Menu
Frère des Ours
  • Tout support
  • PC
  • GBA
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Frère des Ours / Frère des Ours sur GBA /

Test Frère des Ours sur GBA du 26/02/2004

Test : Frere Des Ours
GBA
Frère des Ours
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
26 février 2004 à 18:00:00
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (13)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.4/20
Tous les prix
Prix Support
34.99€ PC
49.90€ PC
Voir toutes les offres
Partager sur :

Qui n'a jamais rêvé d'être un ours ? Bon beaucoup de monde... Mince mon accroche commence mal. Reprenons. Dernier né des studios de l'oncle Walt, "Frère Des Ours" est également le renouveau du long métrage animé dessiné à la main. Du moins chez Disney. Nous contant les aventures de Koda et Kenai, cette fable écologique se voit naturellement déclinée en jeu vidéo. Connaissant les portages de cette espèce, un insidieux doute fait son entrée. Est-ce justifié ?

Frere Des Ours

Deuxième titre GBA bénéficiant d'une introduction animée, après le premier volet de Dragon ball Z : Legacy Of Goku, la production THQ que voilà fait tout de suite forte impression, et possède le mérite non feint de mettre en place la trame scénaristique pour les personnes n'ayant pas vu le film qui, sans faire de publicité, doit être encore sur quelques écrans. Mais méfions-nous, car en trappeurs habiles, ce genre de pièges ne peut que nous induire sur la piste de la prudence. Cependant, et de façon plus qu'étrange, le sentiment premier se poursuit lors de votre entrée en matière dans les terres Inuit. S'ouvre alors devant vos yeux embués de larmes de joie, des immenses terres boisées, des étendues infinies de glace, des vallées verdoyantes et des falaises abruptes. S'il est vrai que tout cela ne possède pas la force d'une immersion dans une 3D léchée agrémentée d'une mise en scène typique des studios à la mascotte aux oreilles rondes, la 2D de fort bonne qualité présente dans le soft, suffit à vous replonger dans l'ambiance nordique du film. Les environnements traversés disposent de couleurs chatoyantes et, sans afficher pléthore de détails, vous convie à la découverte de structures minérales et d'une flore réalisées avec soin.

Frere Des Ours
Les images fixes faisant référence au film sont de bonne qualité
De même, l'animation des deux ours se révèle habilement décomposée, ce qui entraîne logiquement une sensation agréable de mise à profit des ressources de la portable de Nintendo dans le but louable de permettre aux enfants, cible privilégiée (nous allons voir pour quelles raisons), de retrouver pratiquement à l'identique les mammifères velus du long métrage d'animation. Un travail artistique sérieux et appréciable, après le mitigé Némo. Néanmoins, je ne sais pas si la destinée joue en la défaveur de titres a priori tentants, mais il apparaît à la vue de la plèbe massée au devant de la scène, que le comédien sous ses airs aguicheurs, joue une comédie proche de la fausse note. S'il est exact que la tenue graphique occupe une position élevée, il en va tout autrement de la variété des décors. Il ne sera pas rare de retrouver au sein d'un même monde, exactement les mêmes éléments, simplement réorganisés de manière un tantinet différente. Après avoir vu cinq ou six fois un niveau semblable, vous n'aurez envie que d'une chose, passer au prochain, et vite. On pourrait se dire que cela motive votre avancée, cependant le phénomène se répète dès votre arrivée au second monde. Ce qui enjoignait à continuer de l'avant se change en lassitude. Un tel manque d'imagination tranche avec les bonnes idées du titre.

Frere Des Ours
Il vous faut garder l'équilibre à l'aide des directions haut et bas de la GBA
Les ours savent, comme tout le monde le sait, déjouer les embûches mises en place par une Dame Nature rancunière. Vous en aurez l'exemple flagrant tout au long de votre virée bucolique. Commençant l'aventure qui vous mènera à l'endroit où se touchent le ciel et la terre, avec Kenai, vous rencontrerez rapidement votre compère Koda qui vous prêtera désormais main forte jusqu'au terme de l'épopée. Reposant par conséquent sur cette dualité, le gameplay vous propose d'alterner entre des phases de coopération, dans lesquelles il vous est donné la possibilité de changer de personnages à l'aide de la touche "L", et des étapes vous permettant de diriger les deux animaux en même temps (Koda sur le dos de Kenai). Il va sans dire que les moments les plus intéressants, ludiquement parlant, sont ceux mettant en scène les deux individus séparément. Par exemple, Koda, plus petit, peut ramper dans un tunnel afin d'aboutir de l'autre côté d'une plate-forme infranchissable pour son ami, et ainsi lui faire parvenir un rocher placé en hauteur, afin de l'aider à grimper. Un système classique, mais toujours agréable. Votre but principal au sein de ces niveaux est de collecter trois totems, nécessaires à la découverte de routes secondaires, accessibles sur une carte du monde amenant un petit côté aventure au soft.

