Menu
Alexandra Ledermann
  • Tout support
  • DS
  • GBA
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Alexandra Ledermann
GBA
Alexandra Ledermann
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 octobre 2005 à 18:00:00
7/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (7)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.4/20
Partager sur :

C'était inéluctable, compte tenu du vrai succès commercial dont jouit la série sur PC depuis plusieurs années. Alexandra Ledermann est de retour cette année, et pour la première fois, on va pouvoir y jouer sur GBA. Seulement voilà, ce changement de support entraîne une modification radicale du système de jeu qui risque de perturber bon nombre de fans (dont je ne fais absolument pas partie, je tenais à le préciser !). Tenez-vous bien, désormais il va falloir se mettre à la gestion !

Alexandra Ledermann

Ce n'est pas la première fois que les développeurs s'essayent au genre gestion économique sur GBA, et le résultat n'est généralement pas si mal qu'on pourrait le croire. Les capacités de la console ne permettent certes pas d'offrir des jeux proposant un niveau de détails égal à celui qu'on peut trouver dans un Sim City 4 sur PC, par exemple, mais ça ne bride en rien leur potentiel à partir du moment où ces jeux sont conçus pour offrir un maximum de possibilités. Dans le cas d'Alexandra Ledermann, on est malheureusement loin du compte, et l'on en viendrait presque à regretter les promenades laborieuses entrecoupées d'enquêtes qui caractérisaient les versions PC.

Alexandra Ledermann
La série s'essaye au genre gestion.
Il faut dire qu'au vu des crédits, les développeurs n'étaient pas très nombreux sur le coup, et ça se voit ! Le haras que l'on développe durant les phases de gestion n'occupe pas plus d'un écran de jeu, et il est bien difficile de reconnaître les infrastructures sans passer par la barre d'icônes. Les séquences d'équitation ne requièrent pas davantage de technique puisque les environnements se comptent sur les doigts de la main, que les arrière-plans sont des morceaux de décors collés bout à bout pour créer l'illusion de distance, et que les animations sont elles aussi en nombre très limité. L'ambiance sonore est par ailleurs inexistante, dans la mesure où ne dénombre qu'une seule musique en tout et pour tout : aucune pour le mode gestion et toujours le même thème pour les phases d'équitation. Les bruitages se limitent à des "crachotements" qui renvoient aux sonorités 8 bits de la Gameboy monochrome, vous incitant rapidement à couper le son.

Alexandra Ledermann
Pas de doute, il ne m'aime pas.
Mais tout cela n'aurait pas grande importance si le plaisir de jeu était au rendez-vous. Hélas, les deux phases proposées sont aussi loupées l'une que l'autre. Concernant les scènes d'équitation, vous ne disposez que de quelques parcours qui ne se différencient que par le cadre dans lequel ils se déroulent (plage, forêt, colline, etc.). Autrement, ils se résument tous à une succession plus ou moins longue de haies ou de caisses à sauter successivement pour arriver jusqu'au drapeau. On peut certes modifier l'allure du cheval, mais seul le trot convient la plupart du temps. Après quelques parties à jouer à saute-mouton, on se rend compte que tout ça est bien vide d'intérêt. D'autant que les incohérences ne manquent pas, sachant qu'une entorse n'empêchera même pas un cheval de se lancer dans un parcours difficile.

Alexandra Ledermann
C'est bien connu, jouer à saute-moutons est le meilleur moyen de s'endormir.
Côté gestion, le jeu est loin d'être à la hauteur de ses ambitions. Le manque d'indications rebutera d'emblée le néophyte en la matière, tandis qu'à l'inverse, ce sont les possibilités limitées offertes par le système de jeu qui ennuieront les habitués. On démarre avec un haras qui ne ressemble pas du tout à l'idée qu'on peut se faire d'un haras appartenant à un couple suffisamment fortuné pour s'offrir un tour du monde (voir le scénario). On ne dispose que des infrastructures minimum, un seul cheval parqué dans son box, un bureau pour gérer ses comptes, un enclos et quelques installations de base pour héberger les visiteurs. L'objectif consiste à développer son domaine pour accueillir un maximum de touristes, sachant que les revenus proviennent essentiellement d'eux, ainsi que de vos prouesses sur les parcours équestres. Il est d'ailleurs plus facile de se ruiner que de s'enrichir dans le jeu, sachant que vous devrez dépenser des sommes colossales en personnel, en infrastructures, en matériel, nourriture, etc. Malgré tout, vous parviendrez peut-être à faire fructifier votre capital et à assister à la naissance de quelques poulains. Honnêtement, si tout ceci vous fait rêver et que vous êtes parmi les inconditionnels qui ne manquent jamais un épisode d'Alexandra Ledermann, allez-y mais ne dites pas qu'on ne vous aura pas prévenus.

Les notes
  • Graphismes 8 /20

    Mis à part le choix des couleurs, plutôt judicieux, l'environnement graphique manque de variété et se résume aux quelques écrans que vous voyez ici. Le titre pourrait facilement être porté sur mobile.

  • Jouabilité 6 /20

    Côté gestion, les possibilités limitées ne rendent pas le tout attractif, et le manque d'indications fournies au joueur risquent de rebuter complètement les plus jeunes. Côté équitation, le jeu se résume à du saute-mouton totalement dénué d'intérêt.

  • Durée de vie 7 /20

    Pour un soft de gestion, on fait étrangement vite le tour des options proposées. En contrepartie, le challenge est loin d'être facile, et il vous faudra beaucoup de patience pour développer un domaine digne de ce nom.

  • Bande son 2 /20

    La seule et unique musique du jeu est affligeante de médiocrité, et les bruitages nous donnent l'impression de revenir à la préhistoire du jeu vidéo.

  • Scénario /

    Votre oncle et votre tante avaient envie de faire un voyage au tour du monde, alors ils vous ont légué temporairement leur haras en vous laissant les rênes de toute la gestion économique du domaine. A leur place, je me ferais du mauvais sang.

A qui s'adresse réellement ce premier opus GBA d'Alexandra Ledermann ? Les inconditionnels de la série ne retrouveront pas du tout le type de jeu qu'ils avaient découvert sur PC, et je doute qu'il y ait beaucoup d'amateurs de gestion sur GBA. Au final, le soft est bourré de lacunes et ne risque pas de nous réconcilier avec la série.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 octobre 2005 à 18:00:00
7/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (7)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.4/20
Mis à jour le 04/10/2005
Gameboy Advance Gestion Ubisoft Independent Arts Software
Dernières Preview
PreviewStar Wars Jedi Fallen Order : trois heures de jeu plutôt encourageantes 17 oct., 17:00
PreviewPokémon Épée et Bouclier : De bonnes idées, mais un épisode trop classique ? 17 oct., 15:00
PreviewLegends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone ! 16 oct., 04:00
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
3
Death Stranding
08 nov. 2019