CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tutoriels
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Test The Westerner

The Westerner : Trailer

115 448 vues
Profil de Jihem,  Jeuxvideo.com
Jihem - Journaliste jeuxvideo.com

"La grande aventure continue". The Westerner annonce la couleur d'entrée de jeu et force est de constater que c'est effectivement le cas. Suite du Trésor Des Tolteques sorti en 1996, The Westerner est également le troisième cadeau que livre Focus à tous les aventuriers en herbe que nous sommes. Après Brian et Gina dans leur traversée américaine (Runaway), après Tony Tough dans son enquête loufoque (Tony Tough and The Night Of The Roasted Moths), place à Fenimore Fillmore, le pistolero attachant de The Westerner !

The Westerner

J'aime The Westerner. Oui, je l'aime comme j'ai aimé les grands jeux d'aventure de ces dix dernières années. Je l'aime parce qu'il me renvoie aux vieux titres mythiques qui ont bercé mon adolescence (une fois de plus la référence LucasArt s'impose d'elle-même) mais aussi parce qu'il me fait entrevoir le futur du jeu d'aventure. Beaucoup avaient déjà renvoyé le point & click plus bas que terre, et pourtant, on sait bien que ce genre n'est pas mort. Les jeux sortent peut-être au compte-gouttes, mais quand on se retourne pour apprécier le succès rencontré par Runaway l'année dernière, on comprend aisément que les joueurs sont toujours là pour les accueillir à bras ouverts. Pourtant, il était vital pour le genre d'évoluer un peu, ne serait-ce que pour faire taire ses détracteurs qui l'accusent toujours de stagner depuis le début des années 90. Il est vrai qu'à par graphiquement, la recette n'a guère changé au fil des ans : décors fixes, récolte d'objets et situations plus ou moins tordues à résoudre...

The Westerner
Le bon, le roux et le barman.
Sans rien renier de tout cet héritage "point & cliquesque", The Westerner se permet d'offrir un beau lifting au genre en le réactualisant efficacement. D'habitude en 2D (à deux trois exceptions près telle que Gabriel Knight 3), le point & click passe ici avec beaucoup d'élégance l'épreuve de la 3D. Pour y arriver, le tout était de savoir comment s'y prendre et les espagnols de Revistronic qui ont développé le jeu avaient leur petite idée sur le sujet. Contrairement, à ce que l'on pensait, il ne s'agissait pas d'exploser les barrières du point & click en réalisant un titre où le joueur serait libre d'aller vraiment partout et lui laissant faire absolument tout et n'importe quoi. Non, non, non. L'idée était plutôt de garder le moule finement modelé depuis la genèse des jeux d'aventure graphique et de lui plaquer un moteur 3D tout beau tout neuf. Le résultat est nickel, il parvient même, et c'est là sa grande force, à conserver tout ce qui fait le charme de ses ainés. La 3D n'influe donc pas directement sur le gameplay, si ce n'est que lorsqu'on examine un objet, hop, on passe en vue subjective pour plus de visibilité. En dehors de ça, les cadrages sont toujours définis à l'avance et ils suivent l'action du joueur un peu à la manière de caméra de surveillance. Aucun problème de jouabilité n'est à noter puisque l'on retrouve la facilité d'usage de n'importe quel point & click 2D.

The Westerner
Toutes les villes américaines sont baties sur ce schéma de la rue principale.
Le look du titre est très agréable. Evidemment, on pense à Toy Story en voyant tous ces personnages qui semblent tout droit sortis d'une fabrique de jouets. La ressemblance aurait pu s'arrêter là, mais le titre s'offre également le luxe d'une animation toonesque d'excellente facture. Les expressions, tant faciales que corporelles, renvoient complètement à ce que l'on peut trouver dans les bons films d'animations. En plus, le design de l'ensemble ne gâche rien avec des personnages à mourir de rire – véritables caricatures – sur pattes et des décors on ne peut plus stylés. Drôles et colorés, c'est un régal de se balader dans chaque environnement et de s'imprégner de l'ambiance paisible de ce far-west virtuel.

The Westerner
Les fermiers ont besoin de vous pour affronter Starek.
Comme si cette petite révolution graphique dans le monde du jeu d'aventure ne suffisait pas, The Westerner s'autorise aussi quelques autres libertés. La progression est ainsi bien moins linéaire et scriptée que ce que l'on pouvait penser. En effet, qui dit point & click, dit forcément chapelet d'énigmes à résoudre dans un ordre inébranlable. Et pourtant, ce n'est pas vraiment le cas de The Westerner puisque le jeu offre très régulièrement plusieurs alternatives à un même problème. Attention, ne me faites pas écrire ce que je n'ai pas écrit, The Westerner n'est pas non plus un clone de Deus Ex ! Mais, pour un point & click c'est assez novateur d'inclure plusieurs méthodes pour aboutir au même résultat. Plus besoin alors de se fondre complètement dans l'esprit des scénaristes pour dénicher le moindre objet dès lors qu'il existe plusieurs moyens de l'obtenir.

The Westerner
La belle institutrice se fera désirer.
S'appuyant sur des dialogues hilarants et sur un humour de très bon goût fait d'anachronismes et de références cinématographiques et/ou culturelles à peine cachées, toute l'histoire s'articule autour de Fenimore Fillmore, ce cow-boy maladroit décidé à en découdre avec le puissant Starek qui a la main mise sur toute la ville. La galerie de personnages passe en revue tous les clichés de l'époque que ce soit le docteur alcoolique, l'inventeur complètement à l'ouest (ça tombe bien me direz-vous), le télégraphe dur d'oreille ou bien sûr la jolie institutrice qui ne laissera pas Fenimore de marbre. Tous ont un petit quelque chose d'attachant, même les méchants, c'est dire. Leur personnalité est bien marquée grâce à leur gestuelle mais également grâce au superbe doublage assuré par des voix reconnaissables entre mille. Parmi tous les comédiens qui prêtent ainsi leurs cordes vocales au jeu, citons les voix françaises de Tom Hanks, Julia Roberts et Morgan Freeman. Dans la mesure où les dialogues sont aussi particulièrement bien écrits, la localisation réalise facilement un sans faute.

The Westerner
L'un des gamins vous a voler vos pistolets. Peut-être que le chien pourra vous aider à les retrouver...
J'ai commençé mon texte en disant que j'aimais The Westerner, c'est toujours le cas je vous rassure, et je ne suis pas prêt à changer d'avis même si le titre n'est pas parfait et qu'il comporte quelques menus défauts dont on se serait passé. Dans la courte liste des reproches que l'on pourrait légitimement formuler, celui qui me vient en tête concerne les déplacements d'un lieu à l'autre. Nous sommes au Far West, je vous le rappelle, donc comme tous les cow-boys, Fenimore se déplace à cheval. Jusque-là, rien de bien dérangeant. Le hic intervient lorsqu'on apprend qu'il faut constamment nourrir son canasson en carottes pour qu'il daigne nous porter sur son dos. En clair, il va falloir plusieurs fois passer par la case jardinage pour faire pousser les fameux légumes qui rendent aimables avant de les donner à son cheval. La première fois, c'est amusant, la seconde un peu moins et la troisième plus du tout. En dehors de cela, on pourrait aussi critiquer la durée de vie pas exceptionnellement longue ou le niveau de difficulté relativement bas. Mais bon, il se dégage du titre une ambiance calme et reposante (les musiques y sont pour beaucoup) qui donne envie de jouer. L'histoire est bien construite, les personnages attachants, et la réalisation vraiment classe. Le reste n'importe donc que très peu. Ouaip, j'aime The Westerner.

Les notes
  • Graphismes15/20

    Certains diront de la 3D qu'elle est assez simple... Effectivement on reste très loin des performances d'un moteur graphique comme le Source Engine, mais ce n'est pas non plus le but recherché ici. Westerner c'est plutôt un design chaleureux et coloré qui renvoie directement à un dessin animé. Les animations accentuent parfaitement les traits de caractère de chaque personnage.

  • Jouabilité16/20

    On pouvait se poser des questions quant à la jouabilité d'un point & click en 3D. Finalement, c'est tout bête. En ne touchant rien au concept de base du genre, la jouabilité reste aussi souple que n'importe quel autre jeu d'aventure. Quelques petits points pénibles tout de même, comme le jardinage ou l'inventaire un peu long à faire défiler lorsqu'on a les poches pleines.

  • Durée de vie14/20

    The Westerner n'est pas vraiment le jeu qui nous fera réfléchir des jours et des jours sur la résolution d'un problème. Toutes les énigmes sont parfaitement bien amenées. Le jeu se laisse donc suivre sans prise de tête aucune.

  • Bande son18/20

    Comme pour Runaway, Focus a soigné la localisation de son nouveau jeu d'aventure. Les personnages semblent faits pour leurs voix (ou l'univers, je ne sais pas) et les dialogues débordent d'humour. Du très, très bon boulot donc, qui, couplé aux musiques paisibles de chaque décor, rend le jeu encore plus agréable à faire. Si je puis me permettre, un contrôleur de volume pour les voix n'aurait pas été de trop, la différence d'intensité entre les dialogues et le reste est trop importante...

  • Scénario16/20

    J'avoue ne pas avoir connu le premier épisode des aventures de Fenimore Fillmore (Le Trésor Des Tolteques, inclus dans The Westerner !) mais je n'ai eu aucun mal à entrer dans cet univers à la fois drôle, décalé et bourré de références contemporaines.

Tout est réuni pour combler le fan d'aventure et lui faire vivre une grande épopée au coeur du Far West. Sans toucher aux bases même du point & click mais en revoyant toute la partie graphique pour lui faire gagner une dimension, The Westerner ouvrira sans nul doute la voie à de nombreux autres titres que l'on espère aussi bons que celui-ci.

Note de la rédaction

17
13.7

L'avis des lecteurs (24)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
PC Focus Revistronic Point'n Click Aventure Jouable en solo
A lire aussi
PreviewThe Westerner 30 déc. 2003, 18:00
The Westerner parle français 28 janv. 2004, 00:08
Dernières Preview
PreviewUn nouveau jeu vidéo Prince of Persia sort en 2024 et il promet d'être mortel 10 avr., 19:45
PreviewCette série de RPG revient en force avec un nouvel opus qui se la joue Genshin Impact, et c'est une excellente nouvelle. On a joué à Visions of Mana et on a beaucoup aimé ! 28 mars, 14:00
PreviewLoin de Dragon Ball, Sand Land, le dernier jeu vidéo auquel a participé Akira Toriyama, nous a surpris. Premières impressions après 2h de jeu... 27 mars, 19:05
Les jeux attendus
1
Grand Theft Auto VI
2025
2
Stellar Blade
26 avr. 2024
3
Star Wars : Outlaws
30 août 2024
La vidéo du moment