Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Le Seigneur Des Anneaux : La Communaute De L'Anneau
PS2

Alors que tout le monde ne jure plus que par Les Deux Tours, Vivendi sort tranquillement sa propre adaptation du Seigneur des Anneaux. Un jeu tiré directement de l'oeuvre littéraire de J.R.R. Tolkien, qui sort tardivement sur le support PS2. Le titre ne surprendra en tout cas pas ceux qui ont eu la chance de le découvrir sur PC, étant donné que les deux versions sont tout simplement similaires.

Vous le savez déjà si vous avez pris la peine de vous intéresser au test de la version PC sortie il y a quelques mois, La Communauté de l'Anneau se décline en plusieurs versions : une qui est propre à la version Xbox, et une autre sortie d'abord sur PC mais qui n'était en fait qu'une portage de la version PS2. Le soft dans cette version Playstation 2 se présente donc comme un jeu d'aventure/action qui, s'il se perd au début en une série de petites quêtes annexes de peu d'intérêt, tourne vite à l'exploration avec de nombreuses séquences de combat en temps réel. Le fait est que le gameplay se prête davantage au maniement de type console, la bonne nouvelle étant que le Quick Save (sauvegarde permise à tout moment) est bien présent dans cette version PS2. Un détail qui ne tient pas du luxe tant certains moments du jeu sont exaspérants, je pense notamment à l'esquive des cavaliers noirs au début du jeu. On ne se privera donc pas d'en abuser dès que les choses tournent mal, ce qui s'avère finalement assez indispensable pour prétendre terminer le jeu, même si le rythme des parties en prend un sacré coup.

Le jeu débute par une série de quêtes annexes dans la Comté.

Fort de bénéficier de la licence officielle de l'oeuvre littéraire, Vivendi s'est attaché à rendre son titre aussi fidèle que possible à l'esprit du roman. C'était la moindre des choses compte tenu du monument que représente l'oeuvre, mais on appréciera de constater qu'à peu de choses près, le soft respecte la trame du récit sans le dénaturer. Les inconditionnels n'auront que rarement l'occasion de froncer les sourcils, soit devant le caractère futile d'une quête qui se résume à une collecte d'items sans réel lien avec la narration, soit devant le manque de charisme des différents personnages. Difficile de ne pas se détourner d'un Tom Bombadil qui chante presque faux, ou de ne pas se sentir frustrer par la laideur assez inacceptable des égéries que sont censées être Baie d'Or, Arwen Undomiel ou Galadriel. La progression pourra ainsi décevoir les plus exigeants qui attendaient impatiemment tel ou tel passage du livre, et d'une façon générale la plupart des scènes du jeu ne reflètent pas complètement ce qui se dégage des lignes du roman. Le jeu survole les grandes lignes du récit et trompe l'attente du fan qui se verra par exemple jeté comme un malpropre par Tom Bombadil et Baie d'Or sans avoir l'opportunité de pénétrer dans leur demeure pour un instant de répit au coin du feu.

Vous serez confronté aux cavaliers noirs à la sortie d'Hobbitebourg.

Dans le même ordre d'idées, les affrontements n'ont pas ce caractère épique qu'on pouvait trouver dans le livre, et trahissent là encore quelques petites incohérences. Second personnage jouable après Frodon, Aragorn se retrouvera subitement en train de lutter contre des bandits à Bree, guère décidés à lui laisser mettre la main sur les objets nécessaires à la constitution des faux hobbits pour tromper les Nazgûls. Des trolls impressionnants pullulent au-delà du Mont Venteux, et Gimli est le seul à soutenir Gandalf dans les mines de la Moria. Quant au mage, il est loin d'être aussi imposant que dans le roman avec ses sorts faiblards. On ne peut s'empêcher d'être déçu à ce niveau-là, même si le fait de changer régulièrement de héros suffit à renouveler quelque peu une progression qui serait sinon bien monotone. Le système de combat demeure d'ailleurs un peu confus et ne reflète pas vraiment la dimension épique qu'on aurait souhaité voir dans ce jeu. Mais les possibilités de parade, de combo et d'armes secondaires sont intéressantes. Enfin, l'anneau ne revêt qu'une importance mineure puisque son utilisation est à proscrire tout au long du jeu.

La vieille forêt grouille d'araignées de cette sorte.

Mais ce qui trouble le plus c'est cette impression désagréable de se trouver en face d'un jeu grand public où rien ne semble avoir été approfondi. Certes, on retrouve tous les lieux qui composent le périple de Frodon dans la Communauté de l'Anneau : la Comté, la Vieille Forêt, les Hauts des Galgals, l'auberge du Poney Fringant, le Mont Venteux, le Conseil d'Elrond à Fondcombe, la Moria et la Lothlorien. Mais on ne fait que survoler les événements sans avoir l'opportunité d'en profiter. L'aspect aventure se résume à quelques quêtes peu passionnantes, et les rencontres sont aussi éphémères que si les personnages du jeu avaient un train à prendre. Résultat, on avance très vite dans l'aventure malgré quelques passages difficiles, et on se retrouve à la fin du jeu en quelques petites heures seulement. C'est quand même un peu regrettable pour un titre de cette envergure. On en viendrait presque à regretter l'antique version SNES de The Lord of the Rings, avec ses mélodies envoûtantes et sa dimension role play. Avis aux nostalgiques. La Communauté de l'Anneau n'en reste pas moins un titre agréable à parcourir, une expérience de jeu dont les inconditionnels du livre auraient tord de se priver, mais à laquelle il manque l'ambition d'égaler le chef-d'oeuvre que constitue l'ouvrage de Tolkien.

Les notes
  • Graphique 14 /20

    Une réalisation correcte pour la PS2. Les paysages sont parfois très vides et peu détaillés, avec des textures ternes, et les personnages manquent de charisme.

  • Jouabilté 13 /20

    Le principal attrait du jeu vient du fait que l'on incarne tour à tour trois personnages différents. L'aspect aventure est plutôt limité et les scènes d'action manquent de pêche. Le gameplay a été pensé avant tout pour le jeu sur console, mais la possibilité de sauvegarder à tout moment a heureusement été conservée, ce qui n'est pas superflu à certains moments du jeu.

  • Duree 11 /20

    La mauvaise surprise du jeu, c'est que l'on progresse dans l'aventure beaucoup trop rapidement. Vous en ferez le tour en quelques heures seulement, malgré quelques passages difficiles.

  • Son 13 /20

    L'ambiance sonore est convenable, mais l'on était en droit d'attendre quelque chose de plus percutant. Les tambours dans les mines de la Moria sont bien rendus, et les thèmes se font plus mélodieux dans la Comté, mais la bande-son ne met pas assez en valeur le déroulement et l'importance des événements.

  • Scénario 15 /20

    Les incohérences avec l'oeuvre littéraire sont rares, et le jeu parvient à ne pas dénaturer le récit. Dommage que la quête ne fasse que survoler la plupart des événements narrés dans le livre.

Une adaptation qui souffre de pas mal de reproches, même si les inconditionnels du livre prendront plaisir à progresser dans l'aventure. La version PS2 se révèle identique à celle proposée sur PC, mais diffère assez de la mouture Xbox. L'aventure est par ailleurs un peu trop courte, et risque de laisser les fans du Seigneur des Anneaux sur leur faim.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
16 décembre 2002 à 18:00:00
13/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (41)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13/ 20
Mis à jour le 16/12/2002 Voir l'historique
PlayStation 2 Action Aventure Vivendi Universal Games Surreal Software + Cinéma Livres
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (4)
  • News (4)
  • Vidéos (1)
  • Images (79)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Le Seigneur Des Anneaux : La Communaute De L'Anneau sur PS2
    -
    PS2
Boutique
  • Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneau PS2
    50.00 € Neuf
    6.90 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.