Menu
Fallout 4
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Fallout 4, le post-apo raisonnable
PC PS4 ONE
Fallout 4
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
09 novembre 2015 à 14:10:24
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (437)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.7/20
Tous les prix
Prix Support
4.49€ PC
4.49€ PC
9.99€ ONE
12.89€ ONE
13.99€ PS4
16.00€ PS4
Voir toutes les offres
Partager sur :

Après s'être réapproprié les codes de gameplay d'une licence culte pour la faire passer dans la nouvelle génération avec Fallout 3, Bethesda a – non sans clairvoyance – confié l'écriture de Fallout New Vegas a Obsidian, qui comptait dans ses rangs des vétérans des premiers opus. Modernité de gameplay et science de l'écriture s'étaient alors alliées pour accoucher d'un épisode de Fallout qui n'avait pas à rougir face au prestige de son nom, bien au contraire. En 2015, Bethesda a choisi de reprendre entièrement les commandes de la confection de Fallout, entendant bien ouvrir la légende au grand public. Pour le meilleur ou pour le pire ?

Notre vidéo-test de Fallout 4

Chargement de la vidéo Test Fallout 4 en vidéo

Lorsque l'on s'attaque à un morceau comme Fallout et offrir un successeur au dernier épisode de la saga déjà vieux de 5 ans, il faut faire des choix. Bethesda a pris le sien et a opté pour la démocratisation de la licence post-apo en tentant de récupérer dans son giron tout un pan du public n'ayant jamais mis un pied dans l'univers initié par Black Isle en 97. Cette volonté d'ouvrir Fallout 4 au plus grand nombre se fera ressentir dès les premières secondes d'introduction puisque pour la première fois, le contexte qui a conduit à la guerre est copieusement expliqué à travers une cinématique très sérieuse et larmoyante qui ne correspond pas franchement au ton de la série. Toutefois, cette piqûre de rappel permet à Bethesda de s'offrir une intro inédite puisqu'elle vous permettra de vivre le jour où les bombes ont été lâchées, détruisant ainsi le monde civilisé.

Introduction pédagogique

Comme dévoilé dans le cadre de la conférence E3 2015 tenue par Bethesda, la création de personnage fonctionne plutôt bien et est à nouveau originale. Face à un miroir, vous pourrez modeler la plupart des parties de votre visage. Front, nez, joues... à vous de façonner votre avatar à votre guise. Pas nécessairement pratique, cet éditeur a au moins le mérite d'être plus performant que par le passé et vous autorise enfin à prendre des traits crédibles et pas trop vilains. En outre, l'aspect amusant est conservé puisque votre personnage et son épouse (ou son époux si vous incarnez une femme) commenteront la modification de votre look en temps réel. Une fois votre visage soigné et votre gabarit adopté, vous pourrez commencer par faire un petit tour dans votre maison du bonheur.

Fallout 4, le post-apo raisonnable Fallout 4, le post-apo raisonnable

Après quelques interactions, un représentant de Vault-Tec, société responsable de la construction d'abri antiatomique, viendra vous faire savoir qu'une place dans l'un d'entre eux est réservée pour vous et votre famille. L'occasion est toute trouvée pour vous permettre de choisir votre nom et de répartir vos points S.P.E.C.I.A.L. (Force, perception, endurance etc...). Ces attributs auront comme d'habitude un impact sur des caractéristiques secondaires : un niveau de Charisme élevé autorisera plus facilement la réussite de la persuasion tandis que la force, par exemple, vous permettra de porter plus d'objets et d'être plus puissant au corps à corps.

