covid de Pfizer supprime-t-il uniquement l'immunité Sars-Cov-2 ?
- (pire) Les vaccins Covid ressemblent-ils davantage à la rougeole, effaçant toute mémoire immunitaire ?
- (le pire) Les vaccins Covid sont-ils PIRE que la rougeole, empêchant toute réaction immunitaire future de se former ? Les réinfections fréquentes chez les personnes stimulées se produisent-elles pour cette raison ?

New York connaît une étrange épidémie du "virus du vaccin contre la polio". Il s'agit du cVDPV (circulating Vaccine Derived Polio Virus).

SuperSally888 a publié un suivi à cet article dans lequel elle énumère plusieurs cas étonnants d'apparition inattendue de maladies dormantes (cas de dengue et de choléra en cours aux Philippines). https://supersally.substack.com/p/the-vaccines-remove-destroy-natural?utm_source=substack&utm_campaign=post_embed&utm_medium=web

Le juge donne 21 jours à Fauci pour remettre ses courriels avec les géants des médias sociaux. https://childrenshealthdefense.org/defender/fauci-biden-administration-covid-censorship-emails-big-tech/
Un juge fédéral a ordonné mardi au Dr Anthony Fauci et à l'attaché de presse de la Maison Blanche de remettre leurs communications avec cinq géants des médias sociaux. Cette décision découle d'un procès dans lequel il est allégué que l'administration Biden s'est entendue avec les entreprises pour censurer les points de vue du COVID-19 qui n'étaient pas conformes au discours officiel de l'administration.

Comploutiste Comploutiste
MP
12 septembre 2022 à 16:48:12

rtugal 🇵🇹 une augmentation de décès des jeunes de 14 à 30 ans … ils ont besoin de plus de temps pour comprendre … Le pire mois d'aout depuis les relevés :
https://mobile.twitter.com/Vpauline006/status/1568965238875201539?cxt=HHwWhoC9gc7kisYrAAAA

Infovrais Infovrais
MP
13 septembre 2022 à 09:20:40

Le 12 septembre 2022 à 16:48:12 :
rtugal 🇵🇹 une augmentation de décès des jeunes de 14 à 30 ans … ils ont besoin de plus de temps pour comprendre … Le pire mois d'aout depuis les relevés :
https://mobile.twitter.com/Vpauline006/status/1568965238875201539?cxt=HHwWhoC9gc7kisYrAAAA

Cet homme en parle des augmentations
https://youtu.be/5wLu98NygrA

Faut voir les commentaires laissés avec cette vidéo qui démontrent ce que vivent les gens.

Anikam Anikam
MP
13 septembre 2022 à 09:24:19

Le 12 septembre 2022 à 16:48:12 :
rtugal 🇵🇹 une augmentation de décès des jeunes de 14 à 30 ans … ils ont besoin de plus de temps pour comprendre … Le pire mois d'aout depuis les relevés :
https://mobile.twitter.com/Vpauline006/status/1568965238875201539?cxt=HHwWhoC9gc7kisYrAAAA

Et bien sûr c'est à cause du méchant vaccin covid c'est ça ? :noel:

DébutPage précedente
Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
La vidéo du moment