Menu
Poney Love
  • Tout support
  • PC
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Poney Love
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 septembre 2008 à 16:02:00
4/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
2.8/20
Test : Poney Love
DS
Partager sur :

La DS n'est décidément plus une console portable mais un véritable haras, lieu de rencontres privilégié pour une multitude de softs traitant du thème de l'équitation sous toutes les formes possibles et imaginables. Avec Poney Love, c'est l'amour des animaux qui est mis en avant au travers d'un titre de gestion ultra simplifié et destiné aux très jeunes cavalières.

Poney Love

Avec sa jolie jaquette rose agrémentée de petits coeurs et d'une photo de Sophie Thalmann, la marraine du soft, Poney Love annonce clairement la couleur. Ici l'équitation ne sera pas un sport mais un simple prétexte à des activités peace & love entre le joueur et son fidèle compagnon. Autant dire que les quelques subtilités mises en avant chez la concurrence ne sont pas à l'ordre du jour dans Poney Love qui s'arrête au lien purement affectif entre le cavalier et sa monture.

Poney Love
Quarto va gentiment se cacher derrière un arbre pour faire ses besoins.
En vérité, le titre ne va même pas jusque-là puisqu'à aucun moment le joueur n'a le droit de monter sur son poney, celui-ci courant tout seul au champ de course tandis que son maître l'encourage simplement du haut des gradins. Mais avant d'en arriver là, il faudra tout de même gagner le droit de participer aux courses de championnat et donc débloquer la totalité des activités proposées sur la cartouche... ce qui ne devrait pas vous prendre plus d'une heure de jeu. Et si Poney Love est un soft vraiment très léger en terme de durée de vie, il l'est aussi en matière de gameplay puisque, côté gestion, ce n'est clairement pas la panacée. On démarre ainsi avec la création d'un poney choisi parmi les six races suivantes : Chincoteague, Welsh, Dartmoor, Fell, Dales et Connemara. Dans le cas où vous hésiteriez, sachez que le jeu vous donne le droit de gérer jusqu'à trois poneys en parallèle, mais la démarche n'est pas forcément conseillée. Tout simplement parce que les éléments que vous aurez achetés ou débloqués avec un poney ne seront pas disponibles avec un autre, ce qui vous obligera à tout recommencer à chaque fois. Qui plus est, on ne peut pas dire que le changement de race renouvelle un tant soit peu l'expérience de jeu qui, vous allez le voir, fait vraiment dans la simplicité.

Poney Love
Ces compétitions navrantes nous font regretter les courses de Chocobos de FFVII.
Vous voilà donc en compagnie d'un sympathique poney qui tourne en rond dans votre petit jardin en attendant que vous lui proposiez une activité digne de ce nom. Les différentes jauges affichées en haut de l'écran vous permettent de garder un oeil vigilant sur les besoins de votre nouveau compagnon. Le pansage se résume à sa plus simple expression, les caresses et le brossage s'effectuant en deux secondes à peine à l'aide du stylet. Pas de jet d'eau pour laver le cheval, pas d'outil non plus pour curer les sabots et encore moins de box à entretenir. Une promenade de quelques secondes donne au poney l'occasion de faire ses besoins, ou plutôt d'aller aux toilettes comme nous l'indique le jeu, en se cachant derrière un arbre pour éviter de choquer le jeune public féminin. On pourrait presque en rire si le contenu du titre n'était pas aussi lacunaire. La boutique permettant d'acheter de la nourriture, de l'eau et divers éléments utiles ou purement décoratifs, n'est pas très fournie non plus, et vous ne pourrez d'ailleurs la dévaliser qu'à la condition d'avoir gagné suffisamment d'argent en remportant les courses. Pour commencer, vous n'aurez donc pas d'autre choix que de tenter les épreuves de qualification pour essayer de finir à la première place afin de remporter le gros lot, ce qui s'avère encore plus facile à faire qu'à dire, pour une fois.

Poney Love
Le fameux concours de dressage.
Comme évoqué plus haut, le joueur n'ayant pas le droit de faire office de cavalier, c'est le poney qui travaille tout seul sur le champ de course. Tout ce que vous pouvez faire, c'est l'encourager en tapotant l'écran à coups de stylet ou en mitraillant le bouton Y. Si votre cheval est bien entretenu et que son moral est au top parce que vous l'avez caressé juste avant, il n'aura aucun mal à dépasser ses deux concurrents, et en moins de treize secondes vous aurez déjà empoché quelques centaines d'euros. Bien qu'elle soit totalement dépourvue d'intérêt, cette phase reste donc indispensable si vous voulez obtenir les fonds nécessaires à l'achat des dix figures de manège requises pour débloquer le concours de dressage. Cette fois, vous devrez vous contenter de cliquer sur l'icône qui correspond à la figure demandée pour que le poney réalise le mouvement attendu, et ainsi de suite jusqu'au verdict final du jury. Tout aussi vide de sens que les courses de qualification, ce concours fait peine à voir et a pour seul mérite de nous faire gagner encore plus rapidement l'argent requis pour débloquer le troisième et dernier défi : le championnat.

Poney Love
Accoutrée de la sorte, on dirait presque une piñata.
L'espace d'un instant, on pourrait s'attendre à découvrir quelque chose d'un tout petit plus croustillant, mais c'est peine perdue. Les courses se déroulent exactement de la même manière que pendant les qualifications. Le poney court tout seul en puisant dans ses réserves pour dépasser ses deux malheureux concurrents tandis que vous vous contentez de l'encourager de loin. Retour au jardin, vous rachetez de l'eau, de la nourriture, vous faites remonter les jauges du poney, et rebelote. Tout ceci ne vous aura pris qu'une petite heure, l'argent restant pouvant vous servir à investir soit dans l'achat de nouveaux accessoires purement décoratifs, soit dans celui de mangeoires plus sophistiquées. Si le coeur vous en dit, rien ne vous empêche de créer un nouveau poney pour tout recommencer depuis le début, mais le titre ne comporte vraiment rien de plus pour vous divertir sur le long terme. On préférera donc vous conseiller de passer votre chemin ou à la limite d'opter pour la concurrence, même si pour l'instant aucun titre de cette catégorie n'est parvenu à faire bonne figure sur DS.

Les notes
  • Graphismes 5 /20

    En dehors des menus, le soft comporte à peine quatre écrans différents : le jardin, le parc, le champ de courses et le terrain de dressage. Les animations des poneys se comptent également sur les doigts de la main, quant à leur modélisation...

  • Jouabilité 4 /20

    On peut difficilement parler de gestion compte tenu du faible nombre de possibilités offertes par ce titre. Le déroulement des courses est ridicule et sans intérêt, tout comme la compétition de dressage d'ailleurs.

  • Durée de vie 4 /20

    Comptez à peine une heure pour avoir accès au championnat et un petit peu plus pour débloquer tous les objets dans la boutique. Libre à vous ensuite de recommencer avec un autre poney si le coeur vous en dit.

  • Bande son 6 /20

    Des musiques passe-partout qui aident cependant à faire abstraction des innombrables défauts du soft.

  • Scénario /

Poney Love, "le jeu passion de Sophie Thalmann", arrive avec ses grands sabots dans un catégorie où chaque nouvelle sortie semble se borner à faire pire que la précédente. Vide de contenu et vide de sens, ce titre ne comporte pas le moindre semblant d'intérêt et ne mérite absolument pas ses 30 euros.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 septembre 2008 à 16:02:00
4/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
2.8/20
Mis à jour le 19/09/2008 à 16:02
Nintendo DS Gestion Emme Avanquest Software
Dernières Preview
PreviewIt Takes Two : Une bouffée d'air frais sur la coop par Hazelight (A Way Out) ? Il y a 5 heures
PreviewMonster Hunter Rise : un épisode plein de ressources 26 févr., 09:01
PreviewReturnal : Un Shooter futuriste mortel exclusif à la PS5 26 févr., 06:00
Les jeux attendus
1
Resident Evil Village
07 mai 2021
2
Mass Effect : Legendary Edition
14 mai 2021
3
Biomutant
25 mai 2021