Menu
Endzone - A World Apart
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / Endzone - A World Apart sur PC /

Test du jeu Endzone : A World Apart - De la gestion corsée aux influences bien digérées sur PC

Test : Endzone : A World Apart - De la gestion corsée aux influences bien digérées
PC
Endzone - A World Apart
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
18 avril 2020 à 12:00:02
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (3)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14/20
Partager sur :

Les jeux de gestion, après une période de disette ou du moins d'une certaine absence du feux des projecteurs, semblent connaître ces dernières années un regain de vigueur ce qui n'est assurément pas pour déplaire aux gestionnaires de tout poil. Dans la grande diversité des sous-genres qui caractérisent cette catégorie, le post-apo n'a finalement été qu'assez peu exploité et Endzone : A World Apart, sorti en early acces début avril, a choisi de poser ses valises dans un monde dévasté par la radioactivité et adopte la philosophie brutale qui en découle.

Bande-annonce de Endzone : A World Apart

Chargement de la vidéo Endzone - A World Apart trailer
Note sur les tests d'Early Access :
Ce jeu est disponible en accès anticipé (early access). Son contenu est donc susceptible d’évoluer significativement dans un avenir proche. Le test de la rédaction est valable pour la version évaluée le 17/04/2020 et sera mis à jour si nécessaire.

Il est temps de reconstruire

Endzone : A World Apart - De la gestion corsée aux influences bien digérées

Année 2021. Une attaque terroriste a déclenché l'explosion simultanée de nombreuses centrales nucléaires, irradiant la planète et rendant sa surface inhabitable. Durant 150 ans, les rares survivants se sont terrés dans des espaces souterrains appelés Endzone et, au terme de leur confinement, sont parvenus à regagner la surface pour tenter de redonner une peu de vie à cette Terre désolée. C'est le point de départ du titre des Allemands de Gentlymad Studios, qui met à votre disposition un vieux bus délabré en guise d'hôtel de ville et une poignée d'adultes et d'enfants pour bâtir le Nouveau Monde. Notez que pour l'heure, early access oblige, seuls sont proposés un mode tutoriel très rudimentaire et un mode bac à sable, permettant de générer aléatoirement des cartes du jeu, avec ce que cela comporte de reliefs, de rareté ou de profusions de ressources. Dans l'immédiat, Endzone - A World Apart ne prend clairement pas le joueur par la main, mais déploie des mécaniques suffisamment solides et bien pensées pour que le joueur un minimum coutumier des jeux de gestion tendance hardcore ne soit pas dépaysé.

L'ombre de Banished

Endzone : A World Apart - De la gestion corsée aux influences bien digérées

S'il devait planer une inspiration évidente au-dessus de Endzone : A World Apart, c'est incontestablement celle de Banished. En plus de la microgestion induite par la répartition manuelle des colons entre chacune des tâches utiles à la production de ressources, il faudra veiller à préserver un équilibre entre vieillissement de la population et reproduction. Effectivement, les habitants de votre colonie rudimentaire sont répartis entre enfants, jeunes adultes, adultes et personnes âgées. Cette catégorie d'âge a un impact sur énormément de paramètres. Les enfants, par exemple, résident chez leurs parents et devront, une fois adultes, disposer d'un logement à eux s'ils souhaitent procréer, procréation que l'implacable gestionnaire que vous êtes verra avant tout non pas comme le miracle de la vie en période de catastrophe, mais plutôt comme une main d'oeuvre potentielle, un adulte équivalant deux bras supplémentaires. Les plus vieux, quant à eux, viennent naturellement à mourir et en plus de plomber le moral des troupes, les corps devront être acheminés dans un cimetière si vous ne voulez pas faire de votre colonie un charnier à ciel ouvert, qui aurait pour conséquence de déprimer davantage la population, de ne pas l'inciter à faire des enfants et donc finalement péricliter.

