Menu
Monster Boy et le Royaume Maudit
  • Tout support
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • Switch
  • PS4
  • ONE
  • Stadia
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum

La note des lecteurs

Note moyenne
18.3/20
16 à 20
3
11 à 15
0
6 à 10
0
0 à 5
0
Donnez
votre avis
3 notes

Les avis les plus utiles

18/20
Nicomacdo
Alerte
Posté le 18 août 2019 à 17:59

Quel bel hommage à une saga vidéoludique, ce titre est bourré jusqu'à la truffe de références à la série des Wonder Boy, aucun épisode n'est oublié. Certains clins d’œil sont intégrés au gameplay, parfois ils sont dans le décor de façon évidente ou plus subtile. Parfois encore ils sont imprévisibles, comme ce passage à la Monster Lair qu'on ne voit pas du tout venir. Un véritable régal pour le connaisseur averti.

Mais Monster Boy se veut également un épisode inédit, c'est un Monster World 5 de rêve. La durée de vie est étonnante, le nombre de lieux à traverser élevé, il faut bien une vingtaine d'heure pour en voir le bout plus une bonne dizaine pour fouiller les recoins et trouver les trésors. Pour nous aider on a une carte dans le plus pur style Metroidvania, très pratique.

Le jeu reprend évidemment le gameplay aventure/plate-formes des Monster World, en le dépoussiérant un bon coup. Chaque nouvelle transformation relance l'intérêt du jeu, c'était le cas dans Wonder Boy 3 et ça marche toujours aussi bien ici. Elles ont toutes leur utilité et sont parfaitement exploitées. Le level design est superbe, l'univers de Monster World donne vraiment envie d'être exploré. Malgré sa longueur le jeu se renouvelle sans cesse, on n'a jamais de sensation de redondance du gamedesign, aidé en cela par des myriades de bonnes idées qui s'enchainent. Le jeu est aussi blindé d'énigmes...peut être trop d'ailleurs (le manoir hanté m'a pris la tête pendant des plombes, en fait je tentais des choses trop compliquées alors que la solution était bien plus simple).

Le jeu connait quelques pics de difficulté qui pourront surprendre voire agacer, mais c'est au joueur de savoir se préparer en conséquence notamment en gérant son équipement. En tout cas le challenge est par moment bien présent. On croise aussi des boss intéressants (exceptés 1 ou 2), demandant à la fois jugeote et réflexes de combat purs.

Le jeu propose une direction artistique à tomber, les décors faits main, les couleurs pastels, la profusion des détails, Jin et la plupart de ses avatars sont très classes, ça transpire la minutie et le souci du travail bien fait, le boulot des dévs saute aux yeux, Monster Boy a une forte personnalité.

L'OST est fabuleuse, entre des compositions inédites de grande qualité et des remix surprenants et géniaux des thèmes emblématiques de la série, c'est un délice auditif (plusieurs compositeurs très renommés y ont participé). Des mélodies inspirées, des compositions travaillées qui charment l’ouïe, se marient au visuel du jeu et accrochent le joueur au point d'avoir envie de les écouter à part, voilà ce que j'attends de l'OST d'un jeu vidéo. Perso j'ai souri plus d'une fois chaque fois que je reconnaissais un thème.

Les rares défauts à signaler tiennent du pinaillage. Quelques puzzles et secrets trop tordus, heureusement optionnels (ouvrir le puits de Lupia , impossible à trouver sans soluce, c'est absurde). Le donjon final très court et pas à la hauteur du reste du jeu. D'ailleurs le set complet de l'armure d'or (référence à Saint Seiya?) ne sert finalement que contre le boss final. Bref, ce ne sont que des petits détails.

Dés sa superbe cinématique d'intro en animé (mettez la zik en Japonais), Monster Boy affiche clairement son ambition, et il a tout d'un grand. Un titre passionnant au gameplay maitrisé et à la réalisation de haute volée, une fois la partie lancée on ne peut plus s'arrêter tant qu'on n'en a pas vu la fin. Une merveille.

