CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Soldes
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
  • TV
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Beyond a Steel Sky
  • Tout support
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • Switch
  • PS4
  • ONE
  • Mac
  • iOS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Beyond a Steel Sky
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Ayden_
L'avis de Ayden_
MP
Journaliste jeuxvideo.com
09 décembre 2021 à 14:48:45
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Amazon PS4 33.12€ Amazon ONE 40.94€ Cdiscount Switch 45.49€ Amazon Switch 45.49€ Micromania PS4 49.99€ Cdiscount Xbox Series 49.99€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Test Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Beyond a Steel Sky : l'aventure cyberpunk débarque sur consoles !

59 144 vues

Paru à l’été 2020, Beyond a Steel Sky avait la lourde tâche de succéder au grand classique du point’n click, Beneath a Steel Sky, une œuvre cyberpunk datant de la fin des années 1980 et de l’ère micros. Dans cette aventure, Robert Foster reprenait du service pour sauver un jeune garçon du nom de Milo. Empreinte de nostalgie et de multiples clins d’œil à l’original, cette plongée dans Union City était particulièrement saisissante. Aujourd’hui, le titre débarque sur consoles et il a eu le temps, au fil des mois, de s’embellir et de gagner en consistance.

À l'assaut des consoles

Fondé en 1990, Revolution Software est l’une des places historiques du jeu vidéo en Angleterre. À l’image d’entreprises comme Psygnosis ou Core Design, le studio a fait les belles heures des micros avant de cartonner avec les Les Chevaliers de Baphomet sur PlayStation. Fort d’un CV bien rempli, Charles Cecil a ainsi fait appel à son acolyte, le scénariste et dessinateur Dave Gibbons, afin d’offrir une nouvelle aventure aux fans de Robert Foster et de son compagnon robotique Joey. Suite directe de Beneath a Steel Sky, Beyond a Steel Sky reprend tous les codes de son ainé, en modernisant la formule. Si les graphismes en 2D laissent place à des personnages et environnements modélisés en 3D, le lore et les mécaniques rappelleront de nombreux souvenirs aux possesseurs d’Amiga, Amiga CD32 ou encore Atari ST.

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?
Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Fidèle à son homologue PC, Beyond a Steel Sky débarque sur consoles dans une version des plus convaincantes. Désormais entièrement doublé en français (ce qui n’était pas le cas de l’œuvre initiale en 2020), le titre s’est débarrassé de ses tâtonnements et bugs. L’ensemble tourne en 60 images par seconde et affiche de beaux graphismes en 4K, avec des effets qui ont gagné en finesse et détails. La cité futuriste d’Union City n’a jamais été aussi belle et le travail effectué sur cette version rend hommage à la vision de ses auteurs. Tout n’est pas parfait, à commencer par le manque d’expressions des personnages (ils ne clignent même pas des yeux) ou l’aspect un peu trop vide de la ville, mais l’immersion est tout de même réussie.

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

À l’inverse d’une œuvre comme Maniac Mansion et ses situations loufoques, Beyond a Steel Sky mise avant tout sur son écriture. Joey est sarcastique comme jamais et les protagonistes ne sont pas avares de punchlines bien senties. En dépit d’une mise en scène peu démonstrative, le jeu de Revolution Software distille un certain charme avec son cel-shading et certains de ses personnages. D’une durée d’environ huit à dix heures, il modernise le point’n click original et apporte tout le confort nécessaire au jeu de base. Cela manque un peu de vie, mais l’aventure est très accrocheuse, l’univers est cohérent et le scanner – permettant de pirater les appareils électroniques – est une bonne idée. Il est juste regrettable que les énigmes gravitent un peu trop autour de ce dispositif.

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?
Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Pour les besoins du test, nous avons entièrement terminé le jeu et certains détails nous ont interloqués par rapport à la version PC. En effet, Foster est amené à utiliser régulièrement son scanner pour tourner la situation à son avantage et certaines énigmes sont désormais plus complexes. Par exemple, à un moment, le héros doit pirater le lecteur audio d’un poète (tranquillement installé dans la salle V.I.P du bar) et rediriger la bande audio vers un robot situé à proximité. Sur PC, on pouvait réussir l’énigme en une seule fois, c’est-à-dire en faisant transiter les données du lecteur audio vers le robot. Cette fois, il faut utiliser un appareil intermédiaire pour pouvoir effectuer l’opération. Pour le reste, il n’y a aucune différence, si ce n’est quelques problèmes d’interactions (notamment dans la séquence où l’on incarne Joey), mais rien qui ne vienne plomber l’expérience.

