Menu
Civilization VI
  • Tout support
  • PC
  • Switch
  • iOS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Preview : Civilization VI : Convaincu après trois heures de jeu ?
PC
Partager sur :

Pour celles et ceux qui l’ignorent encore, sachez que la saga Civilization fêtera bientôt l’arrivée de son 6ème épisode, venu incarner la consécration de 25 années de 4X sous l’égide de Sid Meier. Ce grand bonhomme du jeu vidéo s’est en effet attelé au fil des années à produire et inspirer des jeux de stratégie / gestion au tour par tour toujours plus fins et plus profonds. En 2016, c’est Civilization VI qui débarquera dans les étals, amenant avec lui une belle flopée de changements qui plairont aux fans comme aux novices.

Mais au fait, ça veut dire quoi 4X ?
Tout simplement « eXplore, eXpand, eXploit, eXterminate » soit l’équivalent anglais d’ « explorer, étendre, exploiter, exterminer », ce qui correspond grosso modo aux 4 rôles que vous aurez à choisir ou à combiner dans un jeu du genre. Suivant un gameplay au tour par tour, vous allez devoir évoluer sur une carte en construisant des villes et en aménageant les environs pour tirer profit des ressources. Afin d’assurer l'essor de votre empire, tout un panel de décisions en matière de développements économique, politique, militaire, religieux et philosophique, s’offre à vous et il vous faudra opter pour les bonnes décisions en fonction non seulement de votre état d’avancement, mais aussi de la situation géopolitique en vigueur durant les longues parties que proposent les 4X.

Présentation de la France de Catherine de Medicis

Chargement de la vidéo Civilization VI trailer
Conditions de la session d’essai :
Nous avons pu essayer Civilization VI dans les locaux parisiens de 2K, sur une version d’essai PC, durant trois heures. Le temps pour nous de compléter 100 tours dans une partie solo contre l’IA sur ce 4X phare de la fin d'année 2016.

Si comme votre humble serviteur vous avez jadis regardé les Civilization avec admiration et curiosité, mais que l’appréhension à l’égard du nombre de mécaniques à gérer et du temps à y consacrer a toujours pris le dessus, alors soyez rassurés : la série n’a « finalement » rien d’insurmontable pour un novice. Après une petite dizaine d’heures, on assimile la totalité des prérequis et l’on peut prendre des initiatives et quitter les sentiers balisés. Dès lors, c’est une véritable addiction qu’il vous faudra canaliser, avec ses éternels reboots de partie par soucis d’optimisation et l’envie d’aller toujours plus loin dans les tours jusqu’à se rendre compte qu’il est 5 heures du matin et que vous feriez mieux d’aller vous coucher. Véritablement, le 4X peut être une révélation, une passion restée latente jusqu’à ce que vous ayez l’audace d’y toucher plus de deux heures tant tout à l’air ici faussement complexe et véritablement complet.

Civilization VI : Convaincu après trois heures de jeu ?

La France et les villes extensibles

C’est donc à la suite d’une courte présentation d’Ed Beach, lead-designer du titre, que nous avons pu partir à l’aventure sur un nouveau terrain. Puisque la France nous était présentée pour la première fois, nous avons opté pour la nation tricolore avec pour leader Catherine de Medicis. Cette dernière base une partie de sa force sur ses espions, comme nous l’explique Ed, ce qui renforce la diplomatie, notamment avec l'ajout des rumeurs que nous détaillerons plus bas. C’est donc une leadeuse aux traits légèrement cartoonesques, totalement raccord avec le reste de l’esthétique du titre, que nous découvrons avant le début de notre partie.

Le lead-designer nous informe au passage des ajouts majeurs de ce 6ème opus avec, en tête de gondole, l’extension des villes sur plusieurs cases, profitant ainsi des fameux districts qui regroupent les bâtiments dédiés à l’armée, aux loisirs, à la religion, et ainsi de suite. Ces tuiles dédiées ne sont pas à prendre à la légère et proposent même différents avantages suivant qu’elles soient établies près d’une montagne pour le district lié à la spiritualité, ou près d’une mine pour le celui dédié à l’évolution industrielle de votre ville.

Civilization VI : Convaincu après trois heures de jeu ?Civilization VI : Convaincu après trois heures de jeu ?Civilization VI : Convaincu après trois heures de jeu ?

