Menu
The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
  • 3DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
3DS
The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
14 novembre 2013 à 18:59:00
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (417)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.1/20
Tous les prix
Prix Support
15.99€ 3DS
19.99€ 3DS
Voir toutes les offres
Partager sur :

Plus de vingt ans après sa sortie sur Super Nintendo, Zelda III : A Link to the Past continue d'inspirer les équipes de Nintendo qui ont souhaité lui rendre un vibrant hommage en lui offrant une suite complètement inédite. Un événement exceptionnel pour les fans de la série qui ont, pour la grande majorité d'entre eux, une affection toute particulière pour cet épisode cultissime.

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds

Après avoir fait un retour remarqué sur GBA à l'occasion du portage de 2003, Zelda III : A Link to the Past ne semble décidément pas prêt à se voir considéré comme une relique du passé. Il nous revient donc plus fringuant que jamais par le biais d'une suite dans laquelle transparaît toute la magie du Zelda de la Super Nintendo. N'allez cependant pas croire que The Legend of Zelda : A Link Between Worlds s'adresse uniquement aux nostalgiques qui n'auraient cessé de le refaire en boucle depuis vingt ans. S'il est clair que les fans ne lui résisteront pas, le jeu comporte suffisamment d'idées inédites pour intriguer les nouvelles générations de joueurs.

Le passe-muraille

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
Le point de départ de l'aventure, 20 ans après Zelda III sur SNES.
Si l'aura du volet SNES n'a de cesse d'accompagner le joueur durant la découverte de cette toute nouvelle aventure que lui offre The Legend of Zelda : A Link Between Worlds, ce sont pourtant des enjeux bien différents qui sont mis en place dans cet épisode. Bien que la menace du retour de Ganon soit toujours présente, le vil sorcier Aghanim n'est plus et le soft fait intervenir un tout nouvel adversaire en la personne de Yuga. Cet être menaçant et hystérique aux airs de Kefka (sans doute le meilleur antagoniste de la saga Final Fantasy) a le pouvoir de transformer les êtres vivants en tableaux inanimés. Un sort terrifiant face auquel même notre héros Link se retrouve impuissant, et alors que l'on croit l'aventure terminée avant même qu'elle n'ait eu le temps de commencer, un mystérieux bracelet permet à Link de déjouer le maléfice et lui redonne forme humaine. Mieux encore, cet artefact confère au jeune Hylien la capacité d'user de cette transformation à son avantage, en se changeant volontairement en peinture murale pour se fondre avec son environnement.

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
Le concept de peinture murale enrichit grandement l'exploration.
Le concept de peinture murale, obtenu très tôt dans l'aventure, est l'une des grandes trouvailles de cet épisode. En fusionnant librement avec les parois qui l'environnent, Link peut contourner intelligemment toutes sortes de pièges infranchissables autrement, mais encore faut-il penser à y recourir. Car, sachant que presque tous les murs peuvent être explorés de cette manière, aussi bien dans les donjons qu'en extérieur, il est facile de passer à côté de tel ou tel secret simplement parce qu'on n'a pas le réflexe de tester les limites de la peinture murale dès que l'occasion se présente. Concrètement, on peut presque toujours trouver quelque chose dans les pans de murs masqués par la caméra, qu'il s'agisse de simples cœurs ou de rubis, ce qui rend l'utilisation de cette capacité essentielle car omniprésente tout au long de l'aventure. Une fois ce pouvoir bien en tête, l'exploration gagne une profondeur insoupçonnée, surtout lorsqu'on découvre qu'il est possible de se glisser dans des fissures pas vraiment ordinaires qui permettent de basculer dans un autre monde...

Hilda et le royaume de Lorule

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
Contrairement à Link, le design de Zelda n'est pas vilain.
Calqué sur le canevas de Zelda III, A Link Between Worlds nous offre une aventure en deux parties. La première, très courte et servant surtout à nous aider à prendre nos marques, consiste à partir explorer Hyrule en quête des trois pendentifs nécessaires à l'obtention de l'épée de légende. L'aventure peut ensuite véritablement commencer et Link se voit confier une tâche de bien plus grande ampleur : délivrer les sept descendants des sages emprisonnés dans les sept palais du royaume de Lorule. Là où Zelda III permettait de basculer continuellement entre le monde de la lumière et celui des ténèbres, cet épisode 3DS établit des points de passage entre le royaume d'Hyrule et celui de Lorule gouverné par la princesse Hilda. Représentant en quelque sorte la face sombre d'Hyrule, Lorule est un royaume de nature beaucoup plus sinistre qui n'offre à voir que des paysages dévastés, peuplés de créatures sournoises et terrifiantes. Les gens que l'on croyait connaître s'y montrent d'ailleurs tous odieux, colériques ou déprimés. Suite à un malencontreux incident, les deux mondes se retrouvent connectés et Link doit emprunter les mystérieuses failles évoquées plus haut pour passer d'un royaume à l'autre sous forme de peinture murale.

