Menu
Dissidia : Final Fantasy NT
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • Arcade
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré
PS4
Dissidia : Final Fantasy NT
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Ayden_
L'avis de Ayden_
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 février 2018 à 10:23:48
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (54)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.3/20
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Voir toutes les offres
Partager sur :

En 2006, alors que les développeurs de Square-Enix sont en pleine conception de Kingdom Hearts II, ils imaginent l’idée d’un cross-over réunissant les personnages les plus emblématiques de la licence Final Fantasy. Pour éviter que celle-ci ne tombe aux oubliettes, les intéressés couchent le concept sur papier dans l’espoir de le reprendre plus tard. Cette « illumination » va conduire à la création de Dissidia, une franchise qui fera ses premières armes sur PSP avant de s’émanciper de la portable de Sony pour conquérir les salles d’arcade. Titre qui se voit aujourd’hui revisité sur PlayStation 4 pour le plus grand bonheur de nos futures ampoules. Sortez les pansements !

Notre avis sur Dissidia : Final Fantasy NT en trois minutes

Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré
Quand une invocation fait le ménage, mieux vaut ne pas rester dans les parages.

Destiné aux Game Center nippons, Dissidia Final Fantasy NT a été pensé et conçu par le studio à l'origine des Dead or Alive, à savoir la Team Ninja. Lorsque les joueurs japonais ont touché à la borne pour la première fois, bon nombre d’entre eux ont été déstabilisés par le gameplay. Le versus en 1 contre 1, hérité des softs originels, avait totalement disparu au profit d’un modèle rappelant Dragon Ball Z Legends, autrement dit du 3 contre 3 dans des arènes ouvertes. Si la comparaison s’arrête là, les deux franchises n’ayant pas grand-chose en commun, on retrouve malgré tout cette impression de fourre-tout dès les premières secondes de combat. La caméra part dans tous les sens et le joueur est abreuvé d’informations qui s’affichent dans chaque coin de l’écran. Il n’y a pas de doute, et encore plus si vous n’avez jamais touché à un Dissidia, il va falloir du temps pour appréhender le système qui lorgne aussi bien du côté du combat que de l’Action-RPG. On ne saura ainsi que trop vous conseiller de foncer sur le tutoriel – divisé en trois sections distinctes – avant de partir à l’assaut de l’IA ou des autres joueurs. Au fil des parties, vous parviendrez ainsi à jongler entre les différentes commandes sans avoir la désagréable impression d’être un cobaye utilisé pour un test de souplesse des doigts.

Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré

LA LUTTE DES CLASSES

Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré
Le jeu comporte pas moins d'une heure de cinématiques.

Final Fantasy oblige, chaque protagoniste de Dissidia NT appartient à une classe. On en discerne quatre dans le jeu, chacune obéissant à la sacro-sainte règle triangulaire. Le combattant, parfait pour les débutants, est équilibré. Bien qu’assez lourd, il compense sa lenteur par la puissance de ses attaques et sa grande résistance. Sans surprise, ce sont les individus que l’on retrouve le plus durant les joutes en ligne. Ne vous étonnez pas donc pas de croiser un maximum de Cloud ou de Sephiroth, l’aura de Final Fantasy VII n’ayant décidément pas perdue de sa superbe. L’assassin, de son côté, prône les offensives rapides à défaut de posséder une grosse frappe (c’est le seul à pouvoir effectuer un triple saut). Dans cette catégorie, on retrouve des héros comme Noctis, Djidane, Kain ou la perçante Lightning. Le tireur, comme son nom l’indique, aime les attaques à distance. Magie ou armes à feu, il est redoutable dès qu’il est éloigné mais se montre extrêmement faible au corps-à-corps. Kefka, Terra ou encore Ace seront des personnages de soutien indispensables. Pour terminer, les spécialistes, Vaan, Exdeath ou encore Ramza, sont un peu des touche-à-tout qui s’adaptent à la situation. En fonction de celle-ci, ils peuvent augmenter les statistiques des membres de l’équipe, poser des pièges, etc. Ils peuvent grandement influer sur l’issue d’un combat mais ne feront pas long feu face à l’ennemi s’ils ne sont pas préservés. Avec 28 personnages au compteur (dont 6 qui ont été mis de côté dans l'optique du Season Pass), vous trouverez forcément celui qui vous convient le mieux.

Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré

UN SYSTÈME DÉSTABILISANT

Après avoir sélectionné les trois membres de votre team, vous êtes lancés sur le champ de bataille. 3 contre 3 oblige, le jeu propose un ciblage automatique afin de locker l’adversaire de votre choix. Via les touches latérales, vous pouvez ainsi passer de l’un à l’autre à tout moment pour, par exemple, surprendre un ennemi un peu éloigné du reste de sa troupe ou prêter main forte à un coéquipier. Perturbant au départ, le système se montre assez efficace et oblige le joueur à réagir rapidement. En effet, pendant que vous ciblez un ennemi, vous pouvez être à votre tour visé par un adversaire planqué dans votre dos. Au départ, ce côté aléatoire est un peu frustrant mais il suffit d’appuyer sur L1 et R1 pour cibler l’opposant le plus proche afin d’éviter de se faire surprendre. Comme le champ de bataille est ouvert, les déplacements ont une très grande importance (il est même possible de sprinter ou de marcher sur les murs ou les arbres). Les développeurs se sont d'ailleurs fait un malin plaisir à créer des environnements avec des dénivelés ou des bâtiments. Le danger peut venir de partout, alors ouvrez l'oeil !

Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré
Cloud est un personnage parfait pour débuter.

En combat, Dissidia NT repose sur les Attaques Bravoure et les Attaques PV. Ces dernières, étant les seules à pouvoir grignoter la barre de vie des adversaires, deviennent activables à condition que la jauge de Bravoure soit suffisamment remplie. Par conséquent, il faut d’abord frapper l’ennemi pour l'affaiblir et engendrer de la Bravoure pour ensuite déclencher l’offensive PV. Lorsqu'un individu voit sa barre de vie arriver à zéro, il est violemment éjecté et gît, inconscient, sur le sol. La première équipe à avoir perdu ses trois blocs de vie perd la partie. Inutile de le nier, parvenir à suivre la quantité faramineuse d’éléments à l’écran équivaut à grimper l’Everest avec un caleçon et une barre chocolatée mais à force d’enchaîner les combats, on parvient petit à petit à adapter sa stratégie face aux belligérants les plus puissants. Même si, on vous l’accorde, il faudrait parfois des yeux bioniques pour comprendre qui fait quoi. Et les Quartz n'arrangent rien, bien au contraire.

Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré

LE DÉLUGE

En effet, alors que vous battez le fer, des cristaux apparaissent sur le champ de bataille et vous permettent, une fois brisés, de remplir la jauge d’invocation de l’escouade (oui, encore une jauge !). Lorsque celle-ci est pleine, une pression sur le pavé tactile déclenche de véritables déluges visuels à l’écran. Ramuh, Shiva, Ifrit, Leviathan… les Chimères s’en donnent à cœur joie pour renverser leur sac de glace, de boules de feu ou encore d’éclairs sur les pauvres quidams qui n’auront, à moins d’un miracle, aucune chance d'en réchapper. S’il est possible d’éviter ces assauts dévastateurs, le capharnaüm est tel qu’il est très complexe de s’en dépêtrer. Cela contribue à renforcer le côté brouillon des combats mais, d’un autre côté, cela offre aussi un véritable spectacle en adéquation avec la licence Final Fantasy. C’est aussi un bon moyen pour apprendre toutes les facettes du gameplay, entre les esquives, les contres et toutes les capacités régénératrices ou offensives. Dans Dissidia Final Fantasy NT, la distance et le timing sont les points-clés de la réussite. Et pour véritablement dompter un personnage, il faut du temps et de la concentration. Dans ce jeu, et surtout en ligne, le martelage de boutons ne fait pas long feu…

Les invocations sont sublimes.

Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré

CURIEUX, VOUS AVEZ DIT CURIEUX ?

Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré

On pensait avoir tout vu avec le système de combat mais nous n’étions pas au bout de nos surprises. Et pour cause, le mode Histoire est tout simplement verrouillé. Pour débloquer les chapitres, le joueur doit obtenir des mémoriae en faisant grimper le niveau de ses personnages, autrement dit en combattant. Le principe, a priori étrange au premier abord, est rapidement addictif et permet de profiter pleinement du mode Express. Malheureusement, celui-ci se résume à des raids en local (avec des règles qui varient légèrement) et la progression paraît bien longue pour découvrir l’entièreté du scénario raconté sous la forme de cinématiques et d'affrontements programmés. En misant une bonne partie de son solo sur le griding, Dissidia Final Fantasy NT n’a sans doute pas fait le meilleur choix et cette allonge artificielle de la durée de vie fera sans doute grincer bien des dents. Surtout que les récompenses (gils, etc.) s’accumulent lentement, ce qui n’est pas pratique pour accéder aux trésors et aux objets de la boutique. Dans ces conditions, beaucoup se tourneront vers le mode online. Efficace et équipé d’un système de chat automatisé (avec des phrases pré-écrites), il souffre toutefois d’un cruel manque d’options et demeure un peu long à la détente. Cependant, lorsqu’on a des amis et un casque sous la main, les joutes deviennent vraiment savoureuses et viennent épargner un jeu qui a sans doute plus sa place en arcade que sur console. C'est d'ailleurs l'impression qu'il renvoie, comme s'il s'était égaré sur nos machines sans vraiment trouver à qui s'adresser pour retrouver son chemin.

Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré Dissidia : Final Fantasy NT - Le jeu de combat égaré

LES FANS VONT APPRÉCIER

En dépit d’un aliasing un peu prononcé, le jeu de combat de Square-Enix dépote sévère avec son animation en 60 images par seconde et ses graphismes colorés. Les incantations ont une classe monstrueuse et la modélisation des personnages a été soignée. En plus de se baser sur le design original, les développeurs ont fait en sorte de reproduire leur manière de se déplacer, si bien qu’ils sont rapidement reconnaissables. Il suffit de jeter un oeil sur les mouvements de Kefka pour s'en convaincre. Les environnements, quant à eux, ont aussi fait preuve d’une grande attention et évoluent en temps réel au fil de la bataille, soit d'un point de vue physique, soit par un changement de luminosité. Sur l’île de Besaid de Final Fantasy X, vous verrez ainsi des lucioles flotter au loin au bout d’un moment. Enfin, pour terminer le tour d’horizon de la réalisation, sachez que la bande son est juste fantastique. Entre les originaux et les morceaux réorchestrés, ce sont vos esgourdes qui vont frétiller. Les intentions sont donc là et le titre n'est pas mauvais mais il va diviser jusqu'aux amateurs des anciens Dissidia. Quant à sa fenêtre de sortie...

Les notes
+Points positifs
  • C'est joli et en 60 fps
  • Superbes invocations
  • Une O.S.T du tonnerre
  • Les persos sont vraiment classes
  • Vraiment sympa à jouer en ligne
-Points négatifs
  • C'est brouillon et ça part dans tous les sens
  • Overdose de grinding (rallonge artificielle de la durée de vie)
  • Accumulation de gils hyper lente
  • Progression inappropriée pour un jeu console
  • Manque d'options dans la section online
  • On ne peut pas switcher entre les personnages
  • Il manque des personnages emblématiques

Perturbant, parfois fatiguant, Dissidia Final Fantasy NT est un jeu d’arcade qui n’a pas été suffisamment reconditionné pour s’adapter au feeling console. Si sa plastique, son animation et sa bande-son sont savoureuses, et sauront satisfaire bon nombre de fans, sa progression bridée et son mode solo peu orthodoxe l’empêchent de convaincre sur la longueur. Indéniablement généreuse, parfois trop, l’expérience ne trouvera écho que chez celles et ceux qui n’ont pas peur de s’enfoncer dans les méandres du grinding, tout en ayant régulièrement deux potes sous la main. Car c’est véritablement en ligne que le jeu puise tout son intérêt.

Profil de Ayden_
L'avis de Ayden_
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 février 2018 à 10:23:48
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (54)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.3/20
Mis à jour le 05/02/2018
PlayStation 4 Combat Square Enix
Dernières Preview
PreviewStar Wars Jedi Fallen Order : trois heures de jeu plutôt encourageantes 17 oct., 17:00
PreviewPokémon Épée et Bouclier : De bonnes idées, mais un épisode trop classique ? 17 oct., 15:00
PreviewLegends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone ! 16 oct., 04:00
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
3
Death Stranding
08 nov. 2019