Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
News débat et opinion
Quand le jeu vidéo s'attaque aux genres

Qu'on le veuille ou non, l'univers des jeux vidéo n'est pas déconnecté du reste du monde et les débats qui animent notre société ne s'arrêtent pas sagement à la porte de nos consoles. C'est ainsi que la théorie des genres a fait irruption de manière un peu abrupte cet été dans le sillage du prochain Tomb Raider. Ce n'était pas le jeu en lui-même qui était visé par certaines féministes, mais plutôt le traitement qui lui avait été réservé dans les colonnes du magazine Joystick. L'auteur d'une preview s'était en effet félicité du fait que la nouvelle Lara subisse bon nombre de sévices. Il était allé jusqu'à comparer une scène dans laquelle elle n'était pas à son avantage à un viol métaphorique. Le soufflet est bien vite retombé : le papier en question comportait une bonne dose de second degré et on peut difficilement reprocher à ce Tomb Raider d'adopter une approche purement sexiste. En effet, Lara Croft a perdu ses mensurations inhumaines dignes d'une poupée Barbie et s'est changée ici en une véritable jeune femme avec laquelle on rentre immédiatement en empathie. Il n'empêche que ce débat n'est certainement pas arrivé par hasard sur la place publique et qu'il nous donne l'occasion de nous questionner sur la place des figures féminines et plus globalement sur la question du genre dans le jeu vidéo.

Bimbos en force

Un observateur découvrant le petit monde du jeu vidéo risque malheureusement de conclure un peu rapidement que la place dévolue à la gent féminine dans ce média est limitée au rôle de potiche sexy destinée à égayer les fantasmes de jeunes adolescents. Les bimbos sont légion, à tel point qu'elles sont même devenues une véritable marque de fabrique pour quelques licences bien connues. On pense par exemple à certaines séries de jeux de baston qui se sont livré une bataille de silicone en misant sur la surenchère dans la taille des bonnets. On pense bien entendu aux Dead or Alive qui se sont d'ailleurs aventurés du côté du voyeurisme pur et dur avec leurs spin-off dédiés au beach-volley et autres activités balnéaires compatibles avec de toutes petites tenues.

Mais si les formes de Kasumi et de ses copines vous laissent de marbre, vous trouverez peut-être votre bonheur avec les productions japonaises qui mettent en scène des visions fantasmées de très jeunes filles telles qu'on en voit dans les Agarest ou dans les Ar Tonelico... Cette esthétique renvoie au moe, un mouvement typiquement japonais qui consiste à mettre l'accent sur l'aspect séduisant de personnages totalement fictifs. On aura beau dire que le moe ne se réduit pas nécessairement à un fétichisme d'ordre sexuel, il s'agit néanmoins d'admirer des figures féminines chosifiées. Ce ne sont pas des êtres humains qui sont ici objets de désir, mais bien des stéréotypes figés qui pourraient très bien être assimilés à des poupées sans cervelle.

I've got to be a macho man

De manière générale, il faut reconnaître qu'on retrouve bon nombre de stéréotypes réducteurs dans les jeux vidéo. Même les programmes de fitness ne sont pas en reste : dans un Your Shape par exemple, vous aurez droit à un coach masculin aux allures martiales lorsqu'il s'agit d'exercices s'inspirant de sports de combat et à une jolie demoiselle pour les cours de yoga et de relaxation. Le message est clair, lorsqu'il y a de l'action c'est au mâle de se montrer tandis que la femme doit plutôt cultiver le calme et le bien-être. Ca colle finalement avec le schéma habituel du héros contraint de surmonter moult péripéties pour venir à l'aide d'une princesse passive et sans défense. Medal of Honor : Warfighter nous a récemment donné une superbe illustration de cette distinction des rôles : le jeu se termine sur les mots d'une femme de soldat qui nous explique tranquillement qu'elle est là pour soutenir son mari coûte que coûte même si ce dernier doit se sacrifier pour son pays.

Les jeux d'action nous mettent régulièrement dans les bottes de combattants transpirant la testostérone, mais bien peu d'entre eux sont aussi ouvertement virils que les personnages de Gears of War. Marcus et ses collègues ont tout pour eux : ils sont taillés comme des bœufs, crachent de jolies bordées d'injures d'une voix rauque et vivent dans un état de guerre permanent. Le troisième opus a bien essayé de féminiser un peu l'univers des Gears en mettant en scène quelques femmes combattantes, mais la série reste avant tout marquée par l'amitié virile qui unit Dom et Marcus et qui laisse finalement assez peu de place aux éléments féminins de l'équipe. Les plus observateurs remarqueront aussi que la série met en scène le combat d'une humanité dirigée par des hommes contre une société matriarcale, les Locustes disposant d'une reine à leur tête. De là à y voir une représentation d'un rapport conflictuel entre les deux sexes, il n'y a qu'un pas...

