Menu
God of War
PS4
Créer un contenu
Test : God of War : Un jeu béni des dieux
PS4
God of War
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 avril 2018 à 19:21:00
20/20
Profil de [87]
Avec [87]
MP
Twitter

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (157)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18/20
Tous les prix
Prix Support
54.99€ PS4
68.66€ PS4
Voir toutes les offres
Partager sur :

Réinventer une série n'est jamais chose aisée. Que conserver, qu’enlever ? Faire en sorte de ne pas froisser le fan tout en essayant de lui offrir quelque chose de neuf, de frais. Un pari osé, mais souvent nécessaire. God of War ose, mieux, il va au bout de sa vision quitte à s'attirer les foudres de certains qui ne voudraient absolument voir en lui qu'un nouvel épisode bâti autour des mêmes atouts : une mise en scène hollywoodienne, une action frénétique et un héros revanchard. Si par certains côtés, on trouve bien ces ingrédients dans God of War, le jeu de Santa Monica Studio va plus loin, beaucoup plus loin même. Ainsi, à la manière d'un Resident Evil 4, ce nouveau segment de l'épopée de Kratos brise certaines conventions établies depuis les débuts de la saga et s’il y a fort à parier que l'épisode sera sujet à moult débats et critiques, une évidence s'impose d'elle-même, nous avons ici affaire à un authentique chef-d'oeuvre.

Notes :

Afin de préserver l'ensemble des surprises que réserve cet épisode, nous éluderons sciemment certains pans de l'histoire, mais aussi certains éléments de gameplay.

Nous avons par ailleurs testé le titre sur PS4 Pro et PS4 normale. La version a été fournie par l'éditeur.

Voir notre video-test de 3 minutes

Chargement de la vidéo Test God of War en vidéo

Pour arriver à ce résultat, cinq années auront été nécessaires. Cinq années durant lesquelles Cory Barlog et ses équipes auront tout remis à plat, du gameplay au scénario en passant par l'orientation du jeu. Cependant, tout dans God of War tient du numéro d'équilibriste tant il conserve l'essence même de la série tout en voyant plus loin. En effet, au-delà de la technique et de l'aspect artistique faisant de cet épisode l'un des plus beaux jeux de la PS4, le titre ne renie à aucun moment ses origines ni même ce qui s'est déroulé dans les précédents opus. Il aurait pourtant été plus simple de faire table rase du passé et de rebooter la saga sauf qu'ici, l’ingéniosité tient justement au fait que Barlog a intelligemment usé de la mythologie de la série pour la mixer avec celle nordique afin de faire de Kratos un acteur central, autant à Midgard que dans les huit autres mondes constituant le royaume d'Odin. Logique donc que les développeurs aient davantage voulu s'intéresser au personnage en développant sa personnalité.

The Last of Zeus

God of War : Un jeu béni des dieux
Le voyage débute

Malgré sa nature divine, il tombait sous le sens de s'intéresser au côté humain de Kratos tout comme l'envie de raconter une histoire plus profonde et tout aussi intense à travers la quête de rédemption de Kratos et le voyage initiatique qu'il va entreprendre avec son fils Atreus suite à la mort de sa femme. Si on pouvait craindre que cet aspect ne soit au final qu'une resucée maladroite de The Last of Us, la façon dont le scénario a été pensé étonne, ce dernier se laissant suivre naturellement même entrecoupé de très nombreux affrontements contre des ogres, trolls et autres créatures légendaires. Intelligente, la narration oscille à chaque instant entre émotion, brutalité et humour, à travers d’excellents dialogues jouant la plupart du temps sur les réactions enjouées d'Atreus contrastant avec celles plus contenues de Kratos. Toutefois, ce God of War ne verse jamais dans l'émotion facile (malgré certains passages obligés) et se trouve même une personnalité qui lui sied à merveille.

