Nioh
PS4
Créer un contenu
Test : Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !
PS4
Nioh
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de mrderiv
L'avis de mrderiv
MP
Journaliste jeuxvideo.com
08 février 2017 à 19:33:15
18/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (103)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/20
Tous les prix
Prix Support
49.99€ PS4
54.99€ PS4
Voir toutes les offres
  • Partager sur :

Il a tenu bon malgré les tempêtes, surmonté ses doutes, réussi à se remettre en question pour éviter de voir son nom apparaître dans la longue liste des jeux annoncés puis annulés quelques temps plus tard. Projet débuté en 2004 par Koei, trituré, retourné dans tous les sens pour en déterminer le potentiel, remis à zéro en 2008 lors de la fusion du studio avec Tecmo, Nioh aura connu une reprise en main de la dernière chance en 2010 par la Team Ninja (Dead or Alive, Ninja Gaiden). De confession de développeurs, il s’en est fallu de peu pour que Nioh ne devienne pas à son tour une arlésienne du jeu vidéo moderne. Sauvé des eaux, le projet aurait pu afficher de nombreux signes de faiblesse, stigmates de son développement plus que mouvementé. Mais force est de constater que les préceptes de la voie du Bushido lui ont accordé un second souffle à la fois épique et plein de maîtrise.

Notre vidéo-test de Nioh, tout savoir en 3 minutes

Chargement du lecteur vidéo...

Un simple Dark Souls au pays du Soleil Levant ?

Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !
Un bon entrainement est la clé du succès.

Hardcore, exigeant, technique, un brin masochiste, les qualificatifs ne manquent pas pour définir notre expérience Nioh. Si le jeu a longuement lorgné du côté du RPG historique japonais ou encore du musô, la Team Ninja a pris la décision d’y injecter une bonne grosse dose d’ADN de la saga des Souls afin de conférer sa direction finale au projet. Mais Nioh n’est pas à considérer comme un Souls-like au rabais copiant une formule éculée sans parvenir à l’égaler. Si ses influences en matière de game-design à la From Software sautent aux yeux, on remarque progressivement les multiples différences d’approche des deux titres. Oui, Nioh peut se montrer difficile et intransigeant tout comme un Souls. Oui, le jeu vous demandera d’avancer avec beaucoup de prudence, d’apprendre à gérer votre jauge d’endurance (ici, le Ki), d’alterner avec maîtrise entre les attaques et les esquives ou bien de vous frayer un chemin dans des environnements tortueux bourrés de pièges et d’une poignée de raccourcis salutaires.

Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !
Nioh n'est pas difficile, il est exigeant (nuance) !
En revanche, l’ouverture de l’univers de la saga Dark Souls laisse ici place à un découpage en niveaux distinctifs, le loot d’équipement se fait abondant et le gameplay se montre plus nerveux. Ce que beaucoup considèrent au premier abord comme un simple Dark Souls au pays des samouraïs étend en réalité ses inspirations du côté d’Onimusha dont il semble être l’héritier spirituel, de Ninja Gaiden pour l'exigence technique, et même de Diablo pour son flot continuel de butin jaillissant des monstres. Vous avez aimé les Souls ? Vous pouvez donc vous tourner sans grand risque vers ce Nioh. Vous êtes amateur de challenge, mais la saga de From Software vous a toujours refroidie par son approche, le jeu de la Team Ninja représente peut-être l’alternative que vous attendiez tant ! Nioh est-il au final un jeu difficile ? Le terme est mal adapté, on parlera ici plus volontiers d'exigence. Exigeant par sa capacité à vous ôter la vie en un ou deux coups lors de certains passages précis ou erreurs personnelles, la progression se fait plus douce une fois votre personnage correctement équipé et familiarisé avec le rythme global du gameplay. Si Nioh reste intransigeant, il sait aussi se montrer plus accessible qu’un Souls, hormis sur quelques boss très corsés.

Samouraï Spirit

Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !
William de Riv

Le joueur évolue dans la peau de William Adams, personnage historique, premier anglais à avoir foulé du pied l’archipel Nippon aux alentours de l'année 1600. Sous ses faux airs de Geralt de Riv en kimono, l’ami William porte sur ses épaules les ambitions scénaristiques du jeu. Moins cryptique que celle d’un Souls, la trame de Nioh s’expose en plein jour grâce à de nombreuses cinématiques et phases de dialogues à la patte Team Ninja facilement identifiable. Plongé en pleine période de guerre des clans de l’ère Sengoku, notre samouraï en devenir croisera sur sa route une série de figures historiques comme Hattori Hanzo, Kuroda Kanbei et autres Daimyo (gouverneurs féodaux) du Japon du historique. Cette « authenticité » est néanmoins entrecroisée avec brio avec un folklore japonais beaucoup plus fantaisiste basé sur les grandes légendes de l’archipel. Le monde de Nioh est envahi par les Yokai, des démons ténébreux répandant leur corruption sur les terres et dans le cœur des hommes. En solitaire ou aidé par quelques PNJ, William devra faire parler le tranchant de ses lames pour rétablir un semblant de paix au sein d’une nation en crise.

Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !

Côté gameplay, le dynamisme de la voie du samouraï empruntée par la Team Ninja saute aux yeux dès les premières minutes de prise en main. En bon sabreur, notre personnage est capable de manier une série de cinq armes aux forces et faiblesses distinctives. Le katana représente un bon compromis entre vitesse et puissance d’attaque, les doubles lames jouissent d’une grande rapidité, mais d’une portée réduite ; l’allonge des lances compense la relative ouverture de votre garde à courte portée là où la puissance brute des haches assène d’importants dégâts au prix d’une consommation élevée d’endurance. On se laissera aussi séduire par l’amplitude et la rapidité du Kusarigama, cette faucille associée à une chaîne capable de frapper en zone à bonne distance. Arcs, arquebuses et autres canons portatifs complètent cet arsenal avec un très bon potentiel de dégâts à plus longue distance contrebalancés par un nombre limité de munitions. Notez que William pourra s’équiper de deux armes principales et de deux armes à distances afin de varier les approches en fonction des adversaires.

Notre reportage consacré à Nioh

Chargement du lecteur vidéo...

Ki est Ki

Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !

Si le renouvellement constant de votre équipement est l’un des grands gimmick de ce Nioh, chaque types d’arme bénéficie d’un seul et unique « moveset » contrairement à un Dark Souls ou de nombreuses armes offrent leur propre palette de coups. La Team Ninja compense ce gameplay unifié par l’ajout de techniques et de combos spéciaux à débloquer via différents arbres de compétences. Attaque de dos, charge, tournoiement de hache, buffs personnels, la liste des aptitudes à déverrouiller au fil de la progression ajoute de la profondeur au système de combat. Ce dernier s’inspire au passage de jeux tels que Bushido Blade ou Jedi Knight pour intégrer différentes postures de combat. L’alternance entre ces « stances » est le premier indicateur d’une bonne maîtrise du gameplay par le joueur. Vous passerez une bonne partie de l'aventure en position moyenne du fait de son bon équilibre entre vitesse d’attaque et capacité d’esquive. Ne sous-estimez néanmoins pas la rapidité d’exécution conférée par la position basse ni la puissance des coups portés en posture haute. Il devient ainsi très agréable de danser avec l’adversaire tout en alternant les postures de combat afin de trouver la plus adaptée à la situation.

Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !
Gérer son Ki sera souvent la clé du succès
L’autre mamelle du gameplay de Nioh réside dans la gestion intelligente de l’endurance (le fameux Ki). Il faut garder un œil attentif sur sa propre jauge d’épuisement tout en contrôlant celle de vos ennemis. S'exténuer représente le meilleur moyen de se faire punir par une très sévère mandale imparable ou inesquivable faute de tonus. En contrepartie, le même traitement est appliqué aux adversaires dont la jauge de Ki peut elle aussi tomber à zéro. Vidés de leur énergie, les ennemis deviennent vulnérables à de puissantes attaques stylisées (décapitations, embrochages en règle, etc.). La bonne gestion de sa barre d’énergie passe avant tout par la maîtrise de la technique de l’impulsion de Ki. Avec un esprit très Gears of War, appuyer au bon moment sur la touche R1 après une action permet à William de récupérer instantanément une bonne partie de l’endurance dépensée. La différence entre un joueur vivant et une dépouille encore fumante résidera à coup sûr dans la bonne assimilation de cette mécanique de jeu.

D’autant que la plupart des Yokai se plaisent à laisser dans le sillage de leurs attaques des zones de corruption démoniaque augmentant leur puissance et réduisant à néant votre régénération de Ki. Une impulsion exécutée au bon moment et au bon endroit fera disparaître cette gêne étroitement associée aux stratégies de la plupart des combats de boss. Bref, Nioh se distingue encore de son homologue "Soulien" auquel tout le monde tend un peu trop à le comparer grâce un gameplay bien plus nerveux. On pourrait en ce sens le rapprocher (puisque les joueurs adorent les comparaisons) d'un certain Bloodborne. Pas de bouclier, ni de jeu planqué derrière sa garde (très coûteuse en Ki), Nioh fleure bon l’héritage Ninja Gaiden avec ses déplacements dynamiques, ses contres timés à la frame, ses esquives fluides et sa rythmique de combats sans gros temps morts.

Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !

Priez pour ce raccourci

Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !
Les environnement de Nioh sont assez nombreux et variés.

Nioh adopte un découpage assez classique par niveau afin de transformer chacune de ses missions (principale ou secondaire) en opportunité de farm pour le joueur. Cette absence de connexion directe entre les différentes zones offre à la Team Ninja le champ libre pour proposer une palette variée d’environnements. Mine empoisonnée, forteresse de gouverneur, village de pêcheurs, temple souterrain, la thématique du Japon féodal est correctement exploitée même si certains pourront regretter l’absence de liaison globale de l’ensemble. On pourrait au premier abord le penser linéaire, atteint du syndrome du jeu couloir, pourtant, le level design de Nioh puise ses inspirations et sa réussite dans l’approche tortueuse à la logique implacable des productions made in From Software. Entre deux autels de prière faisant office de checkpoints salutaires et de lieux ou dépenser ses Amrita pour augmenter ses stats, le joueur explorera les multiples recoins de zones truffées de dédales, de pièges, d’opportunités de contournement et de raccourcis permettant de rejoindre une zone plus avancée du niveau sans avoir à combattre une nouvelle fois la moitié des adversaires de la zone.

L’intégration de ces raccourcis (simple porte à ouvrir, souche d’arbre à faire tomber, etc.) reste – dans l’ensemble – moins inspirée que dans les Souls où la construction des zones nous surprenait régulièrement par leur ingéniosité. Il n’empêche qu’aucun des environnements de Nioh ne nous a semblé avoir été conçu à la va-vite par une équipe pressée de nous faire affronter l’un des nombreux boss du titre.

Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !
Accrochez-vous, ça va piquer.

Le bestiaire de Nioh oscille entre des modèles très inspirés et le recyclage un brin trop prononcé de certaines créatures. Si l’on imagine que la Team Ninja a souhaité conserver une certaine cohérence sur le long terme dans le panel de yokai qu’affronte William, on aurait apprécié un renouvellement plus régulier de la palette d’ennemis. Ce recyclage ne nous fait néanmoins pas minimiser le bon travail de chara-design effectué sur la plupart des boss. Du simple samouraï capable de vous ôter la vie en une taillade fulgurante, au démon grotesque bardé d’excroissances rougeoyantes en passant par la geisha vampire maîtresse SM, le folklore japonais est utilisé avec talent pour coller diverses horreurs en travers d’une route que l’on pensait jusqu’alors toute tracée vers la victoire…

Le slogan « Prepare to die » si cher à Dark Souls pourrait s’appliquer à merveille à certaines rencontres tant le pic de difficulté grimpe régulièrement en flèche sur les phases de boss. Il existe parfois un réel fossé entre la difficulté globale d‘un niveau et celle de son protecteur final. Un gouffre d’exigence capable de mettre à mal l’intégrité physique de votre manette. Bref, prenez votre temps, n’hésitez pas à aller farmer quelques rations ou à monter certains stats, avec de la patience et un esprit protecteur correctement placé, ça devrait passer, normalement…

À vos marques, prêts, lootez !

Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !
Le loot est constant dans Nioh, de quoi changer d'apparence réguilèrement.

Une fois les ennemis puissants terrassés et après avoir sans doute sué sang et larmes, à vous l’explosion de butin au sol. Armes, armures, consommables, argent, Nioh est un jeu très (très) généreux en loot ! Ce n'est pas pour rien s'il revendique l’une de ses inspirations du côté de la franchise Diablo. Si l’efficacité globale de William dépend en partie de statistiques à faire progresser en dépensant des Amrita (les âmes récoltées à la mort de chaque ennemi), une grande partie de votre puissance réside dans l’équipement. Armes et armures disposent d’un indice de protection, d’un poids et de nombreuses statistiques à l’impact réel sur votre gameplay. Augmentation des critiques, meilleurs contre, régénération améliorée du Ki, ajout de dégâts élémentaires, un bon build de Nioh s’accompagnera toujours d’un set adapté à son style de jeu.

Revers de la médaille évident d’une telle profusion de butin, le joueur croule littéralement sous les objets. Il faut donc s’imposer des retours réguliers aux autels ou au dojo pour échanger ce surplus contre des âmes ou utiliser le tout dans le système d’artisanat assez complet du jeu. L’interface de navigation dans l’inventaire aurait gagné à être plus simple et plus intuitive afin de nous éviter de scroller pendant de trop longues minutes dans un fatras sans nom d’équipements dont on finirait presque par en oublier l’importance. Même constat au rang des différentes compétences à débloquer via différentes sous-couches de menus peu pratiques à l’usage.