Fallout 4, le post-apo raisonnable

Depuis que Bethesda a repris les rennes de Fallout, il faut bien reconnaître que les premiers moments du jeu sont particulièrement originaux et celui-ci ne déroge pas à la règle. Même s'il est au départ effrayant d'incarner un personnage avec un histoire (les protagonistes de Fallout étant généralement de véritables pages blanches), l'ensemble fonctionne plutôt bien. Il faut reconnaître qu'il est plaisant de vivre en direct la fin du monde et par conséquent, votre ruée vers l'abri 111. Malheureusement, une réalisation expéditive et une écriture pas franchement inspirée viennent ternir l'intensité du moment. Votre personnage comme sa famille ne semblent pas particulièrement préoccupés par le fait que tout le monde en surface se soit bouffé un souffle radioactif en pleine poire et se contentent de se dire que le 111 est désormais leur « nouvelle maison ». Comme vous le savez sans doute, les bombes explosent en 2077 et votre partie débute en 2277. Pas compliqué alors de savoir que l'Abri 111 renferme des capsules de cryogénisation, dans lesquelles vous monterez sans franchement faire d'histoires, sans poser les questions que toute personne censée se poserait en cas de fin du monde.

Un Fallout sans aspérités s'il vous plaît

Si nous nous efforcerons d'éviter un maximum de spoiler l'intrigue principale de Fallout 4, impossible de passer sous silence les premières minutes de jeu et l'événement qui vous conduira à mener vos quêtes dans le wasteland. Ainsi, rendez vous un paragraphe plus bas si vous désirez ne rien savoir. Un temps indéterminé après votre cryogénisation, vous vous éveillez enfermé dans votre capsule et assistez impuissant au meurtre de votre femme et à l'enlèvement de votre fils avant d'être à nouveau réduit à l'état de glaçon. Plus tard encore, votre réveil sera définitif, et votre capsule s'ouvrira. Votre premier réflexe sera d'ouvrir la cellule qui vous fait face et emprisonnant le corps de votre compagne. Si l'ensemble aurait dû être dramatique, une VF qui manque clairement de conviction et une absence quasi-totale de mise en scène vous rendra au mieux insensible au funeste destin de votre famille, au pire, vous arrachera un gloussement.

Fallout 4, le post-apo raisonnable Fallout 4, le post-apo raisonnable Fallout 4, le post-apo raisonnable

C'est là la première manifestation d'un défaut qui se répétera tout au long de votre aventure : l'écriture manque cruellement de soin et l'on peinera à retrouver tout au long de l'aventure le cynisme et l'humour acide qui caractérisait jadis l'ADN de Fallout. Fallout 4 est incontestablement le Fallout le plus édulcoré et le plus lisse sorti à ce jour et laisse de côté au passage votre liberté d'agir comme bon vous semble. Effectivement, ne vous attendez pas à être confrontés à des choix franchement immoraux, n'envisagez pas la possibilité de faire de votre personnage la dernière des ordures, Fallout 4 vous pose sur des rails et a défini pour vous les grandes lignes de votre protagoniste qui pourra tout juste faire preuve de cynisme afin de se donner un peu d'aspérité. C'est bien là le principal reproche que l'on peut invoquer à l'encontre du jeu : en se soustrayant à tout système de réputation à l'ancienne et au principe de karma, Fallout 4 ne s'encombre plus des choix qui ont fait la gloire de la série, exception faite des derniers segments de la quête principale, qui, si elle se suit sans désintérêt, n'est pas la plus captivante au monde, faute encore à une écriture quelque peu cliché et largement desservie par une VF souvent décalée, essentiellement si vous incarnez un personnage masculin.

Fallout 4, le post-apo raisonnable
Les dialogues ne sont pas le point fort de Fallout 4
C'est bien simple, sur les 65 heures de jeu que j'ai eu l'occasion de passer sur le titre, je ne me suis jamais trouvé confronté à un choix qui m'a posé un problème de conscience, même lorsque la quête principale m'a conduit vers des enjeux aux conséquences dramatiques. Certes, vous aurez bel et bien un système d'embranchements scénaristiques qui interviendront en fin de parcours et qui garantissent soit dit en passant une forte rejouablilité, mais nous aurions aimé que l'implication du joueur soit permanente et qu'elle s'étende aux quêtes secondaires qui, si elles sont nombreuses, sont globalement inégales et manquent terriblement de folie. Le joueur n'aura plus franchement le sentiment d'avoir un impact réel sur le monde qui l'entoure comme c'était le cas par le passé. En somme, si nous devions établir une comparaison, Fallout 4 est davantage à percevoir comme un Skyrim post-apo que comme un Fallout à part entière, et c'est bien là le problème qui devrait générer pas mal de déception auprès des fans les plus fervents de la saga.