God of War : Un jeu béni des dieux
Les artistes de Santa Monica ont visiblement été inspirés par la mythologie nordique

Et c'est là que se situe le génie des scénaristes qui ont su trouver le juste dosage entre dialogues savoureux, souvent très drôles, scènes poignantes, mais aussi passages épiques usants d'une mise en scène hallucinante, l'un des points forts de la série depuis ses débuts. De fait, durant un peu plus de 25 heures (nécessaires pour boucler l'histoire principale), on assiste à une aventure équilibrée dont le but n'est pas de redéfinir un personnage, mais bel et bien d'expliquer en quoi son passé ne doit pas influer sur son présent et le futur de son fils. Dès lors, la qualité du jeu tient aussi à ce que Cory Barlog a cherché coûte que coûte à se questionner sur une évolution crédible pour Kratos tout en se permettant certaines ellipses qui pourront en frustrer certains. Combien de temps s'est déroulé entre God of War III et God of War ? Comment Kratos a-t-il rencontré sa femme ? Comment a-t-elle pu réussir à calmer la fureur bouillonnante qu'il avait accumulé durant des années ? Rien de tout ceci ne nous est clairement expliqué sauf qu'à travers certaines réflexions de Kratos sur la douceur, l'intelligence et la force de caractère de sa femme, une image se crée chez le joueur et on finit par avoir l'impression de connaître sa moitié. Oui, l'histoire de God of War tranche avec celle des autres opus, car on parle ici d'une histoire de famille, d'éducation afin qu'Atreus ne reproduise pas les erreurs de son père. Si vous espérez y découvrir une histoire de dieux, passez votre chemin. Certes, ces derniers sont présents, cependant ils ne constituent pas l'élément central du récit malgré le voyage de nos héros ponctué d'affrontements contre certains d'entre-eux.

God of War : Un jeu béni des dieuxGod of War : Un jeu béni des dieuxGod of War : Un jeu béni des dieux
God of War : Un jeu béni des dieux

Non, God of War est bel et bien un épisode tout entier dédié au spartiate et à son fils, à sa nouvelle vie et avoir réussi à le rendre plus humain, malgré sa nature divine, n'était pas mince affaire. Luttant constamment contre cette rage et cette colère sommeillant en lui (symbolisées par des joutes homériques et violentes à souhait), Kratos cherche cette fois une sorte de rédemption à travers Atreus qu'il tentera de protéger en lui cachant son passé afin de le préserver d'un avenir qui l'a amené à l'homme qu'il est. Ici aussi, tout a du sens et on remarquera à ce sujet que les réactions de l'enfant restent crédibles, aussi bien dans ses accès de joie que de colère ou sa propension à tenir tête à son père et même à le chatouiller sur sa nature solitaire.

God of War : Un jeu béni des dieux
Les jeux de lumière embellissent superbement certains intérieurs

On saluera également la qualité des personnages secondaires à l'image de Brok et Sindri, deux nains à la personnalité opposée qui nous offriront leur talent de forgerons, mais aussi et surtout Mimir. Ce dernier apporte une véritable bouffée d'air frais et complète à merveille le duo de départ afin de le transformer en un trio à l'alchimie parfaite. Mentionnons d'ailleurs qu'en plus d'être la tête pensante (au sens propre comme au sens figuré) du groupe, Mimir ne sera jamais avare en petites réflexions bien senties à l'égard de Kratos avant de devenir un véritable guide en racontant plusieurs légendes nordiques afin de parfaire les connaissances d'Atreus, mais aussi du joueur. Malin et très représentatif de ce God of War où tout est lié, scénario comme gameplay.

L'avis de [87]
Sans révéler les raisons pour lesquelles Kratos se retrouve au cœur de la mythologie nordique ni dévoiler les nombreux tournants amorcés par le scénario de God of War, sachez simplement que la narration est en tout point exemplaire. Outre la justification du contexte, qui trouve rapidement toute sa légitimité, c'est aussi et surtout la manière dont les équipes de Santa Monica sont parvenues à se réapproprier Kratos qui laisse admiratif. En dévoilant ce spartiate un peu plus âgé qui doit rapidement embrasser son rôle de père, God of War montre cette fois-ci la facette humaine du demi-dieu. Bien évidemment, inutile de préciser que non, Kratos n'est pas devenu amateur de tricot. Il conserve son esprit rageur et son tempérament brut de décoffrage. Cependant, dans la quête qu'il doit mener avec son fils, nous percevons un panel nettement plus vaste d'émotions chez le charismatique héros, qui, s'il ne se départit pas de son tempérament explosif, se veut plus nuancé en raison de son devoir de retenue face au fils dont il est aussi le mentor. Santa Monica a apporté un soin tout particulier à la relation qu'entretien Kratos avec Atreus, parvenant l'exploit d'humaniser le héros sans jamais le dénaturer. L'ensemble des dialogues entre les deux personnages est tout simplement savoureux, alternant passages émouvants et lourds de sens et d'autres, nettement plus légers, qui ne manqueront pas d'arracher rires et sourires aux fans de la franchise. Le jeu regorge d'ailleurs de lignes de dialogues intermédiaires qui interviennent entre deux quêtes et sont toujours très à propos. Chaque personnage jouit d'une personnalité parfaitement brossée et personne ne parle pour ne rien dire. Les interactions apportent systématiquement quelque chose à l'univers, qu'il s'agisse de connaissances sur la mythologie nordique, l'histoire principale ou encore un soupçon de fan service subtilement glissé au détour d'une réplique. Enfin, la construction du titre et l'attrait incontestable de la narration font que l'on ne s'ennuie à aucun moment dans God of War, qui déploie une aventure parfaitement rythmée, sachant alterner intelligemment énigmes, combats et balades contemplatives dans des environnements somptueux. Outre l'excellente durée de vie proposée par l'intrigue principale, God of War s'est aussi fendu de quêtes et activités annexes qui ont pour double mérite d'apporter du contenu supplémentaire au jeu et de vous faire traverser des zones secondaires explorables au moins aussi travaillées que les principales. Un tour de force qui impose le respect. Le sentiment d'avoir posé les mains sur une œuvre d'art à l’exécution irréprochable est tenace bien après les dernières heures d'une aventure haletante, qui nous fait poser la question de savoir comment les équipes de Santa Monica parviendront à surpasser ce chef-d'oeuvre.

Une évolution qui a du sens

God of War : Un jeu béni des dieux
Le level-design s'avère parfaitement pensé

C'est d'ailleurs la cohérence de l'univers qui force le respect. Tout dans God of War a du sens, tout est interconnecté et pensé dans le but de prolonger le plaisir de jeu. Ainsi, rien que le gigantesque hub que forme Le Lac des Neuf vous ouvrira la voie vers plusieurs quêtes annexes qui, sans être passionnantes, vous permettront de visiter des lieux inédits aussi sublimes que ceux entraperçus durant la quête principale. On saluera également la façon d'amener ces petits plus, soit par le biais des nains vous demandant des services, de cartes au trésor, de spectres réclamant notre aide ou d'Atreus poussant très souvent son père à aller explorer. Logique vu l'impétuosité du garçon et pratique pour rappeler au joueur que rien ne presse, qu'il a le temps d'aller à son rythme. Comme une sorte de leitmotiv, ce God of War aime prendre son temps grâce à un univers plus ouvert, plus contemplatif ou des combats plus ardus demandant aux joueurs d'user de toutes les subtilités de gameplay pour s'en sortir sans trop de heurts.

Ne rien dire, simplement admirer

God of War : Un jeu béni des dieux

Ainsi, sans se présenter comme un open world (ce qu'il n'est pas), God of War offre un immense terrain de jeu qu'on adore découvrir, visiter, apprécier surtout lorsqu'au détour de quelques coups de rame, on pénètre dans une magnifique caverne ou qu'on accoste sur une plage cachée débouchant sur un port portant encore les stigmates de guerres passées. Bien que le système de portails dimensionnels aurait sans doute gagné à être un peu mieux pensé, reconnaissons que passer ou repasser par certains environnements ne gêne pas. En effet, outre la beauté des lieux ne cessant d'émerveiller, l'obtention de nouveaux pouvoirs et capacités nous permettra par la suite d'accéder à des endroits jusqu'alors inaccessibles. Un grand classique, mais qui se fait ici à l'intérieur d'un univers qu'on se plaît à (re)découvrir encore et encore offrant qui plus est une durée de vie bien plus grande que celle des précédents opus.

La mythologie nordique venue de l'Ouest

Il n'en fallait pas moins pour permettre aux artistes de Santa Monica de laisser libre court à leur imagination débordante. Si le bestiaire semble légèrement moins conséquent que ceux des autres opus, la plupart des créatures en impose, du troll en passant par le loup-garou ou les vagabonds, engoncés dans leurs armures et létaux au point de faire de chacune de ces rencontres des morceaux d'anthologie. Bien entendu, ceci passe également par les effets spéciaux et la mise en scène usant habilement de ralentis de manière à accentuer la fureur de Kratos et la puissance de ses coups.

Gaming Live : Explorons Midgard !

Chargement de la vidéo God of War Gaming Live

Puisant dans tout ce que recèle la cosmogonie nordique, les développeurs ont façonné une toile de maître subjuguant par ses panoramas somptueux et ses intérieurs aux tonalités marquées embellis par de sublimes jeux de lumière. Que ce soit à Midgard, Helheim, Muspellheim, l’enchantement est constant et croiser le fer dans une étendue glacée devant un immense géant couché depuis des siècles a de quoi marquer les esprits. On retrouve ainsi toutes les forces de la saga qui se pare en sus d'une dimension bien plus contemplative allant à merveille au système de déplacement permettant de voyager à son rythme, principalement en barque, pour profiter de chaque lieu s'offrant à nos yeux ou attendant qu'on y accoste.

L'avis de [87]
Inutile de tourner autour du pot, God of War est sans doute le titre le plus somptueux disponible sur le marché. Il n'existe pas un environnement qui n'ait pas bénéficié d'un travail d'orfèvre et l'émerveillement est constant que ce soit lors de la découverte d'une forêt en retrait ou d'une zone étourdissante de gigantisme. Les effets de lumière et de météo sont saisissants, les panoramas traversés sont vertigineux et d'une beauté à couper le souffle... en somme, God of War est, comme à son habitude, une véritable claque visuelle qui a pour contrepartie de mettre largement votre PS4 à contribution. Notez que sur une PlayStation 4 standard, nous avons assisté à de rares et peu handicapantes chutes de framerate lorsque de nombreux éléments étaient affichés à l'écran. Néanmoins, sachez que cela n'ôte en rien la prouesse technique réalisée par Santa Monica, qui est parvenu à donner l'illusion au joueur qu'aucun de temps de chargement n'intervient lors du passage d'une zone à autre, par le biais de petites astuces certes apparentes, mais qui jamais ne brisent l'immersion totale du joueur. Impressionnant.

Repenser un gameplay

God of War : Un jeu béni des dieux
Les affrontements restent aussi épiques que par le passé

Si l'aspect artistique est donc difficilement critiquable et que l'histoire, logique et maîtrisée sera sûrement sujet à des débats enflammés, qu'en est-il du gameplay ? Ici aussi, les développeurs n'ont fait qu'améliorer ce qui existait déjà même s’il faudra accepter le système de caméras qui troque les plans d'ensemble contre un angle plus proche afin de plonger littéralement le joueur dans l'action. Néanmoins, s’il est indéniable que le choix a de quoi surprendre pour un God of War, le tout fonctionne parfaitement. Déjà grâce aux indications d'Atreus (puis de Mimir) qui nous renseignera vocalement sur la présence d'ennemis dans notre dos. En plus du retournement rapide qui sera l'une des solutions permettant de faire volte-face, l'esquive en sera une autre, tout comme le contre avec l'aide de notre bouclier. A ce sujet, ce mouvement devra être maîtrisé très rapidement car bien qu'il soit possible de bloquer la plupart des attaques, ledit contre permet de prendre l'ascendant sur son adversaire afin de placer des combos dévastateurs. On saluera aussi le système de flèches de couleurs jaune/rouge/violet (présence ennemie, attaque imminente et projectiles), toujours lisible et très pratique. Finalement, si l'impression de manquer de réactivité pourra nous étreindre les premières minutes, il suffira de quelques échauffourées pour se sentir à l'aise avec la jouabilité.

Gaming Live : Des affrontements qui glacent le sang

Chargement de la vidéo God of War Gaming Live

Toutefois, pour profiter pleinement du gameplay, il faudra savoir analyser les patterns des ennemis et surtout mettre à profit le combat à mains nues et à la hache en switchant constamment entre les deux pour utiliser les attaques associées ou pouvoir toucher certains ennemis insensibles à votre arme. Dès lors qu'on a compris ceci, les affrontements deviennent exquis, déroutants pour le vieux briscard rompu à la série, mais jouissifs, surtout après quelques heures de jeu lorsqu'on commence à débloquer les arbres de compétences à notre disposition.

L'avis de [87]
Les inquiétudes concernant la caméra rapprochée choisie pour ce God of War, qui tranche avec les habitudes de la saga, s'envolent bien vite. En adoptant un point de vue plus resserré sur son héros, Santa Monica a également changé la philosophie des affrontements. Si ces derniers ne sont assurément pas moins brutaux que par le passé et que le sentiment de puissance herculéenne ne quitte jamais le joueur au cours de l'aventure, il est plus que nécessaire de ne pas systématiquement foncer tête baissée avant d'engager la rixe. Mettre à contribution l'intégralité des pouvoirs et des combos de Kratos devient rapidement une nécessité, au même titre que l'analyse minutieuse des forces en présence. Chaque adversaire ne s'affrontera pas de la même manière et il sera parfois préférable de privilégier des dégâts d'étourdissement à une déferlante de violence létale afin de débloquer des exécutions, qui se caractérisent d’ailleurs toujours par un grand moment de déchaînement de violence. Il se dégage toujours une vraie frénésie lorsque l'on libère toute la rage de Kratos et l'ensemble des batailles, même si plus techniques qu'auparavant, constitue une expérience aussi viscérale que réjouissante. Atreus, quant à lui, devient très rapidement un allié de poids qui, au lieu d'être un simple second couteau, devient au fil du temps un guerrier valeureux permettant, sous votre commandement, d'infliger des dégâts autant que d'étourdir les ennemis. La complémentarité entre les deux protagonistes et la grande facilité avec laquelle on commande à Atreus exacerbent la fluidité des rixes qui, vous l'aurez compris, ne manquent pas de difficulté et sont jouissifs à conduire. Ces sensations ne se démentent pas d'un bout à l'autre de l’aventure, et si certes, on imagine déjà certains pester contre l'absence de gigantisme d'adversaires à terrasser, le souffle épique qui caractérise la saga est omniprésent dans n'importe lequel des combats clefs.
God of War : Un jeu béni des dieux
Le portail dimensionnel nous permet de voyager entre les neuf royaumes

Pour se faire, il faudra néanmoins bien assimiler le système dans lequel l'évolution des armes, de nos équipements (torse, bras et jambes) et l'acquisition des compétences de Kratos et Atreus sont ici aussi connectées. Dans un premier temps, vous devrez récupérer des matériaux et de l'argent dans des coffres, en accomplissant des quêtes ou en éliminant des ennemis. On déplorera tout de même que certains matériaux soient parfois difficiles à trouver faute d'indications, surtout lorsqu'il s'agit de crafter certains loots (trop nombreux), épiques et légendaires en tête. Ceci vous servira alors à améliorer le niveau de votre hache ou de l'arc d'Atreus. Une fois ceci fait, vous pourrez alors débloquer de plus en plus de compétences (requérant également des matériaux et de l'EXP) qui seront utilisables en combat. Je tiens ici à appuyer encore une fois sur l'utilité d'Atreus lors des rixes. En effet, votre fils vous secondera en débloquant certains passages au fil de l'aventure ou en récupérant de l'expérience grâce à sa capacité à déchiffrer des runes. Il pourra également en plein combat étourdir vos adversaires avec ses flèches ou carrément les attaquer en leur grimpant dessus. Très rapidement, sa présence devient indispensable d'autant que le jeu est bien plus difficile que par le passé même en Normal. Je vous laisse imaginer ce que cela peut donner en God of War, 4ème et dernier niveau de difficulté. Pari gagné pour Cory Barlog donc car en marge de l'histoire justifiant la présence de l'enfant sans jamais nous donner l'impression de nous l'imposer, son utilité en combat est réelle voire salvatrice, surtout lorsqu'il obtient la possibilité de nous ramener à la vie une fois achetée une pierre de résurrection.

Gaming Live : Customisation et craft

Chargement de la vidéo God of War Gaming Live

De fait, Atreus ne bride en rien la bestialité des joutes, au contraire, il offre à la brutalité des finish moves et autres enchaînements de son père un soupçon de «tactique» toute proportion gardée. En nous obligeant à user correctement de chaque compétence, du mode Rage (montant progressivement en se battant à mains nues) et des capacités du rejeton, chaque affrontement devient une épreuve excitante voire parfois éprouvante tant certains ennemis (dont la couleur de la barre de vie est proportionnelle à leur résistance) nous mettent la pression. Alors oui, la jouabilité a évolué, elle aura du mal à rallier à sa cause tous les fans, néanmoins elle ne renie pas sa nature première, cette sauvagerie, cette férocité qui transparaît à chaque coup porté.

A Thor ou à raison ?

God of War : Un jeu béni des dieux
Visiter les grottes est également un enchantement pour les yeux

Bien que qualifier God of War de tous les superlatifs possibles et inimaginables soit tentant, et ce même en prenant en compte ses quelques défauts finalement peu importants, y jouer reste encore le meilleur moyen de se rendre compte du travail effectué par Sony Santa Monica. Qu'on soit en phase ou non avec l'orientation de ce nouveau volet, une chose semble certaine : il est impossible d'aimer le jeu vidéo et de réfuter entièrement (hormis sous des prétextes fallacieux) ce titre. Ne déviant à aucun moment de sa ligne directrice (et ce jusqu'à son incroyable fin), soutenant intelligemment chaque choix de gameplay, jouant avec les attentes des joueurs (en leur donnant ou non ce qu'ils attendent), ce God of War marque une étape majeure dans la série et pour le beat'em all en règle générale. Ne se sentant jamais bridé par le genre qui le définit, cet épisode s’affranchit des limitations que la série s'était imposées (pour des raisons techniques et de style) et ose nous raconter une histoire recouverte de sang, de culpabilité, mais aussi de tendresse et d'espoir. Le plus beau est qu'il y arrive et qu'une fois refermée la dernière page de cet incunable, l'envie de feuilleter sa suite nous étreint machinalement. Un signe des dieux assurément, mais avant tout de ceux qui ne trompent pas...

Les notes
+Points positifs
  • Visuellement somptueux
  • Une réappropriation de la mythologie nordique très intéressante
  • Bande-son plus discrète, mais toujours parfaitement utilisée
  • Une excellente durée de vie (25h en ligne droite, 40h avec les quêtes annexes)
  • La relation Kratos/Atreus, poignante et drôle à la fois
  • Le personnage de Mimir
  • Une narration en plan séquence et sans temps de chargements bluffante
  • Excellente évolution du gameplay
  • Plusieurs passages épiques
  • Une fin augurant une potentielle suite très excitante
-Points négatifs
  • Un trop-plein d'équipements
  • Difficile de savoir où trouver certains matériaux pour crafter les loots épiques et légendaires

Kratos tranche, découpe, mais frappe avant tout en plein cœur du joueur. Tour à tour féroce, contemplatif, émouvant et drôle, God of War redéfinit la série éponyme sans pour autant réfuter son passé auquel il est intimement lié par son histoire. Nul doute que cet opus ne mettra pas tous les fans d'accord car en fonction des attentes, l'histoire de Kratos et d'Atreus vous parlera sans doute plus ou moins. Pourtant, au-delà des choix opérés à tous les niveaux par les développeurs, God of War respire la sincérité et reste un gigantesque morceau de bravoure mû par son étonnante narration et sa volonté farouche de faire évoluer son héros tout en proposant une aventure incroyablement généreuse. God of War avait marqué la PS2 et PS3 de son empreinte, ce nouveau volet s'impose de lui-même sur PS4 comme le meilleur beat'em all de la machine et accessoirement le meilleur représentant actuel du genre, rien de moins.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 avril 2018 à 19:21:00
20/20
Profil de [87]
Avec [87]
MP
Twitter
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (157)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18/20
Tous les prix
Prix Support
54.99€ PS4
68.66€ PS4
Voir toutes les offres
Mis à jour le 19/04/2018
PlayStation 4 Beat'em All Sony Computer Entertainment Sony Santa Monica Historique
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Spider-Man : une toile de maître ? sur PS4
    PS4
  • Aperçu : Underworld Ascendant : un premier constat préoccupant sur PC
    PC
  • Aperçu : Inquisitor - Martyr : Quand Diablo fusionne avec Warhammer 40.000
    PC - PS4 - ONE
Derniers aperçus
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Spider-Man
    PS4
    Vidéo - Bande-annonce
  • Super Smash Bros. Switch
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Red Dead Redemption II
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce