Menu
Small playerBig playerCréer un contenu
jeuxvideo.com / Vidéos du moment / Toutes les chroniques / Chronique La Gazette de l'eSport /

La Gazette de l'eSport du 08 octobre : les équipes eSport gagnent-elles de l'argent ? - chronique La Gazette de l'eSport

Chargement du lecteur vidéo...
Chronique La Gazette de l'eSport du 08 octobre : les équipes eSport gagnent-elles de l'argent ?
3196 vues
Partager sur :

TheGreatReview revient dans ce nouvel épisode de La Gazette de l'eSport et vous propose d'aborder un pan précis du monde de l'eSport, entre estoire et edoles. L'argent est au cœur de ce nouvel épisode de la Gazette. Les billets vont couler à flots (ou pas).

Alors aujourd’hui on va aborder le sujet sensible par excellence, L’argent ! Le sujet sur lequel personne te répond jamais quand tu commences à poser des questions, mais il se trouve que ce week-end j’ai eu la chance d’assister à la finale de la seconde saison de l’Overwatch league à Philadelphie, ce qui m’a permis, ba déjà de voir la finale, mais aussi de rencontrer Andy Miller, le propriétaire de l’équipe des San Francisco Shock, c’est lui là.

Et Andy miller, il a eu un poste à haute responsabilité chez Apple, il est co-propriétaire d’une équipe de NBA, c’est un mec qui pèse, du coup il m’a répondu sans aucun filtre, tout simplement, parce qu’il y a personne au-dessus de lui pour le virer si il en dit trop.

Bref monsieur Miller a commencé par me confirmer que les san francisco Shock, équipe championne de la saison, grande favorite durant les derniers mois, abritant 2 des plus grandes stars de la ligue, l’une des équipes les plus abouties de l’overwatch league, perdait de l’argent, et pas qu’un peu, perdait beaucoup d’argent. Et c’est un point commun que les San francisco Shock ont avec, quasiment toutes les équipes du globe.

ça vous surprend ? Parce que ça fait des mois que je vous parle de l’implosion de l’esport, des tournois qui sont de plus en plus gros , des joueurs qui sont mieux payés, des teams qui sont plus ambitieuses mais faut que je vous dise que quasiment toutes les équipes esport du monde sont dans le rouge, et les quelques unes qui ne sont pas dans le rouge sont juste à l’équilibre.

Mais bon sang comment le nouveau divertissement dans le vent pourrait-il être un gouffre financier ? Ba pour résoudre ce mystère regardons comment une équipe sportive peut se faire de l’argent et comparons avec l’esport.

Si je suis, un club de sport traditionnel, un club de foot ou une équipe de NBA, j’ai 4 moyens principaux pour me faire de l’argent. Sortez votre meilleur accent d’école de commerce parce que toutes les expressions sont en anglais :

1 – Le merchandizing : c’est la vente d’objet. Tous les maillots, T-shirts, chaussures, casquettes, écharpes, posters, tous les objets sur lesquels tu peux mettre les couleurs de ton club ou la tête de ton joueur star pour le vendre, c’est du merchandizing.

2 – Les sponsoring : ton équipe est connue, donc une grosse boite aimerait bien avoir son nom sur le maillot de tes joueurs pour que tout le monde le voit lorsqu’ils entrent sur le terrain. Il peut aussi s’agir de demande aux joueurs de n’utiliser que le matériel de cette société. Bref une boite, associe son image à celle de ton équipe, et te paye pour avoir le droit de le faire c’est les sponsors.

3 – Le ticketing, les clubs sont généralement associés à un stade, une arène, une salle selon la discipline, lorsqu’un match s’y tient les spectateurs achètent leurs place et l’argent retombe dans la poche du club, c’est le ticketing.

4 – La vente des droits de diffusion. La ligue au sein de laquelle évolues ton club négocie les droits de diffusion avec une chaîne de télé puis redistribue la somme entre les équipes participant à la ligue.

