Menu
Planescape : Torment
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • Switch
  • ONE
  • Mac
  • iOS
  • Android
  • Linux
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
jeuxvideo.com / PC / Jeux sur PC / Planescape : Torment / Planescape : Torment sur PC /

Avis Planescape : Torment sur PC

La note des lecteurs

Note moyenne
18.1/20
16 à 20
96
11 à 15
7
6 à 10
1
0 à 5
2
Donnez
votre avis
106 notes

Les avis les plus utiles

20/20
Simonosaurus
Alerte
Posté le 29 avr. 2010 à 00:00

Planescape est tout simplement l'un des meilleurs jeux auxquels j'ai pu jouer de toute ma vie, avec Fallout, Baldur's Gate 2 et compagnie.
Le scénario est très travaillé, convainquant et passionnant, ce qui est devenu rare depuis bien des années. Même à l'époque, ça avait placé la barre haute.
Quant aux personnages et aux dialogues, ils ont bénéficié de la même qualité d'écriture : excellent, fouillé. Les dialogues sont abondants et généreux, un vrai plaisir de lecture. En fait, j'ai souvent comparé Planescape à un livre, et c'est ce qui le démarque à mes yeux des autres RPG, y compris les meilleurs.
Graphiquement, le jeu est toujours très beau, même magnifique si on met un patch pour jouer en haute résolution.
On pourra trouver quelques défauts dans le gameplay, mais bref, Planescape Torment est un joyau dont j'ose dire qu'il n'a jamais été égalé sur le plan de l'écriture.
Un chef d'oeuvre qui mérite amplement le 20/20 que je lui donne.

Lire la suite...
15/20
batbamb
Alerte
Posté le 12 mars 2012 à 00:00

Planescape : Torment est plus un livre qu'un jeu. Si l'on n'accepte pas ce principe, mieux vaut tourner les talons. Mais ce serait se priver d'une œuvre qui demeurera unique en son genre. Qui, dans l'histoire du jeu vidéo, a déjà écrit des dialogues aussi profonds, variés et non-linéaires ? En effet, la plupart des personnages ont un comportement et un mode d'expression qui leur est propre, et c'est toujours avec la même aisance que leurs répliques le font ressentir. Ces dialogues donnent aussi tout son sens à la notion si galvaudée de "jeu de rôle", car nos caractéristiques influent grandement sur les répliques disponibles, si bien que les conversations sont rarement les mêmes dans deux parties différentes. Les meilleurs discussions sont sans doute celles que nous avons avec nos compagnons, car elles nous permettent de dénouer progressivement le fil de leurs existences torturées. Chacun nous apporte sa vision des événements et a une influence sur notre évolution. De ce point de vue, parler avec Dak'kon du cercle de Zerthimon est une expérience inoubliable. La philosophie fait des incursions discrètes et jamais lourdes dans la trame du récit, car ce dernier nous amène subtilement à nous interroger sur l'histoire de notre personnage (qui s'avère vite aussi inimaginable que bouleversante) ainsi que sur la nature du monde dérangeant, glauque et désabusé que nous parcourons. Les motifs du regret sont omniprésents au point que ce jeu nous donne la vision de cette sensation (c'en est presque palpable dans les cinématiques). Ce regret semble être la source de vie de cet univers grinçant. Toutefois, il faut reconnaître que le rythme est parfois d'une lenteur désespérante. Dans la première partie du jeu, certaines discussions donnent l'impression de ne pas avancer, et il faut accepter de tourner en rond pour accéder à la richesse sus-mentionnée. Je ne parlerai presque pas du reste, tant tout cela est secondaire. Les combats sporadiques bénéficient d'un système soigné, notamment au niveau des effets de sort de toute beauté, mais ne sont guère enthousiasmants, de par le manque de dimension tactique et de challenge. Les graphismes en 2D de très bonne qualité varient les décors insolites. Et le style musical très original de Mark Morgan retranscrit à merveille cette ambiance dérangeante, mi-rêve mi-cauchemar. Quoi qu'il en soit, ce jeu ne vieillira jamais vraiment, et mérite que l'on y joue et y rejoue pour les années à venir.