De la location d'objets à la liberté

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
On peut louer ou acheter les objets auprès de Lavio.
C'est clairement à partir de là que ce nouveau Zelda se démarque de l'épisode SNES en rompant avec la progression habituelle des différents opus de la série. Car, une fois passé dans le royaume de Lorule, le joueur devient entièrement libre d'explorer les donjons dans l'ordre de son choix, ou même de compléter les innombrables quêtes annexes avant de s'attaquer sérieusement au sauvetage des sages. Pour y parvenir, les concepteurs ont tout simplement décidé de tirer un trait sur le schéma classique voulant que chaque palais renferme un objet clef indispensable pour en sortir et accéder au donjon suivant. Cette fois, les armes et objets tels que l'arc, les bombes ou le grappin, peuvent quasiment tous être obtenus dès le début du jeu auprès de Lavio, un marchand ambulant aux oreilles de lapin qui squatte votre maison dans le but de faire fortune à vos dépends. Qu'à cela ne tienne, vous aurez vous aussi beaucoup à gagner de cette situation puisqu'elle vous donnera l'occasion unique de vous emparer très tôt de tous les objets clefs moyennant un tarif de location pas franchement élevé. Sachez toutefois que la mort entraînera la perte de tous les items loués et impliquera donc leur rachat ultérieur, mais compte tenu de la grande facilité du jeu (sur laquelle nous reviendrons un peu plus loin), le risque n'est pas bien grand et mieux vaut se constituer d'entrée de jeu un inventaire blindé !

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
Le jeu comporte une quantité astronomique de secrets.
Car avant de prétendre explorer les donjons de fond en comble pour bouter leurs gardiens hors du royaume de Lorule, il faut déjà parvenir à localiser un à un chacun d'entre eux. Et que vous décidiez de partir explorer le monde à la recherche des mille et un secrets qu'il renferme ou que vous suiviez scrupuleusement la trame principale, il va vous falloir un équipement bien fourni pour progresser. La bonne nouvelle c'est qu'avec une bourse bien remplie, vous pourrez rapidement décider d'acheter ces fameux items pour les acquérir définitivement, sans crainte de les perdre à chaque fois que vous mourrez. Outre la totale liberté d'exploration que cela induit, le fait de ne plus lier l'acquisition des objets aux donjons a de multiples avantages. A peine l'aventure commencée, le joueur a accès à plein de choses très rapidement, ce qui ne peut que l'inciter à errer en quête de tout ce que les royaumes d'Hyrule et de Lorule comportent de trésors et de mystères. Par ailleurs, la résolution des énigmes dans les donjons ne tourne plus seulement autour d'un objet en particulier puisque tous peuvent s'avérer utiles, ce qui les rend moins évidentes à résoudre. Enfin, le fait de ne plus trouver d'arme au sein même des donjons ne signifie pas que ces derniers n'ont rien à dissimuler, les grands coffres contenant désormais des trésors rares susceptibles de renforcer votre équipement sur le plan offensif et défensif.

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
Le fait de louer les objets permet d'explorer le monde librement dès le début de l'aventure.
Pour en finir avec les objets, sachez que leur utilisation est désormais liée à une jauge d'endurance qui diminue à chaque fois que vous lancez une flèche, posez une bombe ou recourez à n'importe quelle arme de votre inventaire. Cette jauge est d'ailleurs la même que celle qui permet de se changer en peinture murale, ce qui implique donc que vous devrez garder un œil dessus pour ne pas l'épuiser trop rapidement, sachant qu'elle se recharge tout de même très vite. Exit donc la notion de munitions liée aux traditionnels grands carquois et autres sacs de bombes de taille XXL. Il reste heureusement la possibilité de booster la puissance et l'efficacité de chaque item moyennant l'accomplissement d'une quête annexe de longue haleine qui consiste à retrouver tous les « ti'gorneaux » éparpillés à travers le monde. Sans trop en dire, cet opus comporte évidemment des objets encore jamais vus dans la série, et notamment plusieurs baguettes aux usages fort sympathiques qui seront prétexte à quelques énigmes bien retorses tout au long du jeu.

