Menu
Space Run Galaxy
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / Space Run Galaxy sur PC /

Test du jeu Space Run Galaxy : Un tower defense spatial exigeant et répétitif sur PC

Space Run Galaxy
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Lespol
L'avis de Lespol
MP
Twitter
Rédaction jeuxvideo.com
23 juin 2016 à 10:00:00
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Test Space Run Galaxy : Un tower defense spatial exigeant et répétitif

Space Run Galaxy : Notre avis en 3 minutes

2 597 vues

Sorti il y a deux ans, Space Run avait su séduire les amateurs de tower-defense grâce à une formule qui ne se distingue pas nécessaire sur le fond, mais plutôt sur la forme. En effet, il s'agissait d'y défendre un vaisseau spatial en mouvement face à des astéroïdes ou autres pirates de l'espace. Malheureusement, une trop grande répétitivité ainsi qu'une difficulté parfois mal dosée ternissaient un peu le tableau. Voyons donc si cette suite parvient à corriger ces quelques défauts...

Space Run Galaxy se déroule 20 ans après le premier opus, mais l'on y retrouve tout de même Buck Mann, héros de jadis qui n'a pas pris une seule ride (il est d'ailleurs exactement pareil, à la casquette près). Ce n'est toutefois pas lui qu'on va contrôler directement puisque Buck a pris du galon et s'est retrouvé à la tête de son propre service de livraison intergalactique. En tant que jeune recrue, il va nous falloir réaliser des contrats pour lui et ses clients, ce qui consiste à placer des marchandises sur un vaisseau fait d'hexagones puis à les transporter vers la planète demandée en un temps donné. La formule ne diffère donc en rien de celle du premier opus : il faut optimiser l'agencement sur le vaisseau afin de pouvoir placer suffisamment de tourelles, lances-missiles, boucliers, etc, afin de réduire en lambeau les agresseurs tout en n'omettant pas de placer quelques propulseurs permettant de réduire le temps de livraison et donc d’empocher plus d'argent.

Le craft au coeur du jeu

Jusque là, rien n'a changé, jusqu'aux clients qui restent pour la plupart les mêmes que dans le premier opus et qui continuent de nous débiter des pseudo-scénarios complètement inutiles à chaque mission (si vous tenez toutefois à les suivre, sachez qu'il est impératif de maîtriser un minimum l'anglais). On a bien droit à deux petits nouveaux, XenoPrime et The Force qui nous proposent de transporter des matériaux explosifs par exemple, mais cela ne change pas vraiment la donne. Non, la vraie différence vient du fait qu'il vous faudra fabriquer chaque tourelle avant de pouvoir l'utiliser. En effet, on gagne à chaque mission un certain nombre de matériaux divisés en 3 groupes : offensifs, défensifs et utilitaires. Classés en plusieurs niveaux de raretés, ils permettront de fabriquer directement l'équipement nécessaire à la réussite de votre mission. En somme, si vous fabriquez 5 tourelles d'un certain type, vous pourrez en placer 5 sur votre vaisseau à chaque partie. Et si vous dépensez toutes vos ressources pour fabriquer un seul objet inutile, vous êtes bon pour recommencer une nouvelle partie depuis le début.

Vous ne pourrez placer sur votre vaisseau que les modules craftés au préalable.

Space Run Galaxy : Un tower defense spatial exigeant et répétitif

Mais ne croyez pas pour autant que ces fameuses tourelles que vous aurez fabriqué à la sueur de votre front pourront être installée directement sur votre vaisseau en début de partie. Non, on retrouve le même principe que dans Space Run premier du nom consistant à passer sa souris sur les débris des ennemis vaincus afin d'en récupérer un certains nombre de boulons. Ceux-ci serviront alors de ressource de base pour monter les modules pré-construits. Mais attention à ne pas se rater en choisissant l'orientation de ces tourelles au moment de les placer puisque les canons de base ne peuvent désormais plus être ré-orientés à volonté (ni être réparés sans placer un module sur une case adjacente d'ailleurs), ce qui peut être extrêmement handicapant lorsque les ennemis attaquent de chaque côté à tour de rôle. On ne peut plus non plus améliorer définitivement un module, puisqu'il faut systématiquement placer un upgrader à ses côtés pour bénéficier d'un niveau plus élevé. Entre les boucliers, les modules pour réparer, les réacteurs, les marchandises et évidemment les tourelles, il y a énormément d'éléments à prendre en compte et à crafter, ce qui rend l'expérience encore plus complexe, mais aussi plus stratégique.

Space Run Galaxy : Un tower defense spatial exigeant et répétitifSpace Run Galaxy : Un tower defense spatial exigeant et répétitifSpace Run Galaxy : Un tower defense spatial exigeant et répétitifSpace Run Galaxy : Un tower defense spatial exigeant et répétitifSpace Run Galaxy : Un tower defense spatial exigeant et répétitif

En contrepartie, chaque module dispose d'un pouvoir spécial permettant par exemple de définir manuellement la cible d'un tir puissant. Cela corrige en partie un défaut assez frustrant du premier opus puisqu'on peut enfin viser les tourelles offensives des vaisseaux adverses quand par défaut l'attaque irait sur un module secondaire absolument pas dangereux. Mais il faut pour utiliser ces pouvoirs dépenser des points de focus qui s'obtiennent plus ou moins vite en fonction du nombre de propulseurs sur le vaisseau tout en respectant un cooldown. Galaxy est donc loin d'être plus facile que son prédécesseur, d'autant que les missions sont toujours aussi longues et stressantes. On ne peut toujours pas mettre en pause non plus, ni ralentir ou accélérer le déroulement du temps. Autre petit point compliquant la tache : les matériaux de construction sont stockés sur la planète où ils ont été obtenus. Les mécaniciens présents n'étant pas toujours capables de crafter tous les modules, il est souvent nécessaire d'embarquer ses propres matériaux sur son vaisseau lors d'un passage d'une planète à une autre. Cela réduit d'autant le nombre d'hexagones disponibles et donc le nombre de modules qu'il est théoriquement possible de placer. Afin de remédier à ce problème, il est nécessaire d'acheter de nouveaux vaisseaux et de les agrandir en craftant de nouvelles pièces. Ce petit côté gestion, lié à l'apparition d'une vraie carte de la galaxie sur laquelle on peut définir les trajets que l'on souhaite faire apporte un petit côté bac à sable pas désagréable, mais qui n'est clairement pas pour se simplifier la tache.

Space Run Galaxy : Un tower defense spatial exigeant et répétitifSpace Run Galaxy : Un tower defense spatial exigeant et répétitifSpace Run Galaxy : Un tower defense spatial exigeant et répétitif

Le multi arrive, la répétitivité reste

Notons aussi que quelques fonctionnalités multijoueurs ont été apportées. La première est un marché propre à chaque planète dans lequel un joueur peut mettre en vente les matériaux dont il n'a pas besoin ou bien au contraire en acheter. L'autre, un peu plus originale consiste à proposer des contrats de transports de marchandise. En d'autres termes, si vous avez besoin de rapatrier un matériau sur une planète donnée et que vous n'avez pas le temps ni l'envie de le faire, vous pouvez proposer une prime à celui qui le fera. A l'inverse, au lieu de faire un trajet quasiment à vide, vous pouvez consulter s'il existe des offres sur l'itinéraire emprunté et ainsi rentabiliser un peu plus le voyage. On a connu des interactions plus fortes, mais l'idée reste louable. Elle ne parvient en revanche pas à corriger la grande répétitivité qui se fait encore ressentir rapidement. On enchaîne les contrats, les voyages de plus en plus durs, sans que le gameplay ne se renouvelle réellement. La difficulté importante ne parvient pas à insuffler un réel intérêt sur le long terme malgré un contenu plutôt conséquent : 4 systèmes solaires entiers et plus d'une centaine de trajets uniques. Finalement, tous se ressemblent un peu, d'autant que l'obtention de nouveaux modules est très lente et compliquée. On se lasse donc assez vite, ce qui est dommage parce qu'il y a là quelques bonnes idées.

Les notes
+Points positifs
  • Ceux qui aiment la difficulté seront servis
  • La carte de la galaxie apporte un peu plus de liberté
  • L'aspect gestion un peu étoffé
  • Les contrats multijoueurs pas mal pensés
-Points négatifs
  • Parfois frustrant
  • Le concept n'a finalement pas vraiment évolué
  • Une nouvelle fois extrêmement répétitif
  • Progression assez lente
  • Les missions gagneraient à être plus courtes et plus dynamiques

Plutôt sympathique de prime abord, ce Space Run Galaxy se révèle à la longue aussi répétitif et lassant que son grand frère. L'ajout d'une carte de la galaxie, d'un petit aspect bac à sable dans l'amélioration de son vaisseau mais aussi de quelques éléments multijoueurs sont autant de nouveautés appréciables, même si dans le fond, cela ne corrige en rien les soucis de gameplay. Dommage.

Profil de Lespol
L'avis de Lespol
MP
Twitter
Rédaction jeuxvideo.com
23 juin 2016 à 10:00:00
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
PC Tower Defense Focus Home Interactive Passtech Games
Dernières Preview
PreviewSniper Ghost Warrior Contracts 2 : le jeu de tir tactique qui vise juste ? 04 mai, 15:00
PreviewMiitopia Switch : Un avant-goût prometteur pour le retour du RPG familial de Nintendo 28 avr., 17:12
PreviewChivalry 2 : Un successeur qui tranche dans le vif 27 avr., 16:40
Les jeux attendus
1
Mass Effect : Legendary Edition
14 mai 2021
2
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022
3
Biomutant
25 mai 2021