Les tours s’enchaînent et nous fondons doucement mais sûrement notre belle capitale : Paris. Très vite, on remarque que nos bâtisseurs terminent désormais les aménagements en un tour et disparaissent au bout de 3 actions, ce qui évite d’avoir une flopée d’ouvriers vacants, et force à prioriser les aménagements et à anticiper la nécessité d’avoir ces derniers. Une myriade de petites modifications, qui n’ont l’air de rien comme ça, sont aussi présentes : des routes commerciales créées par les marchands (qui lient commerce et déplacements rapide et représentent donc potentiellement un danger en cas de changement de diplomatie), au fait que les villes ne peuvent désormais plus se défendre d’elles-mêmes sans avoir développé de remparts (attention donc aux barbares en début de partie), en passant par le moral de l’empire désormais scindé en « moral de villes ». Civilization évolue, forçant les joueurs à s’adapter à la nouvelle formule, sans pour autant changer du tout au tout. Car oui, de l’adaptabilité, il va falloir en avoir à revendre dans cet épisode et l’on se retrouvera bien plus souvent bousculé par les événements que décideur de ces derniers…

L'infâme Pierre II, dirigeant du Brésil

Chargement de la vidéo Civilization VI trailer

Une IA bien plus réactive

Civilization VI : Convaincu après trois heures de jeu ?

On le sait, « le vrai Civ’ » se joue entre potes pendant des jours entiers, mais la base du titre se situe au niveau du solo contre une IA qui, jusqu’à maintenant, avait un peu de mal à montrer ses aspérités. Désormais, chaque personnage dispose d’un caractère qui lui est propre. L’impérialisme américain, incarné par le leader Roosevelt, s'exprime à travers un comportement méfiant voire hostile à l’égard des explorateurs belliqueux qui oseraient s’aventurer sur le sol de son continent. Fort d’une armée aussi puissante que dissuasive, les Etats-Unis vont régulièrement avoir un comportement de « baroudeurs des mers, à la limite du m’as-tu vu », histoire de montrer au Monde qu’ils en imposent. Derrière cette petite anecdote, on retrouve la promesse d’un renouveau constant dans les relations diplomatiques, loin des classiques alliances et trahisons, jadis trop calculées.

Civilization VI : Convaincu après trois heures de jeu ?

Nous nous sommes d’ailleurs fait surprendre par Pierre II, dirigeant brésilien qui, après avoir signé un traité de libre passage, a gentiment amassé ses troupes sur nos terres avant de nous déclarer la guerre et de tenter d’annexer Paris. Après quelques échanges de tirs de catapultes, nous avons pu régler la situation et sortir de l’état de siège, mais ce retournement de situation, survenu en difficulté « Prince », nous a vraiment pris de court. En revanche, de l’autre côté de la pièce de test, un journaliste nous expliquait qu’il avait négocié une cargaison d’encens contre 2 villes : l’IA a donc du répondant et un certain sens de la stratégie, mais devra tout de même bénéficier de quelques corrections au niveau du système de valeurs, encore instable au moment de la preview…

« Allez hop ! Je passe en dictature pour optimiser mon armée »

Cette attaque sur Paris a bien faillit réduire à néant nos ambitions à l’orée du 50ème tour : un cas de figure qui peut faire peur et indique clairement que l’adaptabilité sera la grande force du joueur dans ce 6ème Civilization. Mais que faire pour « se retourner » rapidement ? Produire dans l'urgence des armées ? Sans doute, mais n’oublions pas au passage le panel de doctrines. Cette nouvelle structure, jadis incarnée par plusieurs arbres d’améliorations dont certaines sont incompatibles avec d’autres, est ici totalement transformée.

Au fur et à mesure de nos actions, on débloque des cartes aux impacts significatifs et dédiées à la diplomatie, à l’armée, à la culture ou encore à l’économie. Plus notre empire évolue, plus nous pouvons « activer » certaines de ces cartes. Pour prendre un exemple : un état dictatorial pourra choisir dans ses « doctrines actives » un grand nombre de cartes militaires, ce qui pour une situation de guerre peut être la clé de la victoire, et respecte une certaine logique, jusqu’alors inédite. Nous devrons donc régulièrement jongler entre les différents systèmes gouvernementaux pour nous adapter au mieux à la situation.

12 minutes de gameplay commenté

Chargement de la vidéo Civilization VI Gameplay

L’exploration et l’interaction au cœur du nouveau système Eureka

Civilization VI : Convaincu après trois heures de jeu ?