Durée de vie et mode multi :

La question de la durée de vie dans un jeu comme Nioh est finalement relative à plusieurs paramètres : votre skill, votre envie d’explorer de fond en comble tout le contenu du jeu et votre propension à relancer le titre en mode new game plus après l’avoir bouclé une première fois. Pour vous donner un ordre d’idée, Nioh peut se terminer en environ 30 à 40h lors d’une première partie pour un joueur doté d’un skill moyen. On ajoutera allégrement quelques dizaines d’heures supplémentaires si vous souhaitez vous lancer dans tout le contenu annexe (quêtes secondaires et autres missions hardcore en mode Crépuscule).

Pensé autour du concept de duel, le jeu autorise tout de même la coopération libre pour les missions secondaires et soumise à l’utilisation d’un consommable pour les missions principales. Vous pourrez aussi définir un mot de passe afin de limiter l’accès à la partie à un joueur en particulier. Bref, un système proche de celui de Dark Souls 3 avec ses avantages et lourdeurs de fonctionnement.
Nioh - Une simple copie des Souls ? Pas vraiment !
Techniquement, Nioh est situé entre deux générations de machines.

Techniquement, Nioh fait quelque peu les frais de sa longue période de développement. À la base envisagé comme un projet destiné à la PS3, le titre débarque aujourd’hui en exclusivité sur PS4. Il affiche en ce sens un rendu visuel en demi-teinte avec une modélisation des environnements que l’on sent un peu à la traine. Ce retard technique est toutefois contrebalancé par le grand soin apporté à la modélisation des personnages, des armes et armures ou encore des différentes animations d’attaque. La Team Ninja nous rappelle une nouvelle fois ici qu’une bonne direction artistique suffit souvent à amoindrir les défauts d’une technique en retrait.

Sur PlayStation 4 classique, le joueur peut sélectionner deux modes d’affichage : un mode cinéma affichant du 1080p au prix d’un framerate oscillant aux alentours de 30 fps et un mode action réduisant dynamiquement la résolution entre 720p et 900p afin de maintenir le cap constant des 60 fps. Sur PS4 Pro, les options sont plus nombreuses et permettent au moteur de viser le 1080p 60fps à certains moments peu gourmands de l’aventure. Bref, nous vous conseillons de privilégier la fluidité au profit de la résolution et de fuir les modes d’affichage à fps variables afin d’éviter tout phénomène gênant de variation de fluidité.

Les notes
+Points positifs
  • L'exigence d'un gameplay que l'on sent maitrisé
  • Très généreux en contenu
  • Un subtil mélange entre Beat them all et A-RPG
  • Ambiance réussie dans un Japon féodal convaincant
  • Armes et postures agréables à prendre en main
  • La mécanique de gestion du Ki
  • Mode action (60 fps) qui tient ses promesses
-Points négatifs
  • De gros pics de difficulté lors de certaines rencontres
  • Navigation dans l'interface peu pratique
  • Du loot, partout, tout le temps, jusqu'à saturation parfois
  • Techniquement sans éclat
  • Bestiaire qui peine à se renouveler

Si sur le papier Nioh a tout du simple clone de Dark Souls au pays des samouraïs, la Team Ninja parvient à trouver une alchimie pleine de justesse entre un Action-RPG exigeant, un beat them all dynamique à la Ninja Gaiden et un univers envoutant à la Onimusha. Revendiquées, assumées, les influences directes des dernières productions de From Software ne font pas oublier à Nioh de se doter d’une personnalité propre. Intransigeant, technique, aussi généreux dans son système de loot que dans la quantité de contenus proposé aux joueurs, le titre parvient à gommer ses quelques défauts de finition et se paye même le luxe de ne pas avoir à baisser la tête face à ses pairs. Ne serait-ce que pour ce sentiment d’accomplissement ressenti après avoir enfin terrassé un boss vraiment costaud, Nioh est une expérience que nous recommandons chaudement aux amateurs de gameplay pointu et de challenge un brin masochiste. Une belle leçon de revanche pour un projet que beaucoup pensaient condamné à l’abandon !

Profil de mrderiv
L'avis de mrderiv
MP
Journaliste jeuxvideo.com
08 février 2017 à 19:33:15
18/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (103)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/20
Tous les prix
Prix Support
49.99€ PS4
54.99€ PS4
Voir toutes les offres
Mis à jour le 12/02/2017
PlayStation 4 Action RPG Team Ninja Koei Heroic Fantasy Moyen-Age
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : L'Ombre de la Guerre : Une épopée foisonnante, connectée et évolutive
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : ECHO : un OVNI par des développeurs d'Hitman
    PC - PS4
  • Aperçu : Guild Wars 2 : Path of Fire, des montures pour la seconde extension !
    PC - MAC
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Assassin's Creed Origins
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Destiny 2
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live