La féminité en horreur

Le pas en question est allègrement franchi dans de nombreuses productions qui nous offrent des visions carrément horrifiques de la féminité sous toutes ses formes. On pourrait ainsi évoquer Catherine qui met en scène les doutes d'un trentenaire sous la forme d'apparitions cauchemardesques de sa petite amie. Du côté de Dante's Inferno, on retrouve aussi une gigantesque Cléopâtre à demi nue qui fait office de boss du cercle des Enfers dédié à la luxure. Même le dernier DmC nous affuble d'une représentation peu flatteuse de la maternité : ici c'est un démon qui accouche à répétition de sa propre mère dans des circonstances peu ragoûtantes... Dans tous ces cas, la femme est dépeinte sous les traits d'un ennemi monstrueux censé faire écho aux angoisses du joueur que l'on suppose masculin. Bref, la femme n'est pas forcément reléguée au rang de potiche agréable à regarder, elle peut aussi faire office de figure effrayante car radicalement différente... Ce n'est pas certain qu'elle y gagne au change.

Des frontières parfois floues

Ce petit tour d'horizon vous a convaincu que les jeux vidéo véhiculent forcément une image bien tranchée voire un poil rigide des questions de genres ? Ne partez pas si vite en besogne, la réalité est naturellement plus complexe. Les jeux vidéo mettent aussi en scène régulièrement des personnages dont l'identité sexuelle n'est pas clairement marquée. Essayez donc de déterminer si les Lemmings ou les Worms sont des mâles ou des femelles... Certains titres développent même une véritable esthétique de l'androgyne. On pense bien entendu aux jeux de rôle japonais qui mettent régulièrement en scène des protagonistes masculins pour le moins efféminés. C'est le cas par exemple de Kuja, le grand méchant de Final Fantasy IX qui est certes une véritable brute, mais qui arbore une allure raffinée et des traits particulièrement fins.

D'autres jeux poussent encore un peu plus loin la confusion des genres. C'est ainsi que ces derniers temps les transgenres ont fait parler d'eux dans les jeux vidéo. On pense par exemple à une charmante serveuse de Catherine ou à la sulfureuse Kainé qui accompagne Nier. Le cas de Poison que l'on retrouve dans les Final Fight et les Street Fighter est aussi à prendre en compte. D'abord pensée comme étant un personnage féminin, elle devient un travesti quand Final Fight débarque aux Etats-Unis histoire d'éviter que le jeu ne soit la proie des féministes. Depuis, les équipes de chez Capcom n'ont pas cessé de jouer sur l'ambiguïté sexuelle du personnage, laissant planer le doute sur le fait qu'elle ait subi ou non une opération pour changer de sexe, et indiquant finalement que chacun pouvait choisir l'option qu'il préférait. Le point commun entre ces trois personnages est simple : le doute sur leur identité sexuelle ne les empêche pas d'être furieusement sexy, et c'est assurément une jolie façon d'aborder la question du genre sans discrimination.

Vers une remise en cause des schémas traditionnels ?

Certes, la traditionnelle division sexuée des rôles a encore de beaux jours devant elle dans le domaine du jeu vidéo, mais il faut aussi reconnaître que certains titres vont à contre-courant en nous proposant des visions un peu moins stéréotypées. On pourrait par exemple citer les Metroid, série dans laquelle on incarne Samus Aran, une héroïne qui n'est ni une bimbo (elle est plutôt jolie mais elle passe le plus clair de son temps dans une armure qui dissimule ses courbes), ni une pauvre femme qui attend sagement qu'un homme courageux lui sauve la peau (elle est au contraire plutôt du genre coriace et n'hésite jamais à partir en solitaire pour faire son job de chasseur de primes sur des planètes hostiles). Dans un autre genre, il y a aussi Chell, le pauvre cobaye humain que l'on incarne dans les Portal : elle est loin d'être dans une situation confortable et pourtant elle ne se transforme jamais véritablement en victime, et encore moins en potiche. C'est au contraire par sa force de caractère qu'elle va déjouer un à un tous les pièges mortels que lui prépare GlaDOS.