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?
Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Il en aura fallu du temps pour que ce bon vieux Robert Foster reprenne du service. Depuis la fin du développement de Beneath a Steel Sky, Charles Cecil et Dave Gibbons s’étaient jurés de retravailler ensemble mais les aléas du temps ont rendu la chose impossible... jusqu'à aujourd'hui. Les gens n’ont jamais oublié les pérégrinations de l’orphelin et de son acolyte robotique Joey et nombreux sont ceux à avoir envoyé des missives aux deux concepteurs pour demander une suite. Lorsque l'opportunité s'est présentée, les intéressés n'ont pas hésité mais, pour cela, il a fallu faire des choix. Jadis, les graphismes étaient conçus sur Amiga – via le logiciel Deluxe Paint – et l'immersion passait par des décors en 32 couleurs. Désormais, l’intrigue se déroule en 3D, en temps réel et le joueur évolue avec une caméra à la troisième personne mais on y reviendra plus loin.

Tout commence lorsque Robert Foster, héros du premier jeu, accompagne Max et son fils Milo pour une partie de pêche. Le gamin se vante d’avoir bricolé des capteurs permettant de capturer les poissons avant qu’ils mordent. Soudainement, l’appareil émet une alarme et une gigantesque machine bipède émerge des profondeurs du lac pour s’emparer du garçon. Max étant mal en point, Robert Foster est le seul à pouvoir retrouver Milo pour le ramener à bon port. C’est ainsi que débute l’aventure, sous la forme d’une bande dessinée à la tonalité anglo-saxonne et aux sous-titres en français.

Première mission de Foster : se grimer en citoyen d'Union City.

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Retour à Union City

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Après une rencontre fortuite dans le désert, Robert Foster arrive à cette ville qu’il a tant arpenté dans le passé : Union City. À l’image de son enseigne Welcome qui s’effondre, la mégalopole prône le bonheur et le progrès mais cache sa véritable nature derrière un Conseil constitué de cinq ministres. Aspiration, Bien-Être, Abondance, Confort et Sécurité sont les maîtres-mots de cette cité qui a bien changé depuis les derniers exploits de Robert et son pote Joey. Le robot est devenu une figure incontournable de la ville et chaque citoyen s’épanouit en obéissant aux règles imposées par les hautes instances gouvernementales. Pour extirper Milo de ce capharnaüm politique, Robert Foster va devoir tromper le système et cela passe par une série d’objets et de gadgets aussi loufoques qu’efficaces.

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Comme dans le passé, l’intérêt de Beyond a Steel Sky, au-delà de son enveloppe, repose sur ses énigmes. Sans révéler l’intrigue, sachez que vous aurez à interagir avec votre environnement en utilisant, pêle-mêle, l’emblématique pied-de-biche, des saucisses puantes, des hologrammes ou encore du plastic explosif. Si l’ensemble est assez logique (genre, on balance un pétard pour faire dégager une bande de piafs), on aurait aimé que certains puzzles soient plus originaux. Le tout manque de folie, de côtés très drôles (même s’il y en a) comme on a pu le vivre dans Maniac Mansion, Monkey Island ou même des Chevaliers de Baphomet. Il est vrai que l’univers prête moins à sourire mais tout de même. Heureusement, le jeu se rattrape avec un outil omniprésent : le scanner !

Le scanner est un gadget que vous ressortirez très souvent.

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Le parfait pirate

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Assez tôt dans l’aventure, Robert Foster obtient un appareil qui lui permet de pirater tous les systèmes à proximité et une très grande partie des énigmes gravite autour de ce concept. Il suffit de sortir le MINOS Hacker pour tromper les machines, qu’elles soient douées d’intelligence artificielle ou non. Le joueur est ainsi amené à détourner la fonctionnalité des appareils qui l’entourent pour atteindre chacun de ses objectifs. Là où ça devient très intéressant, c’est dans l’utilisation des androïdes qui pullulent à Union City. En effet, la transition des informations s’effectue en coordonnant les nombreux postes holographiques de la ville aux déplacements des androïdes qui sont omniprésents. Les situations qui font appel au scanner sont très nombreuses et cet outil est tout simplement indispensable à la bonne tenue de la mission de Foster. Rien de tel que la diffusion d’un message d’alerte – à la place d’un feu d’artifice artificiel – pour mettre une bonne pagaille ! Oui, les expérimentations avec le scanner sont vraiment l’un des points forts de ce nouvel épisode.

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Bien évidemment, en tant que suite directe de Beneath a Steel Sky, le jeu de Revolution Software remet au goût du jour le duo Foster/Joey pour quelques séquences cocasses. Comme dans l’original, le robot prendra la forme de plusieurs androïdes – dont un aspirateur vêtu d’un bonnet. Cette relation apporte beaucoup à l’intrigue et donne l'impression d’avoir deux « ancêtres » perdus dans un monde ultra-moderne. L’aspect satirique de la trame allié à une écriture incisive donne beaucoup de charme à cette équipe robo-organique. Les personnages que l’on rencontre participent également à cette cacophonie ambiante et à la découverte d’une ville aux contours décidément particuliers.

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Immersion urbaine

Imaginée par Dave Gibbons, Union City est un personnage à part entière. Elle est dépeinte comme une cité ultra-moderne, très colorée, où se côtoient les humains et les androïdes. L’omniprésence de l’IA, sous forme holographique ou physique, appuie cette notion d’omnipotence robotique. Pour se déplacer, les habitants utilisent des capsules et ce sont ces engins que le joueur exploite pour passer de l’une à l’autre des zones. Il suffit d’entrer dans le pod, de demander sa destination et le véhicule démarre pour vous transporter au lieu souhaité (avec son « chargement en cours » qui va bien). Bien évidemment, pour atteindre certaines localités, il vous faudra ruser pour obtenir des passes spéciales et détourner les regards de vos actions rebelles. Les environnements, dans l’ensemble, sont assez variés mais on note tout de même que certaines places sont moins vastes et inspirées. On sent que Charles Cecil et son équipe ont essayé d’apporter de la vie mais ça manque bien souvent d’animations en arrière-plan. Il en va de même pour la mise en scène qui est, il faut bien le dire, plutôt plate. Mais l’univers, les personnages et le scénario font qu’on accroche. On veut savoir ce qui est arrivé à Milo et ce qui se trame derrière les murs de cette citadelle imprenable. En ce qui concerne l'aspect technique, la 3D est réussie et nous n’avons eu aucun problème pour contrôler le personnage et le faire interagir (malgré un côté pataud évident). L’utilisation de la caméra à l’épaule et l’exploitation d’un monde semi-ouvert font qu’on prend vite ses marques. La modélisation est correcte, les décors sont détaillés et le cel-shading donne de la profondeur à chaque scène. Il faut aussi souligner la qualité de certains effets (explosions) et de la gestion des lumières. Mais il est évident que Beyond a Steel Sky a souffert d'un budget limité et peut sembler, par de nombreux aspects, dépassé. Est-ce rédhibitoire pour autant ? Pas le moins du monde. En revanche, pour le peaufinage...

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Foire aux bugs ?

La première prise de contact avec le jeu avait fait ressortir plusieurs bugs et on craignait que certains subsistent dans la version finale. Pas de chance, c’est bien le cas. Plusieurs joueurs ont ainsi fait état d’un bug se déroulant à la toute fin de l’aventure et qui empêche l’utilisateur d’arriver au bout. Il faut alors relancer une ancienne sauvegarde quand il ne faut pas carrément réinstaller le jeu. Pour notre part, nous n’avons pas eu ces problèmes mais nous avons eu un script qui ne se déclenchait pas, des boites de dialogue qui disparaissaient soudainement (après avoir mis le jeu en pause), des personnages qui se coinçaient dans le décor ou encore des textes qui restaient en anglais. Un petit patch ne ferait pas de mal mais le jeu, dans sa globalité, est quand même plus stable que la bêta que nous avions pu toucher il y a quelques semaines. Beyond a Steel Sky est une aventure honorable, plutôt respectueuse de l’original et qui offre huit/dix heures prenantes. Et il est même possible, pour les novices, d’accéder à des astuces via le menu. Toutes les trente secondes, à raison de quelques indices par énigme, une astuce apparaît pour vous guider. C'est fûté et ça évite de (trop) tourner en rond.

Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ? Beyond a Steel Sky : un grand classique du Cyberpunk ?

Points forts

  • Union City est un personnage à elle seule
  • Le duo Foster / Joey
  • L'atmosphère très 80/90
  • Musiques réussies
  • Certaines situations amusantes
  • Plus de confort visuel et sonore
  • Dialogues entièrement doublés
  • Bugs éradiqués

Points faibles

  • Le scanner un peu trop omniprésent
  • Assez court en ligne droite
  • Un rythme qui s'essoufle sur la fin
  • Union City manque de vie
  • Le manque d'expressions des personnages

Fidèle à son ainé, Beyond a Steel Sky est une réussite sur consoles. Profitant de la résolution 4K et de dialogues entièrement doublés, cette mouture met le joueur dans un fauteuil. Plus stable et confortable, l’aventure s’avère plaisante grâce à une écriture percutante, des personnages hauts-en-couleur et une ville plus surprenante que jamais. Le manque de vie est toutefois criant et pourra gêner celles et ceux qui recherchent une mise en scène spectaculaire.

Note de la rédaction

15
--

L'avis des lecteurs

Donnez votre avis sur le jeu !
Profil de Ayden_,  Jeuxvideo.com
Par Ayden_, Journaliste jeuxvideo.com
MP
PS5 Xbox Series Switch PS4 ONE Revolution Software Point'n Click Aventure
Dernières Preview
PreviewTotal War Warhammer 3 : Le jeu de stratégie ultime pour un univers fantastique de référence ? 19 janv., 16:00
PreviewRainbow Six Extraction : l'intelligence de Siege et la brutalité de Back 4 Blood, un cocktail explosif ? 07 janv., 16:00
PreviewDolmen : un mélange de Dead Space et de Dark Souls ? 30 déc. 2021, 19:35
Les jeux attendus
1
Légendes Pokémon : Arceus
28 janv. 2022
2
Dying Light 2 : Stay Human
04 févr. 2022
3
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022
La vidéo du moment