La quête d'un équilibre au rythme du climat

Endzone : A World Apart - De la gestion corsée aux influences bien digéréesEndzone : A World Apart - De la gestion corsée aux influences bien digérées

Mais l'évolution de votre Nouveau Monde ne réside pas seulement dans la gestion de la démographie, naturellement, mais aussi dans une gestion minutieuse des ressources mises à votre disposition. Dans Endzone, les denrées sont rares et l'anticipation est au cœur de la boucle de gameplay puisque le titre fait défiler une frise qui dicte le rythme des saisons ainsi que le climat qui y sera associé. Les champs, par exemple, ne donnent leurs premières récoltes qu'une fois un certain nombre de semaines passées, semaines pendant lesquelles il faudra bien trouver de quoi nourrir vos ouailles. Opter pour une cabine de pêche ou un récolteur chargé de récupérer les baies environnantes n'est pas une mauvaise option, mais Endzone ayant l'excellente idée de faire varier le climat et la profusion des ressources y étant adossée, c'est avant tout dans la production de stock qu'il faudra placer votre attention. En effet, lors des récurrentes périodes de sécheresse, les rares cours d'eau se tarissent, les champs et vergers ne donnent plus de fruits. Passer une telle période sans un minimum de stock sera presque invariablement synonyme de mort progressive de tous vos habitants, à la manière des vagues de froid qui sévissaient sur le Frostpunk de 11 Bits Studio, autre inspiration très nette de Gently Mad.

Endzone : A World Apart - De la gestion corsée aux influences bien digéréesEndzone : A World Apart - De la gestion corsée aux influences bien digéréesEndzone : A World Apart - De la gestion corsée aux influences bien digérées

Il existe bien des moyens d'optimiser les bâtiments pour qu'ils offrent davantage d'espace de stockage ou surtout, qu'ils ouvrent la porte à plus de main-d'oeuvre pour doper leur productivité, mais malheureusement, les optimisations sont coûteuses en ressources matérielles et humaines. Une trop grande précipitation dans la construction de tel ou tel édifice pourrait mettre rapidement en péril l'équilibre de la chaîne de production savamment élaborée jusque là. Les recycleurs, par exemple, se servent des débris environnants (qui disparaissent à mesure qu'ils sont récoltés ce qui implique une modification régulière de la zone de travail) pour trier plastique, composant électronique ou tissus des gravats. Ces ressources qui devront être réparties entre les différents métiers artisanaux qui fournissent équipement de protection à la population, outils de confection et matériaux de construction. Mais chaque nouvelle construction demande un surplus de productivité, productivité qui ne pourra être augmentée que si votre population est en quantité suffisante. Mais trop miser sur la procréation, c'est aussi prendre le risque de se retrouver avec trop de bouches à nourrir alors que la constitution de stocks de denrées ne peut jamais être prolifique, en raison notamment des rigueurs du climat. Effectivement, en plus des cycles de sécheresse, des tempêtes de sable peuvent survenir, balayant d'un coup de vent vos récoltes et endommageant à l'occasion pas mal de vos bâtiments qu'il faudra bien réparer avec les moyens du bord.

Une gestion aux multiples leviers

Endzone : A World Apart - De la gestion corsée aux influences bien digérées

Si vous avez bien réparti votre main d'oeuvre et vos stocks avant la catastrophe, il sera possible de s'en relever, mais peut-être préférerez-vous vous en remettre au climat variable qui apporte parfois autant de soleil que de pluie et qui impacte directement la fertilité de vos récoltes. Cependant, dans un monde irradié, les dangers sont multiples et les vents tumultueux d'Endzone amèneront avec eux de la radioactivité. Lutter contre elle ne pourra se faire que si vous avez pris soin d'anticiper la confection d'équipement approprié à toute situation : un simple foulard de protection pour le visage, pratique en situation normale, ne pèsera pas bien lourd lorsqu'il s'agira de s'occuper de déchets radioactifs qui requerront masques à gaz et combinaisons. Il en ira de même pour les outils qui devront être en permanence réapprovisionnés et aussi diversifiés pour assurer autant les réparations que les nouvelles constructions. Fort heureusement vous disposez de pas mal de leviers pour vous adapter au mieux aux besoins de votre colonie de fortune. En jouant avec la répartition de la main d'oeuvre et en laissant les individus sans emploi aller glaner les ressources de votre choix (bois, débris, baies...) de telle ou telle zone de la carte, il vous est possible de moduler l'activité en fonction des nécessités du moment. Chaque décision compte, et chaque mauvaise décision peut entraîner une réaction dramatique dans votre cycle de production, c'est aussi ce qui fait le charme incontestable du jeu.