Plus globalement, on pourrait citer les nombreux jeux de rôle occidentaux qui, au moment de créer votre avatar, vous permettent d'incarner indifféremment un homme ou une femme sans que cette donnée ne vienne déterminer le caractère du personnage. Les développeurs de BioWare ont suivi cette logique avec les Mass Effect et les Dragon Age en donnant aux joueurs la possibilité de choisir librement leur vie sentimentale. Dans ces jeux, le genre devient une variable comme une autre et vous pouvez par exemple tout à fait incarner une femme qui ne ressemble pas à une princesse bien polie, mais plutôt à un guerrier endurci et balafré qui passe le plus clair de son temps libre à courir le jupon. C'est aussi cette même recherche de liberté qui a poussé les développeurs de Skyrim à permettre le mariage entre des personnages de même sexe, anticipant par là une évolution de la société qui est plus que jamais dans l'air du temps.

Quelques jeux vont même pousser le vice jusqu'à critiquer ouvertement les schémas traditionnels. C'est le cas des premiers Monkey Island qui utilisent un humour ravageur pour déconstruire tranquillement les rapports hommes-femmes. En effet, Guybrush Threepwood est un antihéros qui tente à longueur de temps de prouver sa virilité par des stratagèmes puérils et qui cherche à sauver sa dulcinée alors que cette dernière se débrouille mieux sans lui. Finalement, c'est plutôt la belle Gouverneur Marley qui tient lieu de figure héroïque de la série, son mari faisant plutôt office de petit garçon gaffeur perdu dans le corps d'un adulte. La critique du modèle patriarcal et de ses dérives est encore plus appuyée dans un jeu comme Braid. En effet, ce dernier reprend à son compte le mythe de la fameuse princesse enlevée puis sauvée par son chevalier blanc pour nous montrer à quel point cette vision des choses est profondément tordue. On en arrive donc à se demander si les moustaches et la salopette de Mario ne cachent pas un dangereux Stalker qui rôde toujours dans le sillage de cette pauvre Peach... Bref, avant de lancer la pierre au jeu vidéo dans son ensemble en l'analysant uniquement comme un instrument du sexisme ordinaire, il faut quand même reconnaître que ce média propose déjà quelques éléments de réflexion pour déconstruire la notion de genre.

Miniblob

Mis à jour le 11/12/2014 Voir l'historique
Profil de la_redaction, Journaliste Jeuxvideo.com
Par la_redaction, Journaliste Jeuxvideo.com
MP

COMMENTAIRES

Top commentaires
TheMetroidPrime
TheMetroidPrime
MP
le 09 Décembre 2014 à 00:38:36

http://www.noelshack.com/2014-50-1418081910-gamergatethenandnow.jpg

Lire la suite...
Myvh
Myvh
MP
le 09 Décembre 2014 à 15:27:01

Je suis consterné par la dernière phrase que vous avez écrite. La déconstruction de la notion de genre...
Prenons une exemple : les RPG et les jeux de course. L'un n'est pas forcément mieux que l'autre, malgré ce que certains pourront dire : un RPG n'est pas forcément mieux qu'un jeu de course, et inversement. Pourtant on ne demande pas les même choses aux deux types de jeux : il y a des éléments caractéristiques de chaque catégorie qui ne se retrouvent pas dans l'autre. Par exemple, dans Gran Turismo, ça n'aurait pas d'intérêt d'avoir une création de personnage poussé comme dans Skyrim, et quand on joue à Skyrim, ce n'est pas pour se retrouver sur un circuit.
C'est la même chose pour les humains : hommes et femmes sont égaux mais pas identiques. C'est indéniable, c'est inscrit dans nos propres gènes, dans les gènes de notre espèce !
Alors d'accord pour votre critique des stéréotypes : il ne faut pas aller trop loin dedans et les femmes ne doivent pas être des potiches ou des princesses à sauver uniquement. Mais que dire d'un jeu vidéo où ce serait uniquement l'inverse ? Ce n'est pas plus égalitaire...

Lire la suite...
Tous les commentaires (548)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
anorexicbud
anorexicbud
MP
le 19 Décembre 2014 à 11:20:04

Pas moyen de consulter le moindre média dédié au jeux-vidéo sans devoir se taper le prétendu débat sur le genre ? Une nana hyper sexualisée en bikini dans un jeu (ou un gros musclor en pagne, d'ailleurs) ça n'a rien de dégueulasse ou quoi que ce soit. Ça véhicule une image sexiste, oui. Et alors ? Je ne suis pas une espèce d'éponge qui absorbe tout ce qu'il voit. Si des gars influençables se mettent à devenir des gros machos bien réac à cause d'un jeu-vidéo, c'est pas au jeu qu'il faut s'en prendre mais à l'individu.

Lire la suite...
Pouip
Pouip
MP
le 18 Décembre 2014 à 16:50:45

Le caractère houleux et affligeant des commentaires que je lis souligne que la peur de la castration masculine n'est pas un mythe. Le point Godwin a par ailleurs été atteint très rapidement, cette fois-ci.

Du coup, certes le jeu vidéo me semble évoluer dans un sens intéressant (non pas déconstruire le genre comme dit miniblob mais plutôt le questionner). Il se fait l'écho d'une société qui évolue en se pensant elle-même. En revanche, la foule des joueurs masculins reste à l'image d'une grande partie de la gente masculine occidentale : animée par la peur de la castration en n'ayant pas résolu le complexe de virilité.

Il n'est donc pas étonnant que les jeux triple A à forte dimension commerciale, tels que les CoD, continuent d'entretenir les mythes de la virilité masculine pour conforter les joueurs misogynes dans leurs illusions. Joueurs qui ne se rendent pas compte des énormités qu'ils peuvent proférer quant aux rôles qu'ils attribuent avec une évidente naïveté aux femmes et aux hommes. Les grandes compagnies de l'industrie vidéoludique l'ont bien compris et les encouragent dans ce sens pour mieux leur soutirer leur pognon.

Lire la suite...
Commentaire édité le 18 Décembre 2014 à 16:54:52 par Pouip
SnowQueenElsa
SnowQueenElsa
MP
le 17 Décembre 2014 à 04:24:27

Très intéressant :oui:

Lire la suite...
Ianfeust88
Ianfeust88
MP
le 15 Décembre 2014 à 13:05:52

C'est toujours étrange de voir des gens si désireux de " déconstruire la notion de genre ", comme si cette " notion de genre " était due à une manipulation culturelle ou une quelconque tromperie.

Détrompez vous les pseudo-intellos, il existe bien dans la nature deux genres différents, masculin et féminin, qui bien que n'étant pas totalement différents l'un de l'autre, ne sont certainement PAS à confondre pour autant.

L'homme et la femme sont DIFFERENTS, cela à toujours été et sera toujours, ce n'est pas une injustice, ce n'est pas une idée politique, simplement une REALITE naturelle contre laquelle il est parfaitement inutile et même carrément insensé de se battre.

Il est compréhensible de vouloir lutter contre les stéréotypes et ne pas toujours nous présenter des personnages respectant les mêmes schémas en fonction de leurs sexe, mais de la à faire des personnages complètement surréalistes et à supprimer la notion de genres, non, juste non.

Lire la suite...
Commentaire édité le 15 Décembre 2014 à 13:07:50 par Ianfeust88
Jess_Gest
Jess_Gest
MP
le 14 Décembre 2014 à 13:04:06

Article ancien mais néanmoins intéressant du toujours pertinent Miniblob.

Vu de Suisse, je crois savoir que la france est animée depuis quelques mois par un débat sur le sujet. Mais chez nous, ça fait surtout rire ces sempiternelles buzz pour offrir des prétextes aux politiques et aux médias d'entretenir leur fond de commerce sur des pseudo-polémiques vides de sens.

Lire la suite...
guybrush_2010
guybrush_2010
MP
le 14 Décembre 2014 à 03:04:48

Bonne analyse, mais je trouve qu'il manque 2 jeux importants :
GTA : la ballad de gay tony : un gay est le caractère central d'un jeu, assez rare pour être souligné.
Last of us : un jeu où l’héroïne n'est pas sexualisée, et tient un rôle primordial.

Lire la suite...
simulink
simulink
MP
le 10 Décembre 2014 à 17:25:10

La "théorie du genre" n'existe pas. Il existe en revanche des études sur le genre : en Anglais, Gender studies. Il est très simple de consulter la page Wikipédia pour en savoir un peu plus (même si l'article est assez mal écrit, il donne les noms des personnes qui travaillent sur la notion de genre) et se rendre compte que toutes les théories du genre ne sont pas toutes les mêmes.

Lire la suite...
Commentaire édité le 10 Décembre 2014 à 17:25:58 par simulink
Myvh
Myvh
MP
le 09 Décembre 2014 à 15:27:01

Je suis consterné par la dernière phrase que vous avez écrite. La déconstruction de la notion de genre...
Prenons une exemple : les RPG et les jeux de course. L'un n'est pas forcément mieux que l'autre, malgré ce que certains pourront dire : un RPG n'est pas forcément mieux qu'un jeu de course, et inversement. Pourtant on ne demande pas les même choses aux deux types de jeux : il y a des éléments caractéristiques de chaque catégorie qui ne se retrouvent pas dans l'autre. Par exemple, dans Gran Turismo, ça n'aurait pas d'intérêt d'avoir une création de personnage poussé comme dans Skyrim, et quand on joue à Skyrim, ce n'est pas pour se retrouver sur un circuit.
C'est la même chose pour les humains : hommes et femmes sont égaux mais pas identiques. C'est indéniable, c'est inscrit dans nos propres gènes, dans les gènes de notre espèce !
Alors d'accord pour votre critique des stéréotypes : il ne faut pas aller trop loin dedans et les femmes ne doivent pas être des potiches ou des princesses à sauver uniquement. Mais que dire d'un jeu vidéo où ce serait uniquement l'inverse ? Ce n'est pas plus égalitaire...

