Menu
Telling Lies
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / Telling Lies sur PC /

Test du jeu Telling Lies : Le digne successeur de Her Story ? sur PC

Test : Telling Lies : Le digne successeur de Her Story ?
PC
Telling Lies
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Aubin_Gregoire
L'avis de Aubin_Gregoire
MP
Journaliste jeuxvideo.com
03 septembre 2019 à 08:59:03
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (3)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
Partager sur :

4 ans après Her Story, Sam Barlow, propose une nouvelle itération de jeu d’enquête en FMV. Telling Lies multiplie le nombre de protagonistes évoluant devant la caméra par quatre, éclatant d’autant plus la narration. Après le succès de son précédent titre, on ne pouvait qu’attendre avec impatience sa suite spirituelle. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’on a pas été déçu.

Un petit mensonge vaut parfois mieux qu'une grande vérité

Chargement de la vidéo Telling Lies trailer

Miroir noir

Telling Lies : Le digne successeur de Her Story ?

Une jeune femme entre déterminée dans son appartement, s’assoit devant son ordinateur sans même prendre la peine d’enlever sa veste et y connecte un disque dur au contenu mystérieux. Une banque de données pleine à craquer et un moteur de recherche où l’on inscrit 5 lettres : A M O U R Nous voilà donc face à l’intégralité des mécaniques de jeu. Une interface très proche de MacOs, un moteur de recherche répondant au nom de “Retina” (tiens, tiens…) et le reflet de la jeune femme que l’on incarne dans l’écran. Ce parti pris permet, tout comme Her Story en son temps, une immersion très forte. Si l’interface y est pour beaucoup, c’est bien le sound design qui élève le tout à un autre niveau. Le joueur n’est pas dans l’écran mais bien juste devant, on entend donc les sirènes de police au loin, le bruit du clavier qui vibre contre le bureau à chaque frappe et le disque dur qui tourne. Le soin apporté à ces éléments fait toute la différence et apporte un réel plus à l’expérience. Un fichier txt. nous apprend que les clips en question viennent de plusieurs mois de surveillance de la NSA, renforçant la crédibilité et l'ambiguïté de notre démarche. On aurait aimé que les développeurs poussent le jusqu’au-boutisme au point d’adopter une interface réelle ou encore plus proche de ce à quoi les ordinateurs personnels nous ont habitué. Ce blocage vient sans doute de problèmes de droits ou de licences pouvant se montrer particulièrement coûteuses. Autre regret, la plupart de l’interface est finalement assez gadget et on sera cantonné à la banque de données tout le long du jeu. On aurait apprécié effectuer des recherches sur un internet factice ou des réseaux sociaux imaginaires, les possibilités étant infinies. Ces implémentations auraient pu accentuer davantage l’implication du joueur et donner un réel aspect détective moderne au titre comme l’avait fait In Memoriam en son temps.

Telling Lies : Le digne successeur de Her Story ?Telling Lies : Le digne successeur de Her Story ?

Une intrigue à reconstruire

Mais ne nous arrêtons pas à des considérations finalement assez mineures comparées à l’attrait principal de Telling Lies, ses très nombreux clips vidéo. Tout l’intérêt du titre et de Her Story réside dans leur narration atypique. On insère des mots clés dans la barre de recherche et on se voit proposer 5 résultats dans lesquels lesdits mots sont prononcés ainsi que le timecode précis de l'occurrence. La lecture de ces clips nous permet de “faire connaissance” avec plusieurs protagonistes, tous liés à une affaire complexe et tortueuse. Si le noeud central de l’intrigue voit 4 protagonistes différents graviter les uns autours des autres, Telling Lies n’est pas avare en personnages secondaires.

Telling Lies : Le digne successeur de Her Story ?