Une progression simplifiée

Cette édulcoration globale de l'univers se retrouve également sur quelques éléments de gameplay qui, s'ils pourraient faire frissonner de terreur de prime abord, s'avèrent finalement plutôt bien sentis. Alors que nous avions l'habitude de crouler sous les possibilités d'octroyer à notre personnage des tonnes de points de talent dans de multiples compétences, Bethesda a choisi de refondre l'évolution de votre avatar, de le simplifier au passage, rendant les choses plus lisibles à l'usage. Désormais, vous gagnerez un point de talent à chaque niveau. Votre feuille de personnage, esthétiquement dans la droite lignée de Fallout Shelter, présente différents étages, qui se débloquent en fonction du nombre de points attribués dans vos capacités SPECIAL. Ainsi par exemple, vous ne pourrez accéder aux capacités de crochetage – situées à l' « étage » 4 que si vous avez préalablement affecté 4 points de talent en perception. Notez que vous pouvez à chaque niveau augmenter votre niveau de SPECIAL pour accéder aux compétences secondaires associées.

Fallout 4, le post-apo raisonnable
Fallout 4, le post-apo raisonnable
4 options de dialogue... et c'est tout

Si l'on pourrait croire que cette approche épurée ampute le jeu d'une bonne partie de plaisir propre au jeu de rôle, elle s'avère en réalité bien plus pratique et favorise la création d'un personnage polyvalent. Certes, là encore, la volonté de simplifier le jeu transpire par tous les pores, et ne vous attendez pas, par exemple, à obtenir des dialogues supplémentaires si vous êtes calés en science ou en réparation. Cela n'est toutefois pas préjudiciable dans le cadre de votre aventure étant donné que quoi qu'il advienne, vous n'aurez pas plus de 4 choix de dialogues (?!) à chaque interaction avec les pnj qui jalonnent le Commonwealth. La persuasion répond d'ailleurs à un nouveau système de code de couleur. Si vous avez l'habitude de jouer un personnage à haute teneur en charisme, sachez qu'il en est désormais fini avec le système de pourcentage. Ainsi, plus votre charisme sera élevé, plus vous aurez de chance de réussir des dialogues soumis à cette compétence et matérialisés par des des couleurs allant du rouge au vert. Il va sans dire que les chances de réussites seront plus grandes si la ligne de dialogue est orangée / jaune que si elle est rouge. Toutefois, notez que la diplômatie n'est assurément pas reléguée au second plan, une capacité forte en discours pouvant se révéler bien des fois efficace pour éviter un combat perdu d'avance. A ce propos, et c'est une petite déception, un personnage à l'intelligence limitée n'ouvrira plus de dialogues supplémentaires ou de réactions amusantes des pnj comme c'était le cas par le passé.

Du contenu, oui, mais à quel prix ?

Bien entendu, les points de talents n'arrivent pas tout seul et vous aurez à arpenter des heures durant les terres dévastées en dégommant à tour de bras des ennemis pour engranger de l'expérience. Sachez que sur ce point, Fallout 4 propose une quantité assez impressionnante de choses à faire. En effet, vous aurez mille fois la possibilité de vous adonner aux joies de l'exploration avant de vous focaliser sur la quête principale. Le système de radar de Fallout 4 correspond à celui de Skyrim : les silhouettes de lieux à proximité se dessineront sur votre boussole et se rempliront de couleur une fois découverts. Si la carte ne paraît pas de prime abord immense, sachez qu'elle est nettement plus dense que par le passé. C'est bien simple, la quantité de bâtiments à explorer est franchement colossale et devrait vous garantir des heures et des heures de baguenaude en quête de précieuses munitions ou de quelques éléments de construction puisque Fallout 4 s'est autorisé quelques petites nouveautés à ce sujet que nous évoquerons plus bas.

