Menu
NBA Live 16
  • Tout support
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Tous les jeux / Jeux Sport / Derniers tests jeux vidéo / NBA Live 16 /

Test du jeu NBA Live 16, la brique au buzzer

NBA Live 16
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Epyon
L'avis de Epyon
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
05 octobre 2015 à 18:26:16
12/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (10)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.7/20
Rakuten ONE 2.99€ Amazon ONE 8.00€ Amazon ONE 9.79€ Amazon PS4 19.92€ Fnac Marketplace PS4 21.37€ Amazon PS4 38.99€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Test NBA Live 16, la brique au buzzer

Notre avis sur NBA Live 16 en quelques minutes

4 805 vues

C'est le David contre Goliath du troisième millénaire, à une différence près : dans cette réécriture du mythe, Goliath est le gentil. Goliath, c'est NBA 2K, et plus particulièrement NBA 2K16, opus au succès tant critique que commercial. En face, un petit David, chétif et mal aimé : NBA Live. Après un retour courageux l'année dernière avec un NBA Live 15 assez honnête, Electronic Arts remet le couvert avec NBA Live 16, un jeu auquel il est difficile de goûter, une fois que l'on a posé ses mains sur le titre de Visual Concepts... et qui souffrira longtemps de cette comparaison.

NBA Live 16, la brique au buzzer

L'année dernière, au moment de commencer le test de NBA Live 15, j'avais déjà en tête toutes les petites blagues mesquines que j'allais obligatoirement devoir placer dans mon test, pour faire marrer une assistance acquise d'avance. Et pourtant : le soft d'EA m'avait convaincu, parce qu'il offrait à de nombreux joueurs ce que les NBA 2K leur refusait : du plaisir immédiat, des contrôles instinctifs et une difficulté misant d'abord sur le spectacle. Bref NBA Live 15 convenait parfaitement à tous les joueurs qui ne souhaitaient pas trop s'investir, des joueurs qui éventuellement regardent un match de basket une fois par an et connaissent surtout la NBA via les nombreux Top 10 dont la ligue américaine nous abreuve à longueur de saison. Cette année en revanche, l'effet de surprise fonctionne moins bien, sinon pas du tout

La meilleure des attaques, c'est l'attaque

NBA Live 16, la brique au buzzer
Cet individu est activement recherché pour coup et blessure sur plusieurs dizaines de paniers.

Qu'est-ce qui caractérise le basket pop-corn, façon highlight des meilleures actions de LeBron James, Kevin Durant, Kobe Bryant... ? Les dunks pardi, les dunks ! Cette action aussi violente que subite, qui consiste en une projection de haut en bas d'un ballon, dans un panier de basket. Des dunks, on en a tous déjà vu, que ce soit celui de Vince Carter sur Fred Weis, de Kobe Bryant sur Dwight Howard, ou les tomars surpuissants de LeBron, on en a tous vu au moins un. Pour le joueur lambda, c'est l'équivalent d'un but au football, c'est une action clé, un moment de liesse, quelque chose de très visuel qui dégage une énergie folle. Les petits gars d'Electronic Arts l'ont bien compris, et jamais vous ne dunkerez autant dans un jeu que dans NBA Live 16. Si l'on omet NBA Jam, bien entendu.

NBA Live 16, la brique au buzzer
On vous apprend à dunker dès l'entrainement. Le ton est donné !

Attaquer le panier est d'une simplicité déconcertante, surtout lorsque comme moi vous venez du monde de NBA 2K, où chaque action doit être soigneusement préparée, chaque geste défensif anticipé. Ici, les défenseurs souffrent d'une hitbox très réduite et vous pouvez les passer sans aucun problème, pour filer droit au panier. Comme l'année dernière, démarrer une action au poste haut et se retourner subitement créera un léger décalage qui vous offrira un accès direct à l'arceau que vous n'aurez plus qu'à martyriser. Ajoutons également que le titre avantage clairement les attaquants en leur permettant de traverser sans trop de soucis plusieurs défenseurs d'un coup, ou qu'il se montre même parfois dirigiste au point de forcer votre joueur à accomplir certaines gestes techniques (hop-step/euro-step, dribble dans le dos...), et vous obtenez un jeu très, très indulgent et dans lequel les défenseurs auront fort à faire pour exister. Et c'est dommage, puisque comme le disait Michael Jordan, « l'attaque fait gagner des matches, la défense des titres ». Et résister à l'assaut de ses adversaires, les contrer et voir le ballon s'écraser mollement sur l'anneau après un tir contesté, ça a quelque chose de sacrément plaisant, une sensation que l'on ne retrouvera jamais dans NBA Live 16. Dommage.

Cet écran dit tout.

NBA Live 16, la brique au buzzer

Viens à l'école des champions

S'il y a une chose que l'on peut reprocher à la série des NBA 2K, depuis quelques années, c'est l'absence d'un quelconque aspect didactique, qui pourrait permettre aux joueurs d'apprendre facilement les très nombreuses commandes du jeu. Heureusement, ce n'est pas le cas de NBA Live 16 qui lui vise clairement un public beaucoup moins connaisseur. De fait, outre un mode entraînement plutôt complet, on est également surpris de voir à quel point le titre accompagne les joueurs en match, en indiquant via divers types de lignes des informations cruciales, comme « sur qui dois-je défendre, où dois-je me placer, par où dois-je couper pour accomplir ce schéma défensif », etc. Pour le coup c'est plutôt bien vu.

NBA Live 16, la brique au buzzerNBA Live 16, la brique au buzzer

Dans le même ordre d'idée, le jeu est plutôt permissif lorsqu'il s'agit des passes, qui sont... redoutablement précises, dira-t-on. Les plus exigeants préciseront que souvent le ballon semble se téléporter pour arriver à destination, ce que je ne nierai pas puisque c'est pratiquement vrai. Les passes sont extrêmement assistées et à moins de le faire exprès, il est vraiment difficile de perdre une balle sur une mauvaise passe. Si l'intention est louable, NBA Live 16 perd ainsi beaucoup en intérêt puisqu'au bout de quelques heures de jeu, on a un peu l'impression que le jeu nous prend de haut et fait tout à notre place...

Les analyses post-match sont assez poussées.

Des qualités...

NBA Live 16, la brique au buzzer
Westbrook, star du jeu, est mieux modélisé ici que sur NBA 2K16.

Heureusement, NBA Live 16 a quand même quelques petites choses à faire valoir, à commencer par ses graphismes. Sans atteindre le niveau de richesse et de détails de son prestigieux adversaire, le titre de EA profite quand même de l'Ignite Engine, qui permet notamment un sacré réalisme concernant les peaux des joueurs, la sueur, etc. Certains joueurs sont même mieux modélisés que dans NBA 2K16, ce qui n'est pas peu dire. C'est notamment le cas de Russell Westbrook, la star du jeu, ou de son coéquipier Kevin Durant, qui m'a paru plus crédible que son double virtuel made in Visual Concepts. Mais comme on le verra un peu plus tard, tous les joueurs n'ont pas bénéficié du même soin...

Mais avant de parler de ce qui fait mal, continuons de dire du bien de ce Live 16 et parlons par exemple de ses modes de jeu assez nombreux, avec par exemple le mode Big Moments qui fait son retour. Comme dans les épisodes précédents, vous serez invités à revivre les plus grands moments de la saison passée, par exemple en inscrivant un trois point avec Derrick Rose, alors qu'il ne reste que quelques secondes de jeu, et ce afin de permettre à ses Bulls de battre les Cavaliers. Ce scénario, Electronic Arts ne le sort pas de son chapeau magique : c'est réellement ce qui s'est passé le 8 mai 2015, lors du Game 4 des demi-finales de conférence Est. Ce mode de jeu est toujours aussi intéressant (enfin... on y reviendra) mais pose la question de savoir qui cible véritablement EA avec ce jeu de basket : le fan de NBA sera ravi de trouver pareil mode mais lui n'achètera pas NBA Live 16, quand se trouve en face un NBA 2K16. Et le joueur lambda, lui, s'en moque un peu.

NBA Live 16, la brique au buzzerNBA Live 16, la brique au buzzer

En revanche le mode Carrière lui devrait satisfaire un peu n'importe qui. S'il serait idiot de le comparer à la concurrence, la Carrière de NBA Live 16 est plutôt plaisante à suivre, même si certains événements ont de quoi surprendre. À titre personnel, j'ai été sélectionné à la 15ème place du premier tour de la draft, par les Hawks. Quelle ne fut pas ma surprise (et mon plaisir) lorsque j'appris juste après que les Lakers étaient intéressés par mes compétences et proposaient à mon équipe un transfert... contre leur nouveau rookie, Larry Nance Jr, sélectionné à la 27ème position. Bref, Mitch Kupchak a fait ce qu'il sait faire de mieux et a obtenu un nouvel échange que beaucoup qualifierait de vol à l'étalage. Le plus surprenant étant sans doute que c'est moi, le joueur, qui dû valider ce transfert. Rien à voir avec la NBA pure et dure, donc. De tels échanges, suite à une draft, ne sont pas rares, mais les 15 premiers picks sont généralement source de transferts plus impressionnants que cela...

NBA Live 16, la brique au buzzer

Cela étant ce mode Carrière reste très plaisant puisque plutôt complet et assez souple. La création du joueur est des plus sympathique puisque les possibilités sont assez nombreuses (possibilité d'importer son visage dans le jeu, nombreux accessoires, etc), même si l'on regrettera de devoir choisir des visages pré-créés si jamais l'on refusait d'avoir son propre faciès dans le jeu. Les amateurs de sneakers, eux, apprécieront la quantité de pompes présentes dans le jeu et toutes plutôt bien modélisées, un aspect sur lequel le titre de EA fait mieux que celui de 2K. Dans le même genre, les uniformes nous évitent l'effet « jupette » des shorts des NBA 2K beaucoup trop amples. Ok, ça tient du détail et NBA Live 16 a beaucoup d'autres choses à se reprocher.

Côté pompes, accessoires et tenues, c'est très satisfaisant

NBA Live 16, la brique au buzzerNBA Live 16, la brique au buzzerNBA Live 16, la brique au buzzer

… et pas mal de défauts

À commencer par ses qualités techniques. Oui parce que voyez-vous, le titre souffre de nombreux petits bugs idiots. Il arrive parfois qu'après un arrêt de jeu, par exemple pour diffuser un ralenti, un match reprenne avec une ambiance sonore un peu légère : sans que l'on sache pourquoi, seules les voix des joueurs sur le terrain sont audibles. Plus de bruit venant des gradins, plus de son de ballon rebondissant sur le parquet ou allant s'écraser sur la planche, plus de klaxon... Une ambiance presque étouffante, paradoxalement !

J'ai également constaté quelques bizarreries dans les matches Big Moments. Par exemple, sur l'événement opposant Bulls et Cavaliers dont je parlais plus haut, il est arrivé que Derrick Rose ne soit pas présent sur le terrain mais soit chargé des remises en jeu, rendant l'objectif quasi-impossible.

Pour terminer, on pourrait dire pas mal de choses sur les joueurs peu connus voir nouveaux dans la ligue qui n'ont pas du tout le bon visage voir même parfois des couleurs de peaux complètement différentes. Cela devrait être vite corrigé grâce à quelques mises à jour d'effectif ; les premières, qui étaient proposées lorsque nous avons démarré ce test, n'ont pas corrigé tous les défauts existants. Vous me direz, les joueurs apparemment ciblés ne verront même pas ces défauts. Ce à quoi on répondra « c'est pas faux », mais également « c'est pas une raison pour les prendre pour des imbéciles ».

NBA Live 16, la brique au buzzerNBA Live 16, la brique au buzzerNBA Live 16, la brique au buzzerNBA Live 16, la brique au buzzerNBA Live 16, la brique au buzzerNBA Live 16, la brique au buzzerNBA Live 16, la brique au buzzerNBA Live 16, la brique au buzzer
NBA Live 16, la brique au buzzer

Points forts

  • Des joueurs extrêmement bien modélisés, pour les grandes stars.
  • Facile d'accès
  • Didactique
  • Le mode Carrière sympathique
  • Grand choix d'accessoires et de sneakers (bien modélisées)

Points faibles

  • Attaque du panier facilitée par le jeu, qui prend parfois le contrôle de votre joueur (euro-step, hop-step, dribble...)
  • Défense inutile, au mieux aléatoire
  • Passes télécommandées
  • Le jeu pourrait être renommé en NBA Dunk 2016
  • Peu de sensations, ballon en main
  • Kevin Durant et LeBron James, god mods du jeu
  • Des bugs ici et là
  • Trop de joueurs ne ressemblant pas/pas du tout au modèle original
  • N'est pas NBA 2K16, fichtre

NBA Live 16 n'est pas un mauvais jeu, il vise, comme son prédécesseur, un autre public. Un public moins connaisseur et simplement désireux de faire quelques matches de temps à autre, et de profiter des incroyables capacités athlétiques des stars de la NBA. De ce point de vue là, NBA Live 16 réussit son pari puisque le jeu n'est pas simplement hyper facile d'accès, il se montre également très didactique, tenant les joueurs par la main de bout en bout. Peut-être trop, d'ailleurs. Ces considérations mises de côté, on pourra tout de même objecter que joueurs occasionnels ou non, il n'y a pas de gloire sans péril : le jeu est tout simplement beaucoup trop simple et simpliste, misant tout sur l'attaque et rendant les phases défensives aussi inutiles que frustrantes, puisqu'à l'occasion, le titre nous permet quand même de réaliser un contre ou de prendre un rebond. Si l'on ajoute à cette facilité presque débilitante les bugs cités précédemment et le soin assez inégal apporté à la modélisation des joueurs sortant du cadre « all-star », on obtient un jeu de basket correct mais qui manque cruellement d'intérêt, même pour les débutants, surtout quand la concurrence propose quelque chose d'aussi énorme que NBA 2K16. Allez courage EA, à l'année prochaine.

Note de la rédaction

12
13.7

L'avis des lecteurs (10)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de Epyon,  Jeuxvideo.com
Par Epyon, Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter
Sport Electronic Arts Basket Epyon PS4 ONE EA Sports
Dernières Preview
PreviewMonster Hunter Stories 2 : un second volet assez riche pour se faire une place ? Il y a 3 heures
PreviewOlliOlli World : Le jeu de skate arcade prend une nouvelle dimension 17 juin, 18:00
PreviewMetroid Dread : Le retour en grâce de la licence culte ? 17 juin, 15:00
Les jeux attendus
1
Horizon : Forbidden West
4ème trimestre 2021
2
Far Cry 6
07 oct. 2021
3
The Legend of Zelda : Breath of the Wild 2
2022