Endzone : A World Apart - De la gestion corsée aux influences bien digérées

Cependant, Endzone a encore, et c'est bien naturel, du chemin à faire avant d'être parfaitement équilibré. Il existe pour l'heure pas mal de problèmes de pathfinding, certains de vos récolteurs étant parfois bloqués au milieu de nulle part, leur interdisant de ramener leurs ressources. La gestion de la nourriture et de l'eau devrait répondre un peu mieux à la quantité d'ouvriers qui y sont affectés et les tutoriels sont pour l'heure un peu trop avares en informations, les mécaniques interdépendantes du jeu étant très nombreuses. La gestion des habitations gagnerait à être également peaufinée, car ces dernières sont parfois laissées vacantes par une vague de décès, mais ne sont pas pour autant repeuplées, le jeu indiquant alors que les enfants devenus adultes sont sans-abri. Enfin, il manque encore une poignée de tableaux permettant de mieux visualiser les besoins et consommations des habitants et de modifier les valeurs utiles en un seul et même endroit, afin de pouvoir embrasser d'un seul coup d'oeil votre situation et vous adapter en conséquence. Cet outil sera indispensable dans un titre qui demande une gestion en permanence sur la brèche. Il n'empêche que la feuille de route du jeu, promettant expéditions, éléments scénaristiques et autres corrections de bug laisse entrevoir un jeu de gestion très complet même s'il l'est déjà en l'état.

Les notes
+Points positifs
  • De la gestion exigeante bien ficelée
  • Beaucoup de leviers à activer pour plus de flexibilité
  • La gestion du climat, l'anticipation constante qui en découle
  • Plutôt joli et vivant
  • Déjà complet pour son mode bac à sable
-Points négatifs
  • Quelques problèmes de pathfinding
  • Production de certaines ressources encore à équilibrer
  • Quelques données statistiques manquantes

À la croisée de Banished, Frostpunk et Suviving the Aftermath, Endzone : À World Apart est un jeu de gestion hardcore, dans lequel chaque décision compte et où toute erreur se paye de la vie de vos habitants et de la crise de ressources. Avec son système de saisons et de variables relatives au taux de radioactivité ambiant, son degré poussé de microgestion des ressources et des habitants et l'obligation de s'adapter en permanence aux rigueurs de l'environnement, Endzone est d'ores et déjà très complet et devrait vous occuper de nombreuses heures avec son seul mode bac à sable. S'il lui reste encore du chemin à parcourir pour être complet (tuto, équilibrage, scénario...), sa feuille de route est prometteuse et il est en l'état une option à sérieusement considérer pour les amateurs de gestion retorse.

Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
18 avril 2020 à 12:00:02
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (3)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14/20
Mis à jour le 18/04/2020 à 14:21
PC Gestion City Builder Stratégie Gentlymad Studios
Dernières Preview
PreviewXenoblade Chronicles - Definitive Edition : Un retour prometteur sur Switch 13 mai, 15:00
PreviewPro Cycling Manager 2020 : Nouvelle décennie, nouveau PCM ? 08 mai, 13:00
PreviewCrucible : Amazon à la croisée des genres avec leur shooter compétitif 05 mai, 16:45
Les jeux attendus
1
Ghost of Tsushima
17 juil. 2020
2
The Last of Us Part II
19 juin 2020
3
Assassin's Creed Valhalla
4ème trimestre 2020