Menu
Forza Horizon 4
  • Tout support
  • PC
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé
ONE
Forza Horizon 4
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Carnbee
L'avis de Carnbee
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 septembre 2018 à 09:20:22
18/20
Profil de Rivaol
Avec Rivaol
MP
Google +
Twitter

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (68)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.7/20
Tous les prix
Prix Support
32.99€ ONE
39.99€ ONE
Voir toutes les offres
Partager sur :

Il y a des histoires d’amour qui prennent aussi bien la forme de balades dominicales main dans la main que de courses palpitantes, pied au plancher. Celle racontée par Playground Games pour les grosses cylindrées, à destination des joueurs, dure depuis six ans et se révèle être à chaque chapitre une ode retentissante à l’exploration motorisée. Premier fruit du travail fourni par le studio après son mariage avec Microsoft, Forza Horizon 4 part en lune de miel sur plusieurs saisons en compagnie de tous les pilotes souhaitant s’adonner, ensemble, à l’ivresse des pointes de vitesse. S’il faut souffler dans le ballon, cependant, c’est pour mieux remplir le nouveau festival de sa présence légère et colorée.

Forza Horizon 4, notre avis en trois minutes

Chargement de la vidéo Test Forza Horizon 4 en vidéo

Libéré pour bonne conduite

Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé

Les moteurs vrombissent, la musique électronique résonne de toute part et, au loin, les panoramas brumeux laissent entrevoir un terrain de jeu propice au plus sauvage des hors pistes. Inutile d’y aller par quatre chemins, Forza Horizon est bien de retour. À l’image du pilote qui effectue ses tours de circuit, la vie est un éternel recommencement. L’époque de l’ascension du jeune prodige devenu après trois épisodes organisateur du festival Horizon est révolue. C’est une fois de plus dans les baskets d’un petit nouveau que le joueur va devoir s’atteler à gravir les échelons en vue de recevoir le bracelet d’or, à savoir le sésame convoité confirmant le statut de champion ultime du grand événement. Dans les faits, cela ne change pas vraiment la routine instaurée depuis le troisième volet. Il est toujours question de parcourir à bord d’un des 450 véhicules proposés une île, ici la Grande-Bretagne, afin de participer à des épreuves variées ayant pour point commun la course (au score ou contre d’autres candidats).

Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé

La difficulté demeure aussi adaptative qu'à l'accoutumée, laissant le choix de désactiver tout un tas d'aides afin de gagner plus de crédits. En simulation, Forza Horizon 4 est plus exigeant sur les distances de freinage, un point en partie contrebalancé par une meilleure adhérence que par le passé. En attendant l’outil de création de tracés qui devrait arriver lors d’une future mise à jour (gratuite), l’option Blueprint donne accès à l’édition de circuits, exactement comme durant le trip australien. Le système de progression roule lui aussi dans les traces de ses aînés, puisque l’influence glanée à chaque mission terminée débloque du contenu et fait gagner des niveaux d’expérience.

Blueprint, la course sur mesure
Bien que le joueur n’incarne pas le patron du festival, il a tout de même le pouvoir de sélectionner le tracé de diverses épreuves, le type de véhicules pouvant concourir, la météo, et même la saison. Il est donc possible via ce procédé de participer à des courses au printemps, en été ou encore en hiver quand la saison en cours est le printemps. Pratique.

Gameplay : Trois petits tours et une pole position

Chargement de la vidéo Forza Horizon 4 Gameplay

Il y a néanmoins quelques spécificités mises en place dans l’accession au titre suprême de cette épopée britannique. Pour commencer, les points d’avantage récupérés ne sont plus à dépenser dans le profil général du joueur, mais directement sur les voitures. Cela signifie que chaque voiture a son propre arbre de compétences, que le joueur peut nourrir en dépensant les jetons gagnés. Ce procédé incite évidemment à chérir ses modèles préférés et assure d’ores et déjà une durée de vie exceptionnelle aux complétistes compulsifs. Ensuite, les collisions sont automatiquement désactivées avec la circulation dans les épreuves de drift et de zones de vitesse. Nous notons enfin la disparition des chansons de prouesse et des défis photo. Les épreuves collector et l’endoctrinement de Drivatars ont été mixés dans le commerce à acheter, lequel rapporte quotidiennement des crédits tout en proposant des défis au volant de véhicules légendaires. Plus le pilote fait monter le niveau de son commerce, plus ce dernier lui rapporte de l’argent. Dommage que Playground n’ait toujours pas trouvé la bonne formule en ce qui concerne les qualifications, puisque le joueur commence toujours à la traîne.

Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé
L'avis de Rivaol
Horizon 4 a beau être le terrain de jeu préférentiel des collectionneurs, des complétistes et des amateurs de scoring, il n’en n’oublie jamais d’être fun avant tout. En témoigne sa structure, qui n’exige même plus une première place ou un podium pour gaver le joueur de récompenses et l’inciter à développer sa boulimie ailleurs sur la map. Chaque activité complète avec punch un catalogue d’une densité suffocante, y compris les épreuves “Histoires et Entreprises”, utiles pour découvrir de nouveaux modèles (ce que les autres courses font peu), en dépit de leur caractère relativement expédié. A ce jour, il manque peut-être un système de qualifications (fun et original, de préférence) pour dynamiser les départs et challenger l’IA autrement. Ou plutôt, les fameux Drivatars, dont la physique a tendance à être exagérément lourde et rigide, ce qui a deux conséquences contraires : les cheaters ne manqueront pas de s’en servir d’appui à chaque virage, tout en pestant contre les serrages de glissière intempestifs. L’équilibre est sauvegardé.
Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé

La Grande-Bretagne dans l’espace

Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé

Le nouveau terrain de jeu de cet épisode se révèle être la patrie de Playground Games, à savoir la Grande-Bretagne. Malgré tout l'amour des développeurs se dégageant forcément des campagnes brumeuses environnantes, la carte n'atteint pas le niveau de variété phénoménal aperçu au pays des kangourous deux ans auparavant. Là où l'Australie comptait des zones rapidement identifiables avec la jungle, le désert et la ville, la Grande-Bretagne est principalement composée de plaines et de prairies. Un rapide coup d’œil à la carte expose d'emblée cette campagne dominante baignant dans de grands espaces. Ce que la zone de jeu perd légèrement en variété, elle la gagne cependant en cohérence. Les décors sont majestueux, les panoramas sont impressionnants et les villages traversés sont crédibles. Le souci du détail est tel qu'une fois la nuit tombée, les intérieurs des bâtisses s'éclairent, laissant transparaître une partie du domicile observé. Le trafic routier est plus diversifié que précédemment, mais il est toujours aussi peu fréquenté : la visite d'Edimbourg fait se remémorer la ville fantôme de Nice du second opus. Cela a au moins pour avantage d'encourager les pointes de vitesse sans avoir à se soucier réellement des chauffeurs traînant sur la voie de gauche. L’exploration est facilitée par un nombre plus important d’objets destructibles et déplaçables.

Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé

Les défis qui inondent ces grands espaces ruraux demeurent proches de ceux déjà concourus. On retrouve les épreuves connues de circuits en trois tours, de cross-country, de rassemblements ou encore de duels nocturnes. Les contrées britanniques recèlent également de nombreux challenges de drift, de radars, de zones de vitesse, de panneaux danger ainsi que d'une quinzaine de trésors de grange, qu'il est possible de rénover plus rapidement moyennant finance. Rien de bien nouveau, en d'autres termes, pour les habitués de la série. Nous notons l'arrivée d'épreuves de dragster à l'intérêt limité, puisqu'il s'agit d'une grande ligne droite qui incite à la vitesse pure, et celle de jobs allant du cascadeur au loueur de voiture. Ces métiers se font par chapitres et, bien que rappelant énormément les défis collector d'antan, apportent un peu de folie à la progression tout en donnant accès aux meilleurs véhicules du jeu. Il y a aussi les objectifs “Laracer” invitant le joueur à revivre des scènes mythiques de jeux vidéo de voiture. Cette surabondance de défis toujours amusants assure de nombreuses heures de découverte sur les terres britanniques, dont la taille de la map est semblable à celle de Forza Horizon 3 : une dizaine de minutes est nécessaire pour la traverser d'est en ouest.

4K, 60 FPS ou les deux ?

Sur Xbox One X, Forza Horizon 4 permet de joueur en 4K/30fps ou en 1080p/60fps. En mode fluidité, la perte graphique est réelle mais donne accès à un confort de jeu sans précédent pour la série. La Xbox One S propose du 1080p à 30fps. Enfin, les joueurs PC peuvent bénéficier d'un résultat sans compromis entre les graphismes et la fluidité s'ils disposent de la bonne configuration.

Gameplay : Une course contre un train, quoi de plus normal ?

Chargement de la vidéo Forza Horizon 4 Gameplay

Oui, la Grande-Bretagne est moins exotique que l'Australie, mais la topologie mène à des courses nerveuses servies par une technique éblouissante. Effectivement, ce quatrième épisode est extrêmement beau, en plus d’être fluide. Les effets spéciaux de fumée, d'eau ou de boue sont convaincants, tandis que les véhicules creusent le sable et la neige. Les lumières gagnent encore en précision, et la lune éclaire suffisamment pour qu'aucun duel nocturne ne s'annonce trop sous-exposé. Forza Horizon 4 en jette, et il est rare de constater des jeux qui arrivent à mélanger si habilement un terrain aussi vaste avec autant de précision dans sa technique malgré la vitesse de défilement. L’œil aguerri remarquera néanmoins quelques impairs techniques, comme certains détails dans le décor qui se chargent trop brusquement, ou le trafic qui apparaît soudainement au loin, sur une ligne droite. Des petits soucis qui peinent à ternir le rendu global presque parfait du titre. Seuls les écrans de chargement un peu trop réguliers cassent parfois le rythme de l'aventure, d'autant qu'ils peuvent être longs (particulièrement au lancement de la partie, et lors du changement de saison en Blueprint).

L'avis de Rivaol
La carte a beaucoup de caractère mais elle ne séduira peut-être pas les joueurs avides de verticalité et allergiques aux plaines étendues. C’est le prix de la cohérence, que Playground assume en tissant une toile qui dépeint du mieux possible la Grande-Bretagne et son climat singulier (un peu adouci pour l’occasion). L’ADN extravagant de la map du troisième épisode laisse donc place à un monde plus crédible, harmonieux, dont l’atout charme est la ville d’Edimbourg et son célèbre Château, qui tireront toute la quintessence du mode Photo. Une chose est sûre, Forza Horizon 4 démontre qu’un monde ouvert peut être fabuleusement vivant et interactif sans rogner sur la technique, rarement mise à mal (un peu de clipping en mode drone, et quelques bugs de caméras, tout au plus).
Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé

Quatre saisons, en pâte fine

Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé

Une des deux grosses nouveautés du bébé de Playground Games largement mises en avant vient du système de saisons, promis comme étant un “game changer” par les développeurs. Il est tout d’abord introduit par une course mémorable où s’enchaîne automne, hiver, printemps et été en moins d’une dizaine de minutes, histoire d’attirer toute l’attention du joueur. Les premières minutes des Forza Horizon ont toujours été particulièrement réjouissantes, mais la barre est encore montée d’un cran. Lors des quelques heures de jeu qui suivent, les saisons s’enchaînent selon le souhait du joueur, à partir du moment où il a atteint le nombre suffisant d’influence pour passer à la suivante. Cet astucieux procédé permet d’introduire avec parcimonie les règles qui régissent cet univers. Arrivés au bout du cycle, tous les pilotes sont invités à se retrouver sur le Monde Partagé. C’est à partir de ce moment que les saisons s’enchaînent universellement toutes les semaines, et que divers championnats saisonniers à la durée limitée apparaissent. Chaque mois de jeu représente une année virtuelle passée à faire les fous en Grande-Bretagne, que Playground Games prévoit de fêter en distribuant gratuitement du contenu bonus.

