Test Guild Wars 2- PC

PC

C'est au terme d'une longue attente, à peine écourtée par quelques week-ends de bêta-test réservés aux plus impatients, que Guild Wars 2 débarque enfin. Destinée à prendre la relève d'un premier volet qui reste une référence pour bon nombre de joueurs, cette suite témoigne pourtant d'une vraie prise de risque de la part d'ArenaNet, avec une formule modifiée sur bien des aspects. On ne peut que s'en réjouir, alors retournons sans plus attendre en Tyrie pour y vivre de nouvelles aventures !

Guild Wars 2

Guild Wars premier du nom est encore très pratiqué aujourd'hui, à tel point qu'on ignore trop souvent que ce titre de 7 ans d'âge est sorti quelques semaines seulement après World of Warcraft. C'est d'ailleurs le seul à avoir aussi bien résisté au mastodonte de Blizzard, et ce, grâce à un parti pris intelligent. ArenaNet a tout simplement voulu créer quelque chose de différent : en développant un CORPG (RPG coopératif en ligne) et non un MMORPG à univers persistant, en lui offrant une direction artistique léchée, comme on en avait rarement vue dans le genre, en proposant un PvP simple et réglé comme une horloge, basé sur des sessions rapides, et enfin, en le dotant d'un modèle économique attractif, puisqu'une fois le jeu acheté, aucun abonnement mensuel n'était requis pour en profiter. Tous ces atouts ont fait de Guild Wars et de ses extensions une véritable réussite.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 379Quel plaisir que de retourner en Tyrie 250 ans plus tard.

Confiant du capital sympathie engrangé par sa licence, ArenaNet a décidé de marquer un véritable tournant en faisant de Guild Wars 2 un vrai MMORPG et en se confrontant de facto à ses concurrents sur leur propre terrain. Exit les zones instanciées et la recherche de groupe dans les avant-postes : la Tyrie, d'une surface encore plus incommensurable qu'auparavant, devient un univers persistant, capable d'accueillir des milliers de joueurs simultanément. Mine de rien, c'est là une grosse prise de risque. Mais si cette évolution rend Guild Wars 2 assez différent de son prédécesseur, et un tantinet plus classique, cette suite n'en renie pas pour autant ses fondements. On y retrouve les caractéristiques les plus prisées du premier volet, telles le système de deck, refondu et amélioré, le PvP organisé (au moins aussi important que le PvE), ainsi que le modèle économique sans abonnement. Ces fonctionnalités ont été combinées avec quelques évolutions majeures, comme le concept d'événements dynamiques, afin de procurer une expérience rafraîchissante.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 380Les races dominantes s'efforcent désormais de cohabiter.

Guild Wars 2 reconduit la toile de fond sacrément riche de son prédécesseur, mais les événements relatés se déroulent 250 ans après ceux de l'extension Eye of the North, ce qui fait que la Tyrie a beaucoup changé. Les cataclysmes provoqués par le réveil des dragons ancestraux en ont modifié la topographie et ont contribué à l'émergence de nouvelles races. Les Humains ne sont plus le peuple prédominant ; ils doivent composer avec l'essor des fiers Norns, des mystiques Asuras et des puissants Charrs, ainsi qu'avec la mystérieuse apparition du peuple végétal Sylvari. De fait, là où vous ne pouviez créer que des Humains dans Guild Wars et ses extensions, cette suite vous permet d'opter pour l'une des 5 races dominantes. Votre choix sera fonction de vos affinités et sans doute guidé par le character design, l'ambiance des différentes zones de départ (champêtre pour les humains, rude pour les Norns, exotique pour les Asuras et les Sylvaris et sauvage pour les Charrs), ou encore les bonus raciaux. Il reste que vous ne vivrez pas forcément la même expérience que vos congénères.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 381Les dialogues font référence à votre histoire personnelle.

La phase de création de votre personnage intègre en effet le concept hautement roleplay d'histoire personnelle, qui vous permet de déterminer son background en sélectionnant, parmi quelques propositions, son origine sociale, ses croyances et ses motivations. Vos choix initiaux auront des répercussions sur la trame solo que vous vivrez, tout au long de votre progression, dans le cadre d'épisodes instanciés. Solidement scénarisés, ces derniers bénéficient de séquences de dialogues bien écrites et agréables à suivre, auxquelles prend part activement votre personnage. Au-delà de ça, quelles que soient leur race et leur histoire personnelle, l'objectif commun de tous les personnages de Guild Wars 2 est d'affronter Zhaïtan, le dragon ancestral d'Orr, en contribuant à rassembler les Héritiers du Destin. Vous croisez ces héros mythiques en parcourant les différents donjons du jeu en mode Histoire – un préalable nécessaire pour en débloquer le mode Exploration. Prévus pour des groupes de 5 joueurs, les deux modes diffèrent par leur degré de scénarisation et le challenge offert.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 382Le choix d'une classe ne vous impose pas votre façon de jouer.

Puisqu'on en est à évoquer le jeu de groupe, il est temps d'aborder l'un des plus gros partis pris d'ArenaNet : l'abandon de la trinité DPS / tank / healer qui prévaut dans le genre. Les 8 classes disponibles – Guerrier, Gardien, Elémentaliste, Envoûteur, Nécromant, Rôdeur, Voleur et Ingénieur – ont beau être assez orientées, aucune n'est "mono-spé". Chacune peut endosser des rôles assez différents en fonction de l'arme adoptée et des pouvoirs sélectionnés. Le fameux deck caractéristique de Guild Wars, qui accueille désormais 10 compétences, a été refondu. Il est désormais divisé en deux : à gauche, les compétences liées à votre arme (et propres à votre classe), qui changent en fonction du set utilisé afin que vous puissiez vous adapter à diverses situations ; à droite, les compétences liées à votre personnage, que vous débloquez avec les points gagnés en franchissant les niveaux. Vous disposez également, à partir du niveau 11, de la possibilité d'investir des points d'aptitudes dans plusieurs compartiments possibles, afin de bénéficier de bonus variés.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 383Le nombre de compétences est tout de même un peu décevant.

Si ce système d'évolution confère un peu moins de liberté que le concept de double-classe personnalisable du premier Guild Wars, il s'avère tout aussi modulable, et d'autant plus intéressant que chaque personnage a accès à des pouvoirs variés, parmi lesquels une compétence de soin. Votre voleur, par exemple, peut disparaître dans l'ombre l'espace d'un instant pour récupérer. On pourrait craindre que cette polyvalence nuise à l'importance du teamplay. Mais c'est loin d'être le cas. ArenaNet a imaginé un ingénieux système de combos inter-classes permettant de tirer profit de certaines AOE (les "combo fields") au moyen de compétences estampillées "coup de grâce". Voilà qui devrait donner lieu à des expérimentations afin de découvrir les synergies les plus efficaces. Et du coup, tout personnage est susceptible de trouver sa place dans un groupe. Là où certains MMORPG – World of Warcraft le premier – tentent de vous imposer l'une des 3 voies royales, Guild Wars 2 prend le contre-pied de cette démarche en vous permettant de nuancer votre façon de jouer.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 384Les combats aquatiques sont une des nouveautés de cette suite.

Les combats n'en restent pas moins exigeants, car ils impliquent de rester mobile (il est de toute façon possible d'agir en se déplaçant) et d'avoir recours au mouvement d'esquive disponible afin d'éviter les zones d'effets et les coups spéciaux déclenchés par vos adversaires. Guild Wars 2 vous donne également l'occasion de mener des affrontements aquatiques, au cours desquels vous utilisez des armes et des compétences spécifiques. Autre originalité : lorsque vous tombez au combat, on vous accorde une dernière chance avant que vous ne passiez de vie à trépas. Vous disposez alors de quelques secondes pour vous défendre, achever votre ennemi ou gagner du temps en attendant que quelqu'un vienne vous relever. Les affrontements procurent donc une expérience aussi variée que plaisante. Le seul reproche qu'on puisse leur faire réside dans leur lisibilité, qui n'est pas toujours optimale en raison du grand nombre de protagonistes impliqués. Car dans Guild Wars 2, vous allez souvent combattre en grand groupe, à la faveur du système d'événements dynamiques.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 385Les ours envahissent le village, ramenez-vous vite !

Voilà sans doute la plus grosse innovation de ce MMORPG où vous pouvez progresser sans accomplir aucune quête. Tout le PvE est structuré autour d'événements dynamiques qui se déclenchent spontanément dans les zones de jeu sans que vous ayez à adresser la parole à un quelconque PNJ. A la manière des quêtes publiques de Warhammer Online (et d'autres titres lui ayant emprunté cette idée), tous les joueurs alentour sont avertis de la tenue de l'événement et contribuent à sa résolution d'un commun effort, sans qu'il leur soit nécessaire d'être groupés. Le déroulement est généralement structuré atour de plusieurs étapes : récolter tel ou tel objet, éliminer X créatures d'un même type, escorter un PNJ, défendre un lieu donné contre un assaut, etc. Si vous échouez, les choses peuvent prendre une tournure défavorable : comme dans Rift, les monstres sont susceptibles de s'emparer de certains avant-postes. En cas de succès, les joueurs ayant participé à l'événement remportent des récompenses qui sont fonction de leur degré d'implication.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 386Les éclaireurs nous mâchent quand même un peu trop le travail.

Le système d'événements apporte un indéniable vent de fraîcheur, mais il ne change pas fondamentalement la nature des actions accomplies (aussi basiques que dans n'importe quel autre MMO), favorise l'anonymat communautaire plus que les relations sociales et engendre une confusion importante dès qu'il fédère un grand nombre de joueurs : on ne sait plus très bien qui tire sur quoi et on finit par spammer ses compétences en profitant de la visée automatique. Enfin, s'il permet de vaquer dans les zones de jeu sans avoir à chercher d'éventuels donneurs de quêtes, il reste fondé sur une structure répétitive incitant à rallier les points d'intérêts indiqués par les éclaireurs, afin de ratisser méthodiquement la map, de débloquer tous les accomplissements et de ne manquer aucun défi de compétence. Ces derniers incitent d'ailleurs à se rendre dans les zones de départ des autres races afin de récupérer de précieux points. Le cas échéant, votre niveau est réadapté, de façon à ce que vous puissiez aider vos amis tout en conservant un challenge correct – une excellente idée.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 387La recherche des panoramas est l'activité favorite des explorateurs.

Si l'exploration est mise en avant, c'est aussi parce que l'univers très travaillé est un régal à parcourir. A la fois cohérentes et variées, les différentes zones de jeu bénéficient d'un design aux petits oignons. Et si l'aspect technique laisse à désirer, avec des modélisations pas toujours très fines et des animations un peu rigides, la direction artistique hors du commun rattrape amplement le coup. Les villes, notamment, sont d'une telle beauté visuelle (la nouvelle Arche du Lion est un fabuleux délire architectural) qu'on ne peut guère reprocher leur grandeur cyclopéenne. Dommage que l'immersion souffre de quelques entorses dictées par la praticité : les déplacements instantanés, les maps rectangulaires évoquant un parc d'attraction, la compréhension immédiate des événements de zone et l'insondable "banque de collection" en font partie. Le paradoxe, c'est que Guild Wars 2 n'est précisément pas un jeu user friendly ; il ne vous prend pas par la main et vous mettrez du temps avant de maîtriser tous ses mécanismes.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 388Le Word vs World donne lieu à des affrontements épiques.

S'il est un autre domaine que sa richesse et sa complexité rendent difficile à appréhender, c'est bien le World vs World. Derrière ce concept se cache un RvR évoquant celui de Dark Age of Camelot, à ceci près qu'il se pratique sur une map distincte et persistante où s'affrontent... trois serveurs de jeu ! La carte est divisée en 4 parties : chaque serveur dispose de son propre fief à défendre, mais c'est surtout dans une zone neutre centrale, le Champ de Bataille Eternel, que s'amorce le conflit. Les trois Mondes s'y disputent camps de ressources, mines, scieries, villages et postes avancés afin d'assurer leur ravitaillement. Ce dernier sert à acheter des armes de siège (béliers, trébuchets...) utiles pour l'assaut des forts ennemis, mais aussi à réparer ses propres structures et à les équiper de défenses (canons, chaudrons d'huile bouillante...). Le serveur dominant fait bénéficier sa population de buffs intéressants (de quoi renforcer la cohésion et l'esprit communautaire), l'objectif ultime étant d'envahir les zones adverses afin d'y dérober leur Orbe de Puissance, bonus à la clé.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 389Le PvP structuré n'est pas aussi tactique que celui du premier volet.

Au-delà de sa dimension épique, le World vs World procure une expérience doublement gratifiante. D'une part, chacun peut y prendre son pied, qu'il prenne le "bus" d'une grosse guilde ou qu'il agisse en petit groupe afin d'intercepter les caravanes ennemies. D'autre part, ce mode de jeu se pratique dans la continuité de la progression PvE : vous y conservez votre personnage (monté au niveau 80 dans un souci d'équilibrage), ses compétences, son stuff et y gagnez de l'expérience. Voilà pourquoi l'autre facette du PvP de Guild Wars 2, les champs de bataille, se montre moins convaincante. Basé pour le moment sur un principe unique, la capture de position, ce mode de jeu oppose deux équipes de personnages rééquilibrés jusque dans leur équipement et leurs pouvoirs. Doté d'une approche aussi simple que celle du premier Guild Wars, il ne dispose pas du même potentiel tactique, la faute à des maps tortueuses et trop chargées et au manque de lisibilité des combats. Il offre une progression alternative permettant de gagner des niveaux de gloire et d'acquérir un stuff spécifique.

Test Guild Wars 2 PC - Screenshot 390Le cinquième larron serait-il perdu sur un serveur de débordement ?

Si vous cherchez l'item de vos rêves, sachez que Guild Wars 2 dispose d'un système d'artisanat relativement complet, fondé sur 8 métiers traditionnels (forge d'armes et d'armures, bijoutier, cuisinier...). Les matériaux – qui peuvent être récoltés, lootés, obtenus via recyclage ou achetés à l'hôtel des ventes – vous permettent de façonner des éléments de base, qui devront être assemblés pour créer des objets finis, que ce soit en vous procurant des patrons ou bien en tâtonnant pour essayer de trouver par vous-même de nouvelles recettes ! Votre équipement peut également être amélioré en y sertissant des pierres. Mais tout ça prend de la place et votre banque sera vite pleine... à moins de faire appel à l'item shop. Totalement optionnel, ce dernier n'en reste pas moins tentant, avec ses augmentations de capacité d'inventaire, ses boosts d'XP et ses clés du Lion servant à ouvrir les coffres éponymes. Heureusement, il fonctionne avec une devise pouvant aussi bien être acquise par micro-paiement qu'échangée contre de l'argent in-game, ce qui rend le procédé plutôt honnête !

Pixelpirate, le 28 août 2012

Les notes

  • Graphismes 17/20

    Une fois passée la déception liée à l'aspect technique, qui souffre de modélisations pas toujours très fines, d'animations un peu rigides et d'une optimisation perfectible, la direction artistique extraordinaire se charge de nous éblouir. Des concepts arts illustrant les cut-scenes jusqu'aux folies architecturales croisées en Tyrie, tout est d'une beauté et d'une cohérence visuelle hallucinantes.

  • Jouabilité 17/20

    Si vous tentez de plonger dans Guild Wars 2 la tête la première, sans lecture préalable du manuel de jeu, il y fort à parier que vous vous y noierez ; et même après plusieurs heures de jeu, certains concepts restent obscurs. Mais le gameplay, d'une fraîcheur et d'une richesse inhabituelles, se révèle très gratifiant et n'est guère entaché que par un certain manque de lisibilité durant les combats.

  • Durée de vie 17/20

    Le système d'événements dynamiques conduit à parcourir plus rapidement que prévu un univers pourtant très vaste. Mais entre les 8 donjons modulables, le World vs World, le PvP structuré, l'artisanat et les accomplissements liés à l'exploration, il y a franchement de quoi faire. On n'attendra de toute façon jamais autant, en termes de contenu, d'un MMORPG sans abonnement.

  • Bande son 17/20

    Jeremy Soule a beau avoir un peu de mal à se renouveler, les thèmes musicaux composés pour Guild Wars 2 n'en demeurent pas moins magnifiques et participent à l'émerveillement. On apprécie l'ambiance sonore extrêmement soignée, notamment dans les villes qui n'ont jamais été aussi vivantes, ainsi que le soin apporté aux doublages français, à quelques exceptions près.

  • Scénario 16/20

    Le background est toujours aussi solide, mais on apprécie surtout que la grande histoire, qui prend son envol quand vous commencez à explorer les donjons, laisse régulièrement la place à votre destinée personnelle, qui vous permet d'effectuer quelques choix tout au long de votre progression. Seul regret : le concept-même d'événements dynamiques ne favorise pas vraiment la narration.

  • Note Générale18/20

    Quand on prend le parti de modifier une formule qui a aussi bien marché, il faut s'attendre à être diversement accueilli, et c'est exactement ce qui guette Guild Wars 2. Mais c'était là le prix à payer pour proposer un univers persistant sans en reconduire les poncifs – et à ce titre, le MMORPG d'ArenaNet représente une prise de risque qu'on ne peut que saluer. Ce second volet n'est sans doute pas aussi irréprochable que son prédécesseur, et souffre même de quelques défauts plus ou moins gênants, comme un PvP structuré moins tactique, une lisibilité perfectible durant les combats, ainsi que quelques carences en matière d'immersion. Mais quel bonheur de vivre une expérience qui vous affranchit du sempiternel système de quêtes, qui met en avant la destinée personnelle de votre avatar et qui vous propose des affrontements épiques en World vs World ! Quel que soit votre degré d'adhésion (sans engagement puisqu'il n'implique aucun abonnement), Guild Wars 2 vous aura permis, l'espace d'un moment, de jouer à quelque chose de différent. Et ça n'a pas de prix.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 17/20

Retour haut de page

Infos jeu

Mots-clefs : Guildwars 2, gw2 gw 2

Vidéos

Voir les 144 vidéos de Guild Wars 2