Voilà les 4 principales sources de revenu d’une équipe traditionnelle, voyons si on peut les retrouver en esport. Déjà, pour les 2 qu’on a vu en dernier c’est foutu : y a pas de ticketing puisque les équipes esport du monde n’ont pas de stade, hein les événements esports se jouent dans des salles de spectacle et donc l’argent des places tombe dans la poche du propriétaire de la salle. Et y a pas non plus de vente des droits de diffusion puisque l’événement est généralement diffusé par la boite qui organise le tournoi. Donc sur les 4 principales sources de revenu du sport, 2 passent déjà à la trappe en esport.

Les deux restants : la vente d’objets et les sponsors fonctionnent, mais ne fonctionnent pas assez, tout simplement parce qu’il y a pas assez de gens qui sont fans d’esport. Ca a beau prendre en popularité vite ces dernières années ça reste très niche comme milieu et je suis prêt à parier que vous qui regardez cette vidéo, y a personne dans votre entourage direct qui a déjà acheté un Tshirt de Fnatic ou de G2. Pour les sponsors pareil, leur contribution est à hauteur du nombre de personnes qui se rassemblent sur twitch pour regarder les tournois, et ce nombre n’est pour l’instant pas assez élevé pour que les sponsors donnent plus.

Alors générer peu d’argent, c’est pas vraiment un problème si à côté on a peu de coûts, et typiquement sportif professionnel dans une discipline qui rapporte peu, n’est pas énormément payé et donc et ne pèse donc pas très lourds sur les finances de son équipe. Mais en esport ça c’est pas exactement passé comme ça.

Il y a quelques années quand la popularité de l’esport s’est mise à grimper plus vite, les grosses équipes ont commencé à faire monter les salaires en flèche pour être sûr de garder les meilleurs joueurs, parce que leur but c’est de continuer à gagner jusqu’à ce que l’esport soit rentable et là elles seront des institutions dans un milieu qui brasse beaucoup d’argent et donc elles vaudront des millions. Sauf que pour avoir l’argent pour surenchérir par dessus les équipes rivales au moment de recruter les joueurs, elles ont du aller chercher des investisseurs. Des types très riches à qui elles ont dit, « prête moi quelques centaines de millieurs d’euros », voire quelques millions et en échange t’auras des parts de mon équipe et quand l’esport ce sera énorme tu seras bien content d’avoir des parts dans une équipe qui vaut très très cher. Y a des investisseurs qui ont dit oui et du coup sur les scènes les plus populaires, les salaires ont en effet grimpé en flèche, y a des joueurs qui gagnent très bien leur vie. Mais ils sont pas payés avec ce que l’équipe génère, parce que l’équipe, elle ne vend pas assez de merchandizing et n’attire pas assez de sponsors pour les payer avec ça hein, les joueurs sont payés sur les réserves apportés par ces investisseurs, et donc chaque année l’équipe perd de l’argent.

Cet état de fait, pousse beaucoup de gens du milieu de l’esport à considérer qu’à l’heure actuelle l’esport est une bulle, que le milieu vit au-dessus de ses moyens et qu’un beau jour les investisseurs à qui on a promis monts et merveilles vont simplement se barrer en disant, ça fait 5 ans que je vous prête de l’argent vous êtes toujours pas capable d’avoir un bilan positif, ça marche pas je me tire. Ce jour là, si ce jour arrive, ce sera ce qu’on appelle l’explosion de la bulle, les équipes n’auront plus de quoi offrir de gros salaires ni louer de grosses maisons pour s’entraîner et l’esport entrera dans une ère de récession.

Alors pour en revenir au début de notre gazette, c’est l’overwatch league qui est généralement accusé d’être la bulle qui éclatera en premier. Pour plein de raisons : le ticket d’entrée dans la ligue qui est très cher et qui pourrait donc rendre les investisseurs plus impatients, le fait que le jeu soit soit dur à comprendre pour quelqu’un qui ne joue pas, le fait qu’overwatch soit payant à l’achat ce qui limite déjà le nombre de joueurs, overwatch est pas un mauvais jeu esport, faut rien exagérer, mais y a vraiment beaucoup de choses qui limitent son potentiel.

Sauf que d’un autre côté, c’est l’overwatch league a demandé à ses équipes d’avoir des arènes dans leurs villes respectives pour ramener le ticketing en esport, et c’est l’overwatch league qui a vendu ses droits de diffusion à twitch pour ramener la redistribution des droits de diffusion en esport. Et c’est elle aussi qui a basé ses équipes dans des villes du globe, ce qui est probablement l’un des meilleurs moyens qui soit de faire grimper l’intérêt des gens, d’augmenter la vente de merchandizing et d’intéresser plus de sponsors locaux.

Donc peut être que tous ces efforts sont gaspillés sur un jeu qui n’a pas le potentiel nécessaire, mais il n’empêche que par cette façon très évidente qu’elle a de copier les sources de revenus du sport traditionnel et de les adapter de force au monde de l’esport, elle fait plus pour sa pérénité financière et pour celles de ses équipes qu’à peu près n’importe quelle autre ligue dans le monde.

Et pour en revenir à cette fameuse interview avec Andy Miller, je suis pas tombé sur un mec qui s’attend à faire du profit dans les années à venir. Je suis tombé sur quelqu’un de parfaitement conscient que les san francisco shock vont être dans le rouge pendant longtemps. Il a parlé d’overwatch sur des périodes de 10 à 15 ans. Il est là pour poser les bases de ce qui sera peut être l’un des business les plus rentables de la planète à la génération suivante. Alors c’est un rêve très incertain, et c’est un rêve qui implique notamment que Blizzard soit capable de sortir des Overwatch 2 et des Overwatch 3 qui seront à la hauteur des espérances du public, parce que l’immense problème d’un jeu par rapport à un sport c’est qu’il vieillit. Mais si les investisseurs de l’overwatch league sont tous dans le même état d’esprit

qu’Andy Miller, alors cet éclatement de bulle n’interviendra pas, parce que le brutale retrait de fond que tout le monde craint de voir, n’arrivera pas.

Donc à la question l’esport est-il rentable à l’heure actuelle la réponse est clairement non. À la question l’esport sera-t-il rentable un jour, je pense que la réponse est oui, je pense même que la réponse est presque sans aucun doute oui si on accepte de penser non pas en années mais en dizaines d’années.

Et à la question allons-nous nous prendre un éclatement de bulle avant que ça n’arrive la réponse dépend du niveau d’éducation des investisseurs. Si la plupart d’entre eux sont persuadés qu’il vont voir un retour dans les années qui viennent, ils vont probablement être très déçus et claquer la porte avec pertes et fracas. Si ils sont sur du très long terme alors il n’y a pas de raison pour que l’esport connaisse une période de récession, un ralentissement de sa croissance sans aucun doute parce personne veut doubler chaque année l’argent qu’il met dans un truc qui ne rapporte pas, mais une récession normalement non.

Retrouvez les épisodes précédents de La Gazette de l'eSport

Mis à jour le 08/10/2019
Profil de Doraemon77,  Jeuxvideo.com
Par Doraemon77, Rédaction jeuxvideo.com
MP
Annonce

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
yofabiche
yofabiche
MP
le 08 oct. à 19:15

Tu t’éclates tellement avec ta chronique que tu atteints des sommets en thermes de qualité et de choix de sujet. Chronique toujours au top !

Lire la suite...
JCVgamer50
JCVgamer50
MP
le 08 oct. à 18:12

Comme tu prenais Overwatch en exemple tu aurais pu éventuellement précisé aussi que la saison prochaine toute les équipes justement rentrait chez elles et que le ticketing allait définitivement se mettre en place et que c'est à la fin de la saison prochaine qu'on aurait les première réponses à bon nombres de questions. Mais sinon c'était cool.

Lire la suite...
Bunshichi_
Bunshichi_
MP
le 08 oct. à 15:06

Je suis beaucoup trop vieux pour m'intéresser à l'Esport même si j'ai fais pas mal de compétitions sur Street Fighter y a très longtemps mais je suis content que le jeux vidéo bénéficie d'une exposition aussi forte aujourd'hui et que ça fasse connaître cette activité géniale qu'est la pratique des jeux vidéos et une fois que regarder une retransmission deviendra aussi naturel que de regarder Jean Pierre Pernaud à la télé, je suis sûre que l'argent coulera à flot dans les poches des joueurs et des sponsors.
Et un grand merci à toi pour cette chronique vraiment sympa qui condense l'essentiel dans un format parfait avec une excellente diction, bref ça me donne tout le temps envie de regarder puisque je suis sure d'apprendre des choses intéressantes, pas comme une certaine chronique inutile qui sort tout les samedis animée par le clone génétiquement foiré de Bruce Willis....

Lire la suite...
allensan
allensan
MP
le 08 oct. à 14:07

Tu parle de l'achat du jeu pour overwatch qui est un frein, mais je ne suis pas d'accord.
Tu peut tres bien t'interresser a un type de compétition sans en pratiquer toi même et ceci est valable pour le sport traditionnel.
Je fais du tir a l'arc (400€ et environ 6 fleche + 1 cordage tout les ans soit 100€/An), et mon arc plus ma license (135€/an) me coute plus que pourrait me couté un overwatch par an.
Il y a quelques sport comme le basket qui te coute rien , mais même des sport comme le rugby pour s amuser en club te coute en plus de la license, des équipements spécifiques.

Lire la suite...
Pseudo supprimé
le 08 oct. à 13:19

Vous avez que ce mot-là a la bouche

Lire la suite...
quentinsnake
quentinsnake
MP
le 08 oct. à 13:07

Bonne chronique comme toujours.
Je veux juste revenir un peu sur ta conclusion de fin.
Le niveau d'investissement des propriétaires de club dans l'esport n'est pas qu'une question de volonté de leur part.
L'esport comme toute l'économie est sensible à la conjecture économique mondiale.
Si il y a une crise financière dans les prochaines années, il est très improbable que les investisseur continue à avoir l'argent nécessaire pour faire tourner la machine de l'esport.
Et de par son caractère non rentable à court et moyen terme, en cas de crise il est très probable que ce soit dans l'esport que les fond soient coupés en premier et donc que la discipline entre en récession.

Lire la suite...
Faelysis
Faelysis
MP
le 08 oct. à 12:59

Serait-ce possible que la chronique soit retranscrite en texte? C’est beaucoup plus simple et rapide à lire et sa évite des dépense inutile sur le 4g des utilisateurs mobiles.

Lire la suite...
Cage_T_Elephant
Cage_T_Elephant
MP
le 08 oct. à 12:43

Bonne gazette comme d'habitude, continue comme ça

Lire la suite...
Exuror
Exuror
MP
le 08 oct. à 12:24

Pour bosser dans l'esport (chez G2), tu as parfaitement résumé la situation! Comme toujours, tes vidéos sont très intéressantes, merci de dévlopper le sujet de l'Esport et j'essaye toujours de partager tes vidéos à mon entourage afin de leur faire comprendre ce dans quoi je bosse. Dommage de ne pas avoir eu de move mythique à la fin, c'est une de mes parties préférées. Bonne continuation, je te suivrais tant que cette chronique continuera :) !

Lire la suite...
garbage
garbage
MP
le 08 oct. à 12:13

toujours interessant.
mais question : même si beaucoup d'équipes se retrouve dans plusieurs jeux, est-ce que l'exemple de overwatch est il le plus représentatif des jeux e-sport? vu les décisions prisent pour ce jeu pour la construction de stade, équipe par ville etc...

Lire la suite...
Top commentaires
garbage
garbage
MP
le 08 oct. à 12:13

toujours interessant.
mais question : même si beaucoup d'équipes se retrouve dans plusieurs jeux, est-ce que l'exemple de overwatch est il le plus représentatif des jeux e-sport? vu les décisions prisent pour ce jeu pour la construction de stade, équipe par ville etc...

Lire la suite...
quentinsnake
quentinsnake
MP
le 08 oct. à 13:07

Bonne chronique comme toujours.
Je veux juste revenir un peu sur ta conclusion de fin.
Le niveau d'investissement des propriétaires de club dans l'esport n'est pas qu'une question de volonté de leur part.
L'esport comme toute l'économie est sensible à la conjecture économique mondiale.
Si il y a une crise financière dans les prochaines années, il est très improbable que les investisseur continue à avoir l'argent nécessaire pour faire tourner la machine de l'esport.
Et de par son caractère non rentable à court et moyen terme, en cas de crise il est très probable que ce soit dans l'esport que les fond soient coupés en premier et donc que la discipline entre en récession.

Lire la suite...