Menu
Fairy Tail
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • Switch
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PS4 / Fairy Tail / Fairy Tail sur PS4 / Tests Fairy Tail PS4 /

Test du jeu Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique sur PS4

Test : Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique
PS4
Fairy Tail
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Silent_Jay
L'avis de Silent_Jay
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
30 juillet 2020 à 00:05:02
11/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (39)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11.5/20
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Amazon PS4 52.49€ Amazon Switch 52.49€ Amazon PS4 56.06€ Amazon Switch 56.08€ Fnac Marketplace Switch 63.82€ Fnac Marketplace PS4 69.98€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

Les mangas et les séries animées sont une source intarissable pour les éditeurs japonais qui ne manquent jamais une occasion d’exploiter ce filon lucratif. Dans ce domaine, Bandai Namco et Koei Tecmo tirent leur épingle du jeu et battent souvent le fer tant qu”il est chaud. Pourtant, aussi surprenant que celui puisse paraître, Fairy Tail n’avait jamais reçu les honneurs d’une adaptation vidéoludique sur PC et consoles de salon avant 2020. C’est désormais chose faite avec les studios Gust en charge du projet. Mais ce J-RPG est-il à la hauteur de l’oeuvre à succès née de l’imagination fertile de Hiro Mashima ?

Vidéo-test : L'avis de la rédaction en 3 minutes

Chargement de la vidéo Test Fairy Tail en vidéo

Le Fan Service du Dragon Foudroyant

Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique

Fairy Tail conte les aventures d’une guilde de mages, la guilde Fairy Tail, au coeur du Royaume fantastique de Fiore. Première surprise… le récit débute au beau milieu des événements se déroulant sur l’île de Tenro, puis déroule les arcs narratifs successifs de l’oeuvre pour se terminer avec l’arc “Tartaros”. Les studios Gust éludent sciemment la première moitié de l’oeuvre ce qui pour les néophytes peut vite devenir un frein à la découverte de cet univers riche et particulièrement dense.

Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique

Le matériau d’origine se démarque par sa propension à l’épique à la différence de son adaptation en jeu vidéo qui peine bien souvent à faire de même. La narration (trop) minimaliste passe majoritairement par des dialogues statiques et quelques cinématiques éparses ne rendant que trop rarement justice au manga et à l’animé Fairy Tail. Pire encore, la plume des scénaristes s’autorise plusieurs ellipses narratives, voire largesses avec le scénario, ce qui ne manquera pas de perturber les connaisseurs. Néanmoins, l’histoire se suit sans trop de difficulté…à condition de passer outre une aventure manquant cruellement de puissance évocatrice.

Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et génériqueFairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et génériqueFairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et génériqueFairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et génériqueFairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique
Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique

Koei Tecmo mise avant tout sur le fan service pour séduire les fans, et dans ce domaine l’éditeur japonais sort l’artillerie lourde. Le roster se compose de 16 personnages jouables, auxquels il faut en ajouter 4 supplémentaires via DLC, sans oublier les alliés (PNJ - Personnage non jouable). Le casting 5 étoiles, non-exhaustif, mais suffisamment riche et complet, devrait satisfaire les joueurs les plus regardants. Le jeu vidéo Fairy Tail se veut fidèle et met les petits plats dans les grands. Les voix et musiques officielles de la série animée accompagnent les facéties de la guilde tout au long d’une aventure nécessitant 25 heures pour en voir le bout… sans compter le “End Game” et son tant convoité Rang S.

Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique

Le ton et l’humour si particuliers du manga sont également au rendez-vous tout comme ces saynètes “borderlines” vantant le physique avantageux du casting féminin. Gust rend hommage à l’oeuvre de Hiro Mashima… pour le meilleur et pour le pire. Les joueurs seront également ravis d’apprendre que Fairy Tail se dote d’une version doublée en japonais et sous-titrée en français (VOSTFR). Toutefois, les erreurs de traduction, les fautes d’orthographe ainsi que plusieurs non sens (supposément corrigés par le patch Day One) entachent quelque peu l’envie de bien faire des studios.

Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique

La direction artistique d’une adaptation de mangas / d’animés en jeu vidéo est rarement un problème. Le Cel Shading a fait ses preuves par le passé, et Fairy Tail profite de ce savoir-faire. Les différents personnages ainsi que leurs animations en combat sont à mettre au crédit des artistes ayant officié sur le projet. Il en va de même pour les diverses interfaces ainsi que les effets spéciaux qui illuminent les affrontements. Les studios Gust mettent en oeuvre une pyrotechnie colorée et grisante qui rend justice à la puissance démesurée de la guilde de la Magnoria. Malheureusement, la faiblesse technique des environnements et les ralentissements ressentis en ville ne plaident pas en faveur d’un jeu qui ne parvient jamais à atteindre les standards visuels et techniques modernes (juillet 2020).

Gameplay : Pandemonium, 100 contre 1 !

Chargement de la vidéo Fairy Tail Gameplay

Le pouvoir de l’amitié

Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique

Fairy Tail est un J-RPG dans la plus pure tradition et s’applique à intégrer la majorité des mécaniques inhérentes au genre. Les combats se déroulent au tour par tour et rappellent forcément ceux de Persona 5 que ce soit par l’interface ou encore par le rythme bien que ces derniers ajoutent la notion de zone d’effet pour chaque attaque. Sur la papier, ce dernier point ajoute une dimension stratégique, mais dans les faits… cela ne change rien ou presque. Il suffit d’utiliser celle touchant un maximum d’ennemis sans vraiment se soucier du reste, exception faite des attributs magiques qui déterminent les forces ainsi que les faiblesses des ennemis et des héros ce qui booste ou réduit ostensiblement les dégâts.

Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique

Les studios Gust osent toutefois le hors-piste et font de Fairy Tail un Shonen vidéoludique. Pour ce faire, les concepts abstraits que sont l’amitié et l’abnégation deviennent tangibles et prennent vie lors des combats. La coopération magique autorise les membres de la guilde à attaquer simultanément, une attaque ultime pouvant être prolongée et décuplée à condition de développer les relations entre les membres de l’équipe. L’Eveil retranscrit de son côté le caractère bien trempé des personnages qui à force de subir des dégâts libèrent tout leur potentiel. Cet instant de grâce restaure les points de vie et magiques, accroît temporairement les statistiques du héros et/ou déverrouillent de nouvelles attaques dévastatrices

Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique

Pour terminer, l’Unison Raid traduit par le gameplay le lien fraternel tissé entre les membres de la guilde. Selon les personnages sélectionnés et une fois l'Éveil déclenché, la coopération magique monte en puissance avec l’ajout de plusieurs attaques combinées faisant exploser le “kikimeter” (compteur de dégâts). Les studios japonais tentent également d'insérer un peu d'épique et de dynamisme issus de la série animée avec plus ou moins de réussite. Le système de contre et l’utilisation continuelle de la jauge d'Éveil épicent les affrontements. Dans les faits, les combats peinent à divertir et s’embourbent dans une monotonie omniprésente. Ces derniers se ressemblent et les ennemis ne font qu’aggraver une situation déjà mal embarquée avec leurs sets limités d'attaques et l’absence unilatérale de défi. Difficile de s’impliquer à 100% dans ces conditions.

Gameplay : Une coopération magique pour faire exploser le "kikimeter"

Chargement de la vidéo Fairy Tail Gameplay

Sauve qui “pex”

Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique

Jeu de rôle oblige, la montée en puissance des héros et de la guilde est au coeur de l’expérience concoctée par Gust. Ajouter un protagoniste au roster (16 Day One + 4 en DLC), augmenter l’affinité entre les membres de la guilde, accroître le niveau et le rang d’un personnage afin de booster ses statistiques et de débloquer de nouvelles aptitudes… tout ceci exige de réaliser des missions qui en général ne présentent aucun intérêt scénaristique. Si vous aimez jouer les livreurs et éliminer encore et encore les mêmes créatures, vous serez servis car les “histoires inédites” promises par Koei Tecmo sont bien trop génériques pour servir un quelconque dessein narratif.

Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique

Fairy Tail pousse simplement la notion de “Farming” à son paroxysme et se structure autour d’une succession de missions répétitives au dernier degré. La guilde Fairy Tail elle-même exige de compléter divers objectifs pour remonter dans le classement et ainsi redevenir la meilleure institution magique du Royaume de Fiore. Cela passe par l’amélioration des installations du quartier générale et la réalisation de missions… ce qui implique l’exploration des mêmes zones en boucle. Cet acharnement pour la grandeur de Fairy Tail met à l’épreuve la patience des joueurs les plus vertueux.

Fairy Tail : Un J-RPG fidèle, mais répétitif et générique

La gestion désastreuse de la courbe de difficulté transforme trop souvent l’aventure en balade de santé avant d'installer sur le chemin de la guilde un mur infranchissable. Cela nécessite alors une séance fastidieuse de montée en puissance avec le ou les personnages incriminés afin de franchir l’obstacle. La progression, loin d’être naturelle, se veut la définition même de l’artificialité. Le scénario et les personnages avancent ici en parallèle laissant un étrange sentiment de détachement face aux événements contés… que vous soyez un fan de Natsu Dragnir et de ses camarades ou non.

Gameplay : Atteindre le rang S

Chargement de la vidéo Fairy Tail Gameplay
Les notes
+Points positifs
  • Un Shonen vidéoludique (coopération magique, éveil...)
  • Le fan service et la fidélité au manga / à la série animée
  • Les effets visuels donnant vie aux pouvoirs
  • La durée de vie (de 25 à 50 heures)
  • Les sous-titres français (VOSTFR)
-Points négatifs
  • Une narration minimaliste privée d’épique
  • Une progression artificielle liée à un “farming” compulsif
  • Une répétitivité à toute épreuve
  • Une gestion désastreuse de la courbe de difficulté
  • Une réalisation technique loin des standards actuels

Le fan service ne peut suffire pour faire oublier la répétitivité omniprésente et le farming compulsif dont souffre cette adaptation vidéoludique de Fairy Tail . La mise en scène minimaliste et la technique sommaire ne plaident pas en faveur de ce projet attendu qui pêche finalement par manque d’ambition. Même la pyrotechnie flamboyante des mages et le sentiment de puissance qui se dégage des combats ne peuvent attiser bien longtemps la flamme de la passion. Fairy Tail est destiné aux fans et seulement aux fans absolus du manga et de la série animée.

Profil de Silent_Jay
L'avis de Silent_Jay
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
30 juillet 2020 à 00:05:02
11/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (39)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11.5/20
Mis à jour le 30/07/2020 à 00:05
PlayStation 4 RPG Koei Tecmo Gust
Dernières Preview
PreviewPGA Tour 2K21 : cap en vue pour la simulation de golf ? 07 août, 09:00
PreviewMarvel’s Avengers : En route vers le Endgame ? 05 août, 15:00
PreviewFIFA 21 : Le gameplay se dessine, rassurant ou inquiétant ? 04 août, 17:16
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Microsoft Flight Simulator
18 août 2020
3
Star Wars : Squadrons
02 oct. 2020