Menu
F1 2015
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Tous les jeux / Jeux Course / Derniers tests jeux vidéo / F1 2015 /

Test du jeu F1 2015, un millésime bouchonné

Test : F1 2015, un millésime bouchonné
PS4 ONE
F1 2015
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Epyon
L'avis de Epyon
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
16 juillet 2015 à 18:39:52
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (70)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.1/20
Tous les prix
Prix Support
11.99€ ONE
13.66€ ONE
14.44€ PS4
14.79€ PS4
15.94€ PC
27.99€ PC
Voir toutes les offres
Partager sur :

Pour beaucoup, la Formule 1, avant d'être un impressionnant sport mécanique, c'est surtout synonyme de télévision occupée par Papa le dimanche après-midi. De longues et interminables heures, qui grignotent impitoyablement le temps passé sur la console, alors que "bon sang, demain il y a école quand même, j'ai presque pas joué du week-end" ! Mais la Formule 1, c'est aussi l'amour de la course, et des luttes passionnées entre pilotes frôlant la mort à chaque épingle. Alors l'amour, il y en a certainement dans F1 2015, mais la mort, elle, n'a pas le bon goût de vous attendre à un virage, hélas.

F1 2015, un millésime bouchonné

Je vais être honnête avec vous et admettre que cette introduction, même si de nombreux joueurs devraient se retrouver dedans, me concerne tout particulièrement. Aussi curieux que cela puisse être, et alors que j'ai toujours énormément aimé la course et les voitures, je ne me suis jamais franchement passionné pour la F1. Ce qui ne fut pas loin d'être une tare, à une époque où, âge juvénile oblige, tu ne pouvais pas te permettre le luxe d'être « en dehors du groupe ». Groupe qui, pour ma part, était constitué d'amis passionnés de F1. Quel ne fut pas mon malaise lorsque deux amis me prirent à partie pour me demander « Et toi, t'es pour qui, Schumi ou Hakkinen ? ». Doublement pris en otage entre mon ignorance globale du sujet et la crainte de perte derechef deux amis, j'ai fini par choisir entre l'un d'entre eux et j'osais un courageux « Et toi ? ». « Ben, Hakkinen », me répondit-il, ce qui me permit cette subtile réponse : « Ok, on peut continuer à être copains ». Ainsi, nous repartîmes bras-dessus bras-dessous, laissant le fan de Schumacher à sa solitude et ce non sans lui avoir lancé quelques blagues mesquines. Les enfants sont formidables.

Mon indifférence à l'égard de la Formule 1, la vraie, celle qui sent bon le pneu chaud et les frites (ceux qui ont déjà approché un circuit comprendront), n'a jamais eu d'impact sur les jeux qui lui étaient dédiés, curieusement. Ici, les noms, les marques, le réel importaient peu, seul comptait le plaisir de débouler à plus de 250 km/h et de freiner à moins de 100 mètres d'un virage, de profiter des formidables performances de la monoplace pour prendre un virage qu'aucune autre auto n'aurait pu aborder sans se retrouver sur le toit une ou deux fois. C'est donc avec un certain plaisir que j'ai vu arriver sur mon planning le test de F1 2015, que j'avais vu essayer il y a quelques mois lors d'un événement organisé par Bandai Namco. Et si la démo m'avait séduit, le jeu fini et complet, lui, m'a laissé sur ma faim.

Classique à en mourir

F1 2015, un millésime bouchonné
Tous ces modes de jeu jamais vus jusque-là, quand on n'a pas l'habitude, ça fait bizarre.

Nous sommes en 2015 et cela fait donc 23 ans qu'est sorti Formula One Grand Prix, qui est peut-être le premier jeu de F1 qu'il m'ait été donné d'essayer. Et en arrivant dans le menu de F1 2015, une chose m'a frappé : en termes de modes de jeu, on n'a pas fait énormément de progrès depuis. Ou alors est-ce simplement F1 2015 qui est un peu paresseux ? Eh bien un peu des deux, mais surtout du second. Puisque si l'on pourra toujours disserter pendant des heures sur les éventuelles évolutions que peuvent encore connaître les jeux de sport (qu'ils soient mécaniques ou non), force est de constater que F1 2015 ne s'est pas franchement foulé, bien au contraire. Championnat du monde, Saison Pro, Course rapide, Contre-la-montre, et Multijoueur, c'est du vu et revu. Vous aurez sans doute remarqué que je n'ai pas mentionné de mode Carrière : ce n'est pas un oubli de ma part, et on serait même tenté de se demander si ce n'en est pas un venant des développeurs. Ces derniers avaient d'ailleurs prévenu, plusieurs mois en avance, que le jeu se concentrerait sur la vraie saison de F1, et que les joueurs pourraient compter sur une mise en scène très « télévision » pour la rendre vraiment unique. Alors oui, les commentateurs sont plutôt convaincants (dans le fond plutôt que dans la forme), et l'on retrouve effectivement cette présentation digne d'une diffusion télé, mais tout cela ne remplacera jamais un vrai mode Carrière, vous permettant de vous glisser dans la peau d'un jeune pilote en devenir. Vous ne connaîtrez jamais le plaisir et la satisfaction de commencer en bout de grille, dans une petite écurie, et de gravir les marches menant au succès et aux pole positions en série.

Chaque course se vit comme un événement télé

F1 2015, un millésime bouchonnéF1 2015, un millésime bouchonné

On se retrouve donc avec un contenu d'un classicisme ennuyeux à mourir, qui fait le travail en se contentant du minimum. C'est certain, les habitués de la série seront mécontents et les joueurs lambda, eux, découvriront en F1 2015 un jeu de F1 sympathique mais pas particulièrement original. Pas de quoi marquer les esprits, donc.

Le jeu a la bonne idée de vous proposer toute la saison 2014. L'occasion de revoir Fernando Alonso en rouge.

F1 2015, un millésime bouchonné

Skynet au volant

Dans les films Terminator, un programme informatique d'origine militaire prend peu à peu le contrôle de tout ce qu'il peut infecter, allant jusqu'à déclencher un holocauste nucléaire qui éradiquera plus de la moitié de la race humaine en quelques heures. Je crois aujourd'hui que Skynet existe, dans notre réalité, mais que sa puissance est bien moindre. En tout cas pour l'instant. Plutôt que de déchaîner le feu atomique, elle s'est attaquée à F1 2015 et a pris possession de l'intelligence artificielle du jeu.

F1 2015, un millésime bouchonné
Forcément dans ce sens-là, ça va être beaucoup plus dur de gagner.
Je ne dirais pas que l'IA de F1 2015 est mauvaise : je dirais plutôt qu'elle est diabolique, sadique et violente. Dans n'importe quel mode de difficulté, celle-ci est extrêmement agressive, remplie d'une rage qui lui fait par moments oublier qu'elle n'est pas au volant d'une tractopelle alimentée par un réacteur au plutonium, mais d'une monoplace faite de carbone et de fibre de verre. Du coup, elle n'hésite pas à vous percuter violemment, sans jamais franchement lever le pied. De toute manière, il semblerait que le jeu aussi ait oublié la différence entre Caterpillar et Formule 1, puisque l'IA est très peu, voire pas, pénalisée suite à ces collisions, ce qui lui permet de vous rentrer dedans à volonté.

Néanmoins, les dégâts sont plutôt bien gérés, même si l'on aurait souhaité voir apparaître un véritable effet d'engrenage, qui aurait été bien utile lors des démarrages où, là encore, l'IA semble ne pas vouloir freiner ou vous éviter. Euclide aurait dit un jour que la ligne droite était le plus court chemin pour aller d'un point à un autre... D'accord, mais dans F1 2015, c'est peut-être un peu exagéré.

Le passage au stand va vite devenir indispensable

F1 2015, un millésime bouchonné

Pour en revenir en l'IA, si par moments il lui arrive de ne pas vous voir et de vous tamponner sans pitié, il faut néanmoins reconnaître que le reste du temps son comportement et ses trajectoires sont franchement pertinents. De fait, les courses ont une véritable saveur et finir premier sera une véritable source de satisfaction.

La conduite

Ce qui nous amène donc à la conduite de F1 2015. On ne saurait que trop conseiller aux débutants de commencer le jeu en désactivant toutes les aides à la conduite, afin de ne pas prendre de mauvaises habitudes, mais surtout parce que le gameplay est déjà suffisamment axé "arcade" pour se faciliter un peu plus la tâche. Si vous vous attendiez à une simulation ultra-réaliste, c'est loupé. Le jeu est particulièrement généreux sur les freinages, que vous pouvez effectuer très (trop) tardivement, avec toujours cette sensation que, quoi qu'il arrive, votre voiture restera collée au bitume. Si cela ne m'a pas franchement dérangé, je sais que de nombreux pilotes virtuels seront déçus par cet appel du pied manifeste à un public novice mais plus nombreux... et donc source de recettes pour l'éditeur et le studio de développement.

F1 2015, un millésime bouchonnéF1 2015, un millésime bouchonné

En revanche, ce parti pris est franchement plus critiquable lorsque l'on se rend compte que mordre dans l'herbe ou escalader un vibreur n'aura pratiquement aucune incidence sur le comportement de votre bolide. On est très vite tentés de couper ici et là pour gagner du temps, et l'on ne sent jamais cette épée de Damoclès au-dessus de notre tête, qui nous donne la sensation de prendre des risques et de jouer notre destin à chaque virage. C'est dommage puisque cela a un impact sur le plaisir ressenti, forcément. Notez d'ailleurs au passage que le jeu semble souffrir d'un certain manque de cohérence quant aux avertissements et pénalités que le juge de course vous attribue, si jamais vous mordez en dehors du tracé, ou si vous coupez un virage. Après avoir testé la chose plusieurs fois, et pour la même trajectoire, il m'est arrivé de recevoir un avertissement, une pénalité (5 secondes, ou tour annulé en contre-la-montre / essais) ou... rien du tout. Il s'agit peut-être d'un bug qui sera corrigé lors d'un prochain patch, qui sera d'ailleurs le bienvenu puisque le jeu est truffé de petits bugs de ce genre.

Un dernière chose : si l'impression de vitesse est convaincante en vue cockpit ou ras le sol (ma préférée, pour l'occasion), elle l'est beaucoup moins en caméra extérieure. Pire, il arrive même au framerate de trembloter, surtout si vous sortez de piste. Désagréable.

F1 2015, un millésime bouchonnéF1 2015, un millésime bouchonnéF1 2015, un millésime bouchonné

Un mot sur les graphismes

Impossible de terminer ce test sans mentionner l'aspect visuel du jeu, qui, pour le coup, est plutôt décevant. Si certains effets de lumière sont plutôt jolis, F1 2015 est globalement terne et manque de détails, à tous les niveaux. Si vous rajoutez à cela une distance d'affichage faiblarde et un clipping qui peut être assez prononcé selon les circuits, vous obtenez un jeu convenable qui aurait tout à fait pu tourner sur PS3 et Xbox 360. On se demande combien de temps les développeurs ont passé sur leur nouveau moteur graphique, qui, en fin de compte, n'impressionne à aucun moment. Heureusement, les (nombreuses) animations que l'on pourra voir avant et après les courses, elles, sont plutôt réussies.

Toi aussi, cherche le tearing (indice : il y en a sur les trois images)

F1 2015, un millésime bouchonnéF1 2015, un millésime bouchonnéF1 2015, un millésime bouchonné

Les images de ce test sont tirées de la version PlayStation 4 du jeu

Notre vidéo-test de F1 2015

Chargement de la vidéo Test F1 2015 en vidéo
Les notes
+Points positifs
  • Deux saisons de F1 dans un seul jeu, chouette
  • L'IA qui ne se laisse pas faire
  • La mise en scène très télévisuelle
  • Un gameplay accessible...
  • … mais qui demandera tout de même quelques heures d'apprentissage pour les novices
-Points négatifs
  • Pas franchement beau
  • L'IA qui a tendance à confondre F1 et stock-car
  • Pas de mode Carrière !
  • Trop classique au niveau des modes de jeu
  • Trop permissif sur les sorties de piste
  • Des bugs en local
  • Des bugs en online

Décevant : c'est l'adjectif que l'on retiendra pour ce F1 2015, qui n'est certes pas un mauvais jeu, loin de là, mais qui compte trop de défauts pour être un incontournable. Qui réussira-t-il à convaincre ? Les fans de F1 et autres habitués des jeux de course trouveront en F1 2015 un jeu de course trop arcade et permissif pour les accrocher sur le long terme, au contenu limité. S'ils pourront pardonner les excès de zèle de l'IA et les graphismes passables, comment leur expliquer que le jeu ne propose pas de mode Carrière ? Quant aux petits nouveaux, ils découvriront une conduite plaisante et facile à maîtriser, mais eux bloqueront probablement devant le classicisme de ce que le jeu a à leur proposer, et le comportement parfois absurde des adversaires contrôlés par l'ordinateur. Reste un jeu finalement plutôt complet, qui propose du challenge et de bonnes sensations (en fonction de la caméra choisie)... mais que l'on oubliera vite.

Profil de Epyon
L'avis de Epyon
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
16 juillet 2015 à 18:39:52
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (70)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.1/20
Mis à jour le 16/07/2015
Course Bandai Namco Bandai Namco Entertainment Codemasters Formule 1 PlayStation 4 Xbox One
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Call of Duty : Mobile, du multi accessible dans le creux de la main – E3 2019
    IOS - ANDROID
  • Preview : Destroy All Humans ! – Vers un remake respectueux et déjanté – E3 2019
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Carrion - L'horreur inversée dans un Metroidvania brutal et jouissif - E3 2019
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Final Fantasy VII Remake
    PS4
    Vidéo - Gaming Live
  • Star Wars Jedi : Fallen Order
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce