Menu
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Tous les forums  /  Forum principal Savoir & Culture  /  Forum Philosophie  / 

Topic Selon vous quelle est la question la plus importante ?

Sujet : Selon vous quelle est la question la plus importante ?

Page suivanteFin
Job777
Job777
MP
20 septembre 2020 à 19:44:28

Qu’elle est La question qui doit être bien réfléchie et même résolu. Qui doit passer avant toutes les autres.
La question qui n’est pas une perte de temps. La question cruciale.

Pour moi c’est :

C’est quoi le bien ? Et que dois-je faire ?

BALAVO_AAAAA
BALAVO_AAAAA
MP
20 septembre 2020 à 19:53:23

Comment arrêter de se poser des questions ?

Job777
Job777
MP
20 septembre 2020 à 19:54:07

Le 20 septembre 2020 à 19:53:23 BALAVO_AAAAA a écrit :
Comment arrêter de se poser des questions ?

Peut-être en trouvant une réponse a la question crucial : )

toto_au_bistro
toto_au_bistro
MP
20 septembre 2020 à 19:54:18

La question la plus importante est "Quelle est la question la plus importante ?".

Lironique
Lironique
MP
20 septembre 2020 à 19:54:42

Le 20 septembre 2020 à 19:54:07 Job777 a écrit :

Le 20 septembre 2020 à 19:53:23 BALAVO_AAAAA a écrit :
Comment arrêter de se poser des questions ?

Peut-être en trouvant une réponse a la question crucial : )

Il n'y a pas de réponse à apporter puisqu'aucune question n'est valable.

[jesuispartout]
[jesuispartout]
MP
20 septembre 2020 à 19:55:31

On ne peut perdre son temps qu'à la condition d'estimer que l'on a des choses à faire, la question "que dois-je faire ?" est donc la condition sine qua non de toute perte de temps possible.

BALAVO_AAAAA
BALAVO_AAAAA
MP
20 septembre 2020 à 20:10:49

Réfléchir = fléchir encore

Dans la vie il y a ceux qui réfléchissent la lumière comme la Lune dans l'obscurité

Et ceux qui émettent la lumière comme le soleil dans la perpetualité

La vérité réside non dans le passé ou le futur, qui n'existent pas mais sont illusoire

Mais dans le présent et l'instantané, dans l'instinct, dans la vérité

Se poser des questions c'est refuser les réponses, c'est vain

Jaibuolol
Jaibuolol
MP
20 septembre 2020 à 21:03:59

Dr who ?

Daolong
Daolong
MP
20 septembre 2020 à 21:45:36

Aujourdhui j'ai médité en fin d'aprem au soleil. J'étais fatigué avant de méditer. Le soleil devait me ramollir et me donner envie de somnoler. Mais je me suis dit "allez go ! 20 min assis, 20 marche, 20 min assis !". Puis le chat est venu (véridique, on s'en fout mais ça fait un peu roman, vous voyez, quand l'écrivain ajoute des trucs inutiles mais pour donner l'ambiance du moment). Je crois que je l'ai un peu caressé. Puis je me suis redit "allez on y va". Triple son de cloche de l'application. Le soleil était lourd et non pesant, il était puissant en fait, et apaisant en même temps. Je sentais mon corps se décomposer, mon esprit se décomposer. Je sentais petit à petit un bien être fou se créer en moi. Je voyais le monde tel qu'il était, rien et tout en même temps. Je me suis diminué, diminué, diminué petit à petit, tout en me grandissant. Et là j'ai eu comme un éveil spitiruel. J'ai souri, j'étais vraiment bien. Mais pourquoi ? J'étais conscient que je ne faisais rien, ou que je ne m'engageais dans rien. Je ne sais pas trop comment dire. J'étais devenu non acteur mais conscient. Je ne cherchais rien, plus rien. Je n'attendais rien, plus rien. Et cette pensée m'est venue en tête et je l'ai répété ou plutot ça a raisonné dans ma tête pendant plusieurs minutes : il n'y a NI à Être, ni à Faire, ni à Devenir. Et qu'est-ce qu'on est bien quand on ne cherche plus à être quelqu'un ou quelque chose, qu'on ne se force plus à faire ou devoir faire quelque chose, qu'on ne cherche plus à devenir. On est soi, on est soi-même, voire on n'est rien, mais en même temps c'est con de dire ça car on sent qu'on est dans ce vaste monde phénoménale et grandiose. mon bien-être ne dépendait plus de mon environnement ni de moi-même. Je m'étais effacé, j'avais effacé le faux-self et j'avais retrouvé le Soi.

(Je crois que le soleil augmentait ma vitamine D, c'est peut-être de là que vient tout ce délire.)

Bref, sinon je soutiens Jesuispartout. J'allais dire ça mais comme il l'a dit et que j'avais pas envie de le citer, j'ai parlé d'un moment d'aujourd'hui.

Message édité le 20 septembre 2020 à 21:48:26 par Daolong
Phipsy
Phipsy
MP
20 septembre 2020 à 23:19:20

En philo c'est "Pourquoi?" étant donné que par essence elle renvoie à la recherche d'une explication, d'une cause, voire même de la finalité sous forme de "Pour quoi ?" Il n'y a pas de philosophie sans "Pourquoi? Pour quoi ?"

Dans le quotidien c'est: que dois-je faire ? (moral)

Mais sinon rien n'est important : toute chose au même niveau.

Message édité le 20 septembre 2020 à 23:22:04 par Phipsy
JeSuisJexiste
JeSuisJexiste
MP
21 septembre 2020 à 00:16:47

Qui suis-je ?

Lironique
Lironique
MP
21 septembre 2020 à 00:21:38

Le 20 septembre 2020 à 21:45:36 Daolong a écrit :
Aujourdhui j'ai médité en fin d'aprem au soleil. J'étais fatigué avant de méditer. Le soleil devait me ramollir et me donner envie de somnoler. Mais je me suis dit "allez go ! 20 min assis, 20 marche, 20 min assis !". Puis le chat est venu (véridique, on s'en fout mais ça fait un peu roman, vous voyez, quand l'écrivain ajoute des trucs inutiles mais pour donner l'ambiance du moment). Je crois que je l'ai un peu caressé. Puis je me suis redit "allez on y va". Triple son de cloche de l'application. Le soleil était lourd et non pesant, il était puissant en fait, et apaisant en même temps. Je sentais mon corps se décomposer, mon esprit se décomposer. Je sentais petit à petit un bien être fou se créer en moi. Je voyais le monde tel qu'il était, rien et tout en même temps. Je me suis diminué, diminué, diminué petit à petit, tout en me grandissant. Et là j'ai eu comme un éveil spitiruel. J'ai souri, j'étais vraiment bien. Mais pourquoi ? J'étais conscient que je ne faisais rien, ou que je ne m'engageais dans rien. Je ne sais pas trop comment dire. J'étais devenu non acteur mais conscient. Je ne cherchais rien, plus rien. Je n'attendais rien, plus rien. Et cette pensée m'est venue en tête et je l'ai répété ou plutot ça a raisonné dans ma tête pendant plusieurs minutes : il n'y a NI à Être, ni à Faire, ni à Devenir. Et qu'est-ce qu'on est bien quand on ne cherche plus à être quelqu'un ou quelque chose, qu'on ne se force plus à faire ou devoir faire quelque chose, qu'on ne cherche plus à devenir. On est soi, on est soi-même, voire on n'est rien, mais en même temps c'est con de dire ça car on sent qu'on est dans ce vaste monde phénoménale et grandiose. mon bien-être ne dépendait plus de mon environnement ni de moi-même. Je m'étais effacé, j'avais effacé le faux-self et j'avais retrouvé le Soi.

(Je crois que le soleil augmentait ma vitamine D, c'est peut-être de là que vient tout ce délire.)

Bref, sinon je soutiens Jesuispartout. J'allais dire ça mais comme il l'a dit et que j'avais pas envie de le citer, j'ai parlé d'un moment d'aujourd'hui.

Le discours intérieur suffit. Les techniques méditation bouddhistes ne sont pas nécessaires. L'indifférence est la clef vers la vérité.

PhiIoarnaque
PhiIoarnaque
MP
21 septembre 2020 à 04:56:38

Suis-je DIEU, son équivalent ou DIEU est-il externe à moi même

PIeinair
PIeinair
MP
21 septembre 2020 à 05:26:24

"C'est quoi le One Piece ?"

Message édité le 21 septembre 2020 à 05:26:35 par PIeinair
Daolong
Daolong
MP
21 septembre 2020 à 09:33:05

Le 21 septembre 2020 à 00:21:38 Lironique a écrit :

Le 20 septembre 2020 à 21:45:36 Daolong a écrit :
Aujourdhui j'ai médité en fin d'aprem au soleil. J'étais fatigué avant de méditer. Le soleil devait me ramollir et me donner envie de somnoler. Mais je me suis dit "allez go ! 20 min assis, 20 marche, 20 min assis !". Puis le chat est venu (véridique, on s'en fout mais ça fait un peu roman, vous voyez, quand l'écrivain ajoute des trucs inutiles mais pour donner l'ambiance du moment). Je crois que je l'ai un peu caressé. Puis je me suis redit "allez on y va". Triple son de cloche de l'application. Le soleil était lourd et non pesant, il était puissant en fait, et apaisant en même temps. Je sentais mon corps se décomposer, mon esprit se décomposer. Je sentais petit à petit un bien être fou se créer en moi. Je voyais le monde tel qu'il était, rien et tout en même temps. Je me suis diminué, diminué, diminué petit à petit, tout en me grandissant. Et là j'ai eu comme un éveil spitiruel. J'ai souri, j'étais vraiment bien. Mais pourquoi ? J'étais conscient que je ne faisais rien, ou que je ne m'engageais dans rien. Je ne sais pas trop comment dire. J'étais devenu non acteur mais conscient. Je ne cherchais rien, plus rien. Je n'attendais rien, plus rien. Et cette pensée m'est venue en tête et je l'ai répété ou plutot ça a raisonné dans ma tête pendant plusieurs minutes : il n'y a NI à Être, ni à Faire, ni à Devenir. Et qu'est-ce qu'on est bien quand on ne cherche plus à être quelqu'un ou quelque chose, qu'on ne se force plus à faire ou devoir faire quelque chose, qu'on ne cherche plus à devenir. On est soi, on est soi-même, voire on n'est rien, mais en même temps c'est con de dire ça car on sent qu'on est dans ce vaste monde phénoménale et grandiose. mon bien-être ne dépendait plus de mon environnement ni de moi-même. Je m'étais effacé, j'avais effacé le faux-self et j'avais retrouvé le Soi.

(Je crois que le soleil augmentait ma vitamine D, c'est peut-être de là que vient tout ce délire.)

Bref, sinon je soutiens Jesuispartout. J'allais dire ça mais comme il l'a dit et que j'avais pas envie de le citer, j'ai parlé d'un moment d'aujourd'hui.

Le discours intérieur suffit. Les techniques méditation bouddhistes ne sont pas nécessaires. L'indifférence est la clef vers la vérité.

C'est bien ce que je me dis souvent.

Et dans le zen c'est assez flagrant. J'ai déjà demandé "mais à quoi ça sert de méditer s'il n'y a rien à avoir ?"

"behhh gros koan :( on sait pas trop dans le zen s'il faut méditer ou non :( donc on le fait par convention :( "

M-Le-Mot-Dit
M-Le-Mot-Dit
MP
21 septembre 2020 à 11:11:33

"Dans le temps qui m'est imparti, qu'est ce que je pourrais faire d'utile pour moi même et pour les autres ?"

Message édité le 21 septembre 2020 à 11:12:41 par M-Le-Mot-Dit
[jesuispartout]
[jesuispartout]
MP
21 septembre 2020 à 13:05:38

Allons, tout le monde sait bien que le one piece c'est la révélation que le voyage importe plus que la destination et que le pouvoir de l'amitié triomphe de tous les obstacles.

Alzaynor
Alzaynor
MP
21 septembre 2020 à 16:19:32

Pour moi la seule chose dont on est sûr c'est que la douleur c'est le mal (avec une résistance plus ou moins différente d'une personne à l'autre mais on a tous une limite).

Donc la question c'est plutôt comment. Comment se débarrasser au mieux de la douleur (et éventuellement combien doit-on en laisser si ça s'avère nécessaire pour une raison ou pour une autre)?

Non seulement c'est réalisable mais ça servira vraiment à quelque chose, se qui n'est pas sûr pour d'autre question métaphysique. De plus, il n'y même pas besoin d'avoir la solution absolue avant de pouvoir l’appliquer concrètement, se qui n'est quand même pas négligeable.

[jesuispartout]
[jesuispartout]
MP
21 septembre 2020 à 16:21:16

La douleur ce n'est pas le mal. Elle est souvent beaucoup plus facile à supporter que l'on ne se le figure. Il n'y a qu'une seule façon d'échapper à toute douleur.

toto_au_bistro
toto_au_bistro
MP
21 septembre 2020 à 16:25:40

Le 21 septembre 2020 à 13:05:38 [jesuispartout] a écrit :
Allons, tout le monde sait bien que le one piece c'est la révélation que le voyage importe plus que la destination et que le pouvoir de l'amitié triomphe de tous les obstacles.

Pitié, non ! Pas une fin aussi cheesy :-(

Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : aisatsana[102]
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer