Menu
World of Warcraft : Warlords of Draenor
  • Tout support
  • PC
  • Mac
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test : World of Warcraft : Warlords of Draenor
PC
World of Warcraft : Warlords of Draenor
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de mrderiv
L'avis de mrderiv
MP
Journaliste jeuxvideo.com
18 novembre 2014 à 14:11:15
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (120)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.7/20
Rakuten PC 13.50€ Amazon PC 13.74€ Amazon PC 14.99€ Fnac Marketplace PC 16.07€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

Mercredi dernier marquait la sortie de Warlords of Draenor, la cinquième extension de World of Warcraft. Voilà maintenant dix ans que Blizzard exploite son MMORPG poule aux œufs d'or avec une extension tous les deux ans environ. L'occasion pour les joueurs de remplir leur thermos de café pour partir à l'assaut de nouvelles contrées pleines de quêtes et de nouvelles activités. Si Mists of Pandaria avait quelque peu déstabilisé son public par son contexte, Warlords of Draenor a su titiller leur curiosité avec un pitch alléchant pour quiconque baroude sur le jeu depuis des années. Redécouvrir l'Outreterre sous un nouveau jour, telle qu'elle aurait été si les Orcs n'avaient pas été corrompus par le sang de Manoroth, tout un programme ! Une nouvelle épopée sur dix niveaux pleine de promesses de background et de fonctionnalités inédites à découvrir.

World of Warcraft : Warlords of Draenor

Avant de débuter ce test, je tiens à mettre les choses au clair. Nous sommes d'accord, il est bien évidemment trop tôt pour nous prononcer quant à l'évolution que prendra cette extension au fil des mois. Il n'est donc pas question ici d'aborder l'intérêt sur le long terme d'un jeu appelé à se mettre à jour régulièrement. Ce premier test se basera en conséquence sur une expérience purement PvE de leveling du niveau 90 au 100. L'idée est de vous faire partager nos impressions sur les nouveautés de Draenor ainsi que notre ressenti global une fois le niveau maximum atteint. Car s'il est bien évident que la véritable aventure débute une fois le niveau 100 en poche, la progression reste une étape qu'il ne faut pas laisser de côté. Tout débute ainsi en Draenor, l’Outreterre du passé où Garrosh a débarqué grâce à l’aide d’un membre déchu du vol de Bronze capable de manipuler le temps. Rongé par son désir de conquête, l’ancien leader de la Horde a réussi à rallier les chefs de guerre des différents clans et à refuser la corruption des Démons. Notre mission consiste donc à effectuer un retour vers le futur antérieur pour stopper cette folie.

Une progression hyper scénarisée

World of Warcraft : Warlords of Draenor
L'absence de monture volante redonne son sens à l'exploration terrestre.
En termes de progression, Warlords of Draenor emboîte le pas des évolutions opérées par Blizzard depuis quelques extensions déjà. Le focus est donc fait sur la mise en scène d’un maximum de quêtes, de façon à alterner entre missions classiques de type bash ou récolte et quêtes beaucoup plus construites incluant désormais régulièrement des doublages vocaux ainsi que des cutscenes. Et l'on peut dire que la sauce prend plutôt bien ; la phase de pexing est transformée en aventure dotée d'un souffle épique indéniable pour peu que le joueur s'intéresse un minimum à la trame de ce nouveau contenu. Sans rougir, WoW s'avance en 2014 avec un modèle themepark pleinement assumé qui semble ici arriver à maturité. Aidé par la force d'un background trouvant en Draenor un terrain parfait pour s'exprimer sans limites, la progression se fait ici plus guidée qu'auparavant pour des raisons évidentes de mise en scène. L'idée sera d'arriver dans une zone pour se laisser conduire par un scénario local à deux niveaux. Un premier composé de quêtes de « remplissage » assez classiques, nécessaires au déclenchement de missions bénéficiant de bien plus profondeur. Le plaisir sur la durée reste donc entier puisque ce modèle de leveling ne souffre pas d’importants coups de mou. Une crainte m'est tout de même apparue après avoir bouclé les deux premières zones, ce cheminement hyper scénarisé ne viendrait-il pas mettre des bâtons dans les roues à l'exploration ?

World of Warcraft : Warlords of Draenor
Se balader hors des sentiers battus permettra de découvrir quelques secrets.
Eh bien j'imagine que chez Blizzard, on s'est posé la même question. Concernant la réponse, elle passe par plusieurs aspects propres à cette nouvelle extension. Le premier - et sans doute le plus important - est l'absence totale (mais provisoire) de montures volantes en Draenor. Même au niveau maximum, il n'est pour le moment pas possible de chevaucher son piaf pour se faciliter la vie dans les zones. Une décision capitale chargée de redonner ses lettres de noblesse à l'exploration terrestre. Fini les PNJ de quêtes abordés par le ciel en évitant tous les ennemis de la zone, il faut ici progresser à l'ancienne. Bonne nouvelle puisque les zones regorgent littéralement d'ennemis « rares » ayant la délicatesse de looter un objet bleu (voire épique avec un peu de chance au tirage) à leur mort. Même s'ils sont aussi faciles à trouver qu'un Murloc le long d'une plage, la carotte du butin nous fera donc quitter les sentiers battus à intervalles très réguliers pour aller les annihiler.

World of Warcraft : Warlords of Draenor
Addictif et utile, le Fief est un endroit où l'on reviendra très régulièrement.
Cerise sur le gâteau, de nombreux objets secrets s’ajoutent au tableau et viennent compléter une progression déjà très riche en loots rares. On ajoute ensuite une nouveauté très pratique pour quiconque souhaitera monter son personnage au plus vite : les quêtes bonus. Le principe est simple : chaque zone contient plusieurs lieux d'intérêt dans lesquels une quête automatique (de bashing, la plupart du temps) s'enclenche de façon automatique. Finissez-la pour obtenir une pluie de points d'expérience et de pièces d'or. Un bon moyen encore de pousser sa découverte des terres vers des endroits où les quêtes principales ne vous envoient en principe pas. Enfin, Blizzard semble être aller voir du côté de Guild Wars 2 pour réemployer ici le principe des Jumping Puzzles. Même si dans la forme, la difficulté entre les deux challenges est incomparable, il est toujours plaisant de découvrir un petit chemin dérobé sur lequel crapahuter de plate-forme en plate-forme pour être récompensé d'un secret sous forme d'objet, de mascotte ou de ressources pour le Fief.

Oui mon seigneur ?! Je m’en charge !

World of Warcraft : Warlords of Draenor
Il faudra acheter des plans pour faire évoluer nos constructions.
Le Fief justement, parlons-en. Nouveauté de cette extension, il s'agit de l'interprétation made in WoW du système de housing demandé par la communauté depuis bien des années. Fini le rôle du héros solitaire reconnu par les PNJ qu'en de trop rares occasions, le joueur devient ici le commandant des forces de la Horde et de l'Alliance dans son assaut contre la Horde de Fer. Avec un titre pareil, on ne réside pas dans une vulgaire bicoque entourée de son lopin de terre ; il nous faut quelque chose de plus... imposant. Et quoi de mieux qu'un bastion personnel pour diriger ses troupes ? Car l'idée du Fief est d'implémenter une sorte de HUB instancié au sein duquel le joueur pourra s’adonner à une foule d'activités. Dans un esprit très Warcraft à base de péons coupant du bois et de bâtiments à construire à l'aide de ressources, le Fief servira avant tout un but purement utilitaire et lucratif.

World of Warcraft : Warlords of Draenor
Les donjons retrouvent une certaine dose de difficulté.
Pas de personnalisation de la couleur des rideaux ou de la tapisserie de la caserne ici, mais la possibilité de choisir entre plusieurs bâtiments comme une forge, un atelier de calligraphie, une taverne et moult autres structures à acheter, utiliser, et faire évoluer au fil des niveaux. Le tout utilise un système de ressources récupérées lors de certaines quêtes, grâce à des PNJ ou sur la dépouille encore fumante de quelques créatures rares. En un sens, la gestion du Fief ressemble à ce que l'on trouve habituellement dans les jeux de gestion au modèle freemium : un enchaînement de petites missions faciles à appréhender mais diablement efficaces en termes de maintien de l'intérêt sur la durée. Sauf qu'ici, pas de microtransactions bien sûr, mais des possibilités qui s'étendent au fur et à mesure de nos actions dans le monde (quêtes, hauts faits, PvP, etc.)

World of Warcraft : Warlords of Draenor
Les vétérans de The Burning Crusade auront le plaisir nostalgique de la (re)découverte de plusieurs lieux mythiques.
Mais le Fief ne sert pas que de point d'artisanat et de siège où faire croître sa fibre de promoteur immobilier, il est aussi le lieu de ralliement de sujets à recruter tout au long de l'aventure. Ici, il est question d'envoyer ses troupes en missions automatiques via l'interface de la table de commandement. Imaginez un mix entre les missions de la confrérie d'Assassin's Creed Brotherhood et les combats de mascottes introduits avec Mists of Pandaria. Le résultat donne naissance à un système addictif et sans temps mort où le joueur devra gérer ses troupes afin de mettre toutes les chances de son côté. La plupart des PNJ à enrôler se dénichent tout au long de la progression, ils sont étroitement liés au scénario d’une zone donnée. En arrivant dans une nouvelle contrée d’ailleurs, une petite suite de quêtes vous demandera de bâtir un avant-poste au sein duquel il faudra effectuer un choix entre deux bâtiments à construire. Cette décision déterminera à la fois une partie du cheminement de votre personnage, mais aussi une capacité active (sur cooldown) utilisable dans la zone uniquement. Appel de renforts, invocation d’un marchand ou encore possibilité de combattre à dos de monture pour la zone de Nagrand, les avantages seront nombreux. L’idée est intéressante puisqu’elle permettra aux amateurs de reroll de profiter d’une progression légèrement différente selon les choix effectués. Bref, loin d’être relégué au Fief principal, le concept du bastion s’étend sur toutes les zones renforçant une nouvelle fois la totale réussite de cette extension en matière de pexing en PvE. Qu’on se le dise, la progression reste linéaire et tout à fait adaptée à un joueur solitaire, mais n’est-ce pas là la marque de fabrique de WoW depuis des années maintenant ?

LFG Auchindoun Hero

World of Warcraft : Warlords of Draenor
Talador offre des points de vue splendides sur Shattrath et ses environs.
Du côté des donjons, on conserve ici la philosophie “blizzardienne” de l’instance rapide sans trop de trash mobs à nettoyer entre les différents boss. On y ajoute toutefois le souffle épique scénaristique propre à Warlords of Draenor. Si le premier donjon ne restera pas dans les mémoires de par son ambiance assez plate, on se montre déjà bien plus enthousiastes envers l’Orée du Ciel et ses Arakohas adeptes de Rukhmar ou encore Auchindoun en version prédestruction de Burning Crusade. L’occasion de revenir sur le gameplay de cette extension dont les changements importants datent du patch 6.0.2, déployé quelques semaines avant la sortie de Draenor. La diminution de toutes les statistiques (joueurs comme monstres) redonne enfin aux affrontements de groupe une certaine lisibilité ; fini les valeurs démesurées de Pandaria, place à des chiffres plus raisonnables qui gagnent en sens pour le joueur. Un joueur qui devra d’ailleurs réapprendre à craindre la mort en cas d’erreur.

World of Warcraft : Warlords of Draenor
La mise en scène sur les quêtes devient la nouvelle norme dans les zones.
Car au fil des extensions, WoW avait perdu en difficulté ce que les joueurs avaient gagné en puissance. Conséquence, les donjons prenaient des airs de courses au DPS sans réel danger imminent. Depuis la 6.0.2 et une fois les donjons de Draenor écumés, on retrouve enfin cette nécessité de cohésion d’équipe, de respect des rôles et de menace constante en mode Normal et en mode Héroïque (nécessaires pour se stuffer avant l’arrivée prochaine des raids). Bien évidemment, cela risque d’évoluer à mesure que les joueurs récupéreront des objets puissants, mais Blizzard semble néanmoins vouloir redonner à son MMO une dose de difficulté à l’ancienne. Pas de grosses nouveautés à signaler du côté des talents pour cette fois puisque hormis un ultime point à dépenser au niveau 100, tous les joueurs d’une même classe débloqueront les mêmes améliorations passives de compétences une fois arrivés à la fin de leur phase de pexing. Notez enfin que le mode Scénario instauré dans Mists of Pandaria n’aura pas dépassé le stade d’une extension faute d’intérêt suffisant pour les joueurs ; on baroudera donc pour le moment dans les 8 donjons disponibles ainsi que dans les différentes sous-zones de niveau 100 peuplées d’élites et de rares.

Papy fait de la résistance

World of Warcraft : Warlords of Draenor
Des files d'attente aptes à refréner les ardeurs des joueurs les plus motivés.
World of Warcraft fête cette année ses dix ans. Dix ans, cinq extensions et la nécessité pour Blizzard de faire évoluer le moteur du jeu pour lui permettre de traverser les années sans trop souffrir. Aidés par son style cartoon indémodable, les artistes ont ici fait preuve de beaucoup d’inspiration pour la création des nouvelles zones. Vastes et majestueuses, elles offrent à la progression un cadre visuel de grande qualité. Les nostalgiques de l’époque Burning Crusade pourront d’ailleurs y passer des heures à trouver les similitudes et les différences avec l’Outreterre. Quand on connaît l’attachement des joueurs pour cette ancienne contrée, on se dit que Blizzard avait effectivement une belle carte à jouer. Mention toute particulière à Talador et sa forêt sublimée par l’architecture Draeneï ainsi qu’à Nagrand, plus belle et sauvage que jamais.

World of Warcraft : Warlords of Draenor
C’est effectivement la nostalgie qui parle ici, mais redécouvrir ces contrées sept ans après sous un jour totalement nouveau fera son petit effet aux vieux baroudeurs de WoW comme moi. Entre nouveautés et rappels obligatoires des races endémiques du continent, le bestiaire bénéficie du même souffle créatif maîtrisé. A grand renfort de comédiens de doublage, Blizzard s’est attelé à faire parler un maximum de PNJ dans un maximum de situations possibles. Entre les cutscenes plus présentes en Draenor que sur la totalité des autres extensions et les multiples chefs de guerre des clans Orcs, Warlords of Draenor peut se targuer de bénéficier d’un doublage français de qualité donnant à sa trame principale un degré de finition digne d’un RPG solo. Et que dire de la bande-son ! Habitués du jeu en mode mute ou playlist personnelle, augmentez le volume de la musique du jeu au moins une fois par zone pour profiter des admirables compositions de Russell Brower, Neal Acree et Clint Bajakian. Epique quand il le faut, mystérieuse à certains moments, l’OST est à l’image de cette extension, très réussie. Un regret toutefois concernant les capitales d'A’Shran ballottées entre leur utilité discutable du fait de la présence des Fiefs, leur architecture peu inspirée et leur implantation que l’on sent forcée par l’envie d’envoyer les joueurs dans la zone PvP avoisinante.

Un point sur le lancement

World of Warcraft : Warlords of Draenor
Les habitués des lancements d’extensions de World of Warcraft pouvaient s’attendre à une loterie vis-à-vis des performances des serveurs pour les débuts de Warlods of Draenor. Soit tout se passait bien comme à l’époque de Wrath of the Lich King, soit tout irait de travers comme pour The Burning Crusade. Il faut croire que Blizzard a décidé de s’inspirer de l’esprit BC jusqu’au bout puisqu’on ne peut pas dire que ce lancement se soit effectué dans les meilleures conditions possibles. Au programme : lag handicapant, déconnexions fréquentes, bug au niveau des instances de Fief, attaque DDOS chez Blizzard et files d’attente longues comme un jour sans pain. Tout cela semble néanmoins être rentré dans l’ordre depuis dimanche et les soucis persistants devraient être résolus d’ici quelques jours. Au-delà de la frustration engendrée chez les joueurs désireux de pexer au plus tôt, ce lancement chaotique se fait tout de même l’écho d’un engouement retrouvé auprès d’un public en mal de lore Warcraft après une phase Mists of Pandaria fruit de nombreux doutes que Draenor ne devrait pas avoir beaucoup de mal à effacer.

Les notes
+Points positifs
  • Une progression centrée sur un scénario épique et maîtrisé
  • Draenor, son ambiance, son background (Nagrand est de retour !)
  • Le Fief, addictif et bien pensé
  • Doublage vocaux et cutscenes à foison
  • C’est le festival des têtes connues : amateurs de lore Warcraft, vous allez être gâtés !
  • Bande-son envoûtante
  • La direction artistique nous fait oublier le poids des années
  • Un système de jeu renouant avec une certaine difficulté en donjons
-Points négatifs
  • La scénarisation rend le tout un peu trop dirigiste
  • Peu de nouveaux talents actifs à choisir durant la progression
  • Des capitales qui manquent cruellement de charme
  • Quelques donjons peu inspirés

Bien plus engageant que Mists of Pandaria, Warlords of Draenor réussit le pari de faire replonger le joueur dans la magie de l’univers de Warcraft. Le splendide monde de Draenor, l’Outreterre du passé, n’est pas étranger à ce sentiment de plaisir retrouvé dans une progression sans réel temps mort tout au long des dix niveaux de cette cinquième extension. Grâce à un scénario et une bande-son au souffle épique indéniable portés par quelques-unes des plus grandes figures de la licence, World of Warcraft nous offre ici la quintessence de son modèle themepark assumé. Forcément plus linéaire que ses prédécesseurs, il n’en oublie pas moins de proposer un cheminement articulé autour d’une nouveauté dans l’ensemble bien maîtrisée, le Fief. Doté d’un contenu solide à son lancement (8 donjons et de nombreuses zones de niveau 100), Warlords of Draenor semble être la cerise (de Nagrand) sur un gâteau âgé de dix ans n’ayant pourtant rien perdu de son aspect savoureux. Les amateurs du genre peuvent donc le déguster sans modération.

Profil de mrderiv
L'avis de mrderiv
MP
Journaliste jeuxvideo.com
18 novembre 2014 à 14:11:15
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (120)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.7/20
Mis à jour le 18/11/2014 à 14:11
PC MMORPG Activision Blizzard Blizzard Entertainment Heroic Fantasy Dragons
Dernières Preview
PreviewPGA Tour 2K21 : cap en vue pour la simulation de golf ? 07 août, 09:00
PreviewMarvel’s Avengers : En route vers le Endgame ? 05 août, 15:00
PreviewFIFA 21 : Le gameplay se dessine, rassurant ou inquiétant ? 04 août, 17:16
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Microsoft Flight Simulator
18 août 2020
3
Star Wars : Squadrons
02 oct. 2020