Assassin’s Creed 4 : Les surprises

PlayStation 4 - PS4Xbox One - ONEPC - PCWii U - WiiUPlayStation 3 - PS3Xbox 360 - 360

Chaque épisode de la saga Assassin’s Creed propose son lot de surprises à découvrir. Et Black Flag ne semble pas faire exception à la règle, à travers quelques caractéristiques assez étonnantes…

 

 

L'immeuble d'Abstergo

Assassin’s Creed 4 : Les surprises« Pour ce nouvel épisode, on a essayé de raconter l’histoire survenant après Desmond », raconte Jean-Sébastien Decan, Lead Game Designer à Ubisoft Montréal. « L’idée est de jouer en vue subjective un employé d’Abstergo qui travaille sur le projet Black Flag. Il a son bureau avec son propre animus et ses journées consistent à plonger dans la peau d’Edward pour trouver les secrets que renferme sa vie. C’est en quelque sorte une mise en abîme du joueur. Cela va prendre la forme de petits épisodes qui vont jalonner la trame principale. Mais c’est aussi un mini monde ouvert dans lequel on peut se promener et faire des recherches permettant de découvrir de grands secrets, des documents de diverses natures, sur les Templiers, Abstergo, les anciens assassins… ».

 

 

Entre deux séquences dans le monde des pirates, le joueur joue donc ici son propre rôle, puisqu’il n’a pas de nom et se trouve amené à faire du piratage informatique dans le but de découvrir les secrets les plus cachés d’Abstergo. Il lui est possible de revenir à tout moment dans cet immeuble d’Abstergo où se trouvent des indices et autres secrets à débloquer. Par exemple, dans le bureau est positionné un présentoir dans lequel il y a des figurines représentant des personnages importants de l’histoire et qui sont débloquées à mesure de la progression du joueur dans le jeu.

 

 

Initiates

Assassin’s Creed 4 : Les surprisesCette application, appelée Initiates, devrait faciliter la prise en main et même permettre un certain niveau de collaboration entre amis. « L’idée est d’avoir une application, à télécharger une fois, qui va avoir une durée de vie plus longue qu’un jeu » précise Sylvain Trottier, Associate Producer à Ubisoft Montréal. « Cette "Companion Application" est censée apporter des options de confort pour faciliter l’expérience de jeu. Ce sont des caractéristiques qui sont dans le jeu mais qu’il est encore plus pratique d’avoir à portée de main, directement à côté de soi. C’est en quelque sorte l’équivalent de la télécommande pour la TV. Ici, il s’agit de l’Interactive World Map, une carte interactive du monde d’AC IV où s’affichent sur l’écran de l’iPad toutes les icônes qui apparaissent d’habitude sur l’écran TV en cours de jeu. Pas plus, pas moins. L’avantage est, par exemple, qu’un ami ou votre enfant joue à vos côtés et peut indiquer directement sur votre carte, via l’iPad, l’emplacement d’objets à trouver. Au lieu que vous soyez obligé d’arrêter de jouer et débarquer du monde 3D afin de faire apparaître la carte, de zoomer puis de marquer le prochain objet à aller chercher. Si tout se passe bien, les prochains Assassin’s Creed devraient aussi être dans Initiates ».

 

 

Mais ce n’est pas tout car Initiates permet d’afficher aussi sur tablette numérique le Game Status, la base de données, le jeu de gestion de la flotte d’Edward ou encore les diverses cartes au trésor menant à des upgrades du Jackdaw (on peut passer de l’un à l’autre et zoomer sans interrompre le cours du jeu).

 

 

La flotte d'Edward

Assassin’s Creed 4 : Les surprisesLe système de flotte dans Black Flag opère sur le même principe que la gestion des assassins dans Brotherhood. Dans ce dernier, il était possible de recruter des assassins, de les envoyer à travers le monde pour faire monter leur niveau d’expérience puis de s’en servir éventuellement comme armes en les faisant intervenir pendant les combats ou l’infiltration. Dans Black Flag, une fois qu’un bateau a été « piraté », on peut le récupérer pour sa flotte navale personnelle (qui peut grimper jusqu’à une vingtaine de navires au total) et ensuite l’envoyer faire des missions – virtuelles / textuelles - dans le monde et gagner des points et de l’argent ensuite, pour notamment upgrader le Jackdaw (mais impossible de booster les bateaux recrutés pour sa flotte).

 

 

En quelque sorte, c’est l’illustration parfaite du « Companion Gaming ». « Les bateaux, l’océan, les voyages, le commerce… On s’est dit que c’était une super manière de prendre un nouvel angle pour ce jeu de management en parallèle de l’aventure principale », raconte Jean-Sébastien Decan, Lead Game Designer à Ubisoft Montréal. « On a dû changer les règles du jeu - par rapport à Brotherhood - pour l’adapter à cette notion de temps réel qui se retrouve maintenant partout. Désormais, le joueur lance quelque chose qui aboutira, par exemple, dans deux heures du vrai monde. Il sera possible de vérifier l’évolution de ses missions au cours du jeu principal mais aussi par l’intermédiaire d’une tablette numérique pour les personnes qui en possèdent une. On a aussi ajouté un système très simple de combat tactique de bateaux. Il y a des ennemis à couler, vous choisissez les bateaux de votre flotte que vous voulez envoyer, il y a un pourcentage qu’il faut atteindre, vous regardez les bateaux se battre et en cas de combat remporté, vous récupérez du butin ».

 

 

Accessible sur le Jackdaw, dans la cabine du capitaine, ce jeu de gestion de la flotte d’Edward peut être pratiqué n’importe quand et même n’importe où, puisqu’il est aussi intégralement disponible sur tablette numérique. L’aspect social paraît sympathique car tous vos amis, avec lesquels vous êtes connecté et qui jouent à ce jeu naval, sont visibles sur la map. Et il est même possible de les aider à terminer une mission qu’ils ne réussissent pas seuls. A la fin, le joueur qui aide récupère une sorte de baril de poudre qui pourra servir à faire des « Instant Kills » dans le petit jeu naval. Attention, les bateaux envoyés peuvent être endommagés ou détruits. Il faut donc dépenser de l’argent pour les remettre en état sous peine de les perdre.

 

 

Le test de la grand-mère

Assassin’s Creed 4 : Les surprises« Avec toutes les technologies qu’on a développé pour la version next-gen d’AC IV, notre objectif était vraiment de ressentir le côté immersif » indique Sylvain Trottier, Associate Producer à Ubisoft Montréal. « Le joueur peut sentir la densité de la jungle tropicale et quasiment l’humidité ambiante. L’aspect immersif et visuel constitue la différence principale entre les versions current-gen et next-gen. On a poussé la beauté visuelle en incluant par exemple des effets volumétriques quand le bateau est dans une mer agitée ou encore des reflets lumineux sur la caméra dans la forêt. Bref, un paquet de petits détails qui fait que le joueur pourra qualifier l’expérience finale de « waouu ! ». On a d’ailleurs appelé ça le « test de la grand-mère ». L’idée est de prendre ta grand-mère et de lui montrer deux TV identiques avec par exemple, sur l’une, la version PS3 du jeu et, sur l’autre, la version PS4. Ta grand-mère doit pouvoir te dire : celle-là, c’est la nouvelle ! »

 

 

Les futurs joueurs sur PS4 ou Xbox One ne devraient donc pas être déçus de leur version respective, comme en témoigne Sylvain : « On a eu la chance d’avoir des ingénieurs informatiques très forts en 3D qui venaient de Far Cry III et qui ont amené avec eux la technologie de Dynamic Lighting pour la pousser encore plus loin dans la version next-gen d’AC IV. Le résultat est vraiment beaucoup plus beau. Ce qui fait qu’on a porté cette technologie également sur les versions PS3 et 360. Au passage, il faut noter qu’en tant que développeurs, on ne fait rien pour privilégier une console par rapport à l’autre. Bien sûr, il y a des deals au niveau business, par exemple des missions exclusives pour Sony, mais technologiquement parlant, le jeu aura le même look, ou très très similaire, sur les deux plates-formes ».

 

Assassin’s Creed 4 : Les surprisesAssassin’s Creed 4 : Les surprises

Jean-Sébastien Decan (Lead Game Designer Montréal) et Sylvain Trottier (Associate Producer Montréal)

Rechercher une News