Menu
Syberia 3
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
  • Switch
  • PS3
  • Mac
  • iOS
  • Android
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Syberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantes
PC
Syberia 3
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
24 avril 2017 à 17:44:05
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (49)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11/20
Tous les prix
Prix Support
12.00€ PC
12.98€ PC
16.49€ ONE
16.99€ ONE
19.99€ PS4
19.99€ PS4
Voir toutes les offres
Partager sur :

Les deux premiers Syberia ont incontestablement marqué bon nombre d'aficionados d'aventures immersives et font aujourd'hui figure de Madeleine de Proust chez pléthores d'amateurs d'énigmes. Pourtant, ces derniers sont restés sans nouvelles de Kate Walker, personnage central de la saga, pendant près de 13 ans avant une nouvelle prise de rendez-vous ce mois d'avril pour célébrer les retrouvailles avec l'univers enchanteur de Benoît Sokal. La patience a-t-elle été récompensée ? Oui et non.

Syberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantes

Syberia 3 s'ouvre sur une Kate Walker en bien mauvais état, recueillie par les Youkols, tribu nomade bien connue des amateurs de la licence. Notre héroïne est placée dans un institut psychiatrique de fortune à proximité de l'endroit où les Youkols ont interrompu la transhumance de leurs autruches sacrées, le guide de l'expédition ayant été blessé dans l'entreprise. Kate s'éveille aux côtés de ce dernier, amputé d'une jambe, et devra rapidement quitter les lieux et tenter de venir en aide aux Youkols tout au long de leur périple.

L'aventure pour tous ?

Maintenant que le contexte est posé, autant répondre immédiatement à la question de savoir s'il est possible ou non de jouer à Syberia 3 sans avoir touché aux précédents volets. La réponse est oui. À quelques exceptions près, le troisième opus de Syberia repose sur une intrigue qui lui est propre, qui fera de temps à autre des allusions au passé de Kate et qui pourrait même faire resurgir de vieux personnages, mais jamais le novice ne se sentira perdu dans l'univers du jeu. Des indices concernant le passé de Kate sont d'ailleurs disséminés au détour des différents dialogues, sans esquiver quelques maladresses, toutefois. En revanche, il est évidemment recommandé d'avoir traversé les deux premières aventures, pour mieux appréhender les nuances de l'univers de Sokal, et inutile de nier que le plaisir de rechausser les bottes de Kate Walker prend une saveur bien différente lorsque l'on a en tête les souvenirs impérissables laissés par les deux premiers segments de Syberia.

Syberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantesSyberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantesSyberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantes

Concernant la narration, autant dire que Syberia 3 ne déçoit pas. Ce ne sont pas tant les lignes de dialogues qui parviennent rapidement à charmer le joueur, mais plutôt l'atmosphère enivrante du jeu et la construction paisible et progressive de l'histoire qui séduisent, deux éléments qui font incontestablement partie des points forts du titre. Effectivement, Syberia 3 est un jeu où l'on prend son temps, où l'on se plaît à papoter avec les différents autochtones croisés dans les nombreux tableaux qui jalonnent l'aventure. Kate n'a rien perdu de son charme et a même gagné en profondeur grâce à une roue de dialogue étoffée, permettant de choisir un ton à adopter face à tel ou tel personnage. Par exemple, adopter une attitude un peu rentre-dedans face à un protagoniste pourra le conduire à agir d'une manière inattendue, donnant lieu à différents « micro-embranchements » en fonction de vos choix de dialogues. Pas de quoi modifier le cours de l'aventure, mais le joueur a parfois le sentiment de marcher sur des œufs et d'avoir un impact lorsqu'il s'agit de convaincre un personnage d'accéder à une requête, par exemple.

Un univers singulier toujours aussi ravissant

Syberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantes
Les personnages de Syberia 3 ont de fortes personnalités

Les différents individus croisés dans Syberia 3 profitent tous d'ailleurs d'une écriture soignée, chacun disposant de sa propre humanité et de ses propres tourments. S'ils ne sont pas non plus extrêmement nombreux, on se prend vite d'attachement pour les personnages qui croisent notre chemin dans un univers qui n'a clairement rien perdu de sa superbe. Ce ne sont manifestement pas les années qui ont érodé la créativité de Benoît Sokal, qui signe là encore des tableaux dont certains sont de toute beauté et qui est à nouveau parvenu à insuffler à son bébé une personnalité immédiatement identifiable, entre univers gelé, soviétique et Steam Punk. Bref, les fans de Syberia en général seront rapidement enchantés de retrouver les éléments graphiques qui ont participé au succès des deux premiers épisodes tandis que les nouveaux venus n'auront pas grand peine à être séduits par cette aventure qui se boucle en un peu plus de 10 heures, le double si vous prenez vraiment votre temps.