Lire la suite...

Tous les avis lecteurs (106)

Trier par :
  • Utilité
  • Note
  • Date
1  2  3  4  5  6  7  8 
Page suivanteFin
20/20
Simonosaurus
Alerte
Posté le 29 avr. 2010 à 00:00

Planescape est tout simplement l'un des meilleurs jeux auxquels j'ai pu jouer de toute ma vie, avec Fallout, Baldur's Gate 2 et compagnie.
Le scénario est très travaillé, convainquant et passionnant, ce qui est devenu rare depuis bien des années. Même à l'époque, ça avait placé la barre haute.
Quant aux personnages et aux dialogues, ils ont bénéficié de la même qualité d'écriture : excellent, fouillé. Les dialogues sont abondants et généreux, un vrai plaisir de lecture. En fait, j'ai souvent comparé Planescape à un livre, et c'est ce qui le démarque à mes yeux des autres RPG, y compris les meilleurs.
Graphiquement, le jeu est toujours très beau, même magnifique si on met un patch pour jouer en haute résolution.
On pourra trouver quelques défauts dans le gameplay, mais bref, Planescape Torment est un joyau dont j'ose dire qu'il n'a jamais été égalé sur le plan de l'écriture.
Un chef d'oeuvre qui mérite amplement le 20/20 que je lui donne.

Lire la suite...
15/20
batbamb
Alerte
Posté le 12 mars 2012 à 00:00

Planescape : Torment est plus un livre qu'un jeu. Si l'on n'accepte pas ce principe, mieux vaut tourner les talons. Mais ce serait se priver d'une œuvre qui demeurera unique en son genre. Qui, dans l'histoire du jeu vidéo, a déjà écrit des dialogues aussi profonds, variés et non-linéaires ? En effet, la plupart des personnages ont un comportement et un mode d'expression qui leur est propre, et c'est toujours avec la même aisance que leurs répliques le font ressentir. Ces dialogues donnent aussi tout son sens à la notion si galvaudée de "jeu de rôle", car nos caractéristiques influent grandement sur les répliques disponibles, si bien que les conversations sont rarement les mêmes dans deux parties différentes. Les meilleurs discussions sont sans doute celles que nous avons avec nos compagnons, car elles nous permettent de dénouer progressivement le fil de leurs existences torturées. Chacun nous apporte sa vision des événements et a une influence sur notre évolution. De ce point de vue, parler avec Dak'kon du cercle de Zerthimon est une expérience inoubliable. La philosophie fait des incursions discrètes et jamais lourdes dans la trame du récit, car ce dernier nous amène subtilement à nous interroger sur l'histoire de notre personnage (qui s'avère vite aussi inimaginable que bouleversante) ainsi que sur la nature du monde dérangeant, glauque et désabusé que nous parcourons. Les motifs du regret sont omniprésents au point que ce jeu nous donne la vision de cette sensation (c'en est presque palpable dans les cinématiques). Ce regret semble être la source de vie de cet univers grinçant. Toutefois, il faut reconnaître que le rythme est parfois d'une lenteur désespérante. Dans la première partie du jeu, certaines discussions donnent l'impression de ne pas avancer, et il faut accepter de tourner en rond pour accéder à la richesse sus-mentionnée. Je ne parlerai presque pas du reste, tant tout cela est secondaire. Les combats sporadiques bénéficient d'un système soigné, notamment au niveau des effets de sort de toute beauté, mais ne sont guère enthousiasmants, de par le manque de dimension tactique et de challenge. Les graphismes en 2D de très bonne qualité varient les décors insolites. Et le style musical très original de Mark Morgan retranscrit à merveille cette ambiance dérangeante, mi-rêve mi-cauchemar. Quoi qu'il en soit, ce jeu ne vieillira jamais vraiment, et mérite que l'on y joue et y rejoue pour les années à venir.