Frere Des Ours
Seul Koda peut ramper dans les passages étroits
Ces chemins de traverse représentent soit un raccourci, soit un mini-jeu, ou encore un lieu inédit. Proposant le plus souvent des schémas de jeu différents, ils sont une sorte de vent de fraîcheur. Course de mammouth en mode 7, associations d'images, taquin, vous aurez l'embarras du choix. Reste que mis à part ces quelques écarts salvateurs, le tout demeure extrêmement répétitif, et au final sans grande originalité. Et c'est à cet instant que l'on se dit qu'étant destiné aux enfants, on peut faire fi de ces reproches. Concernant l'absence de renouvellement des environnements, certes, mais la disparition violente de challenge est déjà beaucoup moins excusable. D'autre part la difficulté quasi invisible, bien que correspondant aux attentes des jeunes joueurs, peu au fait des Contra et autres Ghost'n Goblins, aurait gagné en crédibilité, en étant un tout petit peu rehaussée. Il est dommage de ne pas se focaliser sur une certaine innovation et une diversité notable lorsqu'un titre s'adresse aux moins de quinze ans. Heureusement que certaines statues se trouvent dissimulées intelligemment, car le cas échéant, nous nous serions rapprochés du cas Némo. Au final, cette nouvelle production THQ possède des qualités indéniables contrebalancées par un schéma progressif éculé et une créativité peu loquace. On aurait apprécié un mélange un tant soit peu plus prenant. Un jeu correct, sans l'esprit qui enserre de son étreinte passionnée les titres majeurs.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Réalisé de manière plus que correcte, "Frère des Ours", n'en demeure pas moins peu avare de répétitions notables, précisément dans le domaine pourtant particulièrement visible des décors. Cependant au regard de l'animation et des fonds naturels, il demeure certain qu'un travail sérieux a été fourni.

  • Jouabilité 15 /20

    Les commandes sont marquées du sceau des jeux de plates-formes d'antan. Précis et immédiat est le maître mot. On note simplement un léger effet d'inertie pas bien méchant. Le nombre de possibilités du gameplay est important (garder l'équilibre sur un tronc, à la manière d'un Tony Hawk par exemple), mais n'empêche en aucun cas une lassitude effective de vous toucher en plein coeur.

  • Durée de vie 10 /20

    Le titre se termine sans grands efforts, si tant est que l'on connaisse le genre. Les plus acharnés chercheront à découvrir l'ensemble des totems, et par la même des chemins disséminés au sein du titre.

  • Bande son 10 /20

    Quelques-uns des thèmes du film éponyme sont repris, mais sans grande conviction. Ceci est en grande partie dû au processeur sonore de la GBA qui s'affirme de plus en plus comme le pire des consoles portable existantes. Les bruitages se révèlent communs, et peu diversifiés.

  • Scénario /

    Je n'ai pas vu le film, et les bribes contenues dans le jeu, au travers d'une mise en scène limitée mais présente, ne me permettent pas de critiquer cet aspect.

Enfin une adaptation non bâclée d'un film d'animation estampillé Disney. Beaucoup pensaient cela impossible, au même titre que la sortie de Sakura Taisen en Europe (un exemple comme un autre), mais ce soft leur donne en partie tort grâce à un intérêt appréciable, cependant à court terme. Adapté à une cible passant sous la barre des 13-14 ans, il trouvera preneur dans cette zone précise. Il contentera votre petit frère, mais énervera passablement tout amateur de diversité au sein d'une production vidéoludique. Se rapprochant du Roi Lion oeuvrant en son temps sur Super Nintendo (qui est La référence des portages dédiés à la confrérie Walt Disney), il ne lui manque que du caractère.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
26 février 2004 à 18:00:00
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (13)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.4/20
Mis à jour le 26/02/2004
Gameboy Advance Plate-Forme THQ Animation Cinéma
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Aperçu : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Derniers aperçus
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Fallout 76
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Pokémon Let's Go, Pikachu / Évoli
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce