Castlevania : Lords of Shadow
TOUS SUPPORTS
// VERSIONS DISPONIBLES : PC PS3 360
Créer un contenu
Test : Castlevania : Lords of Shadow
pas d'image
Appréciations du jeu
Profil de Pseudo supprimé
L'avis de Pseudo supprimé
30 août 2013 à 13:19:28
18/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Tous les prix
Prix Support
9.48€ PC
16.13€ PC
17.99€ PS3
21.38€ PS3
21.93€ 360
34.99€ 360
Voir toutes les offres
  • Partager sur :
Castlevania : Lords of Shadow

Le destin des héros vidéoludiques n'est généralement pas des plus enviables. Prenez Gabriel Belmont. Le pauvre bougre a perdu sa femme et va, tel Dante, passer par bien des épreuves pour tenter de ramener sa belle d'entre les morts. Et c'est ainsi que chemin faisant, il va croiser la route de personnages hauts en couleur, d'une mystérieuse demoiselle accompagnée de son gardien de métal au satyre Pan en passant par un compagnon d'armes du nom de Zobek. Sur ce point, MercurySteam s'est donc employé à récupérer des éléments issus du folklore européen pour offrir à ce Lords of Shadow une délicieuse ambiance de conte de fées gothique renforcée par un doublage anglais servi par un casting 5 étoiles. En somme, si la structure narrative du titre est classique dans son déroulement, elle profite néanmoins d'une mise en scène intéressante. Celle-ci se permet même quelques plans s'appuyant sur des artifices connus (ralentis, cabrioles et autres postures iconiques) afin de donner au soft une atmosphère des plus hollywoodiennes. Ce point ne plaira peut-être pas aux vieux de la vieille mais qu'importe, Lords of Shadow assume ses liens de parenté avec plusieurs blockbusters vidéoludiques et le résultat se veut des plus impressionnants.

Une esthétique de toute beauté

Castlevania : Lords of Shadow
Un hommage appuyé et de qualité à Shadow of the Colossus.

En tout premier lieu, on saluera l'éclectisme environnemental qui, paradoxalement, ne rompt en rien le charme et la cohérence graphique de l'ensemble. L'effet Darksiders en somme. De fait, on appréciera de passer par une pléthore de décors tous plus différents les uns des autres. Bien sûr, on retrouve ici les passages obligés (cimetière, village désert, château perché au sommet d'une montagne enneigée...) mais dans tous les cas, les artistes espagnols se sont pliés en quatre pour sublimer leurs créations via des éclairages diffus offrant à certains plans une beauté à couper le souffle. De plus, par rapport aux versions consoles, cette mouture PC efface d'un revers de la main les méchantes traces d'aliasing tout en maintenant une vitesse de 60 fps tout au long de l'aventure. Au sujet du bestiaire, c'est aussi une franche réussite, les multiples folklores européens offrant un terreau d'où émergera l'inévitable vampire, le puissant loup-garou, la fée virevoltante, les goules... Notez à ce sujet qu'il sera possible de grimper sur plusieurs créatures pour vous sortir d'une mauvaise passe.

Un gameplay parfaitement huilé

Castlevania : Lords of Shadow
Les combats de boss sont pour la plupart épiques.

Si le « dressage » de monstres sera toujours induit par une véritable nécessité, disons que cet aspect demeure moins gadget que dans d'autres jeux. Vous devrez ainsi prendre possession d'un sanglier géant ou d'un troll pour défoncer des portes, grimper sur le paletot d'une araignée pour créer un pont de toile ou chevaucher un loup-garou pour sauter au-dessus de précipices. Marrant, beaucoup plus en tout cas que la présence des Chupacabras, ces petits êtres ayant tendance à vous piquer vos reliques et à décamper jusqu'à ce que vous retrouviez leur trace après une partie de cache-cache. Peu intéressant si ce n'est pour reluquer un niveau sous toutes les coutures. Le hic est que les développeurs se sont bornés à recycler cette idée plusieurs fois. Etrange d'autant que cela ralentit le rythme du jeu. Pour poursuivre sur le contenu, on pourra évoquer les inévitables phases de plates-formes centrées autour de la croix de combat faisant aussi office de fouet. A ceci on rajoutera quelques énigmes peu évoluées mais permettant de souffler entre deux rixes. Au sujet de ces dernières, précisons d'emblée qu'elles s'appuient sur un mélange d'actions contextuelles, de contres, choppes et de divers combos, le tout étant saupoudré de magie.

Castlevania : Lords of Shadow
L'histoire gagne en épaisseur grâce à de nombreux documents écrits.

En lieu et place de véritables sorts, vous pourrez ainsi user de la magie des ténèbres et de la lumière, chacune étant liée à une jauge. En usant de la première, vous pourrez frapper plus fort alors que la seconde vous permettra de regagner de la vitalité. Mais ce n'est pas tout puisqu'en associant plusieurs touches, vous pourrez canaliser vos coups, courir plus vite pour défoncer des parois ou sauter plus loin. A ce stade, l'influence de Devil May Cry est aussi évidente que celle de Shadow of the Colossus lors de plsuieurs combats mémorables où il conviendra de gravir un géant pour détruire plusieurs points vitaux. Mais redescendons sur terre pour revenir brièvement sur le système de combat. Comme vous pouvez vous en douter, vous aurez l'occasion d'acheter de nouveaux mouvements ou d'upgrader ceux déjà acquis. Au final, on profitera d'une bonne panoplie d'attaques aériennes ou terrestres auxquelles viendront s'ajouter des contres (à réaliser en respectant un timing) pour lancer de fulgurantes contre-attaques. Enfin, outre des dagues et des fées pour perturber l'adversaire, il sera possible d'user d'un cristal noir pour invoquer un démon des plus impressionnants.

Un mets de choix... Encore plus sur PC

Castlevania : Lords of Shadow
Un plan qui se passe de commentaires.

Sur le plan de la diversité, Lords of Shadow s'en sort donc avec les honneurs. Oui, il reprend à droite et à gauche toutes les idées qui ont fait le succès de dizaines de beat'em all mais non, cela ne gâche en rien l'expérience. Au contraire, ces influences apportent un souffle épique à l'aventure dont le tempo ne faiblit quasiment jamais. Bien entendu, chacun des 12 chapitres du périple de Gabriel ne réserve pas autant de surprises mais il serait hypocrite de pointer du doigt ce détail dans le sens où MercurySteam a essayé, et réussi, à pallier ce défaut en maximisant une fois encore sur la pluralité des paysages. Le jeu étant par ailleurs peu avare en contenu à débloquer, on aura tôt fait de revenir dans les niveaux déjà visités pour glaner telle ou telle évolution sans pour autant éprouver un trop fort sentiment de lassitude. Notons également que cette version PC, outre un prix inférieur à 30 euros, propose en complément les deux DLC, Rêverie et Resurrection, Certes, ces derniers sont très dispensables mais c'est toujours ça de pris, Retenons enfin qu'il vous faudra obligatoirement un pad pour profiter à 100 % du jeu, la maniabilité au clavier étant tout de même moins instinctive, surtout dans la configuration de base. A vous dès lors de vivre l'aventure comme vous le souhaitez mais sachez que pour apprécier pleinement cette nouvelle épopée d'un Belmont, il vous faudra faire table rase du passé en acceptant que la série fasse désormais du gringue au beat'em all en omettant quelque peu la dimension aventure-RPG chère aux précédents volets.

Chargement du lecteur vidéo...
Profil de Pseudo supprimé
L'avis de Pseudo supprimé
30 août 2013 à 13:19:28
18/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Tous les prix
Prix Support
9.48€ PC
16.13€ PC
17.99€ PS3
21.38€ PS3
21.93€ 360
34.99€ 360
Voir toutes les offres
Mis à jour le 30/08/2013
PC Action Aventure Konami
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Syberia 3, sur la route de la bonne aventure ?
  • Aperçu : Dragon Quest Heroes II : Dans la veine du premier opus
  • Aperçu : Gravel : rapide, mais vraiment pas furieux
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Conan Exiles
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Gran Turismo Sport
    PS4
    Vidéo - Bande-annonce