Lire la suite...
18/20
Pseudo supprimé
Alerte
Posté le 21 févr. 2020 à 15:21

Ahhh... Wonder Boy, je n'ai découvert que plutôt récemment cette vieille franchise de SEGA ayant fait les beaux jours de la Master System et de la MegaDrive. Je suis très rapidement devenu fan de ces jeux, en particulier deux opus que je trouve excellent, Wonder Boy III: The Dragon's Trap, jugé par beaucoup comme le meilleur jeu de la 8-bits de SEGA, à tel point qu'un remake est sorti en 2017 et le titre était toujours aussi bon alors que le gameplay n'avait quasiment pas été retouché, montrant ainsi le caractère intemporel de ce chef d’œuvre. Ainsi que Wonder Boy in Monster World, transportant l'univers vers la MegaDrive tout en gardant un charme inouï et un gameplay très complet. Mais après Monster World IV sortit en 1994 exclusivement au Japon, plus aucune nouvelle de la saga durant deux décennies. Fort heureusement, et notamment grâce à une mode du rétro-gaming toujours plus forte, divers studios de développement ont remis au devant de la scène ce cher Wonder Boy. On a eu d'abord le très oubliable Wonder Boy Returns et ses graphismes tellement niais que ça en devenait répugnant. Le très soigneux remake du troisième opus (ou quatrième. A noter que la franchise s'est très rapidement emmêlée dans la numérotation de chaque épisode et qu'on s'est même retrouvé à un moment avec deux jeux Wonder Boy III totalement différents), Wonder Boy: The Dragon's Trap et enfin, la suite (spirituelle cependant) que tous les fans attendaient avec impatience : Monster Boy and the Cursed Kingdom, alors, retour réussi ou non ? Eh bien, je vais tout vous dire !

Monster Boy and the Cursed Kingdom, développé par Game Atelier et publié par FDG Entertainment sur PS4, Xbox One et Switch le 4 décembre 2018 puis sur PC le 25 juin 2019 est un Metroidvania dans la pure veine de plusieurs épisodes de la franchise. Effectivement, pour accéder à diverses zones inaccessibles au départ, il faudra trouver l'objet ou la transformation adéquate afin de s'y rendre librement, et revenir à des endroits précédemment visités sera nécessaire pour tout découvrir. La notion d'exploration étant très présente dans ce Monster Boy and the Cursed Kingdom, il faudra farfouiller dans chaque recoin du monde pour espérer finir le titre à 100%.

Le jeu débute lorsque Jin surprend son oncle Nabu entrain de voler dans les airs sur un tonneau transformant tout le monde en animaux. N'en croyant pas ses yeux, il décida donc d'aller chercher son épée et d'investiguer pour savoir ce qui se passe. Après avoir battu un calamar géant, notre cher héros se fit transformer en cochon. Une fois arrivé au village après avoir légèrement exploré les égouts, Jin discute avec un étrange chat du nom de Mysticat lui expliquant que pour remédier à la situation qu'a causé oncle Nabu, il va devoir chercher cinq orbes à travers tout Monster World (là où se déroule le jeu). Pas la peine d'aller par quatre chemins, ce n'est pas le scénario qui importe ici, n'étant tout simplement qu'un prétexte pour partir à l'aventure, rencontrer des personnages assez loufoques et participer à plusieurs évènements inattendus, qu'il serait dommage de spoiler, car si Monster Boy and the Cursed Kingdom ne fait pas grande impression par son histoire, les dialogues sont suffisamment bien écrits et amusants pour rester en haleine jusqu'au fin de mot de l'histoire.

SUITE DE MON TEST : https://www.noelshack.com/2020-08-5-1582293473-mb01.png https://www.noelshack.com/2020-08-5-1582293479-mb02.png https://www.noelshack.com/2020-08-5-1582293484-mb03.png

Lire la suite...

Tous les avis lecteurs (3)

Trier par :
  • Utilité
  • Note
  • Date
1 
18/20
Nicomacdo
Alerte
Posté le 18 août 2019 à 17:59

Quel bel hommage à une saga vidéoludique, ce titre est bourré jusqu'à la truffe de références à la série des Wonder Boy, aucun épisode n'est oublié. Certains clins d’œil sont intégrés au gameplay, parfois ils sont dans le décor de façon évidente ou plus subtile. Parfois encore ils sont imprévisibles, comme ce passage à la Monster Lair qu'on ne voit pas du tout venir. Un véritable régal pour le connaisseur averti.

Mais Monster Boy se veut également un épisode inédit, c'est un Monster World 5 de rêve. La durée de vie est étonnante, le nombre de lieux à traverser élevé, il faut bien une vingtaine d'heure pour en voir le bout plus une bonne dizaine pour fouiller les recoins et trouver les trésors. Pour nous aider on a une carte dans le plus pur style Metroidvania, très pratique.

Le jeu reprend évidemment le gameplay aventure/plate-formes des Monster World, en le dépoussiérant un bon coup. Chaque nouvelle transformation relance l'intérêt du jeu, c'était le cas dans Wonder Boy 3 et ça marche toujours aussi bien ici. Elles ont toutes leur utilité et sont parfaitement exploitées. Le level design est superbe, l'univers de Monster World donne vraiment envie d'être exploré. Malgré sa longueur le jeu se renouvelle sans cesse, on n'a jamais de sensation de redondance du gamedesign, aidé en cela par des myriades de bonnes idées qui s'enchainent. Le jeu est aussi blindé d'énigmes...peut être trop d'ailleurs (le manoir hanté m'a pris la tête pendant des plombes, en fait je tentais des choses trop compliquées alors que la solution était bien plus simple).

Le jeu connait quelques pics de difficulté qui pourront surprendre voire agacer, mais c'est au joueur de savoir se préparer en conséquence notamment en gérant son équipement. En tout cas le challenge est par moment bien présent. On croise aussi des boss intéressants (exceptés 1 ou 2), demandant à la fois jugeote et réflexes de combat purs.

Le jeu propose une direction artistique à tomber, les décors faits main, les couleurs pastels, la profusion des détails, Jin et la plupart de ses avatars sont très classes, ça transpire la minutie et le souci du travail bien fait, le boulot des dévs saute aux yeux, Monster Boy a une forte personnalité.

L'OST est fabuleuse, entre des compositions inédites de grande qualité et des remix surprenants et géniaux des thèmes emblématiques de la série, c'est un délice auditif (plusieurs compositeurs très renommés y ont participé). Des mélodies inspirées, des compositions travaillées qui charment l’ouïe, se marient au visuel du jeu et accrochent le joueur au point d'avoir envie de les écouter à part, voilà ce que j'attends de l'OST d'un jeu vidéo. Perso j'ai souri plus d'une fois chaque fois que je reconnaissais un thème.

Les rares défauts à signaler tiennent du pinaillage. Quelques puzzles et secrets trop tordus, heureusement optionnels (ouvrir le puits de Lupia , impossible à trouver sans soluce, c'est absurde). Le donjon final très court et pas à la hauteur du reste du jeu. D'ailleurs le set complet de l'armure d'or (référence à Saint Seiya?) ne sert finalement que contre le boss final. Bref, ce ne sont que des petits détails.

Dés sa superbe cinématique d'intro en animé (mettez la zik en Japonais), Monster Boy affiche clairement son ambition, et il a tout d'un grand. Un titre passionnant au gameplay maitrisé et à la réalisation de haute volée, une fois la partie lancée on ne peut plus s'arrêter tant qu'on n'en a pas vu la fin. Une merveille.

Lire la suite...
18/20
Pseudo supprimé
Alerte
Posté le 21 févr. 2020 à 15:21

Ahhh... Wonder Boy, je n'ai découvert que plutôt récemment cette vieille franchise de SEGA ayant fait les beaux jours de la Master System et de la MegaDrive. Je suis très rapidement devenu fan de ces jeux, en particulier deux opus que je trouve excellent, Wonder Boy III: The Dragon's Trap, jugé par beaucoup comme le meilleur jeu de la 8-bits de SEGA, à tel point qu'un remake est sorti en 2017 et le titre était toujours aussi bon alors que le gameplay n'avait quasiment pas été retouché, montrant ainsi le caractère intemporel de ce chef d’œuvre. Ainsi que Wonder Boy in Monster World, transportant l'univers vers la MegaDrive tout en gardant un charme inouï et un gameplay très complet. Mais après Monster World IV sortit en 1994 exclusivement au Japon, plus aucune nouvelle de la saga durant deux décennies. Fort heureusement, et notamment grâce à une mode du rétro-gaming toujours plus forte, divers studios de développement ont remis au devant de la scène ce cher Wonder Boy. On a eu d'abord le très oubliable Wonder Boy Returns et ses graphismes tellement niais que ça en devenait répugnant. Le très soigneux remake du troisième opus (ou quatrième. A noter que la franchise s'est très rapidement emmêlée dans la numérotation de chaque épisode et qu'on s'est même retrouvé à un moment avec deux jeux Wonder Boy III totalement différents), Wonder Boy: The Dragon's Trap et enfin, la suite (spirituelle cependant) que tous les fans attendaient avec impatience : Monster Boy and the Cursed Kingdom, alors, retour réussi ou non ? Eh bien, je vais tout vous dire !

Monster Boy and the Cursed Kingdom, développé par Game Atelier et publié par FDG Entertainment sur PS4, Xbox One et Switch le 4 décembre 2018 puis sur PC le 25 juin 2019 est un Metroidvania dans la pure veine de plusieurs épisodes de la franchise. Effectivement, pour accéder à diverses zones inaccessibles au départ, il faudra trouver l'objet ou la transformation adéquate afin de s'y rendre librement, et revenir à des endroits précédemment visités sera nécessaire pour tout découvrir. La notion d'exploration étant très présente dans ce Monster Boy and the Cursed Kingdom, il faudra farfouiller dans chaque recoin du monde pour espérer finir le titre à 100%.

Le jeu débute lorsque Jin surprend son oncle Nabu entrain de voler dans les airs sur un tonneau transformant tout le monde en animaux. N'en croyant pas ses yeux, il décida donc d'aller chercher son épée et d'investiguer pour savoir ce qui se passe. Après avoir battu un calamar géant, notre cher héros se fit transformer en cochon. Une fois arrivé au village après avoir légèrement exploré les égouts, Jin discute avec un étrange chat du nom de Mysticat lui expliquant que pour remédier à la situation qu'a causé oncle Nabu, il va devoir chercher cinq orbes à travers tout Monster World (là où se déroule le jeu). Pas la peine d'aller par quatre chemins, ce n'est pas le scénario qui importe ici, n'étant tout simplement qu'un prétexte pour partir à l'aventure, rencontrer des personnages assez loufoques et participer à plusieurs évènements inattendus, qu'il serait dommage de spoiler, car si Monster Boy and the Cursed Kingdom ne fait pas grande impression par son histoire, les dialogues sont suffisamment bien écrits et amusants pour rester en haleine jusqu'au fin de mot de l'histoire.

SUITE DE MON TEST : https://www.noelshack.com/2020-08-5-1582293473-mb01.png https://www.noelshack.com/2020-08-5-1582293479-mb02.png https://www.noelshack.com/2020-08-5-1582293484-mb03.png

Lire la suite...
19/20
Zacks17
Alerte
Posté le 31 juil. 2019 à 14:11

Je trouve que le jeu est un bijou de plateformer 2D, il a tout ou presque.
Tout est bien pensé, bien amené.
Seul bémol, la fin trop rapide, et on se balade quand même beaucoup dans les différents menus.

Lire la suite...
1