Menu
Driver : Parallel Lines
  • Tout support
  • PC
  • Wii
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Driver : Parallel Lines
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
17 mars 2006 à 18:00:00
12/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (78)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.5/20
Amazon PC 10.00€ Amazon PC 12.00€ Amazon PC 13.00€ Amazon Wii 22.90€ Rakuten Wii 28.00€ Amazon Wii 34.99€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Test Driver : Parallel Lines

Driver : Parallel Lines : Place au shoot

37 781 vues

A une époque où les titres mettant en scène de valeureuses automobiles tendaient à tous se ressembler Driver était parvenu à créer une nouvelle niche dans laquelle s'engouffrer. Ancré dans les années 70 au gré d'une ambiance à la Bullit, le titre de Reflections donnait vie à un nouveau genre, la "simulation" de poursuites en voitures cinématographiques. Un terme bien précis pour un soft qui parvenait à développer un attachement immédiat et qui se voyait surtout détenteur d'un gameplay à la fois fascinant et intuitif. Malheureusement, deux suites sans saveur vinrent ternir son image de marque, reléguant la licence dans les bas-fonds. Est-ce que cet épisode de la dernière chance va parvenir à changer la donne ? GTA est en tout cas passé par là...

Driver : Parallel Lines

Vous plaçant directement au volant d'un Muscle Car ressemblant trait pour trait à celui que l'on dirigeait dans le premier opus, Driver Parallel Lines se fend d'un clin d'oeil sympathique qui se conclut par des sensations que l'on croyait disparues, enterrées dans des souvenirs lointains. En effet, on retrouve immédiatement ses marques, cette petite tendance à un amortissement surréaliste de chaque côté de la carrosserie, et cet énorme survirage qui a causé la mort de nombreuses manettes innocentes. Cet ensemble de particularités, tirant parfois sur le défaut, mais aboutissant souvent à des moments de plaisir intense se voit donc à nouveau injecté après un troisième épisode s'éloignant cruellement de l'essence de la saga. C'est de ce fait avec l'excitation de l'enjoliveur sortant enfin de son carcan lors d'un virage serré que l'on se fond dans le soft. Parcourant les avenues très réalistes d'un New York reproduit avec fidélité, vous allez faire une connaissance violente mais sûrement intense avec la jouabilité pratiquement habituelle de ce Driver. Chaque croisement est propice à une sortie inconsciente, les pneus fumant et les freins rougeoyant, dans un désir assumé d'assurer le spectacle. En fait, la prise en main des véhicules à quatre roues pousse viscéralement à se laisser aller, porté par les images refaisant surface des vieux policiers des années 70, plein de courses-poursuites et d'étincelles sous le pot d'échappement. Plus subtil du fait de la gestion analogique de l'accélération et du freinage, ce gameplay toujours aussi dynamique demande maintenant un temps de maîtrise un peu plus long, mais offre une dimension supplémentaire aux prises de risque inconsidérées dont vous serez l'instigateur. A noter que les machines à deux roues s'avèrent nettement moins convaincantes de ce côté-là.

Driver : Parallel Lines
Voler un véhicule de la police ne vous couvrira pas en cas d'accident. Sauf si vous êtes vraiment policier...
Apparues avec le troisième opus, les motos opèrent ici un retour littéralement fracassant. Plus légères et surtout ayant une tendance désagréable à pivoter brutalement, ces dernières sont en quelque sorte la garantie de mourir rapidement et sans souffrance. Il est en effet assez malaisé de diriger ces bolides effilés sans subir une seule fois une perte totale de contrôle, passablement affolé par les constants balancements de l'engin. Assez rares d'ailleurs, ces machines aux pointes de vitesse étonnantes et fascinantes ne vous serviront vraiment qu'un nombre restreint de fois et restent totalement déconseillées lors de missions considérées comme dangereuses. Mais, vous le savez, certains softs semblent ressentir un malin plaisir à se prendre eux-mêmes à contre-pied. Dans ce genre, Driver : Parallel Lines fait très fort et vous propose une épreuve à moto quasiment ironique tant elle n'y est pas adaptée. Pour vous donner une petite idée de ce qui vous attend, le principe est en fait de concourir dans une sorte de duel vous forçant à passer par des points de contrôles jusqu'à l'arrivée. Jusque-là, rien de bien grave, au contraire. On se prend au jeu, naïvement, et on tente de travailler la prise de trajectoire afin de rendre hommage à ce "test" de pur pilotage. Tout cela n'est bien sûr qu'un habile stratagème destiné à faire naître un sentiment de confiance. Car, en plein milieu de la course, et à la surprise générale, des hommes de main montent des barrages sur la route, vous accueillant à grands renforts de rafales de mitraillettes. Perdant de précieux points de vie dans l'action, ce qui n'est qu'une faible contrepartie, vous pouvez également ne pas parvenir à passer ces voyous et vous écraser dans les voitures bloquant votre parcours. A moitié mort et tentant de remonter en selle malgré les coups de feu tout autour de vous, vous apercevez votre concurrent s'enfuir lestement vers la ligne d'arrivée. Un passage des plus frustrants qui est malheureusement le schéma presque constant des missions dans Driver : Parallel Lines.

Driver : Parallel Lines
Hola grand voyou ! Si tou veux tou peut toucher mes cheveux d'ange. Quels mouscles saillants, non ?
Conçu un tantinet sur le principe inhérent à GTA, le système de progression du soft de Reflections vous oblige à aller d'une part en quête de vos tâches en vous adressant aux personnes concernées sans rapport avec le scénario et d'autre part en rendant visite à des personnes intégrées dans la trame, passage obligé pour une continuation du titre. Le côté recherche fait donc une entrée remarquée, même si le nombre de "quêtes" annexes s'avère somme toute assez faible et que l'intérêt, sans cesse renouvelé, d'une recherche active de divertissements à la GTA n'est ici que peu présent. Certes, il demeure amusant de se voir catapulté en plein milieu d'un Destruction Derby amateur, ou de participer à de véritables courses de vitesse sur circuit, néanmoins assez peu adaptées à la jouabilité spécifique du titre, mais on reste sur sa faim. De plus, les environnements, du moins dans la partie 1978, se révèlent assez peu diversifiés, ne poussant pas forcément à l'errance divertissante. Pourtant, devant l'étendue stupéfiante de New York, vous aurez de quoi faire si vous désirez effectuer une visite culturelle effectivement fascinante, mais peu intense. Je ne dis pas que l'on ne s'amuse pas dans ces tours en ville improvisés, mais il est dommage de ne pas avoir prévu davantage de points focalisant l'attention. De ce fait, on se rabat sur les missions, originales et intéressantes dans le fond, proposées par le scénario. Rattaché à un client du nom de Slink, vous devrez effectuer ses moindres caprices crapuleux dans l'espoir de devenir son chauffeur attitré et ainsi vous faire un nom dans le milieu. Rencardé par Ray, vous hébergeant au-dessus de son garage, il ne tient qu'à vous de passer au travers des fusillades, habituelles dans les strates où vous évoluez. C'est alors que vous découvrirez la joie de la difficulté du soft, s'amusant visiblement à vous placer dans des situations quasi inextricables, ou du moins déséquilibrées par rapport à votre position. Vous tomberez sans cesse dans des pièges, des traquenards, des complots survenant à chaque fois dans des moments de faiblesse. Si on n'atteint pas le niveau de l'horrible dernière épreuve de Driver premier du nom, l'ensemble reste souvent énervant et parfois désespérant. Il est dommage de ne pas avoir su mettre plus en avant des objectifs bien pensés dans leur conception.

Driver : Parallel Lines
Plus on a la classe et plus on peut avoir des montres imposantes. La preuve.
D'autant que dans la foulée, les phases à pied manquent vraiment de saveur, vous laissant aux commandes d'un TK aux cheveux longs stylé, mais incapable de sauter, de rouler, voire de simplement monter sur un mur de trente centimètres de hauteur. Vous ne pourrez essentiellement que marcher, tirer ou vous accroupir. Une limitation maladroite, quelque peu rattrapée par un système de lock pratique et relativement fiable, empêchant de se confronter à des duels d'armes à feu mous et injouables à l'image de ceux présents dans la série GTA. Devant cette accumulation de défauts, vous pourriez être tenté de crier au scandale et préparer un modeste bûcher dans votre salon, mais ce ne sera pas nécessaire. En effet, à côté de cette impression générale mitigée, Driver parvient étonnamment à charmer, grâce à une ambiance très forte, vous propulsant à la fin des années 70, où les camps sont troubles et où la justice semble être dépassée par le banditisme "classe" pétri de sens de l'honneur. Une sorte de fable aux légers accents de Tarantino et à l'habillage intelligemment adapté. Un bonheur, souligné par une bande-son de très grande qualité, masquant comme elle peut la réalisation ouvertement limitée du soft. Dommage que l'on perde cette atmosphère attachante au passage du 21ème siècle, visiblement plus austère. Au final et grâce à son univers "seventies" fantastique et au plaisir de la conduite sans cesse présent, Driver : Parallel Lines parvient à tirer sa carte du lot, s'extirpant à grande peine du marasme où il aurait très bien pu sombrer. Si la période 2006 diffuse de manière analogue un univers cohérent et immersif, vous passerez de longues heures à parcourir Manhattan et consorts. Loin d'être l'étape de la rédemption, cette dernière donne au moins quelques couleurs à la série.

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Exposant un moteur physique et graphique très proche de celui de la série GTA, voire presque trop, Driver ne cherche pas à en mettre plein les yeux, essayant simplement d'assurer la gestion de l'immense zone dans laquelle vous évoluez. La modélisation générale n'est donc pas au beau fixe, et seuls les véhicules se détachent véritablement. D'autant que l'aliasing fait une arrivée en force, suivi d'un clipping féroce et surtout de bugs visuels omniprésents.

  • Jouabilité 13 /20

    Reprenant les bases du premier opus, Driver : Parallel Lines propose une conduite très nerveuse. Vous enchaînerez des dérapages pied au plancher sans vous soucier du danger, dans un plaisir renouvelé. Cependant, et à l'image du précédent volet, les phases à pied restent assez inintéressantes, ne comptant vraiment que lors de passages de voiture à voiture. De plus, l'architecture des missions (pourtant dignes d'intérêt dans le fond) déséquilibrée et l'I.A assez pauvre jouent en défaveur du titre. Reste l'arrivée d'un mode de customisation de son véhicule relativement sympathique.

  • Durée de vie 13 /20

    Si vous arrivez à supporter la difficulté des missions et surtout le déséquilibre des forces en présence vous trouverez de nombreuses missions à effectuer, et ce dans deux univers différents. Malgré tout, le fait d'être quasiment obligé de connaître les épreuves par coeur et surtout l'idée très désagréable de vous replacer fort loin de votre "contrat" une fois votre mort survenue, réussiront sûrement à en pousser à bout plus d'un. Heureusement, vous pourrez toujours trouver de l'occupation avec les tâches annexes.

  • Bande son 16 /20

    Pour ce qui est de l'année 1978, Reflections a sorti les grands moyens, utilisant des morceaux pour la plupart très connus initiés par des artistes nombreux et variés. Vous aurez donc droit à du Marvin Gaye avec l'excellent thème de Trouble Man, du David Bowie, du Suicide, du Blondie et même, attention, du Iggy Pop. Un choix fabuleux, collant parfaitement à l'ambiance et offrant de vraies envolées imaginatives. A noter tout de même la présence dans la track list de 2006 de Queen Adreena, puissante et déjantée.

  • Scénario /

    -

Attendu au tournant par des hordes de fans déchaînés, Driver : Parallel Lines laisse, à l'image de son prédécesseur un goût d'amertume dans la bouche. Pas mauvais, mais loin d'être convaincant, le titre de Reflections souffre de trop de défauts pour contenter l'amoureux de courses-poursuites. Etant un grand fan du premier Driver, je désirais intensément que celui-ci fasse remonter cette série dans des sphères plus clémentes. Même si certaines idées peuvent charmer et que la conduite est un petit plaisir, le jeu se coupe lui-même ses ailes par une absence de maturité réelle. Et ses défauts graphiques ne l'aident pas vraiment sur cette pente glissante. TK va devoir raccrocher.

Note de la rédaction

12
14.5

L'avis des lecteurs (78)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de Killy,  Jeuxvideo.com
Par Killy, Journaliste jeuxvideo.com
MP
PS2 Atari Reflections Action Course
Dernières Preview
PreviewWartales : un RPG médiéval qui vous veut du mal 30 nov., 16:00
PreviewHalo Infinite va-t-il s'imposer comme le FPS de cette fin d'année ? 19 nov., 09:01
PreviewBabylon's Fall : vers un Platinum en demi-teinte ? 18 nov., 17:05
Les jeux attendus
1
Elden Ring
25 févr. 2022
2
Gran Turismo 7
04 mars 2022
3
Légendes Pokémon : Arceus
28 janv. 2022