CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • French days 2022
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • TV
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Black Prophecy
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Black Prophecy
Appréciations du jeu
13
L'avis de la rédaction
13.9
L'avis des lecteurs (24)
Test Black Prophecy

Black Prophecy : Rise of the Boids

923 vues
Profil de pixelpirate,  Jeuxvideo.com
pixelpirate - Journaliste jeuxvideo.com

A l'heure où tout projet de MMO spatial semble condamné à avorter (on pense à Jumpgate Evolution ou à Stargate Worlds), il est toujours rassurant de voir sortir un nouveau représentant du genre. Accessible à tous depuis une quinzaine de jours sur le portail Gamigo, Black Prophecy est un free-to-play de Reakktor Media, les auteurs de Neocron. Clairement orienté action, ce titre bien réalisé est truffé de bonnes idées, malheureusement pas assez abouties.

Black Prophecy

A l'aube du 26ème siècle, une partie de l'univers a été colonisée par l'humanité, qui a connu de profondes évolutions. Les Sapiens, comme on désigne désormais les descendants de l'espèce humaine originelle, ont été confrontés à l'apparition d'êtres humains supérieurs : les Tyi et les Genides. Les premiers sont cybernétiquement améliorés, les seconds génétiquement modifiés. L'émergence de ces deux races a provoqué des guerres meurtrières et aujourd'hui encore, ces deux factions rivales à la philosophie opposée doivent faire face à la menace des Jadd Baran, un groupe de Sapiens rebelles qui haïssent les humains évolués. Pour ne rien arranger, l'expansion immodérée des Genides et des Tyi a fini par déranger une mystérieuse race extraterrestre particulièrement agressive, qui va mettre la galaxie à feu et à sang.

Black Prophecy
Black Prophecy envoie une jolie claque visuelle pour un free-to-play.
Et vous, dans tout ça ? Après un détour par un éditeur de personnages suffisamment complet, on vous propose d'incarner un "simple" Sapiens dans le cadre d'un long prologue d'une demi-douzaine d'heures, destiné à vous immerger dans le contexte avant même de vous laisser choisir une des deux factions en présence (ce qui est une bonne idée). Ce prologue scénarisé, particulièrement bien écrit, est émaillé de nombreuses scènes cinématiques. Outre de souffrir d'une compression douteuse, ces dernières se résument hélas à d'interminables travellings dans l'espace ou à d'ennuyeux journaux télévisés qui ne parviennent pas à dynamiser efficacement la mise en scène. Heureusement, l'intrigue est assez intéressante : votre personnage va être impliqué malgré lui dans une série d'événements qui vont lui conférer une importance capitale aux yeux des Genide et des Tyi. Puis vient l'heure du choix, qui est l'occasion de devenir un être humain amélioré. On regrette que ses incidences se limitent un peu trop au design de votre vaisseau (qui n'influe que modérément sur le pilotage) et à votre zone de rattachement : les Genide et les Tyi n'ont pas suffisamment de spécificités et l'alternative proposée est surtout prétexte à introduire des possibilités de PvP. Chose de plus en plus courante, la troisième faction, les Jadd Baran, est contrôlée par l'IA.

Black Prophecy
L'univers est découpé en de nombreuses petites instances cloisonnées.
L'une des particularités de Black Prophecy, c'est l'absence de toute notion de classe (de personnage ou de vaisseau). La progression s'articule autour d'un concept simple, celui de "vaisseau en kit". A mesure que vous acquérez de l'expérience et que vous franchissez des niveaux, vous pouvez spécialiser votre personnage dans plusieurs domaines liés à votre vaisseau : coque, moteur, bouclier, maîtrise des différents types d'armes (énergétiques, mécaniques ou explosives) ou mouvements tactiques. En accomplissant des missions, en vous rendant chez le négociant ou en lootant les épaves détruites, vous récupérez des pièces qui peuvent être assemblées plus ou moins librement selon une architecture invariable : un cockpit, deux ailes, deux moteurs, jusqu'à 4 armes de base, un lance-missiles et un champ de force. Chaque pièce bénéficie d'un niveau donné et ne peut être équipée que si votre compétence dans le domaine lui est supérieure ou égale. Si vous récupérez par exemple un moteur de niveau 8, vous ne pouvez en doter votre vaisseau avant d'avoir dépensé 8 points dans la compétence dédiée. Ce système vous donne toute latitude pour personnaliser votre façon de jouer, tout en vous permettant de retrouver des archétypes consacrés : bâtiment de type tank, agile (spécialisé dans les manœuvres tactiques), lourdement armé (DPS), etc.

Black Prophecy
Les combats nécessitent pas mal de réflexes mais peu de tactique.
Chaque pièce équipée est bien entendu visible sur votre vaisseau, même si l'absence de classes prédéfinies ne rend pas aisée l'identification de vos adversaires. Notez que Black Prophecy ne vous permet ni de visiter l'intérieur de votre bâtiment (seule une vue cockpit minimaliste est disponible), ni de vous promener sur les stations spatiales, auxquelles vous n'accédez que par le biais de simples menus. Quelle que soit la zone dans laquelle vous vous trouvez, une touche permet d'afficher la liste des joueurs et des points d'intérêt, puis d'interagir avec eux s'ils se trouvent à proximité. C'est de cette façon que les quelques PNJ croisés, qui s'affichent sous la forme d'un portrait, vous confient une partie de vos missions, les autres étant accessibles à partir du menu dédié dans chaque station spatiale. A l'instar d'un certain Star Trek Online, l'univers de Black Prophecy Online est très découpé. Formé d'une multitude de petites zones cloisonnées entre lesquelles vous pouvez passer instantanément sans la moindre transition (il suffit de sélectionner votre destination sur la carte spatiale), il constitue un véritable frein à l'immersion en dépit de ses environnements de toute beauté. Mais l'immersion ne faisait de toute façon pas partie des priorités des développeurs, qui ont préféré miser sur un autre cheval : l'instant-action.

Black Prophecy
Trois vues sont dispos, dont l'une vous immerge dans le cockpit.
Voilà pourquoi la navigation dans l'espace, particulièrement simple, ne procure aucune sensation de pilotage : elle se limite à accélérer et à ralentir, sachant que vous n'avez jamais à effectuer de manœuvres compliquées, à poser votre coucou quelque part ou même à vous inquiéter des collisions avec les éléments du décor. Tournés vers l'action la plus immédiate, les combats témoignent aussi de ce souci d'accessibilité. Vous pouvez sélectionner vos cibles d'une simple pression sur une touche, et s'il n'y a pas d'autolock à proprement parler, un indicateur vous permet de les arroser sans avoir à anticiper vous-même vos déplacements respectifs. Tout est fait pour vous faciliter la tâche, y compris l'utilisation des armes, réunies en un même clic de souris. Si les paramètres à gérer sont peu nombreux, vous disposez tout de même de la possibilité de provoquer des ondes de choc au corps-à-corps, d'activer un drone de réparation pour vous requinquer ou encore d'effectuer un mouvement spécial (looping, accélération) pour peu que votre jauge d'adrénaline, qui monte en combattant, vous l'autorise. Les affrontements en solo sont donc dynamiques et plaisants (d'autant qu'ils bénéficient d'effets de lumière réussis et d'explosions spectaculaires) mais il faut se tourner vers le jeu d'équipe pour trouver un semblant de stratégie.

Black Prophecy
Les zones disputées sont un peu bordéliques et souffrent du lag.
Le problème, c'est que Black Prophecy n'est pas assez abouti sur ce plan. Si le jeu en groupe est possible et intéressant, il ne trouve guère de sens en dehors des missions (instanciées) qui lui sont destinées. Comme beaucoup de free-to-play, le reste peut être "soloté" sans aucun problème. Et quand on tombe enfin sur un objectif qui mériterait une synergie de groupe (comme défendre une raffinerie de l'attaque de vaisseaux kamikazes, objectif délicat pour qui a opté pour un profil de type tank), il s'agit malheureusement d'une mission solo ! Pour être le plus précis possible sur ce point, sachez que le jeu propose trois types de missions. Tout d'abord, des missions solo scénarisées qui font avancer l'histoire. Ensuite, des missions solo en secteur disputé qui sont l'occasion de croiser des joueurs de la faction adverse et de s'adonner au PvP (frustrant en cas d'écart de niveau prononcé, d'autant que le lag est parfois de la partie). Enfin, des missions répétables et personnalisables (PvE ou PvP ; à effectuer seul, en groupe ou avec son clan) disponibles dans les stations spatiales. Ces dernières sont les plus intéressantes, même si forcément répétitives à la longue. Si vous êtes seul et que vous désirez jouer en équipe, il y a aussi la possibilité d'utiliser la fonction quickplay, qui permet de trouver rapidement coéquipiers et adversaires éventuels pour une mission PvE ou PvP

Black Prophecy
Vous aurez parfois à éliminer les défenses de gigantesques bâtiments.
Black Prophecy ne manque pas de fonctionnalités, mais elles sont plus ou moins bien intégrées. Le PvP, par exemple, n'est pas assez structuré (pas de grades, pas de récompenses), ce qui réduit d'autant l'intérêt de se réunir en clans, qui peuvent prétendre à l'obtention d'une zone spéciale et bâtir une station modulable. A côté de ça, la possibilité de crafter soi-même des éléments de vaisseau (en récupérant blueprints et matériaux divers) ou encore de les modifier si vous avez 20 minutes à tuer, paraît hors de propos dans un concept qui contraint à remplacer régulièrement chaque pièce par sa version supérieure. Au moins l'accès à l'item shop n'est-il pas un prérequis pour progresser dignement, même si à haut niveau, la jauge de concentration (qui permet de booster son gain d'expérience) pourrait inciter les plus impatients à y goûter. Voilà donc un MMORPG très sympa au début, un peu moins passé le prologue – car l'on se rend compte que le système de factions n'apporte pas grand-chose et que le contenu est un peu limité – et sans doute ennuyeux sur le long terme. Toutefois, son statut de bêta ouverte nous laisse espérer des ajouts futurs (la possibilité de se promener sur les stations spatiales, et pourquoi pas une traduction en français ?) que devront attendre tous ceux qui veulent s'y investir davantage.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Sur ce point, Black Prophecy est un free-to-play de luxe. Décors, modélisation des vaisseaux, explosions, effets de lumière de réflexion et de particules : tout concourt à vous donner l'impression de jouer à un MMO payant à l'exception des cut-scenes, un peu cheap et mal compressées.

  • Jouabilité 13 /20

    La prise en main a beau être simple, la jouabilité souffre de quelques écueils (fenêtre de craft peu pratique, loot délicat, manque d'informations liées au jeu de groupe). Le système de développement offre une latitude appréciable et les combats bénéficient d'un dynamisme plaisant.

  • Durée de vie 11 /20

    Typique d'un free-to-play, la progression vous astreint sur le moyen terme à la répétition des mêmes missions, la faute à un contenu trop succinct. Le PvP autour des clans est une fonctionnalité prometteuse à haut niveau, mais il faudra visiblement s'accrocher pour pouvoir en profiter.

  • Bande son 16 /20

    La bande-son est l'un des points forts de Black Prophecy. Les thèmes musicaux, qui empruntent à l'occasion à Wagner ou à Bach, dynamisent agréablement les combats. Les bruitages sont plaisants et le jeu bénéficie de nombreux dialogues doublés (en anglais ou en allemand).

  • Scénario 14 /20

    Le contexte intéressant et la narration réussie sont à mettre au crédit de l'auteur de science-fiction Michael Marrak. L'immersion est toutefois gâchée par un univers découpé à l'excès et des objectifs peu variés qui font l'impasse sur l'exploration et la diplomatie au profit du tout-action.

Black Prophecy est un MMO spatial qui souffle le chaud et le froid. On est d'abord agréablement surpris par sa scénarisation réussie, ses combats dynamiques, ses possibilités de customisation et sa réalisation de haute volée pour un free-to-play. Passé le prologue, on finit par ressentir la répétitivité du propos, qui tient beaucoup au manque de variété et de profondeur du gameplay. Puis on réalise que l'univers découpé et le parti pris de l'action immédiate nuisent à la dimension communautaire du titre. Certaines fonctionnalités (le système de factions, le PvP, l'artisanat) donnent même l'impression d'avoir été intégrées "parce qu'il le fallait". Bref, si le jeu ne manque pas de qualités, il ne nous paraît pour l'heure pas suffisamment abouti pour pouvoir s'y intéresser sur le long terme.

Note de la rédaction

13
13.9

L'avis des lecteurs (24)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
PC Gamigo Reakktor MMO Action
Dernières Preview
PreviewMultiVersus : Le challenger ultime pour Super Smash Bros. Ultimate ? 19 mai, 18:00
PreviewCard Shark : Gros coup de cœur pour ce jeu de cartes où tricher, c'est gagner ! 16 mai, 18:20
PreviewTeenage Mutant Ninja Turtles Shredder’s Revenge : Le meilleur jeu vidéo Tortues Ninja jamais réalisé ? 09 mai, 15:00
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
4ème trimestre 2022
2
Starfield
1er semestre 2023
3
Diablo Immortal
02 juin 2022
La vidéo du moment