CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • JV Fan Contest
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Shadowverse
  • Tout support
  • PC
  • iOS
  • Android
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Shadowverse
Appréciations du jeu
15
L'avis de la rédaction
17.7
L'avis des lecteurs (11)
Test Shadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonais

Shadowverse : Le CCG venu du Japon s'offre une traduction française

88 159 vues
Profil de Clementoss,  Jeuxvideo.com
Clementoss - Rédaction jeuxvideo.com

Hearthstone, The Elder Scrolls Legends, Gwent... ces trois CCG, parmi les plus populaires du moment (pour ne citer qu'eux), nous plongent dans des univers médievaux-fantastiques bien connus du grand public. Duelyst et Krosmaga, eux, essayent de se démarquer avec leur gameplay hybride, incluant des mécaniques de tactical-RPG pour le premier, et de tower defense pour le second. Autant vous dire que le genre inonde le marché et que l'impression de revoir à chaque fois le même jeu peut dégouter des jeux de cartes. Avec Shadowverse, les Japonais de Cygames n'ambitionnent pas de révolutionner le genre, mais plutôt de l'adapter à leur sauce, dans un style qui devrait attirer instantanément les fans d'animation nippone et de manga. Sur le fond, a-t-il les cartes en main pour trouver sa place et percer autant dans nos contrées que sur ses terres natales ?

Shadowverse est intégralement traduit en français depuis le 4 juillet

Waifustone

Shadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonais

Si Hearthstone avait été développé par un studio japonais, il aurait probablement ressemblé à Shadowverse. On retrouve dans ce dernier tous les éléments standards des CCG qui espèrent séduire un minimum le grand public en ne bousculant pas trop leurs habitudes, à savoir la traditionnelle courbe de mana (ici des "PP") servant à déployer créatures et sorts, dans l'optique de réduire à zéro le capital de vingt points de vie du meneur adverse. Au nombre de sept, ces derniers sont bien distincts et offrent chacun une mécanique de jeu spécifique ainsi qu'une identité visuelle.

Shadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonais
Certains artworks de cartes de Rage of Bahamut ont été réutilisés dans Shadowverse

C'est justement sur ce dernier point, son aspect esthétique, que Shadowverse a décidé de mettre le paquet. Fort de précédents succès sur l'archipel nippon avec Granblue Fantasy et Rage of Bahamut, tous deux destinés au support mobile, les Japonais de Cygames ont décidé de recycler l'univers aux multiples influences de ce dernier, dont le studio MAPPA (Terror in Resonance, Yuri on Ice...) s'est emparé en 2014 pour créer une adaptation en anime visuellement très séduisante : Rage of Bahamut Genesis et Virgin Soul, sa seconde saison.

Dans le jeu, Zeus livre ainsi bataille à Ouroboros, Alice au pays des merveilles, Jeanne d'Arc ou encore Lucifer, représentés en cartes pour l'occasion dans un style 100% japonais, à la limite du Ecchi pour certains dessins. Les cartes sont non seulement belles, mais elles sont sublimées par des plateaux de jeu variés, un doublage japonais (ou anglais, au choix) de qualité, des musiques remarquablement plaisantes à écouter pour un jeu du genre et des animations dans tous les sens qui renforcent le dynamisme des parties : pour les invocations, les attaques, et surtout pour les évolutions, le coeur du gameplay de Shadowverse. Cerise sur le gâteau, le tout est parfaitement fluide sur les versions mobiles du jeu, qui n'ont pas grand chose à se reprocher d'un point de vue ergonomie et optimisation.

Shadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonaisShadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonaisShadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonaisShadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonais

À l'est, rien de nouveau ?

Elder Scrolls Legends a son système de déploiement de cartes sur deux voies, Faeria son plateau de jeu et ses tuiles pour le façonner à votre guise... Shadowverse, quant à lui, possède une mécanique de jeu à première vue basique, mais qui apporte toute sa saveur au gameplay : l'évolution. Le joueur ayant la main dispose de deux PE (Points d'Évolution), tandis que son adversaire en possède trois afin de ne pas être pénalisé. Ceux-ci sont utilisables à partir du cinquième tour et permettent d'améliorer l'une de vos créatures en jeu pour lui donner de meilleures stats voire déclencher un effet, tout en lui conférant la possibilité d'attaquer les créatures adverses lors de son entrée en jeu. Au passage, les cartes évolués se dotent d'un nouvel artwork.

Shadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonaisShadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonais

Grâce à cette mécanique, le mid game est aussi explosif qu'imprévisible et l'on assiste bien souvent à une surenchère de puissance à ce moment de la partie, le contrôle du terrain devenant primordial étant donné que les vingt petits points de vie de nos héros peuvent vite partir en fumée. Il ne faut pas pour autant céder à la panique et utiliser bêtement ses PE : le sel du jeu repose sur la bonne utilisation de ces derniers.

Grinding Card Game

Shadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonais
La ronte est longue avant d'arriver au sommet

Si les effets des cartes peuvent être destructeurs, ils ne sont jamais dus au hasard. Seules comptent votre chance lors de la pioche des cartes et la justesse de vos prises de décisions. Le souci, c'est que certaines cartes légendaires, le niveau de rareté le plus élevé, sont clairement surpuissantes par rapport aux autres et peuvent décider du cours d'une partie à elles seules, à tel point qu'elles deviennent indispensables dans la composition de vos decks si vous espérez grimper dans le ladder. Celui-ci est relativement classique, avec des points à accumuler au fil de vos victoires et de vos échecs afin de monter en grade et récolter les meilleures récompenses mensuelles, sachant que votre progression n'est jamais remise à zéro.

Shadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonais
La dernière extension en date, Wonderland Dreams, a apporté son lot de cartes indispensables

Les moins motivés, ou les plus démunis en cartes, au choix, auront toutefois du mal à gravir les rangs du ladder, ceci demandant un véritable grinding en enchaînant les victoires. Un système pouvant décourager compte tenu de la métagame et de l'équilibrage pouvant frustrer actuellement en place, la plupart des decks tournant autour d'une poignée de cartes, même à bas niveau. Dommage quand l'on constate la variété des combos possibles et la facilité à laquelle on peut se construire un deck fun, personnalisé et varié (40 cartes par deck) grâce au nombre massif de cartes à collectionner (près de 800), répartis dans cinq set. Il est toutefois facile de se bâtir une solide collection de cartes compte tenu de la générosité des paquets contenant chacun huit cartes. Concernant les taux de drop, particulièrement généreux, ils sont affichés ouvertement sur le site officiel (1,5 % pour une légendaire, 6 % pour une dorée...).

Shadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonais

En bon free-to-play japonais pensé pour le support mobile avec ses bonus de login quotidiens et ses succès / quêtes journalières, Shadowverse embarque un système économique basé sur deux monnaies : celle qu'on l'on obtient au fil des parties (les rupis) et l'autre, qui fait appel à votre portefeuille (les cristaux). Rassurez-vous, cette dernière sert uniquement à débloquer des dos de cartes et des skins (dont certains à l'effigie de personnages de... Street Fighter V), ou bien entendu des paquets.

Shadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonais
Avec un peu de chance, vous tomberez sur un paquet rempli de cartes foils

Se pose alors la question qui revient pour chaque CCG : Shadowverse nous pousse-t-il à passer à la caisse ? Lorsque l'on débute, il se montre étonnamment généreux et submerge le novice en paquets, plus précisément dix de chaque set. Un mode histoire contre l'IA, forcément cliché dans son scénario, permet de se faire la main tout en récoltant des paquets, de l'or, des fioles, la ressource servant au crafting, et des tickets pour la double pioche, un mode draft demandant d'enchaîner cinq duels en PvP pour obtenir des récompenses plus ou moins importantes selon votre nombre de victoires.

Shadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonaisShadowverse : Quand Hearthstone se donne des airs d'anime japonais

Au vu de la rareté des légendaires et de leurs coûts excessivement élevés pour les crafter, il faut toutefois faire preuve de patience avant de pouvoir construire le deck le plus performant du moment. Le jeu reste largement plaisant sans dépenser un sou, mais face au rythme de sortie des extensions (une tous les trois mois) relativement élevé, les débutants tout comme les joueurs plus avancés peuvent vite être débordés et découragés. Les bases de ce CCG sont toutefois suffisament solides pour qu'il puisse trouver sa place. Reste à espérer que la traduction française approximative mise en place récemment, qui rend confus les effets de certaines cartes, soit améliorée, et que l'équilibrage se bonifie au rythme des patchs d'équilibrage, plus fréquents que sur les autres jeux du genre.

Points forts

  • Les dessins de certaines cartes, sublimes, et le style anime japonais...
  • Peu de RNG (dimension aléatoire) dans le gameplay, qui se dote d'une mécanique de jeu intéressante : l'évolution
  • Ladder efficace...
  • Généreux en récompenses, notamment grâce à son mode solo
  • Parties (trop ?) rapides et dynamiques, adaptés pour des courtes sessions sur mobile

Points faibles

  • ... qui ne plaira pas à tout le monde
  • De vrais soucis d'équilibrage sur certaines cartes, indispensables pour espérer gagner
  • ... mais long à grimper
  • Rythme de sortie des extensions peut-être un poil élevé, rendant l'équilibrage encore plus fragile

Sans être une copie conforme de ses concurrents, Shadowverse s'affiche comme une alternative solide aux jeux de cartes du moment. Si vous recherchez à bâtir une riche collection de cartes virtuelles dotées de jolis artworks, des animations du plus bel effet et un côté japonisant à l'extrême, la production de Cygames saura vous conquérir rapidement... avant de vous frustrer par son équilibrage pas encore au point malgré des correctifs fréquents. Sa gratuité, sa générosité dans les récompenses et son identité visuelle sont toutefois autant d'arguments suffisant à vous inciter à l'installer, au moins pour l'essayer et vous accompagner le temps de quelques trajets dans les transports, voire plus si affinité.

Note de la rédaction

15
17.7

L'avis des lecteurs (11)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
PC iOS Android Cygames Jeu de cartes Jouable en solo Multi en ligne Multi en coopératif Multi en compétitif
Dernières Preview
PreviewDiablo 4 : On y a joué. Est il aussi révolutionnaire qu'on l'attendait ? On vous détaille tout Il y a 8 heures
PreviewMarvel's Midnight Suns : Une aventure des Avengers aussi épique que le MCU ? 17 nov., 15:00
PreviewThe Callisto Protocol : un simple Dead Space-Like ou un innovant successeur gore et effrayant ? 26 oct., 17:10
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
10 févr. 2023
2
Final Fantasy XVI
3ème trimestre 2023
3
Resident Evil 4 (2023)
24 mars 2023
La vidéo du moment