Des puzzles simples mais efficaces

Syberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantes
Les puzzles, nombreux et bien pensés, ne sont pas très difficiles.

Héritage point'n click oblige, Syberia 3 est parsemé de nombreux puzzles qu'il vous appartiendra de résoudre d'une manière assez classique. L'ensemble des énigmes à mener à bien est plutôt logique et ne vous demandera globalement pas de faire chauffer la matière grise outre mesure pour en venir à bout. Si les amateurs de difficulté pourront être un peu frustrés par ce manque de challenge, il serait criminel de ne pas concéder à Syberia 3 un vrai travail de fond lorsqu'il s'agit de proposer des puzzles variés et plutôt agréables à conduire. La construction du jeu quant à elle, est suffisamment bien faite pour limiter un maximum les allers-retours, et chaque énigme s'inscrit parfaitement dans le contexte de l'histoire. En somme, sans jamais être bloquants, les obstacles de Syberia 3 sont des défis à la portée de chacun, pour peu que vous preniez la peine d'écouter ce que l'on vous dit et d'observer les différents éléments interactifs à votre disposition.

Alors certes, à la lecture des points précédents, vous pourriez être tentés de croire que Syberia est un sans faute, mais ce n'est malheureusement pas le cas et de lourdes et nombreuses lacunes empêchent le titre de Microids de décoller pleinement. Pour le plus évident, annonçons d'emblée que techniquement, le jeu est particulièrement daté. Les animations des personnages sont très rigides, les expressions faciales peu crédibles, et la synchronisation labiale très souvent à côté de la plaque. En outre, sur une configuration musclée, Syberia 3 accumule les chutes de framerate et affiche parfois des temps de chargement dont on ignore franchement pourquoi ils sont si longs.

L'enfer est pavé de bonnes intentions

Syberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantes
Diriger Kate est parfois délicat en raison d'une caméra mal pensée

Mais ces détails, largement compensés par une direction artistique de haute volée, ne sont finalement que peu de choses face à la maniabilité du titre. En passant aux environnement 3D, les développeurs ont fait le pari de basculer la licence dans la modernité, alors qu'elle aurait clairement gagné à rester au stade de point'n click. Les déplacements de Kate dans les environnements se font désormais au clavier et autant dire qu'il est parfois compliqué d'orienter notre héroïne exactement de la manière dont on le souhaiterait. Effectivement, outre la rigidité des déplacements, les multiples changements de plans – lorsque vous traversez une rue, par exemple – sèment parfois la confusion chez le joueur et finissent par le désorienter. Les angles de caméra, d'ailleurs, sont assez régulièrement mal choisis et nuisent souvent à la bonne lisibilité des tableaux parcourus. Notez qu'il est impossible de faire pivoter la caméra, seul un bref coup d'oeil panoramique est autorisé.

Syberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantes
Impossible, sur ce puzzle, de bouger la caméra pour accéder aux chiffres de gauche

La caméra est d'ailleurs régulièrement source de frustration car il lui arrive fréquemment de se positionner d'une manière rendant impossible la résolution d'un puzzle, ou l'interaction avec un personnage. Exemple simple : Kate doit obtenir un laissez-passer pour accéder à la ville de Valsembor. Une fois le sésame obtenu, il suffit de le présenter à un garde pour accéder à la cité. Lorsque ce dernier vous demande votre passe, il vous est proposé d'ouvrir votre inventaire, de sélectionner par le biais d'une roue l'objet désiré puis de cliquer sur une zone d'interaction située sur votre interlocuteur. Cependant, à plusieurs reprises, la caméra était placée de telle façon que nous ne pouvions pas accéder à la zone cliquable permettant de présenter le passe. Il nous a alors été nécessaire de changer de tableau puis de revenir, en espérant que cette fois-ci, les caprices des angles de vues soient terminés. Enfin, il arrivera très régulièrement que la caméra fasse un peu ce qu'elle veut lors des dialogues, préférant parfois cadrer un plafond fixe plutôt que la conversation. Pour ressortir de l'intrigue, difficile de faire mieux, sachant que les doublages, quant à eux oscillent, entre le tout juste correct et le franchement catastrophique.

Quelques exemples de caméra folle

Syberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantesSyberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantesSyberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantes

Notez que si vous choisissez de faire le jeu sur PC, l'utilisation de la manette est plus que vivement recommandée. Si nous sommes parvenus à traverser le jeu clavier et souris en main, le jeu n'a certainement pas bénéficié d'une quelconque attention pour les joueurs dépourvus de pad. Effectivement, de nombreux puzzles reposent sur des interactions directes avec des objets en 3D : tourner une manivelle, emboîter un fil dans un autre... les situations pourtant les plus classiques deviennent vite un cauchemar tant la reconnaissance des mouvements de la souris, supposés singer ceux de votre avatar, sont erratiques. Tout cela est servi par une interface pas spécialement bien pensée, mettant en lumière d'une manière un peu trop grossière les zones d'interaction (dans le mode de difficulté autorisant les indices visuels), rendant la manipulation de petits objets rapprochés assez imprécise. Il ne sera effectivement par rare d'activer un mécanisme alors que vous pensiez manipuler le bouton adjacent.

Syberia 3 : des retrouvailles aussi envoûtantes que frustrantes

Ainsi, difficile ainsi de vous recommander les yeux fermés Syberia 3, tout comme il paraît injuste de vous inviter à le fuir comme la peste. Les fans des premiers épisodes seront incontestablement enchantés à l'idée de prendre les commandes de Kate et de retrouver l'univers si particulier et envoûtant de Benoît Sokal, qui est résolument un grand artiste. Les nouveaux venus, quant à eux, pourront profiter d'un titre très apaisant, qui aime prendre son temps et qui propose une atmosphère unique et originale. Toutefois, avant de vous lancer dans l'aventure, il faudra faire preuve de patience et d'une grande tolérance pour passer outre les nombreuses lacunes que cumule Syberia 3, qui fait preuve d'un degré de finition nettement inférieur à ce que l'on peut attendre d'un jeu sorti en 2017.

Trailer de Syberia 3

Chargement de la vidéo Syberia 3 trailer
Les notes
+Points positifs
  • Un univers formidable, pour une belle et paisible aventure
  • La bande originale : un sans faute
  • Puzzle simples mais bien pensés et intelligemment construits
  • Souvent très inspiré en dépit des faiblesses purement techniques
  • Solide durée de vie
-Points négatifs
  • Maniabilité clavier / souris catastrophique, pad presque obligatoire
  • Doublages et synchronisation labiale ratés
  • Caméra folle omniprésente
  • Déplacements rigides
  • Techniquement daté
  • Des personnages qui n'esquivent pas quelques clichés

Pour que Syberia 3 vous enivre, il faudra faire un choix. Les plus exigeants ne manqueront pas d'être rebutés, à juste titre, par les nombreux problèmes qui ternissent l'expérience de la troisième aventure de Kate Walker. Caméra erratique empêchant parfois la résolution de puzzle, optimisation PC ratée, maniabilité entièrement à revoir, doublage et synchronisation labiale aux fraises... autant d'éléments pouvant aisément venir à bout de la patience du joueur endurci. Pourtant, avec recul et tolérance, vous pouvez aussi choisir de passer outre tout cela et d'apprécier ce qui reste un jeu d'aventure qui fait honneur à son héritage. Qu'il s'agisse de son histoire, de son atmosphère unique, de ses puzzles inventifs ou de sa direction artistique de haute volée, Syberia 3 dispose de solides arguments malheureusement trop vite contrecarrés par des lacunes techniques d'un autre temps. Aussi charmant qu'agaçant, Syberia nous offre des retrouvailles en demi-teinte.

Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
24 avril 2017 à 17:44:05
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (49)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11/20
Mis à jour le 24/04/2017
PC Aventure Point'n Click Microïds Anuman Interactive
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Let's Go, Pikachu / Évoli
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce