Test Civilization V : Gods & Kings- PC

PC

Acclamé par la critique, Civilization V a été plus diversement apprécié par les joueurs. Parfait pour un novice, cet épisode amputé de certaines fonctionnalités était moins probant pour un habitué de la série. Conscient de cela, Firaxis propose une extension intitulée Gods & Kings, qui marque, entre autres, le retour de l'espionnage et de la religion. De quoi se racheter auprès des fans de la première heure ?

Civilization V : Gods & Kings

Civilization V n'a pas fait que des heureux. Si la refonte de l'aspect wargame, marquée par l'adoption d'une grille hexagonale et l'impossibilité d'empiler les unités militaires, a été unanimement saluée, les trop nombreuses coupes subies, qui rendaient le jeu un peu moins complexe, ont déçu les habitués de la série. La relégation sommaire de la religion dans un système de doctrines sociales au fonctionnement artificiel, et la disparition pure et simple de l'espionnage, ont notamment conduit certains joueurs à lui préférer son prédécesseur. Et c'est un peu dommage, tant ce cinquième opus faisait valoir d'immenses qualités. Firaxis a décidé de faire amende honorable à l'occasion d'une première véritable extension intitulée Gods & Kings, qui succède à une série de DLC plus ou moins dispensables. Proposé au tarif de 30 euros, ce complément au jeu de base est destiné à répondre aux attentes des joueurs en réintégrant sous une forme remaniée les mécanismes de religion et d'espionnage, tout en proposant son lot d'améliorations et de nouveau contenu.

Test Civilization V : Gods & Kings PC - Screenshot 9Fondez votre propre religion en choisissant avec soin son nom, son symbole et ses croyances.

Le retour de la religion a fait l'objet d'un soin évident. Il se manifeste sous la forme d'une ressource, les points de foi, qui ne sont pas liés à l'avancement technologique, mais à la découverte de merveilles naturelles, à la construction de bâtiments à vocation spirituelle (comme les temples) ou à l'entretien de bonnes relations avec des Cités-Etats religieuses. Lorsque vous avez engrangé suffisamment de points de foi, vous pouvez fonder un panthéon en choisissant une des nombreuses croyances de base disponibles (exemple : le Dieu de la mer, qui augmente la production des bateaux de pêche). Puis, parvenu à un nouveau palier de foi, vous avez alors l'opportunité de fonder votre propre religion en choisissant son nom, son symbole et en y associant d'autres croyances qui prennent toutes la forme de bonus très utiles. Mais l'essentiel restera de la propager, ce qui peut se faire de façon naturelle, grâce au système de "pression" exercée par la proximité de villes d'un culte donné, ou bien en dépensant des points de foi dans l'acquisition d'unités religieuses : les missionnaires et les inquisiteurs. Les premiers répandent la bonne parole auprès des villes concurrentes et des Cités-Etats, les seconds vous protègent des conversions adverses. La propagation d'une religion peut s'avérer très utile, quelle que soit la condition de victoire visée. Par exemple, la croyance "Guerre Juste" vous octroie un bonus de 20% en combat contre les villes ennemies converties à votre culte. On apprécie donc l'intégration remarquablement bien pensée de la religion, dont le fonctionnement implique une interaction avec les autres civilisations, contrairement aux doctrines sociales. Notez que la branche piété n'a pas disparu ; elles confère désormais des bonus en relation avec la foi.

Test Civilization V : Gods & Kings PC - Screenshot 10Puis allez répandre la bonne parole en essayant de ne pas trop vous faire remarquer.

La réintégration de l'espionnage devrait être tout aussi appréciée, même si le mécanisme, dont vous ne pouvez profiter qu'en mode Solo, se montre un peu plus artificiel. Il faut d'abord savoir que l'espion ne peut plus être produit quand bon vous semble : vous en obtenez automatiquement un au début de chaque nouvelle ère, à partir de la Renaissance. Si ses missions sont couronnées de succès, il monte en grade, mais s'il est percé à jour, il finit sa carrière au bout d'une corde et vous devez alors attendre l'ère suivante pour en bénéficier à nouveau. L'espion n'est plus une unité à proprement parler, mais se présente sous la forme d'un menu à partir duquel vous pouvez commanditer toutes ses actions, et en voir le résultat. Discret et rapide, il est capable de voyager d'un bout à l'autre de la map en un seul tour de jeu. Les missions qui peuvent lui être confiées ne se résument pas à la surveillance d'une ville donnée (qui permet d'en apprécier la puissance, les ressources et les réalisations en cours), au vol de technologie ou au contre-espionnage, puisque l'espion peut également être envoyé dans une Cité-Etat. Si cette dernière est indépendante, il peut en truquer les élections pour vous attirer ses faveurs ; et si elle a un allié, il peut alors fomenter un coup d'Etat - un sérieux coup de pouce quand il s'agit de déverrouiller les relations diplomatiques ! Le rôle des Cités-Etats, qui sont désormais de cinq types (avec l'arrivée des religieuses et des mercantiles), a été revalorisé. Elles disposent d'une palette d'interactions plus riche, vous confient des quêtes plus variées et réagissent surtout plus finement à votre potentiel (militaire, religieux...) ainsi qu'à vos agissements, réduisant d'autant la nécessité d'acheter leur amitié.

Test Civilization V : Gods & Kings PC - Screenshot 11Ne négligez pas non plus l'espionnage, qui vous offre de précieuses opportunités.

La diplomatie évolue d'ailleurs favorablement à l'occasion de cet add-on. Les civilisations adverses sollicitent désormais l'établissement d'une ambassade, préalable à tout accord (libre passage, pacte de défense...), sont susceptibles de réagir à vos tentatives d'espionnage et de conversion et adoptent des comportements plus progressifs, plus cohérents. L'IA a aussi été améliorée en matière de choix tactiques lors des combats ; combiné à un meilleur équilibre dans la composition des armées et à une résistance des unités légèrement revue à la hausse, cela rend les affrontements et les prises de villes un peu plus difficiles. Gods & Kings propose 27 nouvelles unités, dont des navires de mêlée capables d'attaques d'abordage qui modifient l'approche des combats maritimes. Et puisqu'on en est à chiffrer les ajouts de contenu, sachez que vous profiterez également de 13 nouvelles constructions, de 9 merveilles inédites et surtout de 9 civilisations supplémentaires : l'Autriche, Byzance, Carthage, les Celtes, l'Ethiopie, les Huns, les Mayas, les Pays-Bas et la Suède, dotées chacune de capacités spécifiques. Si on rajoute à cela la présence de trois nouveaux scénarios ("La chute de Rome", "Vers la Renaissance" et "Empire des Cieux embrumés", aux accents steampunk !), il faut reconnaître que le contenu proposé est plutôt honnête. "Heureusement", serait-on tenté de dire, eu égard à un prix de vente de 30 euros qu'auront du mal à avaler ceux qui auront l'impression de payer pour le retour de fonctionnalités sabrées dans le jeu de base. 2K Games aurait sans doute été avisé d'y rajouter, pour se faire pardonner, le contenu des DLC payants sortis jusqu'ici. Mais nul doute que l'éditeur réserve cette idée pour une très probable édition ultime de la mort-qui-tue.

Pixelpirate, le 22 juin 2012

Les notes

  • Graphismes 13/20

    Sorti de sa magnifique introduction, cette extension ne propose aucune plus-value graphique et reconduit hélas les inévitables ralentissements de fin de partie.

  • Jouabilité 18/20

    Au-delà des quelques améliorations apportées, le retour probant de la religion et de l'espionnage rend le gameplay de Civilization V encore plus accrocheur. On se demande comment on avait pu faire sans.

  • Durée de vie 16/20

    9 civilisations supplémentaires, 27 nouvelles unités, 13 nouvelles constructions, 9 merveilles inédites et 3 scénarios de longue haleine, sans compter le renouvellement de l'expérience procuré par les ajouts au système de jeu : le compte est bon !

  • Bande son 17/20

    Si la qualité des voix et des bruitages est inchangée par rapport au jeu de base, la bande-son de Gods & Kings, encore plus belle, est un ravissement pour les oreilles. Un nouveau Grammy en perspective ?

  • Scénario

    -

  • Note Générale17/20

    Gods & Kings permet à Civilization V d'offrir l'expérience complète qu'on attendait il y a deux ans. La réintégration remarquablement bien pensée de la religion et le retour de l'espionnage rendent les parties encore plus riches et encore plus passionnantes, sans parler des améliorations et des ajouts de contenus qui boostent l'intérêt de l'ensemble. Voilà donc une extension indispensable, et c'est bien là le problème : les habitués de la série auront du mal à avaler la nécessité de payer 30 euros pour récupérer des fonctionnalités qu'on leur avait enlevées. Si ça peut les consoler, l'investissement vaut franchement le coup !

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 16/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : 2K Games
  • Développeur : Firaxis
  • Type : Stratégie
  • Multijoueurs : 2 à 8 joueurs
  • Sortie France : 22 juin 2012
  • Version : française intégrale
  • Config minimum : Configuration requise : Windows XP/Vista/7, processeur double coeur, 2 Go de RAM, carte graphique ATI HD 2600XT, nVidia 7900 GS avec 256 Mo ou carte graphique intégrée Core i3 (ndlr : sérieux ?), 8 Go d'espace libre sur le disque dur.
  • Config conseillée : Configuration recommandée : Windows Vista/7, processeur quadruple coeur 1,8 GHz, 4 Go de RAM, carte graphique ATI 4800 ou nVidia 9800 avec 512 Mo, DirectX 11, 8 Go d'espace libre sur le disque dur.
  • Classification : Déconseillé aux - de 12 ans
  • Web : Site web officiel
  • Existe aussi sur :
    Civilization V : Gods & Kings - Mac
  • Similaire à :
    Tropico 4 : Modern Times
    Might & Magic Heroes VI : Pirates of the Savage Sea
Mots-clefs : Sid Meier's Civilization V : Gods & Kings Civilization 5 : Gods and Kings Civilization 5 : Gods et Kings, Sid Meier's Civilisation V : Gods & Kings Civilisation 5 : Gods and Kings Civilization 5 : Gods et Kings