Les développeurs de Firaxis ont donc réussi le pari de rendre la totalité des éléments visibles lors de la preview totalement logiques et fluides. Les découvertes faites sur la carte et les améliorations de votre nation déverrouillent par exemple des « moments Eureka », qui se traduisent par des buffs sur certaines technologies découvertes ou à découvrir en fonction de ce que vous avez fait ou développé récemment. Par exemple, découvrir des ressources sur la carte boostera de manière significative votre avancée dans une technologie liée à l’exploitation de cette même ressource. De même, rencontrer une autre civilisation renforcera la communication et améliorera donc la technologie « Ecriture ».

Qui est en guerre avec qui ? Qui veut quoi ? A vous de le découvrir…

Civilization VI : Convaincu après trois heures de jeu ?

Nous vous parlions plus haut des volontés des différents leaders, qui caractérisent leur personnalité. Certains de ces « agenda » comme ils sont appelés en anglais sont connus des joueurs quand d'autres demeurent secrets. Pour découvrir les volontés de vos alliés et de vos ennemis, vous allez devoir cravacher à coup d’espions (avantage à la France sur ce coup-là), mais aussi tirer profit des "rumeurs" découlant du commerce et des interactions entre nations. Si le système s’avère prometteur et rend la géopolitique plus difficile à cerner, il faut bien avouer que dans notre version d’essai, cette fonctionnalité était légèrement inefficace. Beaucoup de rumeurs se résumaient à « Il se dit à la cour de la reine Victoria que » sans pour autant que nous n’ayons droit à la suite de la phrase. Une mécanique qui devrait donc être opérationnelle dans les futurs builds du jeu et qui devrait rendre l’analyse globale du monde bien plus difficile, un ajout qui empêchera les joueurs de vouloir s’attaquer à tel ou tel empire ou cité-état sans risquer de froisser un accord de protection resté secret.

Un design à mi-chemin entre Anno et Age of Empires

Civilization VI : Convaincu après trois heures de jeu ?

Enfin, parlons un peu interfaces, design et gameplay opérationnel. Avec son enrobage cartoonesque rappelant tantôt Anno tantôt le free-to-play Age of Empires, Civilization VI a de quoi faire peur. Et pourtant, au bout de quelques tours, on s’habitue très vite à cette caméra bien plus proche de l’action qu’auparavant. Une fois la carte découverte, c’est une petite claque visuelle qui vient chatouiller nos yeux à chaque fois que l’on admire nos cités et les environs. Côté animation, c’est très propre et l’on apprécie ne plus ressentir ces fameux à-coups lors des combats ou des déplacements. Le clou du spectacle reste tout de même la construction en stop-motion des magnifiques merveilles, un plaisir qui rappellerait presque celui éprouvé sur Pharaon lorsque l’on regardait se bâtir nos pyramides. Les interfaces et menus sont clairs, mais moins épurés que dans l’épisode précédent ce qui pourra rebuter certains puristes.

Nos impressions
Avec ses nombreux systèmes modifiés et sa refonte efficace mêlant logique et fluidité, Civilization VI s’annonce diablement prenant et fondamentalement complet. Les novices y trouveront leur compte, tout comme les puristes qui auront ici une bonne grosse dose de challenge et d’adaptation afin de pouvoir dominer à nouveau le globe. Les trois heures passées en compagnie du jeu furent extrêmement plaisantes et riches en instructions, même si 100 petits tours ne sont pas suffisants pour explorer la totalité des features mises en place ici. De l’empilement des unités à la religion en passant par le endgame et la diplomatie avancée : le titre recèle encore bien des surprises à nos yeux et nous lui donnons rendez-vous dès le 21 octobre 2016 pour sa sortie qui sera évidemment accompagnée de notre test complet.
Profil de Panthaa
L'avis de Panthaa
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
03 août 2016 à 16:04:06
Mis à jour le 03/08/2016
PC Gestion Stratégie 2K Games Firaxis Historique
Commander Civilization VI
PC
PC
8.99 €
PC
26.99 €

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
IceTDrinker
IceTDrinker
MP
le 26 oct. 2016 à 08:42

À quand le test du jeu et pas un aperçu ? Tout un tas de sites concurrents l'ont déjà publié

Lire la suite...
jeff00t
jeff00t
MP
le 21 oct. 2016 à 08:59

catherine de medeucis?

pas pour moi! une femme au pouvoir ? et quoi encore? je prefere trump que hillary la folle.

Lire la suite...
moucheBZZZZ
moucheBZZZZ
MP
le 23 sept. 2016 à 18:44

On retrouve la promesse d’un renouveau constant dans les relations diplomatiques, loin des classiques alliances et trahisons, jadis trop calculées.
Nous nous sommes d’ailleurs fait surprendre par Pierre II, dirigeant brésilien qui, après avoir signé un traité de libre passage, a gentiment amassé ses troupes sur nos terres avant de nous déclarer la guerre...

Euh... ça n'a rien de nouveau ça, l'IA qui demande un traité de libre passage pour positionner tranquillement ses forces armées en vue d'une attaque.

Lire la suite...
ZenVibration
ZenVibration
MP
le 19 sept. 2016 à 11:20

Le design cartoonesque me laisse un peu septique... Le design du V donnait un caractère plus sérieux au jeu. J'espère juste ne pas voir débarquer le prophète Mickey pour propager la religion Disney :)
Enfin bref ce qui importe surtout dans ce genre de jeu, ce sont les mécaniques plus que les graphismes.

Lire la suite...
Spotvull
Spotvull
MP
le 16 sept. 2016 à 02:19

Très prometteur... J'espère juste qu'il ne faudra pas acheter deux add-ons pour avoir le jeu complet comme ce fut le cas pour le 5.
Pour ce qui est des graphismes "cartoons", je ne déteste pas. Au contraire j'ai l'impression qu'on peut avoir une vue claire et rapide de la carte, en espérant qu'elle ne devienne pas un imbroglio de couleurs. :D

Lire la suite...
nobuna94380
nobuna94380
MP
le 09 sept. 2016 à 16:13

au moins notre chère Catherine de Médicis fera une meilleure représentante que Napoléon qui était le SEUL personnage de tout CIV.V à être caricaturé.
cela en devenait grotesque.... :honte:

Lire la suite...
SafetyCar
SafetyCar
MP
le 11 août 2016 à 13:13

J'ai Civilization V et je ne sais pas si je me laisserai tenter par lui.

Lire la suite...
popkorn256
popkorn256
MP
le 04 août 2016 à 12:50

Panthaa, niveau critique, c'est un peu l'équivalent vidéo-ludique de Mickey Mouse. C'est super, c'est génial, ça va être le meilleur jeu du monde... En gros, je ne suis toujours pas rassuré par le manque de difficulté et de contrôle du jeu dont souffrait la version V.

Lire la suite...
Step-And
Step-And
MP
le 04 août 2016 à 12:15

Je me ferai une joie de le tester, mais permettez mon scepticisme grandissant au vue des derniers opus. Le V était nul, moins de fonctionnalités que le IV et une IA diplomatique complètement WTF. Le jeu était d'une simplicité déboussolante.

Pour l'instant le leader du 4X n'est plus Civilization mais bien le dernier née de Paradox Interractive : Stellaris. Il a littéralement révolutionner le genre, il faut certes y aimer le temps réel et le space opéra, mais il représente un bel avenir pour le genre.

Civilization VI va devoir faire ces preuves, mais quand je vois que le studio nous vend du rêve en nous parlant de fonctionnalités déjà présente en 2004 dans Civilisation III et qui avait disparues depuis, je peux m'empêcher de baisser les yeux.

Lire la suite...
dricc1
dricc1
MP
le 04 août 2016 à 10:58

Une et une seule question m'interesse : faudra t-il aussi une connexion internet permanente ?

Lire la suite...
Top commentaires
crevette_2008
crevette_2008
MP
le 03 août 2016 à 17:31

Mettre Catherine de Médicis pour la France, moi je dis à voir. Elle a tout de même provoqué des massacres pour une cause religieuse. Quand on pense à la France on pense plutot à Louis XIV, Napoléon ou encore Charles de Gaulle mais pas à Catherine de Médicis. Enfin bon après pourquoi pas ^^.

Lire la suite...
biding
biding
MP
le 03 août 2016 à 16:35

Autant j'ai été un poil déçu par Beyond earth même si ça reste 7n bon 4x, autant celui ci me fait très très envie. vivement la sortie!

Lire la suite...
Boutique
  • Civilization VI PC
    19.99 €
  • Civilization VI SWITCH
    29.99 €
    34.99 €
DERNIERS TESTS
  • Test : Crash Team Racing Nitro-Fueled : l'incontournable de l'été
    PS4 - ONE
  • Test : Cadence of Hyrule : Un mariage réussi entre Crypt of the NecroDancer et Zelda !
    SWITCH
  • Test : My Friend Pedro : Un peu d'endorphines dans un monde trop terne...
    PC - SWITCH
Tous les tests
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Final Fantasy VII Remake
    PS4
    Vidéo - Gaming Live
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce