Menu
ArmA : Armed Assault
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
ArmA : Armed Assault
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste jeuxvideo.com
16 février 2007 à 18:00:00
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (95)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.7/20
Amazon PC 15.00€ Amazon PC 25.00€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Test ArmA : Armed Assault
Chargement du lecteur vidéo...

Armed Assault est la suite plus ou moins officieuse de la plus célèbre simulation de guerre de la galaxie, j'ai nommé Operation Flashpoint. Soyez prévenu, les adeptes de titres plus grand public comme Call Of Duty, Battlefield ou même Ghost Recon Advanced Warfighter courent le risque d'être largement dépassés par les événements. Armed Assault est véritablement le Flight Sim du jeu de guerre. Accrochez-vous à vos bretelles car survivre sur un champ de bataille virtuel n'aura jamais été aussi difficile.

ArmA : Armed Assault

C'est cette fois l'île imaginaire de Sahrani qui sera le théâtre des affrontements. Nichée aux creux des vagues écumantes de l'océan Atlantique, l'île, qui évoque une sorte de mélange entre Haïti et la Corée, est sous le contrôle de deux régimes antagonistes. Le nord est le siège d'un régime autoritaire de type communiste qui chérit l'idée d'étendre son joug à toute l'île alors que le sud s'est constitué en une république démocratique pro-américaine prospère. Vous êtes membre d'un détachement de l'armée américaine stationné au sud et qui avait pour mission d'aider à la formation de la jeune armée républicaine. Alors que l'opération est sur le point de s'achever et que la plupart de l'équipement et des troupes de l'Oncle Sam sont déjà repartis au royaume des cheeseburgers, l'armée du nord traverse la frontière et s'attaque aux centres urbains du pays. Et là, la population locale se vide de son sang pendant que le joueur en mal de combats réalistes exulte et égorge des bigorneaux en l'honneur d'Arès, le dieu de la guerre. C'est donc 400 km² d'environnements variés qui s'offrent au martèlement de vos rangers rutilantes mais qui finiront bientôt trempées de boue et de sang.

ArmA : Armed Assault
La campagne débute lors d'une mission de routine.
Côté contenu, le jeu est particulièrement généreux avec une campagne assez longue et particulièrement hardcore, même en Normal. Elle propose notamment d'effectuer des missions auxiliaires variées afin de rendre les opérations principales plus faciles. Attaquer un convoi de troupes peu avant une grande bataille vous évitera d'être noyé sous une multitude de combattants ennemis. Le tout est bien entendu ficelé par des cinématiques façon reportage de guerre de bon aloi. En plus de cette campagne, ArmA propose bien évidemment un didacticiel assez complet, des missions spécifiques distinctes de la campagne, un mode multijoueur aguicheur car théoriquement jouable à 100 et enfin un nouvel éditeur de missions efficace pour les plus acharnés. Un plus agréable quand on sait qu'Operation Flashpoint a pu perdurer grâce à une multitude de MODs et d'extensions de qualité.

ArmA : Armed Assault
Etre dans un char procure un sentiment de sécurité agréable mais illusoire.
Armes Assault est fidèle à ses origines et reprend les mécanismes, voire même l'interface, de son ancêtre tout en apportant quelques modestes améliorations. On se sent sur le terrain comme dans un FPS, à ceci près qu'on pourra adopter une vue à la troisième personne bien utile pour vérifier si l'on se trouve bien à couvert. Grande nouveauté de la "série" puisqu'au fond, c'est de ça qu'il s'agit, votre soldat peut maintenant se pencher et éviter d'exposer l'intégralité de son corps musclé à un adversaire malheureusement devenu encore plus friand de headshots. Et comme par le passé, il faudra ramper ou s'accroupir pour se dissimuler ou gagner en précision lors des tirs. Du classique pour les amateurs de jeux de guerre vous me direz, sauf que sur Sahrani, la pression est omniprésente et pénétrante, elle s'insinue même pendant les nombreuses accalmies tant le réalisme est poussé à l'extrême.