Le sentiment de découverte et d’être livré à soi-même étant primordial pour apprécier pleinement l’expérience, nous nous garderons bien de vous livrer le nom des intervenants, ces derniers étant la clé de Telling Lies. Car si il y a bel et bien des enjeux de taille à base de surveillance, d’agent infiltré (cette information est livrée après seulement quelques minutes de jeu) ou de complot, ce sont bien les êtres humains au centre des événements qui généreront l’implication émotionnelle chez le joueur. Les clips allant de la minute jusqu’à près d’une dizaine, n’hésitent pas à prendre leur temps nous enfermant dans l’intimité des uns et des autres.

Impossible de ne pas soulever le niveau global de l'interprétation des comédiens tant il est d’une rare authenticité pour notre médium. Ce n’est cependant pas surprenant, le titre étant édité par Annapurna Interactive, filiale d’Annapurna Pictures une société de production de cinéma, le casting d’acteurs on ne peut plus compétents a dû en être grandement facilité. On retrouve Logan Marshall-Green, que vous avez pu voir dans le Prometheus de Ridley Scott, dans le rôle principal. Très marquante, sa performance doit beaucoup à l'ambiguïté du personnage et la qualité d’écriture même si l’acteur n’est pas en reste. Face à lui, nous retrouvons Alexandra Shipp, la Tornade des derniers X-Men, très convaincante en jeune activiste idéaliste, et Kerry Bishé, qui n’a pas la carrière la plus prolifique, mais qui dans le cas qui nous concerne offre probablement la performance la plus sincère et la plus naturelle. Constamment au bord de la rupture, son personnage est à n’en pas douter celui qui amènera le plus d’empathie chez le joueur. Angela Sarafyan, au casting de Westworld notamment, vient compléter le quatuor en interprétant une camgirl mystérieuse. Tour à tour sensuelle, pathétique ou complètement perdue, elle se révèlera très vite une source d’informations de taille quant à l’issue des événements.

Telling Lies : Le digne successeur de Her Story ?

L'immersion au détriment du confort de jeu

Her Story se cantonnait à une salle d’interrogatoire et résolvait par là même occasion de nombreux problèmes de budget potentiels. Dans le jeu qui nous intéresse aujourd’hui et son contexte de surveillance gouvernementale, ce sont les téléphones et autres dispositifs intelligents de nos protagonistes qui serviront de judas. Ce nouveau support permet une mobilité nouvelle et donc d’être plus souvent au coeur de l’action et apporte beaucoup à la mise en scène. Les personnages s’interrompent, font tomber des objets, se cognent, hurlent sur leur smartphone ou cachent la caméra. Ces interactions accentuent largement le voyeurisme et la culpabilité du joueur qui sait qu’il est en possession d’informations qu’il ne devrait pas avoir.

Telling Lies : Le digne successeur de Her Story ?Telling Lies : Le digne successeur de Her Story ?

En couplant ce nouvel élément narratif aux bruits ambiants et le reflet de la jeune femme que nous incarnons qui s’agite nerveusement, on se surprend à être aux aguets, anxieux à l’idée de voir une ombre surgir derrière nous. Ce procédé narratif amène des longueurs inévitables par soucis de cohérence. Un clip vidéo où un personnage se lance dans un long monologue a forcément son segment correspondant où son interlocuteur attend patiemment la fin de son discours. Il n’est donc pas rare de tomber sur un clip de 7 minutes où il ne se passe pratiquement rien de concret. Ce n’est dans l’absolu pas un problème, mais couplé à une ergonomie de navigation pas franchement optimale, ces temps morts peuvent casser le rythme, ce qui est dommageable pour un titre dont la durée de vie oscille entre 4 et 5 heures.

