Test Eufloria- PC

PC

Les horticulteurs férus d'astronomie ont souvent des difficultés pour trouver des jeux vidéo qui satisfassent leurs deux passions. Alors pour eux, et aussi pour tous ceux qui auront la curiosité de se pencher sur cette expérience atypique, a été créé Eufloria : un jeu où pour triompher de la guerre des étoiles, vous devrez avoir la main verte !

Eufloria

Eufloria est un jeu créé par Rudolf Kremers et Alex May. Il fut à l'origine basé sur Dyson, un jeu qu'ils développèrent en un mois pour un concours de jeux indépendants. Leur création termina deuxième et encouragea les deux hommes à en améliorer le concept et le design pour en faire un jeu véritablement abouti. En quoi consiste cette expérience vidéoludique originale ? Le principe d'Eufloria est relativement basique. Dans chaque mission qui lui est proposée, le joueur possède un ou plusieurs astéroïdes de départ, à partir desquels il développe ses troupes et part à la conquête des autres planètes de la carte, jusqu'à ce que les objectifs de la mission soient réussis. La plupart du temps, il s'agira de faire tomber sous votre coupe tous les astéroïdes présents sur le terrain. Mais si le principe reste simple, le jeu sort du lot en proposant un univers singulier. Ici, pas de vaisseaux spatiaux, pas d'armes, pas de sang et encore moins d'êtres humains : Eufloria, comme son nom le laisse deviner, nous plonge dans la guerre végétale. Ne cherchez pas ici les plantes burlesques d'un Plants vs Zombies, les auteurs ont préféré jouer la carte poétique. Vous contrôlez en effet une armée de bourgeons ailés, qui gravitent gracieusement autour de leur planète d'origine. Pour conquérir de nouveaux territoires, il vous faudra envoyer dix de ces graines volantes sur un astéroïde vierge et les y faire germer. Dix bourgeons donneront naissance à un arbre, qui va croître progressivement, créant de nouveaux bourgeons qui à leur tour pourront quitter le nid pour aller s'aventurer sur des terres nouvelles. Quel beau moyen de conquête, si pacifique, si paisible. Oui, mais...

Test Eufloria PC - Screenshot 23Amassez vos forces sur un astéroïde unique avant de lancer une attaque.

Avec leur look de petits moucherons, ces bourgeons pourraient sembler inoffensifs. Mais l'espace n'est pas que paix, amour et plantations ; d'autres cultivent aussi sur les mêmes plates-bandes. Et pour gagner le concours du meilleur jardinier, il ne suffit pas de faire pousser les plus belles fleurs : vous mettrez plus de chances de votre côté en allant un peu piétiner celles des concurrents. C'est ici qu'il faudra mettre de côté votre contemplation béate des merveilles de la nature pour partir au combat. Quand vos bourgeons découvrent une colonie ennemie, ils deviennent de véritables petites machines de guerre et mitraillent sauvagement l'adversaire jusqu'à ce que mort s'ensuive. Ils s'en prendront également aux arbres plantés par vos rivaux, jusqu'à ce que l'un d'eux explose sous les assauts répétés de vos troupes. Il ne restera alors que la racine qui fournira une brèche jusqu'au cœur de la planète. Vos bourgeons s'y infiltreront, faisant diminuer l'énergie de l'astre jusqu'à zéro. À cet instant, la couleur de la planète change, celle-ci bascule dans votre camp et tous les autres arbres déjà plantés par l'ennemi se mettent alors à produire vos propres bourgeons.

Test Eufloria PC - Screenshot 24Les disques de couleurs libérés par un arbre signalent la fin d'un cycle de croissance.

Bien sûr, ceci est le scénario idéal. Les autres colonies ne se laissent pas faire sans riposter, et il arrive qu'une salve lancée sur un astéroïde soit écrasée par l'adversaire, ce dernier profitant ensuite de votre situation de faiblesse pour contre-attaquer sur vos terres. La guerre des plantes est sans pitié. Vos opérations d'essaimage devront prendre en compte les trois caractéristiques propres à chaque planète, à savoir l'endurance, la force et la vitesse. Généralement, plus une planète est grosse, plus ses caractéristiques sont élevées. Les arbres qui y seront plantés produiront donc des bourgeons dont la résistance aux tirs ennemis, la puissance d'attaque et la rapidité de déplacement sera directement liée à ces trois facteurs. Conquérir les gros cailloux de l'espace devient donc capital, mais les ravir à l'ennemi s'avérera également plus compliqué.

Test Eufloria PC - Screenshot 25Des combats d'une rare violence.

La principale difficulté du jeu est donc de trouver le bon équilibre entre attaque et défense, entre conquête trop téméraire et un attentisme peureux. Les bourgeons sont à la fois le moyen de générer des arbres et votre force de frappe, il vous faudra apprendre à les gérer avec sagesse. Si vous plantez trop d'arbres trop vite, vous n'aurez plus assez d'unités pour défendre votre territoire si votre adversaire vous attaque ; a contrario, ne pas faire pousser suffisamment d'arbres entraînera sur le long terme une production de bourgeons limitée et là encore, vous serez à la merci de l'ennemi. Apprenez à observez les déplacements adverses, savoir anticiper et attaquer au bon moment vous permettra bien souvent d'avoir l'avantage.

Test Eufloria PC - Screenshot 26La planète bleue est très peuplée et protégée par des tanks. L'attaquer de front serait suicidaire.

En début de partie, vous ne posséderez qu'un seul type d'arbre, mais vous pourrez rapidement en générer un autre, appelé « arbre défensif ». Contrairement à son homologue, cet arbre ne fait pas pousser de bourgeons mais de petits missiles à tête chercheuse qui attaqueront et exploseront sur l'ennemi s'il tente une attaque. Par ce biais, vous pouvez envoyer vos troupes au combat en laissant derrière vous une planète moins vulnérable qui pourra se défendre d'elle-même en cas d'invasion. Là encore, l'équilibre entre arbres à bourgeons et arbres défensifs est à trouver, car vous n'avez droit qu'à un nombre limité d'arbres sur chaque planétoïde.

Test Eufloria PC - Screenshot 27Certaines cartes dessinent de curieux tableaux abstraits.

À cela s'ajoute un dernier élément important : quand vos arbres à bourgeons auront atteint une certaine taille, il y a une chance pour qu'ils produisent une fleur. Un arbre ne fleurit pas toujours, et s'il le fait, il ne le fera qu'une fois, sachez donc profiter de l'occasion. Les fleurs sont fragiles, mais apportent en contrepartie des avantages non négligeables. Une fois détachées de leur arbre, vous pourrez, comme vos bourgeons, les envoyer sur d'autres astéroïdes et les planter où bon vous semble. Une fleur se plante au pied d'un arbre, lui fournissant par ce biais un avantage en fonction de son type. S'il s'agit d'un arbre normal, les bourgeons qu'il produira désormais seront boostés : plus puissants, plus rapides et plus résistants, ils feront de gros dégâts aux arbres et bourgeons adverses. Si au contraire vous faites pousser votre fleur au pied d'un arbre défensif, il générera un missile spécial, sorte de tank très résistant doté d'une grande force de frappe. Comme un bourgeon classique, il peut être envoyé sur une planète conquise par une autre colonie. S'il ne peut pas attaquer les arbres, il décimera en revanche les bourgeons qui auront le malheur de croiser sa route. Idéal pour nettoyer le terrain avant de partir à l'assaut...

Test Eufloria PC - Screenshot 28Envoyer un tank permet de faire le ménage sur les astéroïdes où vos ennemis sont massés.

Alliant beauté visuelle et réflexion tactique, Eufloria a donc de quoi séduire. Le jeu n'est pas pour autant exempt de défauts. D'abord, il n'évite pas l'écueil d'une certaine répétitivité une fois les mécanismes principaux assimilés. Les missions, malgré la présence d'un scénario simple mais plaisant, tournent la plupart du temps au classique « écrasez l'ennemi et/ou prenez possession de tous les astéroïdes ». D'autre part, le jeu n'est pas d'une grande difficulté : à moins de jouer les têtes brûlées et de lancer des attaques désordonnées, il ne vous faudra guère plus d'une tentative pour réussir chaque mission. Les retournements de situation sont peu fréquents et une fois votre assise construite, rares sont les parties où l'ennemi arrivera à vous déloger pour l'emporter. C'est dommage, car si l'on se tourne vers les meilleures cartes créées par les joueurs (dont un pack est depuis quelques temps disponible directement dans le jeu), on se rend compte qu'Eufloria possède des mécanismes inexploités qui auraient permis de renouveler davantage le plaisir de jeu, et qu'il y avait matière à réaliser des challenges autrement plus complexes. Enfin, on regrette l'absence d'un mode multijoueur en ligne qui aurait pu permettre d'épiques batailles de graines furieuses entre amis.

Malgré tout, Eufloria offrira à ceux qui seront séduits par son univers de très bons moments de jeu, aux commandes de cet étonnant ballet qui se mue en armée sans merci. Ces petits militaires intergalactiques en tutu végétal vous en feront voir. Remballez votre arsenal nucléaire ou vos armes bactériologiques, le futur est dans la guerre botanique.

Scribe (contributeur de jeuxvideo.com), le 23 mars 2011

Les notes

  • Graphismes 15/20

    D'un design épuré, Eufloria joue la carte de la sobriété. Pas d'effets visuels bouleversants, d'effusion de couleurs vives ou de contrastes agressifs. Le jeu baigne dans des palettes de couleurs douces, l'univers étant un grand vide blanc (ou noir, en fonction du mode de jeu) coloré seulement par la présence des différentes factions sur les planètes de la carte. La croissance des arbres, le fourmillement et les allées et venues des bourgeons est un spectacle visuel dont on ne se lasse pas.

  • Jouabilité 16/20

    La maniabilité du jeu est bien pensée et permet de contrôler l'essentiel des actions avec votre seule souris. Vous n'aurez pas de grande difficulté à trouver vos marques et à déplacer vos bourgeons d'un point à l'autre de la carte, même sur les maps étendues. Le gameplay est simple et ne demandera pas d'aptitudes ni de réflexes particuliers, tout au plus une bonne réactivité pour faire face aux assauts soudains de l'ennemi.

  • Durée de vie 15/20

    La durée de vie d'Eufloria est conséquente sans pour autant être exceptionnelle. Il vous faudra une petite dizaine d'heures pour venir à bout du mode principal, durée doublée si vous souhaitez rejouer les missions en mode « matière noire » avec une difficulté accrue. Huit arènes spéciales sont également à déverrouiller ainsi que la possibilité de tester les cartes créées par les joueurs. Enfin, pour les mordus de médailles, l'ajout des succès Steam à déverrouiller rallonge quelque peu la durée du jeu.

  • Bande son 14/20

    La musique d'Eufloria se fait discrète et se résume essentiellement à des nappes sonores qui contribuent à l'ambiance apaisante générale. Les bruitages et sons de l'environnement sont eux aussi assez peu invasifs, et tout cet univers sonore est en adéquation avec le parti pris esthétique du jeu.

  • Scénario 12/20

    L'univers est infesté par un mal mystérieux : les bourgeons gris. Quelle horreur, c'est affreux. Vite, il faut pousser toujours plus loin notre exploration de l'espace pour en trouver la cause et l'éradiquer ! N'apportant pas un grand intérêt supplémentaire au jeu, le scénario d'Eufloria ne restera pas comme son aspect le plus remarquable. Mais il a le mérite d'exister et d'apporter un peu de liant à la succession des missions. Le joueur n'y joue pas un rôle actif et se contentera de suivre son déroulement jusqu'au terrrrrible dénouement final...

  • Note Générale15/20

    Avec son univers original, Eufloria possède des atouts indéniables. Sans être révolutionnaires, ses batailles de végétaux stylisés sont accrocheuses et très plaisantes à jouer. S'il ne proposera pas un défi très complexe aux joueurs rompus aux jeux tactiques, il s'aborde facilement et l'on entame chaque mission avec le même enthousiasme. Pour ne rien gâcher, son prix réduit (actuellement 15 € sur la plate-forme Steam) devrait finir de vous convaincre de vous lancer dans les plantations stellaires.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 15/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Eufloria
  • Afficher recto jaquette
  • Editeur : Omni Systems
  • Développeur : Omni Systems
  • Type : Autres
  • Support : Disponible uniquement en ligne
  • Multijoueurs : oui
  • Sortie France : 21 octobre 2009
  • Version : française
  • Config minimum : Win XP/Vista, 1 GHz, 512 Mo RAM, DD 50 Mo
  • Web : Site web officiel
  • Existe aussi sur :
    Eufloria - PlayStation 3

Vidéos

Voir la vidéo de Eufloria