Lire la suite...
20/20
TheWindDragon
Alerte
Posté le 17 mai 2011 à 00:00

Pour moi le meilleur RPG qui existe actuellement. Les jeux de maintenant ne arrive pas à la cheville! Une histoire et des personnages intéressants qui nous donnent toujours envie de continuer l'aventure!

Lire la suite...
20/20
Komon
Alerte
Posté le 27 juil. 2014 à 00:00

Immersif. Envoûtant. Profond. Réfléchi. Intemporel.
Voilà comment on pourrait qualifier Planescape : Torment.

Il possède un énorme atout, qui le place à lui seul sur le podium des RPG déjà sortis à ce jour (voire de tous les jeux) : l'écriture des dialogues et de la narration.
Lors d'un dialogue avec le plouc du coin, lors de l'entrée dans une salle, lors de l'examen de tableaux sur le mur... La boîte de dialogue nous permet une immersion complète, que je ne retrouverai jamais dans d'autres jeux.
Imaginez vous allez parler à un PNJ. Vous aurez d'abord souvent une description détaillée de celui-ci, très typée littéraire, telle que : "L'homme devant toi est *âgé*. Sa peau sèche et jaune est marquée par les cicatrices d'un grand voyageur qui n'a jamais pris beaucoup de repos. son visage tiré est inhumainement angulaire et ses oreilles sont pointues. Il porte une large tunique orange..." (etc... Extrait de la description initiale de Dak'kon, un de vos compagnons) ; puis vous aurez le dialogue (écrit), avec une impression véritable d'avoir cette personne en face en vous, en train de vous parler. Lorsque vous devez lui répondre, vous aurez ensuite la plupart du temps différents choix de réponse, très nombreux et détaillés (beaucoup plus que tous les autres jeux qui se disent poussés à ce niveau là).
Le dialogue paraît plus réel que jamais. Votre imagination vous permet de la vivre de la manière la plus véritable qui soit, même plus que si vous étiez en train de jouer avec l'occulus rift et un casque surround. De plus, chaque PNJ (ou presque) est unique : vous pouvez parler à *tout le monde* sans exception (d'après mes souvenirs...), et les PNJ "génériques" sont très peu nombreux : ils sont presque tous uniques, avec des dialogues uniques. Vous vous surprendrez à aller parler à un peu tout le monde, rien que pour avoir des informations et connaître un peu mieux le jeu et son univers.

Cette superbe écriture (avec une superbe traduction soit dite en passant) vous accompagnera tout le long du jeu, et vous passerez beaucoup de temps à lire, ou devrais-je dire boire tout ce qui vous sera écrit. On se rapproche grandement du jeu de rôle papier, où les dires du maître de jeu (narrateur) accompagneront toutes vos actions ou presque.
Les superbes dialogues ne sont pas que "bien écrits" ; ils sont aussi très diversifiés. Ils peuvent aussi parler de sujets qui peuvent toujours faire débat dans la société, et qui vous feront forcément réfléchir concernant certaines questions, notamment concernant la nature de l'homme... Plusieurs thèmes philosophiques sont abordés, de manière très réelle.

Le scénario, possède une importance tout à fait particulière. Puisque la narration est si travaillée, le scénario l'est tout autant. Vous incarnez Sans-nom, vous réveillant à la morgue, ne sachant ce qui s'est passé avant... Et ce qui se passera après. Vous êtes interpellé par une Tête de mort flottante, qui ne vous laissera pas indifférent. Petit à petit s'installera dans la tête du joueur un objectif principal, celui de connaître un peu mieux l'histoire de Sans-nom, en somme de *vous* connaître. Le scénario est très bien huilé, et bien qu'il soit complexe, vous ne serez jamais réellement noyé en ne comprenant rien du tout : vous apprendrez au fur et à mesure les événements importants, ce qui amènera à une histoire tout à fait singulière.
L'univers et le folklore du jeu sont aussi très bien mis en avant à travers les dialogues.
Vous aurez aussi l'occasion de trouver des compagnons de route, qui sont très travaillés, et qui vous sembleront plus vrai que nature. Ils possèdent une personnalité et des croyances qui leur sont propres, et vous devez quelquefois les raisonner, les approuver, les contredire... J'ai vu beaucoup de joueurs dire que les compagnons de Placescape : Torment sont les plus travaillés qui soient.

