Menu
Small playerBig playerCréer un contenu
jeuxvideo.com / Vidéos du moment / Toutes les chroniques / Chronique Merci Dorian /

Merci Dorian - La diversité - chronique Merci Dorian

Chargement du lecteur vidéo...
Chronique Merci Dorian - La diversité
39848 vues
Partager sur :

Cette semaine, pas de Défi du Challenge mais un nouveau Merci Dorian. Point de départ de cette nouvelle vidéo, le Gamergate qui a frappé le monde du jeu vidéo outre-Atlantique l'année dernière. En prenant cet événement de départ, Dorian se pose la question de la diversité, et plus particulièrement la parité, dans les jeux vidéo. Nous vous laissons découvrir son avis en vidéo. N'hésitez pas à donner le votre dans les commentaires.

> Retrouvez toutes les vidéos de Merci Dorian sur notre page dédiée.

Mis à jour le 29/11/2015
Profil de la_redaction,  Jeuxvideo.com
Par Rédaction Jeuxvideo.com
MP
Annonce

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
JackyThunning
JackyThunning
MP
le 06 févr. 2016 à 18:27

mais c'est totalement débile de ne pas vouloir éditer un jeu avec un personnage féminin en ciblant ce publique, enfin même moi qui ne croit pas trop être un beauf, je préfére largement passer 15 heures avec les fesses de lara croft que celles de kiko bellick à l'écran, ça m’étonnes qu'ils aient eu ce genre de réflexion, surtout pour s'adresser à un publique qui selon eux est libidineux et bien trop marqué par les canons hollywoodiens pour s'en défaire, il y a que moi que ça étonnes?

Lire la suite...
yipman
yipman
MP
le 05 déc. 2015 à 15:34

Et bizarrement plein de mecs se créent des avatars féminins dans les MMO...

Lire la suite...
khezako
khezako
MP
le 02 déc. 2015 à 04:06

Sujet intéressant qui aurait mérité d’être approfondi.

Pour ma part, ça fait un moment que je me suis lassé d'incarner les mâles alpha badass, je dois avoir passé l'age. Sans l'essor du jeu indépendant, je pense que j'aurais simplement arrêté de jouer, en tout cas régulièrement.

L'industrie du jeu vidéo ne peut pas continuer a croître sans se diversifier. C'est aussi une question démographique : dans les pays occidentaux, la population 15 25 ans tend a décroître, sans parler du Japon. Donc soit on leur fait consommer toujours plus ( ce qui se fait actuellement, mais jusqu’à quand ? ), soit on étend a l'Inde et a la Chine, etc, soit l'industrie cesse de caresser toujours les mêmes dans le sens du poil pour s'ouvrir a de nouveaux marchés.

Lire la suite...
gima56
gima56
MP
le 01 déc. 2015 à 19:58

Au moins un gros désaccord avec cette chronique, Tomb Raider n'a pas moins bien marché parce qu'il y avait une femme avant (et les épisodes d'avant, on dirigeait quoi, une licorne ?) mais tout simplement car ce n'est PAS un Tomb Raider, c'est un mix entre Splinter Cell et un film de Jerry Bruckheimer. Donc les fans des jeux Tomb Raider, dont moi, sont fâchés, ceux qui aiment bien un bon Splinter Cell, comme moi, découvrent vite que ça vaut rien à ce niveau là. Il reste quoi ? Des séquences de grand n'importe quoi avec un scénario de "dis donc dans le genre j'ai pas de chance, je me pose là".
Et parlons diversité dans le cinéma, les romans... ben c'est pas loin d'être pareil.

Lire la suite...
Alderich
Alderich
MP
le 16 nov. 2015 à 21:54

Bon, je vais pas me faire que des amis là, mais j'ai très légèrement l'impression que sur ce coup-là Dorian maîtrise assez mal son sujet.

On ne va pas parler de gamergate parce que c'est une sacrée incitation au troll en tout genre, si ce n'est que pour dire qu'un tel bordel ça ne se résume pas en un peu moins de deux minutes grand maximum. Là. Fin du sujet, maintenant parlons diversité, le sujet de cette vidéo, et qui n'a vraiment pas grand chose à voir avec gamergate.

