Menu
Lies Beneath
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / Lies Beneath sur PC /

Test du jeu Lies Beneath : Un bon shooter horrifique en réalité virtuelle sur PC

Test : Lies Beneath : Un bon shooter horrifique en réalité virtuelle
PC
Lies Beneath
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de jiikaa
L'avis de jiikaa
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 avril 2020 à 17:15:02
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/20
Partager sur :

La réalité virtuelle s’adapte particulièrement bien à deux genres de jeux : le FPS et le survival-horror. Quand le studio Drifter, responsable du portage de Robo Recall sur Oculus Quest, s’attaque au mélange des deux, cela donne Lies Beneath, un jeu d’action horrifique efficace, à la direction artistique étonnante.

Note :
Précisons en préambule que Lies Beneath est pour le moment disponible uniquement sur le casque autonome Oculus Quest, mais arrive le 14 avril sur PC via le Rift et le Rift S. Le jeu étant édité par Oculus, il y a peu de chances de le voir arriver sur d’autres plateformes de réalité virtuelle.

Lies Beneath trailer

Chargement de la vidéo

Lies Beneath part d’un postulat plutôt classique pour un jeu d’horreur, mais toujours efficace : la jeune Mae est de retour dans sa ville natale - qui porte le doux nom de Slumber, Pennsylvanie - après un stage d’étude. Raccompagnée par son père en voiture, elle est victime d’un accident de la route. Mae se réveille seule dans la forêt. Le véhicule est en flamme, mais son père a disparu. Commence alors une quête horrifique pour le retrouver, qui va emmener la jeune femme dans différents endroits de son enfance, tous plus infestés d’horribles créatures les uns que les autres.

Un épisode des Contes de la Crypte

Lies Beneath : Un bon shooter horrifique en réalité virtuelle

La première chose qui frappe lorsque l’on se lance dans Lies Beneath, c’est sa narration, largement inspirée des comics d’horreur qui fleurissaient aux États-Unis dans les années 50. Pas de cinématiques animées ici, mais des pages de bande dessinée à feuilleter entre chaque chapitre, dont le style graphique rappelle Tales From The Crypt ou Creepshow. En jeu, les pensées et réflexions de l'héroïne prennent la forme de bulles en surimpression de l’environnement 3D, tandis que des onomatopées typiques du comics apparaissent à l’écran lorsque l’on tape sur une surface avec une arme de corps à corps. Drifter opte également pour une représentation en cell-shading de l’environnement et des ennemis, pour un résultat plutôt efficace : on a l’impression de se déplacer dans les pages d’une horrible histoire contée par un vieux squelette décati. Ce parti pris artistique a tout de même du mal à cacher un moteur 3D assez basique dû aux limites techniques de l’Oculus Quest (rappelons que le casque a la puissance d’un smartphone haut de gamme). Vous n’échapperez ainsi pas à un clipping assez voyant, des effets de brouillard qui empêchent de voir très loin ou encore des textures un peu baveuses. En contrepartie, le jeu reste fluide et applique un framerate constant en accord avec le taux de rafraîchissement de l’écran (72Hz), ce qui permet d’éviter les effets de cinétose, même quand l’action s’emballe.

Lies Beneath : Un bon shooter horrifique en réalité virtuelleLies Beneath : Un bon shooter horrifique en réalité virtuelleLies Beneath : Un bon shooter horrifique en réalité virtuelle

Pour le côté horrifique, Lies Beneath est un élève appliqué, mais qui ne trouve pas totalement son propre style. Mélangeant l’horreur psychologique à la Silent Hill et les vieux villages côtiers façon Lovecraft, le titre a du mal à se défaire de ses influences et ne surprend qu’à de rares moments. On évolue ainsi la plupart du temps dans des environnements très convenus pour le genre (une forêt, une ville abandonnée, un hôpital, une école, un vieux phare), mais quelques passages beaucoup plus étranges restent en mémoire. Mention spéciale au boss final qui, aussi bien visuellement qu’en matière de mécanique de jeu, propose de très belles idées.

Lies Beneath : Un bon shooter horrifique en réalité virtuelle

Là où le titre se démarque un peu plus, c’est dans son bestiaire qui, s’il n’est pas très vaste (une demi-douzaine d’ennemis différents), fait preuve d’une belle recherche artistique. Là encore, quelques rencontres impromptues restent en tête : vous n’aimez pas les araignées ? Vous allez détester ces espèces de monstres, mi-crabes, mi-humains, mi-arachnoïdes, qui s’accrochent à vous pour vous pomper toute votre vie. On pense également à ces cochons bipèdes très malsains, que l’on repère heureusement de loin grâce à leurs effroyables couinements.

Plus FPS que Surivival

Lies Beneath : Un bon shooter horrifique en réalité virtuelle

Si une poignée de jumpscare parsème la progression, c’est surtout la tension permanente des combats qui rend le jeu éprouvant à parcourir. Sur ce point, Lies Beneath est particulièrement réussi. C’est en effet un vrai FPS, nerveux et plaisant, qui demande de rapides réflexes et une adaptation constante à son environnement. Mae va mettre la main sur une poignée d’armes, que l’on peut caler sur sa hanche droite ou gauche, et sur son épaule droite. Il suffit de dégainer d’un mouvement de la main. Les gestes sont naturels : recharger son revolver d’un mouvement de poignet pour remplir le barillet, un geste d’avant en arrière sur la crosse du fusil à pompe pour remettre des cartouches. Le titre propose par ailleurs quelques accessoires très utiles : un harpon qui permet de déplacer certaines planches pour se créer un chemin et, surtout, un briquet “à tout faire”, qui indique la direction du prochain objectif et permet également de profiter d’un point de visée pour mieux toucher sa cible ou faire apparaître les points faibles sur le corps des adversaires. Cela permet ainsi de tirer dans le bras, la jambe ou la tête pour achever un monstre plus rapidement. L’utiliser implique cependant de n’avoir qu’une main de libre pour son arme. Vous pouvez ainsi choisir de garder les deux mains disponibles pour utiliser, par exemple, deux revolvers façon film de John Woo, ou une arme blanche.

Lies Beneath : Un bon shooter horrifique en réalité virtuelle

Le monde de Lies Beneath est ainsi jonché de couteaux, pieux, machettes et haches en tout genre. On touche d’ailleurs là un autre point faible du jeu : autant les sensations de tirs et d’impacts de balles sont bonnes, autant les combats au corps à corps manquent cruellement de peps et l’on a l’impression de taper dans du vide alors que l’on tranche un bras. Les armes de corps à corps ne sont donc là qu’en dernier recours et, s’il est techniquement possible de n’utiliser que ces dernières, on vous le déconseille fortement si vous ne voulez pas perdre 80% du plaisir de jeu.

D’une manière générale, la reconnaissance de mouvement et les déplacements dans Lies Beneath fonctionnent bien, à quelques accros près. Il est possible d’opter pour la téléportation ou une progression continue, comme dans un FPS classique, ainsi que pour des rotations par à-coup ou non. Si vous êtes habitués à la VR, le couple “déplacement continu + rotation par à-coup” semble idéal et offre une bonne immersion. Quant à la reconnaissance de mouvement, quand l’action s’emballe, il peut arriver que l’on prenne la mauvaise arme au mauvais moment ou que l’on lâche son pistolet ou sa machette. Il faut alors la chercher pendant quelques secondes dans l’environnement. Un temps perdu précieux, largement suffisant pour mourir.

Les notes
+Points positifs
  • De très bonnes sensations de FPS
  • Classique dans son traitement de l'horreur, mais efficace
  • Le style "vieux comics" qui fonctionne bien
  • bonne durée de vie pour un jeu d'action en VR (6 à 8 heures)
-Points négatifs
  • Moteur 3D à la traîne
  • Combats au corps à corps sans grand intérêt
  • Quelques ratés dans la reconnaissance de mouvements, quand l'action s'emballe

Lies Beneath navigue entre les eaux crasseuses d’un bon vieux conte horrifique inspiré des comics des années 50 et le FPS étonnamment nerveux, à l’action soutenue. Son style graphique séduit, mais ne cache pas totalement un moteur graphique à la traîne, tandis que l’aspect “horrifique” reste des plus classiques. Le tout s’avère tout de même efficace en terme d’ambiance et sert des combats intenses et réussis, à condition de ne pas s’attacher au corps à corps. Une tension quasi permanente pendant 6 à 8 heures de jeu, quelques accros techniques, mais une recette en VR globalement bien exécutée.

Profil de jiikaa
L'avis de jiikaa
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 avril 2020 à 17:15:02
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (1)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16/20
Mis à jour le 04/04/2020 à 17:15
PC Tir Survival-Horror Oculus Studios Drifter
Dernières Preview
PreviewHyper Scape : Vertical et nerveux, le BR d'Ubisoft en a dans le ventre ! 02 juil., 22:07
PreviewDeath Stranding : Le combo clavier-souris pour un pari réussi ? 01 juil., 09:00
PreviewFuser : Un second contact très convaincant pour le jeu de mix musical d’Harmonix 30 juin, 15:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Ghost of Tsushima
17 juil. 2020
3
Star Wars : Squadrons
02 oct. 2020