La 3D relief à l'honneur

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
La 3D est vraiment utile pour ne pas se laisser piéger par les perspectives.
Si l'on commence à avoir l'habitude de voir de plus en plus de jeux 3DS tirer habilement parti de la 3D stéréoscopique de la console, force est de reconnaître que ce nouveau Zelda mérite de loin la palme du jeu qui l'exploite le mieux. Bien que cela soit surtout flagrant dans les environnements intérieurs, on constate que chaque étage des palais s'affiche bien souvent sur deux niveaux de hauteur. Autrement dit, le soft joue énormément sur les perspectives et la 3D relief s'avère un atout non négligeable pour évoluer dans les donjons sans se laisser piéger par la manière dont communiquent les différents plans. Bien sûr, le titre reste tout à fait jouable sans, mais vous aurez probablement bien du mal à vous passer de la fonction 3D une fois que vous l'aurez activée tant elle apporte un gain de lisibilité appréciable. Difficile de reprocher cela au soft tant il prouve à quel point un effet 3D bien maîtrisé peut enrichir le game design.

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
Les failles permettent de basculer entre les deux mondes.
Sur le plan de l'ergonomie, rien à redire. Le confort des déplacements au stick analogique nous change de Zelda III où l'on ne pouvait même pas tirer en diagonale. Le bouclier est désormais utilisable manuellement avec la gâchette et s'avère donc idéal pour avancer prudemment en parant les flèches et les coups d'épée avant de contre-attaquer. Quant à la croix directionnelle, elle permet de déplacer la caméra aux alentours pour savoir ce qui se trame autour de nous, et bien que sa portée soit limitée, cette fonction s'avère souvent salvatrice. Le jeu profite par ailleurs d'une ambiance sonore magnifique, les musiques étant constituées de thèmes inédits et d'autres directement issus des différents volets de la série. On peut même demander à un troubadour de nous jouer différents remix et les musiques sont toutes altérées de manière étrange lorsqu'on se change en peinture murale.

Trop court et trop facile

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
Si vous êtes bloqué, pensez à chausser les lunettes occultes pour acheter des indices.
D'une manière générale, les clins d'oeil à Zelda III et même aux autres opus de la saga sont innombrables et font vraiment plaisir à voir. Si la carte du monde n'a pas fondamentalement changé, l'impression de déjà-vu s'estompe dès lors que l'on pénètre dans le royaume de Lorule et que démarre la véritable quête de l'aventure. Le titre parvient ainsi à se forger sa propre personnalité tout en laissant transparaître en permanence l'ambiance inimitable de A Link to the Past ! En revanche, il apparaît clairement que le niveau de difficulté n'est pas assez élevé, et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord, les cœurs sont présents partout et réapparaissent dès qu'on change d'écran. Ensuite, le fait de ne plus avoir de munitions limitées permet d'abuser de certaines armes un peu cheatées, comme l'arc, surtout dans leur version améliorée. La carte des donjons s'affiche toujours entièrement par défaut, seule la boussole et la grande clef étant cachées, et les rubis s'engrangent très rapidement dans une grande bourse qui peut contenir jusqu'à 9999 rubis d'entrée de jeu. Enfin, les flacons sont toujours là pour nous aider en cas de pépin, et de nouveaux types de potions peuvent être concoctés dans le cas improbable où l'on aurait du mal à progresser.

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
Les munitions ne sont plus limitées mais liées à une jauge d'endurance.
Si le titre est globalement trop facile, il faut noter qu'un mode Héros dans lequel les dégâts reçus sont doublés se débloque une fois celui-ci terminé, mais il aurait été préférable de le proposer d'entrée de jeu. En revanche, on apprécie beaucoup la façon dont les indices facultatifs sont intégrés dans l'aventure, sous la forme de spectres appelés "fantastus" qui sont placés là où vous risquez de vous retrouver bloqué. Le principe est le suivant. Lorsque vous ne savez pas comment passer une énigme à un endroit bien précis, il vous suffit de chausser les lunettes occultes pour voir si un fantastus ne se trouve pas à proximité. Celui-ci vous donnera alors un précieux conseil en échange d'une pièce de jeu, celle-ci ne pouvant être obtenue qu'en faisant grimper le podomètre de la console. Si l'on comprend le choix d'avoir voulu lier ces « jokers » à la console pour empêcher les joueurs de tricher (la pièce est perdue quoi qu'il arrive dès qu'elle est utilisée), on peut regretter que le jeu nous oblige à marcher (ou à secouer la console) pour débloquer ces fameuses pièces d'indices.

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
Le jeu est trop facile et le mode Héros ne se débloque qu'une fois l'aventure terminée.
Dommage aussi que la durée de vie ne soit pas plus élevée, puisqu'il faut à peine vingt heures pour terminer l'aventure en ligne droite et jusqu'à trente heures à 100%. Pourtant, le soft comporte des tonnes de mini-jeux sympathiques, des quêtes annexes à foison, des secrets dans tous les coins et même une Tour de l'escarmouche dans laquelle il faut gravir des étages de plus en plus nombreux en affrontant des vagues d'ennemis toujours plus coriaces. Enfin, une fonction StreetPass permet de rencontrer et de défier les autres joueurs sous la forme de Link noirs qui apparaissent dans votre partie. Plus votre personnage dispose d'un équipement étoffé, plus la prime qui est mise sur sa tête est importante. Une cinquantaine de mini-défis est également proposée à ceux qui voudraient autant que possible prolonger le plaisir. Rien ne s'oppose en tout cas à ce que vous tentiez l'aventure, ce nouveau Zelda étant une véritable drogue impossible à lâcher une fois le périple entamé !

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds : La suite de Zelda III, 20 ans après
Gaming Live : The Legend of Zelda : A Link Between Worlds : La suite de Zelda III, 20 ans après
The Legend of Zelda : A Link Between Worlds : Trailer de sortie
Bande-annonce : The Legend of Zelda : A Link Between Worlds : Trailer de sortie
The Legend of Zelda : A Link Between Worlds : Les Deux Mondes
Bande-annonce : The Legend of Zelda : A Link Between Worlds : Les Deux Mondes
The Legend of Zelda : A Link Between Worlds : Choisis ton propre chemin
Bande-annonce : The Legend of Zelda : A Link Between Worlds : Choisis ton propre chemin
Les notes
+Points positifs
  • On retrouve toute la magie de Zelda III : A Link to the Past
  • Visuellement magnifique et 3D habilement exploitée
  • La bande-son impeccable
  • La totale liberté d'exploration
  • Pas d'ordre imposé pour les donjons
  • Le concept de peinture murale
  • Les deux mondes interconnectés
  • Des secrets et des mini-jeux en pagaille
  • Les aides facultatives intégrées dans le jeu
  • Le mode Héros (à débloquer) qui rehausse le challenge
-Points négatifs
  • La quasi obligation de recourir à la 3D tout le temps
  • Les micro-chargements entre les zones
  • Les indices liés au podomètre de la console
  • A la fois trop court (20 heures en ligne droite) et trop facile
  • La tronche de Link

Replonger dans l'atmosphère de Zelda III : A Link to the Past, vingt ans plus tard, avait de quoi faire envie à tous les fans de la série et ces derniers pouvaient légitimement douter que la magie opère de manière aussi forte encore aujourd'hui. Et pourtant, l'aura de nostalgie qui se dégage de cette suite rappellera aux plus anciens d'entre nous l'époque où la saga n'en était encore qu'à son troisième épisode... et quel épisode ! Bien que reprenant la carte du monde du volet SNES, Zelda : A Link Between Worlds parvient à briser les conventions et à mettre en place suffisamment de nouvelles trouvailles pour happer n'importe quelle génération de joueurs dans son univers. Il ne lui manque qu'une durée de vie accrue et une difficulté plus élevée pour nous satisfaire pleinement.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
14 novembre 2013 à 18:59:00
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (417)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.1/20
Mis à jour le 14/11/2013
Nintendo 3DS Action Aventure Nintendo Fantastique Heroic Fantasy
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Travis Strikes Again No More Heroes : Une expérience néo-rétro débridée
    SWITCH
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live