Passons ensuite à d'autres points.
-Les graphismes ne certes pas aussi affinés que les derniers jeux actuels, mais la vue isométrique ainsi que les détails des décors n'ont pas trop vieilli ; et de plus, j'ai l'impression que je tiens ici le jeu le plus beau auquel j'ai joué tellement les descriptions (écrites) des personnages sont détaillées (je veux dire que même sur un jeu HD on ne verrait pas toujours autant de détails :p). Donc même si le jeu peut rebuter visuellement (et encore on peut augmenter la résolution avec des mods pour éviter de se piquer trop les yeux), l'écran de jeu vu de haut n'est pas si important que ça, les dialogues permettent de le compléter afin de voir les choses de la plus belle manière qui soit.

-... ("votre avis est trop long" selon le site, alors je vous invite à le consulter en entier sur ce topic : http://www.jeuxvideo.com/forums/1-2732-8920427-1-0-1-0-mon-avis-sur-placescape-torment.htm)

Lire la suite...
20/20
Yaumig29
Alerte
Posté le 04 janv. 2012 à 00:00

Une claque ! Une bombe ! Un monument ! Quelle oeuvre ! C'est sublime, fantastique, merveilleux... long, passionnant, épique... C'est un pur chef d'oeuvre ! Un jeu culte à posséder, à savourer, à mijoter, à goûter... VOUS devez l'avoir, VOUS devez y jouer, VOUS ne devez pas passer à côté !

Lire la suite...
19/20
Disra[For3v3r]
Alerte
Posté le 22 févr. 2011 à 00:00

Si Planescape Torment marque pour moi une référence insurmontable du jeu de rôle occidental -depuis Ultima IV à nos sombres jours- c'est avant tout parce qu'il est le vestige d'un âge d'or où le jeu vidéo était plus proche des influences artistiques littéraires que cinématographiques, et que la richesse était alors bien plus dans l'abondance de dialogues, de descriptions textuelles, de concept, d'idée... bref, de profondeur scénaristique, que dans les détails esthétiques, pratiques et audios.
Le bébé de Black Isle est donc l'un des seuls représentants (et sans doute le meilleur), issus tout droit de la tradition de la série phare d'Origin, de ces jeux qui mettent l'accent sur la richesse littéraire et intellectuelle plutôt que la fluidité du gameplay, la réalisation technique et la mise en place de mécanismes permettant à flatter l'ego du joueur.
En ce sens, il se porte en faux vis à vis de prestigieuses séries telles que les premiers Elder Scrolls ou les Baldur's, et se sert de la liberté d'action et d'interaction du support vidéoludique pour permettre au joueur de découvrir une histoire, un background, plutôt que de créer la sienne (qui est déjà écrite dans le marbre, en ce qui concerne Sans-Nom).

Un jeu d'anthologie, à faire par tous ceux qui aiment vraiment le genre.

Lire la suite...
19/20
SenSx
Alerte
Posté le 28 avr. 2013 à 00:00

Planescape Torment, la perle rare du RPG, il représente ce qu'un jeu video peut faire de mieux en matière de profondeur scénaristique, car c'est la son véritable point fort, une des meilleurs histoire jamais créée. Un univers et des personnages glauques et originaux et des musiques tout aussi étranges qu'envoutantes. Humour, joie, désespoir, on se prend au jeu et l'on partage les déboires de ses personnages, signe d'un grand jeu.

Une des particularité est que les statistiques ont aussi un impact sur les dialogues, mais attention! il faut aimer lire dans Planescape Torment ! car les dialogues occupent une place importante et sont nombreux, mais ont aussi toujours un impact sur le jeu. Petit détail énervant, lors des dialogues vous serez souvent ammené à refaire défiler d'anciennes lignes de dialogues pour afficher toues les options disponibles, qui n'apparaisent pas toutes systématiquement et clairement, une fois qu'elles sont découvertes au cours d'une discussion.

Les combats à la BG sont très sympas mais pas assez présents à mes yeux comparés à la quantité de lignes à lire, il y a tout de même un gros déséquilibre sur ce point là... Planescape Torment, c'est une histoire mêlant fantasy, philosophie et émotions, dans un univers glauque mais attirant, bref une aventure que vous n'oublierez jamais.

Lire la suite...
18/20
Anihilustarem
Alerte
Posté le 22 août 2012 à 00:00

Avez-vous déjà remarqué à quel point les histoires d’amnésiques ont du succès ? On se choisit un héros mystérieux, on l’imagine au centre d’un vaste complot, tellement complexe que même quelqu’un qui jouirait de toutes ses facultés aurait un mal de tête rien que d’y penser, et on lui fait perdre la mémoire. De nombreux films, romans ou bandes dessinées se sont essayés à cet exercice de style qui perd chaque année un peu plus de son originalité mais qui reste un indémodable multi-genre. Planescape : Torment s’inscrit dans cette grande famille de jeu pour amnésique, et s’est d’emblée imposé sur le trône du chef de file.

Le monde de Planescape est peut-être l’un des univers propres au jeu de rôle sur table le plus pratiqué au monde, Advanced Dungeons And Dragons (AD&D) le moins usité. Et c’est dommage, car il recèle de nombreux trésors, au sens propre comme au sens figuré. Il s’agit d’une sorte de plan parallèle à tous les autres, clé de voûte du cosmos qui en est à la fois l’aboutissement et le lieu de départ. Dans la théorie symbolique du serpent qui se mord la queue, Planescape est à la fois la gueule et la queue. Le point d’intersection si vous préférez. Vous suivez ? La boîte d’aspirine est par-là.

Au centre de cet univers haut en couleur, fut édifiée Sigil, la Cité des Portes. Ainsi nommée car en ses murs, n’importe quel objet, associé à une combinaison de circonstances, peut devenir un portail vers une autre dimension, un autre monde. Et c’est là que se déroulera l’essentiel de l’aventure épique qui s’offre à vous.

Tout commence comme dans un cauchemar, dans une morgue peuplée de zombis au cœur de laquelle vous ne faites pas tache. Grand gabarit cousu de cicatrices et de tatouages étranges, vous semblez vous réveiller sur une table de dissection. Un crâne parlant, détaché du reste de son enveloppe corporelle, volette vers vous comme s’il vous connaissait de longue date. Vous n’avez aucun souvenir de votre passé, seulement l’image de quelques ombres fugitives. Vous devriez être mort, pourtant, vous ne l’êtes pas. Frictionnant vos membres engourdis et triturant vos méninges, vous vous apprêtez à vivre l’une des aventures rôlisitiques sur PC les plus abouties à ce jour.

Planescape : Torment utilise, à peine retouché, le moteur de jeu de Baldur’s Gate, mais permet de monter dans les résolutions. Ici, il ne vous sera pas possible de créer votre équipe ni même votre personnage. Vous contrôlez le Sans Nom, un farouche guerrier à la tête de poupée vaudou, au curieux teint grisâtre et à l’haleine fétide. Votre personnalisation, c’est au cours de la partie que vous l’exercerez, en choisissant de devenir plutôt ceci ou plutôt cela. Vos compagnons, vous les choisirez sur le tas lorsque l’occasion se présentera. Mais il faudra faire bien attention à ne pas vous attirer les susceptibilités des uns si vous fréquentez les autres…

Par rapport à des aventures plus classiques dans l’univers fantastique, on découvre avec Torment un monde nettement plus sombre, plus adulte, où l’on hésite pas à appeler un chat un chat, un béjaune un béjaune et un coup de hache un coup qui fait mal. Le scénario est superbement ficelé, les quêtes nombreuses et la trame non-linéaire, dans le sens où elle peut être résolue par petites couches, au milieu de votre propre expérience du monde. Mais faites attention, car Sigil n’est pas exactement un parc d’attraction et il vous sera bien difficile de rallier tous les points sans un bon entraînement, une bonne arme, de puissants sortilèges et surtout, peut-être, un goût prononcé pour la fuite éperdue…

Les Plus
- Le moteur de jeu est un classique.
- Un univers superbe et sombre.
- Un scénario en titane.

Les Moins
- Le jeu a une fin.
- Les règles AD&D parfois trop contraignantes.

Lire la suite...
20/20
Luka_Vahn
Alerte
Posté le 30 sept. 2011 à 00:00

Ah ce jeu , quel bonheur , il est parfait , des compagnons attachants , un univers addictif , un vrai JDR à l'ancienne , ça fait beaucoup de bien de temps en temps de s'en relancer une partie.

Si vous aimez les RPG et que vous n'y avez jamais joué , vous n'avez joué à rien ^^

Lire la suite...
20/20
Carceres
Alerte
Posté le 16 déc. 2008 à 00:00

Tout simplement, la meilleure oeuvre videoludique de tous les temps.
Un jour peut être, une version MMO viendra au monde avec SIGIL en toile de fond.
Un jour peut être, les nouvelles générations de joueurs se rendront compte qu'avant Wow ou autre Aoc, il y avait des monuments comme Baldur's Gate ou encore Icewind Dale.
Un jour peut être.
Un jour ...

Lire la suite...
20/20
Borborygmes
Alerte
Posté le 13 août 2016 à 10:50

Planescape Torment est un aujourd'hui un monument érigé à la gloire d'un passé où le jeu-vidéo tenait plus de l'art que de la simple expérience vidéo-ludique. C'est un chef-d'oeuvre.

Lire la suite...
20/20
0lympus
Alerte
Posté le 10 sept. 2009 à 00:00

Avant de jouer à Torment, je n'aurais jamais pensé attribuer la note de 20/20 à un jeu vidéo. Et pourtant, j'ai beau chercher, je ne lui vois aucune défaut. Si je devais le résumer en une phrase, je dirais que c'est du Baldur's Gate puissance 10. Tout ce qui a fait le succès de RPG comme Fallout ou Baldur's Gate est là, décuplé. Des dialogues géniaux, un univers fascinant, des personnages hauts en couleurs, les règles de D&D (un peu modifiées pour l'occasion), un scénario riche et mature. Bref, que du bonheur pour un amateur de RPG à l'occidentale. Si un peu de lecture ne vous rebute pas bien entendu, car dans Torment on passe presque autant de temps à lire qu'à jouer. Mais c'est tellement bon...

Lire la suite...
18/20
meujeuh
Alerte
Posté le 06 août 2010 à 00:00

Quelle claque ! J'ai commencé Planescape Torment (PT) après avoir fini Baldur's Gate (BG) et Icewind Dale (ID), sur le conseil d'autres joueurs, et j'avoue que le 1er contact fut difficile pour moi. Je trouvais le jeu terne, trop glauque pour moi, et j'étais un peu perdu dans cet univers excentrique. En plus, je détestais le fait de ne pas pouvoir plus personnaliser le perso (faut dire que je venais de finir ID). Bref, j'ai commencé à y jouer un peu à reculons, en ayant toujours à l'esprit les 2 expériences fabuleuses que furent pour moi BG et ID. Et, au fur et à mesure, la magie de PT s'est dévoilée. C'est bien simple, je n'ai jamais joué à un RPG aussi immersif, au scénar et aux dialogues (sans oublier les différents personnages) aussi bien écrits. La partie "rôle" est incroyablement développée, et n'a jamais été aussi présente dans un RPG : jamais je n'ai eu autant l'impression d'être quelqu'un d'autre (et, qui plus est, quelqu'un avec qui il n'est pourtant pas très facile de s'identifier !), et de vivre ses aventures. C'est un des seuls RPG où le combat est très souvent la DERNIERE issue à envisager, et pour moi c'est une grande force. J'ai adoré ID et BG, mais, en terme de jeu de ROLE pur, PT les atomise (surtout ID, dont l'intérêt est clairement ailleurs). Une expérience de jeu exigeante, mais il y a fort à parier qu'elle ne vous laissera pas indemne : PT est un véritable chef d'oeuvre auquel tout joueur digne de ce nom doit s'essayer au moins une fois dans sa vie...

Lire la suite...
20/20
Anonyme
Alerte
Posté le 02 mars 2001 à 00:00

Mais quel chef-d'oeuvre, je l'ai acheté et j'en suis super heureux. Des graphismes magnifiques, des sons et musiques envoutants, seuls les doublages sont un peu niais, mais ça n'est rien comparé au plaisir de jeu !!

Quand Final Fantasy s'approchera d'un centième d'un jeu comme celui-là, alors peut-être qu'il sera digne d'intérêt.

Lire la suite...
19/20
Auron-Jaguar
Alerte
Posté le 02 janv. 2018 à 18:26

Musique : https://youtu.be/dXF9I6OykBc

Regrets et amour sont les deux sentiments sans quoi l'histoire du jeu Planescape - Torment ne pourrait exister.

RPG en 2D isométrique se déroulant dans l'univers de Donjons & Dragons, il est pourtant très éloigné dans l'esprit de Baldur's Gate. Planescape Torment propose une aventure non pas dans les Royaumes Oubliés comme son cousin, mais une quête de souvenirs et de mortalité à travers l'infini des plans de l'univers. Un cadre épique et bizarre pour une finalité moins grandiloquente que sauver le monde : ici vous incarnez Sans-nom, un être immortel à la recherche de ses souvenirs.

Planescape est doté d'une histoire riche, émouvante et personnelle. Vous serez accompagné à travers le jeu par des compagnons très atypiques avec chacun leur raison de vous suivre au bout l'existence dans les endroits les moins recommandables des plans. Car dans ce jeu on ne situe pas dans le monde matériel mais dans des plans (comprendre dimensions) ou votre volonté vous permet l'impossible.

Le jeu dispose d'une très belle écriture et malgré un début déroutant dans les bas-fonds à lire de l'argot. Le jeu est profond et pose des questions où vous seul avez la réponse, votre réponse. Oui, dans Planescape Torment ça philosophe un peu mais cela ne va pas se réduire à faire de la citation, là votre façon d'agir sur le monde reflétera vos réponses. Parfois il est possible que vous ne sachiez quoi répondre tant les questions peuvent-être tordues (vaut-il mieux une vie de souvenirs ou une vie nouvelle ?).

Je n'ai fait qu'évoquer rapidement vos compagnons mais sachez que tous sont intéressants, on leur petite histoire, et leur choses à dire. Il arrive que vos compagnons les plus décidés prennent des décisions parfois lourdes de conséquences à votre place, leurs idéaux étant mis à mal par moment vous pourrez tout à fait aller dans leur sens ou les contredire voir en venir aux mains. Mais évoquons Morte, le crâne volant lubrique qui vous accompagne depuis votre réveil amnésique dans une morgue ; Dak'kon le moine guerrier qui parle très souvent en citant des versets de sa religion d'esclave libéré ; Annah la voleuse avec du sang de démon - tsundere inside, ainsi que quelques autres compagnons hauts en couleur plus tard.

Planescape Torment c'est un jeu qui m'a pris au tripes et m'a mis les larmes aux yeux à plusieurs reprises, comme peu ont su le faire. Une expérience que je recommande fortement, surtout aux rôlistes et aux fans de ce genre de RPG. Une vraie claque. Je vous laisse sur l'énigme du sorcière :

"Qu'es-ce qui peut changer la nature d'un homme ?"
-Ravel

Lire la suite...
1  2  3  4  5  6  7  8 
Page suivanteFin
Meilleures offres