Lire la suite...
fashram
fashram
MP
le 09 Décembre 2014 à 12:32:42

Comme je l'ai deja dit sur le dossier sur les précommande, j'ai l'impression depuis la refonte de JV.com, vous me parraissez beaucoup plus interessants et matures (si on m'avait qit que j'aurais dit ça de JV.com il y à une semaine j'aurais bien rigolé)...

Mais bon rendont à césar (et à Cléopatre, pour pas me faire traiter de misogyne) ce qui est à César et à Cléopatre ^^

Lire la suite...
TheMetroidPrime
TheMetroidPrime
MP
le 09 Décembre 2014 à 00:40:24

Alors on y est.
Le flot de conneries féministes qui se déverse sur les sites américains (Shitaku, Polycon et la Verge) est en train de suinter son pus nauséabond jusque sur JVC.

Comme il l'a déjà été explicitement rétorqué dans le monde anglo-saxon depuis l'émergence salvatrice du #Gamergate, le féminisme n'aime pas les jeux vidéos, se fiche amplement de ces derniers. Elles veulent juste détruire un pan de la culture encore largement dominé par la gente masculine, juste parce qu'elle est dominée par la gente masculine.

Les arguments des féministes sont nuls et non-avenus. Les féministes et leurs potes beta white knights ne font à peu près qu’ostraciser qui pense contre eux, se placer en victimes absolues ou utiliser une gamme d'arguments fallacieux extrêmement répétitifs et redondants. Aucune étude scientifique n'a jamais corroboré leurs dire. La base fondamentale de leur raisonnement est de dire que "Les jeux vidéos engendrent du sexisme", et bien évidemment, il est aussi empli de conneries que le raisonnement de Jack Thompson (le fameux avocat qui passe sa vie à hurler sur tout les plateaux que les meurtres de masse sont dus aux jeux vidéos) et des puritains anglosaxons qui vise à dire que les jeux vidéos engendrent de la violence.

Tout le débat sur le genre dans les jeux vidéos ne fait que s'inscrire dans un agenda politique bien plus vaste mené par toute la gauche anglosaxone depuis 10 ans. Ils n'en ont rien à foutre des jeux, ils n'en ont rien à foutre que vous y jouiez, tant que lesdits jeux conviennent à leur vision politique radicale et étroite du monde. Ils veulent purement censurer ou à défaut ruiner votre hobby, au nom de leur Pensée Sacrée.

Et tout naturellement, ces féministes/white knights/théoriciens du genre ne méritent pas de meilleurs égards que ceux dus à Thomspon ou autres censeurs en puissance : Un mépris vif et réactif.
  1. Gamergate #NotYourShield
Lire la suite...
FIL D'ACTU
  • News jeu : "Before n'est pas un god game"
    - 23
    PC
  • News jeu : Metal Gear Solid V : Kojima nous tease une surprise pour Noël ?
    - 45
    PC - PS4 - ONE - PS3 - 360
  • News jeu : Final Fantasy XIV : Heavensward détaillé
    - 20
    PC - PS4 - PS3
  • News business : Meilleures ventes de jeux en France - Semaine 50
    - 178
    PC - PS4 - ONE - WIIU - PS3 - 3DS - VITA - WII
  • News jeu : The Tomorrow Children s'offre une nouvelle vidéo de gameplay
    - 14
    PS4
  • News jeu : Plus de 40 minutes de jeu sur le multi de Halo 5 !
    - 128
    ONE
  • News jeu : GSC Game World (S.T.A.L.K.E.R.) revient aux affaires
    - 46
    PC - PS4 - ONE - PS3 - 360
  • News jeu : Brice Duan s'aide de Shape Up pour ouvrir ses pots de confiture
    - 23
    ONE
  • News jeu : Chris Roberts félicite les équipes d'Elite : Dangerous
    - 83
    PC
  • News jeu : Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4 : De nouvelles infos en direct du Japon
    - 69
    PC - PS4 - ONE
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.