En effet il n’est pas possible de cliquer sur une barre d’avancement comme sur n’importe quel lecteur multimédia, ce qui nous oblige à “rembobiner” ou effectuer une avance rapide. Notez que les sous-titres, cliquables pour permettre une recherche plus dynamique, restent affichés lors des défilements rapides ce qui permet d'accélérer sans perdre d’informations cruciales. Ce choix était toutefois indispensable, pour nous éviter de cliquer à toute berzingue dans l’espoir de tomber sur un passage décisif et ainsi conserver un maximum l’immersion, mais d’un point de vue purement ergonomique c’est assez contraignant. Les développeurs font donc le choix de sacrifier le confort de navigation pour mieux contrôler le rythme des découvertes et la synchronisation avec la bande originale. Une décision louable mais qui démontre toutefois les limites de la formule en terme d’expérience utilisateur. Enfin, pour pinailler, on regrette une uniformité esthétique des clips vidéo. L’initié à différents périphériques de captation verra vite que l’intégralité du jeu semble être filmée par la même caméra, et en de très rares occasions par une seconde. Une caméra de piètre qualité pouvant indiquer un niveau de vie plus modeste d’un personnage, cet aspect aurait pu être utilisé pour les caractériser un tout petit peu plus. Ce grief couplé à l’absence d'artefacts de compression, de glitchs visuels ou de perte de connexion, soucis réguliers pour qui a déjà expérimenté une conversation vidéo, nous donne régulièrement l’impression d’être face à une bande démo plutôt qu’à une vrai vidéo de surveillance de la NSA. On suppose toutefois qu’il s’agit d’un choix délibéré pour favoriser l’avancement de l’histoire et le confort visuel.

Telling Lies : Le digne successeur de Her Story ?

Difficile d’en dire plus sans dévoiler trop d’indices qui pourraient potentiellement amputer votre partie de plusieurs dizaines de minutes de recherche. Car tous ces éléments ne sont finalement qu’un prétexte pour expérimenter la structure et le scénario diablement bien ficelés. Chaque mot-clé est minutieusement placé afin de lier des segments vidéo entre eux ou vous forcer à affiner votre recherche pour accéder à des clips qui vous donneront la clé pour débloquer la suite de l’histoire. Le bloc-note intégré à l’interface devient très vite indispensable et restructurer les évènements dans leur ordre chronologique ou voir l’autre facette d’un dialogue s’avère particulièrement grisant. Telling Lies attend du joueur qu’il soit proactif dans sa recherche et chacun aura son parcours qui lui est propre car attentif à d’autres détails. La construction de personnages est excellente et ce malgré l’ordre complètement anachronique dans lequel le scénario peut être traversé.

Les notes
+Points positifs
  • Le joueur est constamment impliqué dans la narration
  • Les excellentes performances des comédiens
  • Une interface immersive...
  • Une très bonne mise en scène grâce aux smartphones...
  • Une construction de personnage exemplaire
-Points négatifs
  • Quelques longueurs
  • Le rembobinage et l'avance rapide parfois laborieuse
  • ...qui n'apporte rien de plus que Her Story
  • ...mais un rendu visuel un peu trop propre pour être vrai

Telling Lies est un très bon jeu d’enquête qui mise tout sur son ambiance et son scénario. Ce dernier, porté par des prestations d’acteur d’une justesse rarement atteinte dans notre médium, se révèle particulièrement engageant. Le joueur est constamment impliqué dans la narration et reconstruit l’histoire à son rythme. Il en résulte une expérience plus complexe et plus aboutie que la dernière production de son auteur, qui frôle de peu l’excellence, notamment à cause d’une ergonomie imparfaite et d’un manque d’audace dans l’utilisation de l’interface.

Profil de Aubin_Gregoire
L'avis de Aubin_Gregoire
MP
Journaliste jeuxvideo.com
03 septembre 2019 à 08:59:03
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (3)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
Mis à jour le 03/09/2019
PC Aventure Sam Barlow Annapurna Interactive
Dernières Preview
PreviewNioh 2 - Une suite qui déchaîne son démon intérieur ? 13 sept., 18:22
PreviewRing Fit Adventure : La symbiose idéale entre sport et jeu vidéo ? 12 sept., 14:15
PreviewProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre 12 sept., 07:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019