Le swag dans l’habitacle

Afin de rouler des mécaniques à bord des bolides, Playground Games propose de quoi customiser son avatar au fil des saisons. Après avoir choisi un modèle parmi les 14 disponibles, le joueur dispose de tout un tas d’éléments pour personnaliser les vêtements du personnage, mais pas que. Les danses de célébration et d’attente sont également à sélectionner, ainsi que le klaxon allant du simple sample à la mélodie de thèmes connus de jeux vidéo. Les maisons à acheter au bord des routes britanniques sont autant de repères donnant accès à du contenu bonus.

Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé

Les campagnes anglaises varient donc en fonction des saisons. Lorsque le pays passe de l’été à l’automne, les feuilles rougissent, les chemins de terre se font plus boueux, et la faune comme la flore changent. Le résultat à l’écran est une fois de plus bluffant, et les grands espaces qui font la part belle à la nature sont magnifiés par ces changements fréquents. La carte n’est pas fondamentalement différente, manette en main, d’une époque à une autre, mais les spécificités des saisons apportent bien quelques différences appréciables. Une zone de drift pose problème ? Pourquoi ne pas attendre, par exemple, la saison des neiges afin de perdre un peu d’adhérence ? Si nous notons bien les différences entre l’été et l’hiver, par l’intermédiaire de certains cours d’eau qui peuvent geler et par l’omniprésence de la neige, il est plus difficile de noter les variations liées au gameplay au printemps et en automne. Ces deux époques restent, en effet, très proches dans leurs conditions météorologiques globales. Bien que les rassemblements soient disponibles sur la carte à n’importe quel moment, ils mènent vers une saison imposée une fois lancés. Cela signifie qu’il est malheureusement impossible de tenter le combat contre l’hovercraft sur les lacs gelés hivernaux, ou de foncer contre le train avec le vent printanier dans le dos. Dommage, d’autant plus que ces rassemblements, tous absolument géniaux, auraient mérité de gagner en rejouabilité en ne tournant pas le dos au propre concept du titre.

Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé
L'avis de Rivaol
La promesse d’un mode persistant dynamisé par les quatre saisons a de quoi faire oublier le manque de fantaisie ambiante. D’autant que le calendrier tel qu’il est construit (une saison dure une “vraie semaine”) génère autant d’attente et d’excitation qu’il devrait fidéliser les joueurs. Languir le passage à une nouvelle saison, l’apprécier, puis se lasser à nouveau, la mécanique promet de tonifier le “Monde Partagé” et de garantir un intérêt permanent et renouvelé d’un grand nombre de joueurs. Un panache que je n’ai pas encore constaté, l'automne n’ayant pas tombé toutes ses feuilles. Il faudra donc attendre la fin du mois d’octobre pour tirer un bilan définitif et mieux évaluer l’intention. Mais qu’on se le dise, Forza Horizon 4 ne devrait pas voir son gameplay révolutionné à chaque saison.
Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé

1 + 1, ça fait 72

Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé

En plus du système de saisons, l'autre fonctionnalité inédite dans l'univers de la saga est le Monde Partagé. Un peu à la manière de Test Drive Unlimited en son temps, jusqu’à 72 joueurs peuvent se retrouver en même temps sur la carte. Cette hybridation entre le MMO et le jeu de course apporte tout d’abord de la vie, puisque l’on rencontre régulièrement des camarades motorisés qui vaquent à leurs occupations. Les collisions sont désactivées de base, assurant ainsi des comportements qui ne peuvent pas gêner la progression des autres. Le temps d’échanger quelques coups de klaxon, les rencontres se terminent souvent aussi furtivement qu’elles ont débuté, à moins évidemment d’avoir proposé aux inconnus rencontrés de rejoindre un convoi, via un menu dédié. Le jeu intègre par ailleurs un système de mini-chat contenant des phrases pré-enregistrées immédiatement traduites, dans le but de faciliter la communication au sein de ce monde désormais totalement connecté. Le jeu incite régulièrement à partir à la rencontre d’autres joueurs. Rien qu’au moment de lancer une épreuve en solo, le titre rappelle qu’il est possible de la vivre en coop, contre d’autres joueurs ou en faisant face aux fantômes des rivaux. Les artistes en herbe seront ravis de retrouver tout ce dont ils ont besoin pour créer des livrées puis les partager avec le monde entier.

La fidélité, ça paye
Forza Horizon 4 récompense les joueurs fidèles de la série phare de Microsoft. Ceux qui ont passé du temps sur les précédents Forza (Motorsport comme Horizon) recevront de multiples éléments cosmétiques, des super tirages, ainsi que des voitures.
Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé

Le Forzathon est de retour avec son lot de défis quotidiens et hebdomadaires particulièrement utiles à l’obtention d’un peu de monnaie. Jouissant de son nouveau châssis MMO, Forza Horizon 4 intègre même un Forzathon Live semblable aux événements mondiaux que l’on retrouve dans d’autres jeux en ligne. Ici, un ballon dans le ciel attribue des défis à réussir en groupe avant la fin d’un compte à rebours. En cas de succès, de la monnaie virtuelle à dépenser dans un magasin dédié est octroyée. Plus que jamais, les équipes de Playground Games ont sorti une aventure à l’intérieur de laquelle il est aisé d’être distrait par les nombreux défis qui interviennent régulièrement. La mission choisie sur le GPS est rarement celle qui est accomplie dans les minutes qui suivent tant le joueur est tout le temps sollicité, qu’il soit seul ou accompagné.

L'avis de Rivaol
La dimension sociale du jeu de Playground est telle qu’il paraît inenvisageable d’en faire un usage essentiellement solo. Forza Horizon 4 a davantage les caractéristiques d’un hub que d’un jeu compétitif, d’autant qu’il encourage de plus en plus le partage et la coopération. En témoigne le Forzathon Live, plus intégré au Monde Partagé que ne l’étaient les sessions multi dans le troisième opus, qui attire comme un aimant les 72 joueurs de la session. S’en suivent trois épreuves bouclées en 15 minutes où chacun joue un rôle sans avoir la pression d’être éliminé ou de perdre son temps. Le concept n’est pas particulièrement innovant, mais la communauté Forza fait la différence. À première vue, le Forzathon manque encore d’équilibre (dans ma session, la réussite était systématique, et sans forcer) et de profondeur. Et de leaderboards qui traduisent le degré d’implication et de réussite des joueurs.
Forza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagéForza Horizon 4 : La grande course saisonnière au plaisir partagé
Les notes
+Points positifs
  • Des défis toujours aussi nombreux, variés et amusants
  • Splendide graphiquement, tout en restant fluide
  • Le Monde Partagé et le Forzathon Live apportent un vrai plus
  • Les rassemblements sont géniaux
  • Le cycle des saisons est une nouveauté intéressante
  • Très bon choix musical pour les radios
-Points négatifs
  • Une Grande-Bretagne dont les trop nombreuses prairies laissent peu de place à d'autres décors
  • Les épreuves n’ont pas beaucoup évolué, au final
  • Des saisons qui ne changent pas vraiment le gameplay
  • Quelques minimes impairs techniques

Des brumes du Derwentwater aux lumières d’Edimbourg, Forza Horizon 4 est grandiose. La campagne britannique devient avec cette édition un terrain de jeu inondé d’épreuves variées faisant la part belle à la nature, à la beauté des saisons, et bien sûr aux courses effrénées. Que les adversaires soient à bord de bolides légendaires ou d’engins défiant l’entendement, le joueur est placé au centre d’une expérience où la frustration fond comme neige au soleil. Au printemps de sa vie, l’œuvre façonnée par Playground Games se dote en plus d’un monde connecté lui assurant un foisonnement d’âmes bienvenu. La carte un peu trop sage et les défis qui peinent à innover sont autant de regrets que nous aurions souhaité voir ensevelis sous les feuilles mortes, mais les qualités sont trop nombreuses pour nous faire lever le pied. Un titre d’exception.

Profil de Carnbee
L'avis de Carnbee
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 septembre 2018 à 09:20:22
18/20
Profil de Rivaol
Avec Rivaol
MP
Google +
Twitter
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (68)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.7/20
Mis à jour le 25/09/2018
Xbox One Course Microsoft Studios Playground Games Turn 10
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Travis Strikes Again No More Heroes : Une expérience néo-rétro débridée
    SWITCH
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live