Fallout 4, le post-apo raisonnable Fallout 4, le post-apo raisonnable Fallout 4, le post-apo raisonnable

Si nous déplorerons le fait que la plupart des quêtes secondaires soient concentrées dans les villes principales et que l'ensemble des zones de Boston à explorer soient essentiellement constituées d'ennemis à dégommer, nous saluerons le travail effectué par Bethesda pour donner à Fallout 4 une âme post-apo réussie. Si techniquement, Fallout 4 est assez faible et ne vous collera pas une claque graphique, la direction artistique est une franche réussite. C'est effectivement un véritable régal d'arpenter les ruelles de la ville, avec ses quartiers malfamés et son atmosphère changeante au détour d'un embranchement. A celles et ceux qui redouteraient que le vide post-apocalyptique manque à l'appel, sachez que Bethesda a réalisé un travail très méticuleux pour le restituer avec élégance. Les campagnes désolées sont franchement superbes, et l'ensemble est servi par des conditions météo dynamiques, qui vous conduiront parfois à subir des tempêtes radioactives particulièrement inquiétantes, vous contraignant à vous mettre à l'abri le temps que les choses se calment. Fallout 4 est exemplaire en terme d'atmosphère et signe même la meilleure bande originale depuis sa création, ce qui, amis mélomanes, ne gâche rien.

Des combats enfin plaisants

Fallout 4, le post-apo raisonnable
Le SVAV est toujours de la partie
Bien entendu, Fallout 4 ne se résume pas à de la petite balade contemplative et vous offrira une généreuse dose de combats, point sur lequel les équipes de Bethesda ont manifestement porté un son particulier. A l'époque de Fallout 3, l'audace de faire passer un jeu au tour par tour au FPS était à saluer, mais l'ensemble accusait d'une certaine lourdeur rendant certains affrontements pénibles. Ce n'est plus d'actualité aujourd'hui, Fallout 4 propose enfin un vrai feeling FPS nerveux et dynamique. C'est bien simple, c'est un véritable plaisir de prendre part aux affrontements dans le jeu. Les armes, quelles qu'elles soient, ont une énorme patate et plus vous gagnerez en niveau, plus les sensations seront bonnes. Nous citerons d'ailleurs une mention spéciales aux goules, plus agressives et flippantes que jamais. Le SVAV, ce système de visée permettant d'ajuster certains de vos tirs sur certaines parties du corps de votre opposant, est toujours présent mais remanié pour l'occasion : au lieu de geler complètement l'action, il se contente de la ralentir drastiquement, vous permettant d'attendre le cas échéant que l'adversaire sorte de son couvert pour pointer le bout de son nez afin que vous lui avoiniez le museau dans les règles.

Ce parti pris n'est clairement pas déplaisant et rend les combats plus nerveux que jamais. Toutefois, vous ne pourrez pas avoir recours au SVAV en permanence puisque son utilisation est comme d'habitude conditionnée par la quantité de points d'action dont vous disposez. Il est cependant plus que recommandé d'y avoir régulièrement recours puisqu'il conditionne vos coups critiques. A chaque fois que vous parvenez à porter un coup dans ce mode, vous remplissez une jauge de coup critique que vous pouvez activer au moment que vous jugez opportun, fonctionnalité bien pratique lorsqu'il s'agira d'achever un ennemi très puissant.

Fallout 4, le post-apo raisonnable Fallout 4, le post-apo raisonnable Fallout 4, le post-apo raisonnable

Heureusement, vous ne serez pas seul pour affronter les terribles adversaires qui jalonneront votre aventure. Vous pourrez, au gré de vos rencontres, prendre sous votre aile plusieurs compagnons, le premier d'entre eux étant directement collé dans vos pattes. Grande star des divers trailers de Fallout 4 et animal incontournable de la saga, Canigou, le chien, pourra vous suivre dès vos premiers pas dans le Commonwealth. Il pourra ainsi, avec un perk correspondant, retenir un ennemi avec ses crocs, vous indiquer l'emplacement de certaines denrées bien planquées etc... de quoi vous faciliter la vie en somme. Fort heureusement, il n'est pas le seul camarade qui pourra arpenter le chemin avec vous et vous pourrez renvoyer le brave toutou à votre fief pour lui privilégier la compagnie d'un autre personnage avec lequel vous pourrez entretenir des relations privilégiées.

Des compagons,oui. Mais pourquoi ?

Fallout 4, le post-apo raisonnable
Les compagnons ne profitent pas du même soin que ceux de New Vegas

Si l'on excepte les deux premiers opus, et Fallout 3, nous ne pouvions que saluer le travail effectué pour les quêtes associées aux compagnons de Fallout New Vegas. Cassidy, Boone... autant de partenaires d'infortune que l'on prenait plaisir à aider. Ce n'est pas le cas ici. Si, comme d'habitude, vos partenaires peuvent vous servir de mules destinées à vous débarrasser du matériel trop encombrant que vous obtenez, vous n'aurez pas énormément d'interactions avec eux, à l'exception du fait que certaines de vos lignes de dialogue plairont ou non à votre comparse. Certaines de vos actions seront donc soumises à l'approbation ou la désapprobation de votre compagnon. Si vous abondez dans son sens, vous pourrez entretenir des relations amoureuses avec lui / elle, et ainsi bénéficier d'un bonus d'expérience. L'absence de profondeur est regrettable, d'autant plus que certains de vos partenaires pâtissent là encore d'une écriture loin d'être bouleversante, assez éloignée du désespoir et des tourments inhérents au monde post-apocalyptique. A défaut d'être attachants, vos compagnons ont au moins le mérite de pouvoir stocker une certaine quantité du foutoir absolu que vous pouvez ramasser tout au long de votre périple, Bethesda ayant au l'ingénieuse idée d'enfin donner une utilité à tous les objets que vous pouvez récupérer.

Fallcraft

Le craft fait son apparition dans Fallout 4 au même titre qu'un mode construction qui nous aura laissé plus que sceptique. Compte tenu que le premier découle du second, commençons par évoquer le système de construction, auquel vous serez confronté dès vos premiers instants hors de l'abri 111. Vous vous trouverez rapidement face à des miliciens, sorte de justiciers indépendants désireux de donner un peu d'ordre au chaos en venant en aide aux habitants des terres désolées. Vous n'aurez pas d'autre choix que de les aider et les installer dans votre ville d'origine aujourd'hui dévastée afin qu'ils y établissent votre fief. Si là encore, les personnages que vous rencontrerez manquent clairement d'aspérités, la rencontre avec les miliciens donnera lieu à un tutoriel vous introduisant aux possibilités du mode construction. Une simple pression de touche sur un établi vous permettra de construire les éléments nécessaires à l'établissement d'une colonie : lits, approvisionnement en eau et cultures rudimentaires vous garantiront repos, hydratation et satiété si vous veniez à manquer de l'un de ces éléments.

Fallout 4, le post-apo raisonnable Fallout 4, le post-apo raisonnable

Pour bâtir les structures nécessaires à la pérennité de vos colonies (vous pouvez bâtir plusieurs avant postes de ce type) ; il vous faudra bien sûr une généreuse quantité de ressources dont la totalité se trouve dans le recyclage des cochonneries que vous pourrez glaner ici et là dans le monde de Fallout 4. C'est bien simple, les objets auparavant inutiles dans les jeux Bethesda trouvent aujourd'hui une utilité, seront stockés dans un l'onglet « Bric à Brac » de votre pip-boy et pourront tous être recyclés pour être convertis en matière première.

Si vous avez la possibilité d'étendre vos avant-postes pour renforcer l'impact des miliciens dans l'univers de Fallout 4 par l'intermédiaire de quêtes répétitives consistants surtout à nettoyer une zone de toute menace avant d'y établir de nouveaux fiefs, le mode construction permet également de bâtir votre petit havre de paix, avec ce qu'il comprend d'approvisionnement en eau, nourriture et en éléments cosmétiques pas indispensables. La fonctionnalité est fort heureusement facultative car elle n'est finalement pas franchement intéressante même si elle ouvre la porte à quelques quêtes amusantes. Elle vous permet en revanche d'avoir accés à des ateliers de craft qui donnent une dimension nettement plus intéressante à la personnalisation de votre équipement.

Fallout 4, le post-apo raisonnable

Fouiner, explorer et récolter tout ce qui vous tombe sous la main n'a jamais été aussi intéressant quand dans Fallout 4. Effectivement, vous aurez la possibilité d'améliorer vos armes, d'arranger vos armures mais aussi de vous faire vos propres doses de médicaments pour faciliter votre résistance au combat par exemple. Une simple pression de touche sur un établi vous permettra d'accéder à l'atelier de craft qui vous offrira d'un coup d'oeil les composants nécessaires à l'amélioration de la précision de votre arme fétiche, la résistance aux dégâts de votre armure ou à la confection de quelques stimpacks. Les armes, comme les renforts d'armure, sont nombreux et les possibilités de customisation assez impressionnantes et on salue l'effort de Bethesda pour offrir au joueur l'opportunité de se fabriquer presque sur mesure son équipement.

Un mot sur la technique
La navigation est franchement douloureuse sur PC et rend le mode construction quasi impraticable, forçant le joueur à jongler entre trop de touches pour que l'ensemble soit agréable. Toutefois, si nous avons pu observer une certaine stabilité de FPS sur PC et même sur des configurations aux épaules pas très larges, les versions console accusent très régulièrement de chutes inexplicables de framerate. La navigation entre les menus est plus confortable sur consoles, mais les performances sont meilleures sur PC. Il faudra – encore une fois – attendre que la communauté de moddeur viennent réduire la taille du texte de l'interface et l'ergonomie globale des interfaces... un scandale en 2015.
Fallout 4, le post-apo raisonnable Fallout 4, le post-apo raisonnable Fallout 4, le post-apo raisonnable

Il serait encore possible de pérorer pendant des heures sur les qualités et les défauts de ce Fallout 4, mais il faut, chers lecteurs et chères lectrices, conclure. Il serait franchement cavalier d'affirmer que ce Fallout est la meilleure itération de la franchise depuis sa création et même depuis sa reprise en main par Bethesda. Même si Fallout 3 a été décrié par les fans, il respectait une certaine idée du monde post apo. Fallout New Vegas, grand oublié (renié?) du studio, lui redonnait ses lettres de noblesse. Fallout 4 marque quant à lui la volonté de démocratiser la licence ce qui se traduit par un propos trop lisse, mais qui offre à la plupart de mettre un pied dans un univers régit par ses propres codes, à l'atmosphère soignée et à la durée de vie colossale, comptez minimum 120/150h pour tout faire, tout voir.

Trailer de lancement de Fallout 4

Chargement de la vidéo Fallout 4 trailer
Les notes
+Points positifs
  • Enorme durée de vie
  • Direction artistique soignée
  • Enormément de choses à explorer,à voir, à lire
  • Combats dynamiques et nerveux
  • Bande originale excellente
  • Feuille de personnage simplifiée, mais efficace
  • Le craft, fun et accessible
  • Enfin une vraie raison de ramasser tout ce qu'on trouve
-Points négatifs
  • Scénario convenu et peu captivant
  • Impossible de jouer une ordure ou un saint
  • Ecriture très lisse, gentille, grand public
  • Final expédititf
  • Interface pénible à parcourir
  • Réputation, Karma remis au placard : des possibilités de RP amoindries

Raisonnable, accessible. Voilà des termes qui caractérisent Fallout 4 et qui sont autant d'adjectifs que les fans de la licence culte à bien des égards n'accepteront pas facilement. Oubliez le Fallout corrosif, acide, à la liberté roleplay énorme vous permettant autant de jouer une ordure qu'un saint. Dans sa volonté d'ouvrir à tous la prestigieuse saga, Bethesda a édulcoré son propos, rendant Fallout plus proche d'un Skyrim que d'une franchise purement post-apo, avec ce qu'elle contient de cynisme et d'humour noir. Toutefois, il serait criminel de sanctionner un jeu d'une telle richesse, qui propose au bas mot plus de 100 heures de jeu et qui s'autorise des combats dynamiques, un système de craft complet et amusant, le tout auréolé d'une direction artistique de haute volée. Un très bon RPG, un univers formidable, un Fallout en demi-teinte.

Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
09 novembre 2015 à 14:10:24
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (437)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.7/20
Mis à jour le 29/11/2015
PC PlayStation 4 Xbox One FPS TPS RPG Bethesda Softworks Post-apocalyptique
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live