Menu
Yakuza 5
  • Tout support
  • PS4
  • PS3
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Yakuza 5 / Yakuza 5 sur PS3 /

Test du jeu Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3 sur PS3

Yakuza 5
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de [Stargazer]
L'avis de [Stargazer]
MP
Journaliste jeuxvideo.com
16 décembre 2015 à 16:30:28
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (28)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.6/20
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Voir toutes les offres
Aussi disponible sur :PS Now
Test Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3

Yakuza 5 : Un des coups de coeur de cette fin d'année 2015 sur PS3

15 510 vues

La brutalité, la gouaille, Yakuza 5 c'est un peu tout ça à la fois. Jeux exotiques par excellence, la série des Yakuza de SEGA n'a jamais percé en occident. Avec Yakuza 5, Toshihiro Nagoshi, le producteur au teint halé et Masayoshi Yokoyama, la plume derrière le polar barré nippon, proposent leur testament ultime du jeu sur l'ancienne génération de machine. Le jeu exclusif de SEGA a pris rendez-vous avec la rédaction, petit bilan de santé. Ça va plutôt fort.

Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3

A chaque sortie, Yakuza s'attache aux consoles de près d'un demi-million de joueurs sur l'archipel. Un succès qui a fait du jeu de SEGA un des géants des charts japonais et un emblème de la Playstation de Sony au Japon. Incarné, bourrin et écrit, Yakuza pourrait se présenter comme une alternative des GTA au Pays du Soleil Levant. Pourtant le soft est bien plus ambigu et pointu que ce que l'on pourrait formellement penser. Avec son fétichisme de circonstance, la licence place les joueurs dans la peau de yakuzas, ces gangsters incarnant le milieu du crime japonais. Entre grand banditisme, histoire d'honneurs, de clans et de familles, c'est Kazuma Kiryu que les joueurs incarnent depuis le premier épisode de la série contemporaine (hors spin-off donc).

Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3

Kiryu c'est un peu la classe absolue, le mec en costard blanc qui fracasse des gueules sans jamais se tâcher, qui lave plus blanc que blanc les rues de Tokyo et son quartier Kamurocho où les petites frappes agressent des grands mères et font respecter leur loi à grand coup d'escarpins italiens. Au milieu de cette mélasse ou la racaille et la pègre jouent des coudes pour vivre aux sommets des grattes-ciels, Kaz est cette figure qui n'est pas rongée par l'ambition personnelle ou l'envie de pouvoir absolue.

Flic ou Voyou

Avec l'arrivée de Yakuza 4, SEGA avait tweaké sa proposition, en ajoutant de nouveaux personnages à incarner. Une proposition qui renforçait un peu plus l'écriture. Chaque héro ou anti héros voyait ainsi un pan scénaristique de l'oeuvre consacré à son évolution. Un scénario dans le scénario.

Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3

Avec Yakuza 3, Nagoshi envisageait même de créer de nouvelles destinations pour son jeu. On pouvait y découvrir un Kaz, relax, en chemises hawaïennes et en tong parcourant les rues d'Okinawa tout en gardant un œil sur l'orphelinat du coin. Cette donnée, Yakuza 4 la poursuivait, et Yakuza 5 en fait de même. Entre Fukuoka, Sapporo, Nagoya, Osaka et Tokyo, Kaz aura de quoi faire. Pour Yakuza 5, les joueurs pourront même retrouver Saejima Taiga, la montagne qui avait abattu lors d'un combat 18 malfrats du clan Ueno ou encore le très classieux Shun Akiyama, roi de la nuit et des jolies pépés.