Petit facilité logique. On voit une corrélation entre le fait qu'un certain nombre de femmes abandonnent après le collège le jeu-vidéo, et le manque de représentativité au niveau des héros de shooter triple A et grand public. Mais est-ce qu'on peut vraiment établir une causalité ? Est-ce qu'on perd tant de femmes que ça parce qu'elles n'ont pas de héros à leur image, où est-ce qu'on ne trouve pas de héros à leur image parce que d'après certaines études et certains chiffres, les femmes jouent moins à des shooters action basés sur la violence ? Comme le dit la suite de la vidéo d'ailleurs. On peut faire dire tout et son contraire aux chiffres et la conclusion me semble tirée un peu trop hâtivement.

Il est aussi très, très, très réducteur de parler du jeu de tir action triple A comme s'il s'agissait là du jeu vidéo tout entier. Le genre a eu beau péricliter, pas mal de gens jouent encore à des RPG qui très souvent laissent le choix du sexe au joueur. Les jeux de gestion ne donnent que rarement un sexe à l'avatar du joueur, idem pour les jeux de puzzle, les rail shooters, etc, etc, etc... Et quand on additionne tout ça, on arrive à une population de joueurs pas du tout négligeable et qui n'a pas forcément de lien avec l'avatar du héros hollywoodien que nous sert un bon nombre de jeux de tir.

Par ailleurs il me semble que Dorian force un certain nombre d'exemples à rentrer dans son raisonnement. Joël de last of us n'est pas un jeune adulte idéalisé. C'est un père de famille veuf et en deuil. Il reste mâle, il reste brun, il garde une barbe -pas de trois jours ceci dit- mais il prend beaucoup, beaucoup au niveau de l'âge. Il ne s'agit pas ici d'idéaliser un jeune adulte de moins de trente ans, mais de se rapprocher de la figure du héros Hollywoodien, homme de famille courageux et intrépide. C'est -encore- un rapprochement avec le cinéma, et le transfert de codes du cinéma au jeu vidéo. Certes, certes, le but reste de toucher le plus de personnes sensibles au produit, de plaire à la tranche d'âge citée, la conclusion est bonne. Les exemples cités pour l'argumenter, faux.

Par contre, et on va pas repasser loin du gamergate, la conclusion sur le gameplay de Depression Quest, le non-jeu, et à quoi devrait ressembler un jeu selon les détracteurs de Depression Quest, des fictions interactives, et des non-jeux est un peu insultante. Bon, déjà on va essayer d'éviter les retombées radioactives du sujet en rappelant bien qu'il est ici question de douter de la qualité d'un jeu considéré comme un non-jeu, pas de Zoé Quinn.

Donc, déjà on va virer le petit épouvantail : On peut considérer qu'une fiction narrative quasi dépourvue de gameplay -pas que ce soit le cas de depression quest- ne réponde pas à un impératif du jeu vidéo : l'interaction entre le jeu et le joueur, la capacité à influencer le jeu via des actions, que le jeu soit dépourvu de gameplay ou d'enjeu, sans être un gros beauf sexiste qui pense qu'un vrai jeu c'est un jeu avec des explosions. Papers please est un exemple intéressant. Le jeu est un puzzle game assez calme bien que minuté et accroche des enjeux très viscéraux et très forts à un simple jeu de "trouvez la différence". Il y a des enjeux, le joueur est capable de faire des actions, qui auront des conséquences et pourront échouer. Pourtant le gameplay n'est pas particulièrement poussé, l'interface est simple et délibérément bordélique et le jeu fait la part belle au message qu'il cherche à transmettre. Si Depression Quest cherche à faire ressentir l'effet de la dépression sur quelqu'un, Papers Please cherche à représenter l'effet de l'oppression et de l'impuissance, Until Down -qui n'a vraiment pas un gameplay poussé non plus- cherche à représenter la folie, paranoïa et hallucinations à la clé. Papers Please est un vrai jeu. Et il n'a rien d'un Metal gear Rising Revengeance, ou d'un Asura's Wrath dans sa débauche de violence. Asura's Wrath, justement, qui échappe de très très peu à l'appellation de non-jeu, puisqu'il passe beaucoup, beaucoup de temps dans ses cinématiques au QTE inutiles et parfaitement superflues. On a donc un exemple d'un jeu assez calme et oppressant qui est un vrai jeu avec des enjeux et de l'autre un quasi non-jeu qui pétarade de tous les bords. Donc l'argument "les gamers sont des gros beaufs qui pensent qu'à jouer à des jeux qui font boum" est aussi insultant qu'il est réducteur et faux.