ArmA : Armed Assault
Il faudra faire avec les civils affolés.
Ici, pas de barre de vie car de toute façon une ou deux balles suffiront à inviter la grande faucheuse à danser avec vous. Si on se sent pour une petite brasse dans une rivière, on risque d'y laisser son équipement. Un équipement d'ailleurs fort réaliste et qui couvre à peu près tout ce qu'on trouve sur un champ de bataille moderne. On imagine en plus que tout ce matériel de mort s'étoffera au gré des diverses mises à jour. Mais continuons notre description de cet enfer si fidèlement reproduit ! On se doit de sniper en anticipant vraiment les mouvements de la cible et en tenant véritablement compte de la distance. On doit faire avec les civils qui vaquent innocemment à leurs occupations. On grimpe dans la plupart des véhicules présents dans les gigantesques environnements du soft, pour se retrouver passager ou pilote. Du bon vieux 4x4 civil, en passant par 8 types d'hélicoptères, plusieurs tanks dont l'incontournable M1 Abrams, voire même des bus de ville ! Oui mesdames et messieurs, la guerre n'a pas de limite ! D'autant plus que la présence de citoyens Sahraniens dans ledit bus n'aura pas empêché les militaires nordistes de le faire exploser... Bref, tout est là (sauf peut-être la mobylette pétaradante de tonton Robert) et tout se pilote différemment... Surtout les hélicoptères qui semblent encore plus difficiles à maîtriser que dans Operation Flashpoint, ce qui n'est pas peu dire.

ArmA : Armed Assault
Mieux vaut faire profil bas devant les chars ennemis.
Enfin, on pourra jouer au petit chef en donnant des ordres à tout un tas d'hommes virils, suants sous leur barda et leur treillis de conflit. Une pression de la barre espace permettra de faire se déplacer vos collègues ou de les faire attaquer une cible. Mais là encore, le jeu va plus loin en vous offrant par exemple la possibilité de faire adopter à votre escouade une formation de combat spécifique, de même qu'un niveau d'alerte adapté à chaque situation. Bref, vous l'aurez compris, les options proposées par le jeu sont pléthoriques et la richesse du gameplay imprègne toutes les missions. Mais, car il y a toujours un mais, le jeu n'est pas exempt de défauts, loin de là. Vous n'échapperez pas à la réflexion bon marché selon laquelle trop de réalisme peut parfois tuer le plaisir du jeu. Ainsi il ne sera pas rare de devoir parcourir plus d'un kilomètre à pied avant de rejoindre votre objectif, et souvent de prendre une balle de sniper... Pardon d'insister donc, mais le réalisme a un prix et le soft ne s'adresse véritablement qu'à un public averti, féru de stratégie et de vraisemblance.

ArmA : Armed Assault
Un bien horrible résultat pour une attaque longuement planifiée.
Maheureusement, ArmA n'affiche pas que ce vrai faux défaut. L'aspect graphique est certes soigné et détaillé, mais fait tout de même un peu penser à une simple mise à jour d'Operation Flashpoint. D'autant plus qu'on n'échappera pas à un bon nombre de petits bugs, en multi notamment, et autres problèmes gênants. La gestion de la lumière, primordiale dans ce type de jeu, pourra s'avérer un petit peu bancale à l'occasion et fera naître quelques ombres surnaturelles. On sera par exemple bien trop facilement ébloui par un soleil couchant. Le soft se pare pourtant d'un bon nombre d'effets réussis, tels que certaines explosions, ou encore l'herbe qui se couche sous vos pas. Cela en deviendrait presque poétique si les sons de la guerre ne vous accompagnaient pas constamment. En fait, c'est surtout l'I.A qui semble être mal calibrée. Dans l'ensemble, les alliés et ennemis réagissent de manière crédible, mais mon Dieu comment font vos ennemis pour vous coller une balle dans la tête à cinq cents mètres, avec un fusil d'assaut, de nuit, alors que vous êtes en train de ramper dans les herbes folles ? Des Terminators je vous dis ! Encore que, quand il s'agit de piloter un véhicule, il n'y a plus personne. Vos alliés se perdent, restent immobiles, font de stupides manoeuvres inutiles et exposent du même coup les sévères problèmes de pathfinding du soft.

ArmA : Armed Assault
"Je n'ai rien à déclarer ma p'tite dame. C'est la guerre, et nous, on fait juste notre job."
Mais ne boudons pas notre plaisir. L'amateur du genre sera sans doute ravi de découvrir un soft aussi riche et prenant, mais tout aussi cruellement exigeant. A l'heure où les développeurs sortent des titres de plus en plus orientés vers le grand public, il est toujours agréable de se plonger dans un univers aussi fondamentalement hardcore, de renifler avec délectation l'odeur de la poudre et du sang. Armed Assault exigera de nombreuses heures de votre vie avant de se livrer, mais si le voyage risque d'en décourager plus d'un, il procurera un intense sentiment de satisfaction au joueur déterminé et exigeant. Tout ce qu'on attend d'une simulation.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Le moteur du jeu permet d'afficher des unités détaillées et des textures convenables, sans plus. Compte-tenu de l'immensité des environnements on peut se dire que le résultat est tout de même assez impressionnant. Cela dit, on ne m'empêchera pas d'émettre quelques réserves pour les jeux de lumières qui ne sont peut-être pas aussi réalistes que peut l'être le reste du soft. Sachez d'ailleurs qu'un PC musclé sera nécessaire pour faire tourner la bête.

  • Jouabilité 14 /20

    Etant donné la complexité de cet univers martial, on pourra dire sans se tromper que le soft s'en tire avec les honneurs militaires. Exigeant, c'est le temps et votre patience qui vous feront connaître les joies d'un contrôle absolu sur la guerre, la vraie. La localisation des dégâts est précise de même que les réactions de tout votre arsenal. Ne comptez sniper avec un fusil mitrailleur par exemple. Notons toutefois quelques problèmes d'I.A et un pilotage de véhicules parfois trop simpliste, ou au contraire trop délicat.

  • Durée de vie 17 /20

    Le jeu propose près de 30 missions ardues ainsi qu'une nouvelle version de son éditeur de cartes (tout de même très similaire à celui d'Operation Flashpoint). Ajoutez à cela un énorme mode multijoueur qui permettra à 100 joueurs de s'étriper dans la joie et la bonne humeur selon plusieurs variantes. D'autant plus qu'il sera maintenant possible de rejoindre une partie après qu'elle ait commencé. Alors, heureux ?

  • Bande son 14 /20

    Quelques musiques rock en solo et des bruitages particulièrement réalistes constituent la bande-son de ce titre. Les différentes infos, en anglais, dont vous êtes constamment abreuvés sont parfois un peu trop envahissantes et robotiques. De plus, il ne faut pas s'attendre à l'amplitude sonore d'un film de la trempe d'Il Faut Sauver Le Soldat Ryan par exemple. Ici, on se contentera du claquement sec des armes automatiques modernes.

  • Scénario 14 /20

    Au fond, ce n'est pas ce qui prime dans un jeu de ce type, mais la campagne s'en tire tout de même honorablement de ce point de vue là. Correctement mise en scène par quelques cinématiques de qualité, on y croirait presque.

Si vous en avez par-dessus le képi de l'aspect hollywoodien adopté par la plupart des jeux de guerre et que vous recherchez un peu d'authenticité, Armed Assault fera votre bonheur. Le titre se pose véritablement en référence de la simulation de guerre et offre son coeur à la communauté internet, qui le fera sans doute vivre un long moment, tout comme son prédécesseur. Exigeant, riche, violent et souvent frustrant, nul doute qu'Armed Assault transformera votre PC en champ de bataille pour des nuits et des nuits.

Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste jeuxvideo.com
16 février 2007 à 18:00:00
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (95)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.7/20
PC Action Simulation Bohemia Interactive Studio
Dernières Preview
PreviewResident Evil Village : Le Survival-Horror de référence à son meilleur ? Il y a 10 heures
PreviewHot Wheels Unleashed : Milestone et Mattel veulent créer la surprise 15 avr., 19:00
PreviewThe Elder Scrolls Online Blackwood : Méhrunes Dagon fait son grand retour ! 15 avr., 16:06
Les jeux attendus
1
Resident Evil Village
07 mai 2021
2
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022
3
Diablo II : Resurrected
2021