Yakuza 5 du gameplay aux forceps

En plus de ces deux illustres protagonistes, Yokoyama introduit deux nouvelles aventures inédites à ce nouvel opus paru déjà il y a quelques mois au Japon. Ce sont ainsi les histoires d'Haruka Sawamura qui a bien grandi depuis son passage à l'orphelinat, et fille du grand amour de Kiryu, disparu trop tôt. Et celle de cet ancien sportif criblé par les dettes, Tatsuo Shinada, qui recentralisent un peu la trame de ce nouvel opus. Noir, Yakuza l'est resté. Car si le monde pourri dans lequel les personnages évoluent n'a de cesse de rappeler qu'il est plus facile de vivre en hors la loi aux joueurs, le jeu indique aussi qu'il vaut mieux le faire avec classe et volupté.

Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3

Yakuza 5 se lance avec force tradition : cinématiques, dialogues à outrance, le ton est donné, c'est bavard et c'est animé à l'écran par ces scènes où la modélisation des visages est toujours aussi expressive. Bien sûr, les dialogues sont servis pur-jus en version originale, l'accent des yakuza étant inimitable. On est à la maison. Dojima, un des pontes du clan Tojo arrive à Fukuoka. Il y retrouve Kiryu qui s'est isolé pour ne plus revivre la violence inhérente aux actions des siens. Il vit simplement à Fukuoka sous le nom de Ryo Suzuki et se fond dans la masse en exerçant le métier de chauffeur de taxi. Comme à son habitude le Dragon de Kamurocho a fui les problèmes. Le ronin est toujours aussi affûté et taciturne mais très vite il comprend que le clan Tojo a de gros problèmes.

ichi the killer

Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3

Le clan Omi, le clan Yamasaka mené par Madarame Tadashi et le clan Tojo ne peuvent plus cohabiter dans les villes qu'ils se partageaient. Et les ennuis commencent pour Kiryu qui se rend très vite compte que des alliances vont mutualiser les efforts de guerre aux quatre coins du pays, en bref le clan Tojo risque de se retrouver Fanny. Toujours paré au combat, Kiryu prend donc la décision de se lancer dans l'aventure surtout après que l'assistant de Daigo Dojima, Aoyama, le fasse tomber dans un piège où il le fait passer pour le meurtrier de Madarame. Et le Thriller se met en place.

Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3
A chaque coin de rue, des side-quests peuvent intervenir, un supermarché peut être visité afin d'y acheter boosters pour vos combats et regain de vie, un restaurant vous inviter à sa table, un bar vous imposer avec une certaine forme de nonchalance conditionnée de vous saouler. Le paysage et le décor de Yakuza 5 est toujours aussi unique et organique, il y a toujours cette vie qui l'inonde d'une motricité qui donne du sens à son côté semi-réaliste. Les détails peuvent paraître grossiers même sous l'effet du nouveau moteur du jeu qui peut cramer les yeux de son aliasing puissant made in PS3, mais c'est cette profusion d'objets, d'éléments citadins, de passants, mis bout à bout qui donnent une vie particulière à la série des Yakuza. Un monde vibrant et coloré où les minis jeux sont rois.

Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3Yakuza 5 : Le meilleur testament de la Playstation 3

Au volant de son Taxi, notre bon vieux Kaz aura même le droit à sa dose de conduite en milieu urbain. Attention, on ne parle pas d'un Crazy Taxi que certains pourront se remémorer avec une nostalgie particulière, mais d'une sorte de simulation où à chaque feu il faudra prendre le soin d'enclencher ses clignotants et de déposer ses clients à l'endroit demandé tout en leur faisant la conversation dans la voiture afin de se garantir XP et pourboire conséquents. Ajoutons à ça quelques courses dignes du premier Ridge Racer sur Playstation face aux gangs locaux du coin pour donner un peu de consistance à cette nouvelle feature qui ne révolutionne pas le jeu mais lui donne un peu plus de gouaille.

Idol Master

Non c'est du côté d'Haruka Sawamura, la « nièce » de Kiryu qu'il faudra voir une nouvelle intention à Yakuza 5, celle d'en faire un jeu un peu plus girly avec la carrière dans le showbiz de la jeune femme. Avec ses effluves d'Idolmaster, Yakuza 5 s'offre quelques alternatives intéressantes à ses séances de Karaoké parfois embarrassantes, d'autant que le scénario écrit pour le personnage est loin d'être insignifiante.

Le Club SEGA, la maison de l'arcade

En dehors de combattre des ours à mains nues (Saejima en mode Tekken), Yakuza 5 propose toujours autant de mini-jeux aux joueurs. Ces derniers agissent comme des catalyseurs de la durée de vie du titre qui peut facilement avoisiner les 250 heures. Une partie de Poker, de blackjack ou de Koi Koi ? C'est possible. Diriger un club de rencontre comme un pimp, c'est possible. Devenir restaurateur et servir les Ramens à la chaine c'est possible. Un peu de golf, de baseball, de pêche ou un tour au Club Sega du coin pour se faire une partie de Virtua Fighter 2 ? Oui, oui, c'est possible. Et bien sûr ce qui fera vibrer les joueurs ce sont ces combats de rues, ou chaque action contextuelle permet les finish les plus spectaculaires.

Car Yakuza 5 garde ce côté RPG qui le rend si attachant. Faire monter vos jauges de vie, de heat, de rage, gagner de l'XP, apprendre de nouveaux coups, crafter vos armes, tout est encore à l'ordre du jour. Si le jeu met du temps à démarrer, qu'il garde son côté prosaïque de la mise en scène (certains dialogues muets) et ses moments embarrassants typiquement japonais, ses rendez-vous foireux avec ces rencontres de la vie quotidienne qui mettront sur le carreau certains joueurs. Le jeu de SEGA garde cette pêche indéniable, ses combats jouissifs au possible et une écriture qui le place certainement bien plus haut que les triples A venus de l'archipel ces dernières années.

Points forts

  • Le Beat Them All de la classe
  • Une durée de vie au delà du convenable
  • Un scénario qui use de la torsade comme d'un argument esthétique
  • Les mini-games qui à eux seuls monopolisent la manette
  • Une bande son toujours aussi rock'n'roll
  • L'humour de la licence toujours présent

Points faibles

  • Localisation certes, mais sous-titres disponibles uniquement en anglais
  • Destiné à un public averti

Yakuza 5 arrive enfin sur le Vieux Continent et vient visser ses poings dans la tronche des médisants. SEGA offre au public occidental de la Playstation 3 un de ses derniers grands jeux. Toujours aussi rocambolesque, bien écrit, le thriller de la firme à l'hérisson bleu aura certainement ses détracteurs, jeu de niche oblige. Mais ce nouvel épisode arrive à proposer quelques petits tweaks qui le rendent attachants, surtout après un Yakuza 4 ultra-complet et réussi. Avec le temps, peut être que certains observateurs arrêteront de créditer Yakuza du sobriquet de GTA-Like, pour enfin voir que SEGA, avec cette série, a peut être pondu le Beat Them All le plus riche et le plus original de l'histoire du jeu vidéo. Dommage pour les sous-titres uniquement disponibles en anglais, si vous êtes fanas des productions japonaises typiques et qu'un jeu du genre ne vous fait pas peur. N'hésitez pas, achetez-le !

Note de la rédaction

16
17.6

L'avis des lecteurs (28)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de [Stargazer],  Jeuxvideo.com
Par [Stargazer], Journaliste jeuxvideo.com
MP
PS3 Action Beat'em All Aventure Yakuza Studio Sega
Dernières Preview
PreviewSIFU : Le jeu d'arts martiaux qui met KO ? 09 sept., 16:00
PreviewCall of Duty Vanguard : Après Cold War, est-ce que le multijoueur passe la Seconde ? 07 sept., 19:30
PreviewWorld War Z Aftermath : Une vue FPS pour jouer façon Left 4 Dead ? 07 sept., 16:00
Les jeux attendus
1
Gran Turismo 7
04 mars 2022
2
God of War : Ragnarok
2022
3
Horizon : Forbidden West
18 févr. 2022