Le sous-texte est que des jeux tels que Depression Quest permettent à des gens qui n'aiment pas la débauche de testostérone de se lancer dans le jeu vidéo, qui sinon est saturé de grosse brutasses bien violentes qui font tout péter. Sauf que ça c'est uniquement une partie des sorties triple A. Le jeu vidéo n'est pas que le jeu triple A. Il y a des jeux, des vrais jeux, qui existent déjà et qui proposent des expériences alternatives. Si on prend les dix jeux les plus vendus sur Wikipedia, seuls deux jeux proposent une débauche de violence, et les autres (parmi lesquels tetris, mario, wii sport, tetris et mario) ne sont pas des jeux sexualisés, ou si peu. Et tous. Tous, ont un vrai gameplay, une vraie dimension ludique dont un bon nombre de fictions interactives manque cruellement.

Et au passage, il me semble que Dorian est largement passé à côté de RE6. Ce jeu est loin d'être débile. Il est génial. Voir un excellent joueur maîtriser à fond les options et la maniabilité du titre pour enchaîner les combos et les scores les plus ahurissants du monde dans le mode mercenaire est un régal. Surtout quand nous, manette en main, l'on ne peut que pester de la lenteur et du manque de maniabilité du personnage. Le titre est devenu, pour cet opus, un jeu à scoring absolument saisissant à découvrir, redécouvrir, abandonner avant de peut-être enfin le maîtriser un peu. C'est un changement de genre, pas un passage à un shooter débile qui montrerait une baisse de qualité de la série ou l'influence des goûts de ces joueurs beaufs sur les bonnes licences. La première image que l'on a d'un jeu peut être erronée et la case dans laquelle on a immédiatement envie de le ranger une erreur.

La conclusion me laisse, elle, un peu confus. Il serait bête de ne pas prendre la mesure de ses erreurs passées. Certes, c'est très juste. Mais les erreurs de qui ? Quelles erreurs ? Le manque de diversité n'est pas un problème aux mains des joueurs. Un joueur, mille joueurs, un million ne peuvent pas aller sur le pas de la porte d'Activision, EA ou Konami et leur sommer d'arrêter d'étaler leur stupidité. Cela ne marche pas, ces gens ont leurs études, leur chiffre, leur réalité, et n'en démordront pas tant que cela marchera. Alors on boycotte les jeux triple A ? Mais c'est pas ça qui risque de causer un autre krach du jeu vidéo ? Et le krach du jeu vidéo, est-ce que c'était, pour le jeu vidéo en tant que média, une mauvaise chose ? Une erreur ? Est-ce que le boycot de certains joueurs des fictions interactives peut vraiment déclencher, même à terme avec débordements, un krach du jeu vidéo ? Et si c'était possible, dans ce cas-là n'y aurait-il pas eu de nombreux, nombreux krach à cause des boycotts successifs de GTA par certaines organisations, les GTA figurant parmi les jeux les plus vendus ?

Il est certes bête, sexiste et stupide de cracher sur un développeur parce que c'est une femme. Il est certes dommage de bouder un bon jeu parce que le héros est une femme et uniquement une femme. Il est certes dommage de laisser ses partis pris déterminer à quel type de jeu on joue, et de passer à côté d'une mine de bons titres. Rien à redire sur tous ces points.

En d'autres termes, vive la diversité !

...Mais si un jeu a un tel manque de gameplay et d'enjeux ludiques qu'on en vient à se demander si on peut vraiment le considérer comme tel, alors on est quand même en droit de trouver que le bouchon a été poussé un peu loin quand même. Et si cela peut faire que certaines fictions interactives cherchent à mettre en place un gameplay qui colle à leur propos, atmosphère et univers, est-ce que cela ne serait pas tant mieux ?

"Car c'est la critique qui est la clé nous permettant de nous libérer de la prison de notre propre réflexion."
-Probablement quelqu'un d'intelligent. (Sinon Alderich, 2015, citant quelqu'un d'intelligent sans le savoir)

Lire la suite...
Commentaire édité 16 nov. 2015, 21:55 par Alderich
Pasteque_bleu
Pasteque_bleu
MP
le 15 nov. 2015 à 01:19

Ce serait bien que Usul apparaisse dans un episode !! non? ( pour diversifier.... :) )

Lire la suite...
Commentaire édité 15 nov. 2015, 01:22 par Pasteque_bleu
SonGoku1325
SonGoku1325
MP
le 12 nov. 2015 à 22:09

C'est un peu court jeune homme.

Lire la suite...
Saskaah
Saskaah
MP
le 12 nov. 2015 à 17:08

:coeur: PLUS LONG PLUS LONG PLUS LONG STP :coeur:

Lire la suite...
cid_le_grand
cid_le_grand
MP
le 12 nov. 2015 à 15:25

Je crois que c'est la première fois que j'entends du Patrick Bruel.

Lire la suite...
Dana-Scully
Dana-Scully
MP
le 11 nov. 2015 à 12:01

C'est sympa, mais comme d'habitude, beaucoup trop court !
Lors de ta dernière phrase, j'ai crue que tu venais de terminer ton intro et que tu allais attaquer le sujet, mais non, c'était déjà la fin... après seulement 6 minutes !
Même pas le temps de survoler le sujet, juste une intro qui aligne quelques évidences étayés par des exemples très connue et hop c'est terminé, dommage :-(

Lire la suite...
Top commentaires
maexim
maexim
MP
le 08 nov. 2015 à 12:11

Je trouve que le sujet est pas assez approfondi, dommage :(

Lire la suite...
bof50634
bof50634
MP
le 08 nov. 2015 à 12:54

Haaaaa ! Le règne de l'ignoble mâle-blanc-hétérosexuel-nazi...quand on a comme principales icônes du jeu vidéo une Lara Croft, Female Shepard Samus Arrane...Franchement, quand on voit ce que le foutoir sociétal & politiquement correct fait au cinéma de plus en plus boudé et en situation de crise...

Alors je vais réfuter certains points :

1) Le manque de diversité du jeu vidéo en 1983 n'était pas basé sur le fait que l'on ne jouait que des personnages pixellisés représentant de WASP et non des "allogènes"...le manque de diversité provenait du type de jeu utilisé et non sur le background des perso : 36 000 casse-briques vendus au rayon jouet, des jeux comme E.T. (tiens le héros n'était pas un homme blanc, là) très très mal fait a plus contribué à la chute du j.v. en 83 que la présence de perso pas assez "diversifiés" racialement et sexuellement. Ce qui est en train de crever le jeu vidéo à l'heure actuelle, ce n'est pas la sur-utilisation de perso mâle/blanc/hétéro : c'est surtout l'inflation de jeux se ressemblant de plus en plus dans leur gameplay, des Assassin's creed ou des call of annualisés, finissant par se ressembler tous...le manque de diversité est-il à rechercher au point de vu ethnique, ou plutôt au point de vu du clonage quasi-industriel des jeux AAA qui se ressemblent dans leur aspects techniques ?

2) L'auteur prend The Last of Us comme jeu prouvant le machismo-racisme des utilisateurs...sachant que le perso de Joel est très rarement détaché d'un perso féminin dans le jeu : que ce soit sa fille, sa copine ou Ellen...qui a le droit à un chapitre où elle supplante totalement le perso masculin et un DLC qui lui est réservé...parler de manque de diversité en matière de diversité après ça ou la présence dans Mass Effect d'à peu près toutes les races et toutes les pratiques sexuelles possibles......admettez que vous faites dans le culotté et l'idéologique.

3) Le fait que je sois blanc & hétérosexuel doit donner tort à mon propos ? Si les femmes cessent plus souvent de jouer au jeu vidéo c'est peut-être aussi qu'il y a des réalités biologique derrière tout ça : nombre de femmes, mariées ou non, vont pouvoir avoir un enfant et s'en occuper quand nombre d'hommes, s'ils ne sont pas en couples, n'auront pas d'enfant à gérer...ce qui laisse beaucoup plus de places à une catégorie d'hommes célibataires et sans-enfants (et là, ça n'est qu'un exemple parmi d'autres), catégorie de personne qui peuvent se consacrer totalement à un loisir comme le jeu vidéo. J'aime bien ce genre de chronique qui ne voit le monde que par le petit bout de la lorgnette.

5) Ce qui tue le monde à l'heure actuelle, ce n'est pas le manque de diversité racial ou sexuel, ce ne sont pas les causes sociétales...mais bien les causes raciales : le manque de "diversité social". Le jeu vidéo expose une vision du monde basée sur une logique (ultra)libérale : écraser les autres pour être le plus fort...A part dans quelques jeux amateurs comme l'excellent "This War of Mine" on ne gère pas le fait d'être un vaincu, un déclassé social, un chômeur, un homme ou une femme pour qui l'héroïsme n'est pas de sauver la terre, mais bien de se trouver à manger pour survivre un jour de plus.

S'il y a un manque de diversité ici, c'est de la diversité dans le propos de l'auteur surtout.

Lire la suite...
Boutique
FIFA 20 - Standard Edition Amazon 50,45€
The Legend of Zelda: Link's Awakening Amazon 44,49€
Nintendo Switch avec paire de Joy-Con Rouge Néon et Bleu Néon Amazon 299,98€