Menu
Project Resistance
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Preview : Project Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre
PC PS4 ONE
Partager sur :

Nous avons profité d’une journée ensoleillée à Londres pour nous enfermer dans les locaux de Capcom en compagnie de Project Resistance, l’expérience multijoueur se déroulant dans l’univers de Resident Evil récemment annoncée. En compagnie de Matthew Walker (connu pour son travail sur Devil May Cry 5), nous avons parcouru les salles d’un bâtiment en compagnie de 3 autres survivants, à la recherche de manières d’accomplir nos objectifs. Sauf qu’ici, chaque zombie, chaque piège, chaque événement sont créés par un cinquième joueur qui revêt le costume de maître de jeu. Après Outbreak, Operation Raccoon City ou encore Umbrella Corps, la saga s’essaye au 4v1. Comme la plupart des bonnes formules, tout réside dans le juste dosage. La société Umbrella n’a cependant jamais été connue pour sa déontologie médicale.

Notre video-preview de Project Resistance

Chargement de la vidéo Project Resistance Vidéo preview

RESIDENT 4V1L

Project Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre

Project Resistance est présenté comme un Survival Horror en 4v1 au gameplay asymétrique. Cela signifie que 4 joueurs vont devoir trouver un moyen de progresser dans des niveaux infestés de monstres tandis qu’un cinquième larron doit à tout prix empêcher l’escouade d’arriver à ses fins. Dans la peau d’un survivant, le gameplay est assez proche de celui du remake de Resident Evil 2, dans le sens où le personnage se dirige à la troisième personne et qu’il dispose d’une palette de mouvements assez similaire. La fluidité en dent de scies ne rendait malheureusement pas les contrôles très agréables. Tous les protagonistes à incarner possèdent des compétences spéciales utiles à l’avancée. Le Mastermind, lui, ne contrôle pas un personnage en tant que tel, même s’il peut entrer dans la peau de ses créatures pour affronter directement les aventuriers. Il est en fait “l’âme” du bâtiment. En début de partie, c’est lui qui sélectionne les presets des trois zones que doivent arpenter les autres joueurs. Les niveaux restent identiques dans leur construction, seuls les emplacements des objectifs et autres bonus varient. Un procédé qui empêche les survivants de connaître à l’avance l’emplacement des items à collecter/détruire, même si les 5 réglages proposés pour chaque zone pourraient au final se révéler trop peu nombreux, car aisément mémorisables.

Project Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autreProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autreProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre
Souriez, vous êtes filmés
Les éléments contrôlés par le MJ sont signifiés par une lumière rouge. Si un zombie aux yeux luisant se jette sur vous, cela veut dire qu’il est directement contrôlé par le maître des lieux.

Même s’il peut avoir une vision globale du niveau grâce à la carte à afficher en plein écran, le MJ n’a pas la possibilité de flotter dans les zones de jeu tel un fantôme. Son seul moyen d’avoir un visuel sur l’environnement, et ainsi de garder un œil sur l’escouade, est de switcher de caméra de surveillance en caméra de surveillance. Dans cette configuration, il a le pouvoir de faire apparaître des monstres et des pièges via un système de cartes à utiliser. Chaque carte a un coût d’activation, et les points d’énergie du Mastermind se rechargent avec le temps. Il a également le pouvoir d’exercer quelques actions directes sur l’environnement, comme fermer des portes ou éteindre les lumières. Incarner le maître de jeu engendre un plaisir sadique communicatif. Il est amusant d’entendre les héros crier lorsqu’ils se retrouvent surpris par une poignée de zombies juste après s’être pris les pieds dans des pièges à loups astucieusement placés. Rendre ses monstres plus puissants grâce à un pouvoir à effet de zone à quelques pas d’un objet de quête ou transformer une caméra en tourelle fait partie des petits plaisirs du méchant qu’il est bon d’éprouver.

Project Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autreProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autreProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre

Le maître de jeu a toujours raison

Project Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre

Face à un Mastermind tout-puissant, les héros doivent coopérer efficacement pour espérer survivre. Nous avons tout d’abord January, une hackeuse capable de désactiver les caméras de sécurité pendant une période. Elle peut aussi augmenter le coût nécessaire au MJ pour utiliser ses pouvoirs. Mais le grand méchant a lui-même une carte l’aidant à utiliser ses bonus plus facilement, ce qui rééquilibre la balance. Valérie, elle, a la capacité de localiser rapidement les items du niveau et confectionne des zones de soin. Tyrone remplit le rôle du tank aux coups puissants, un peu à la manière de Samuel et son dash punch qui malheureusement dans notre démo ne faisait pas tant de dégâts que cela. Les objectifs forcent les aventuriers à fouiller tous les recoins de la zone, ce qui facilite encore un peu plus la tâche du MJ dans l’élaboration de ses pièges.

La carte du monde
Le Mastermind dispose d’une carte détaillée affichant l’emplacement des objets de quête comme la position des joueurs. La bonne stratégie consiste à piéger les endroits où les survivants sont obligés de passer.
Project Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre

Les looks des protagonistes jouables rappellent ceux de Silent Hill : Book of Memories, ce qui n’est pas un gage de charisme vous en conviendrez. Être dans la peau d’un survivant n’est en tout cas pas une sinécure. Leur objectif n’est pas seulement de survivre en accomplissant les quêtes imposées, mais de réussir tout cela avant la fin des 5 minutes imparties. Le timing est serré, et chaque action réussie par le Mastermind (piège activé, zombie infligeant un dégât, etc.) retire quelques secondes au compteur. Si les guerriers ont la possibilité de regagner eux aussi quelques précieuses secondes au cours du périple (réussir une mission donne jusqu’à 2 minutes supplémentaires), les occasions paraissent plus rares. Le MJ a décidément beaucoup de puissance, et le simple fait de fermer une porte oblige l’escouade à perdre quelques précieuses secondes pour l’ouvrir. Résultat ? Toutes nos parties en tant que survivants ont été perdues, alors que celles dans le cerveau du maître de jeu ont été remportées en quelques minutes. Il est certain que l'intérêt du genre réside dans la faculté des survivants à coopérer efficacement, et que plus de temps en compagnie du jeu aurait peut-être permis de développer des techniques. Réussir un jeu en 4v1 demande une rigueur extrême de la part des développeurs, et d'autres talenteux studios se sont cassés les dents avec des titres tels que Evolve ou Fable Legends.

Project Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autreProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre

Suicid Squad

Project Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre

De la licence Resident Evil, nous retrouvons le bestiaire avec les Lickers, les zombies, les dobermans, et bien sûr Mister X. Lorsque ce dernier est invoqué, le joueur incarnant le Mastermind est obligé d’en prendre le contrôle, ce qui l’empêche de gérer le reste du bâtiment pendant cette période. Le Tyran est puissant mais relativement lent, et une grenade flash bien placée l’immobilise pendant de précieuses secondes. Au cours d’une de nos parties, nous avons fait intervenir le boss chapeauté dans le couloir final qui mène à la sortie, couloir piégé de diverses mines. Carnage assuré pendant sa minute d’invocation. Des titres d’origine, nous retrouvons également les herbes et l’artillerie, même si Project Resistance ajoute quelques armes au corps-à-corps assez inhabituelles pour la série (batte de baseball cloutée, hache, etc). Les items sont à dénicher dans le décor et à acheter via des distributeurs prévus à cet effet en échange de quelques crédits. Malgré cela, nous avons bien du mal à retrouver l’empreinte de Resident Evil dans cet Escape Game géant.

La mort vous va si bien
La mort vous va si bien Lorsqu’un personnage est au sol, il peut être réanimé par un autre membre de l’escouade. S’il meurt, il recommence au début du niveau.
Project Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre

Le concept de Project Resistance fait forcément penser à Fable Legends. L’idée n’est donc pas inédite, mais les jeux utilisant ce procédé ne sont pas légion. À ce stade du développement, le problème majeur du projet vient d’un équilibrage à revoir. Le fait que le MJ puisse faire apparaître des pièges à quelques pas seulement des aventuriers n’est pas juste. Les caméras transformées en tourelle font un carnage, et l’effet de zone améliorant la puissance des monstres est redoutable à l’intérieur des nombreux espaces étriqués. Si diriger le Mastermind apporte de l’originalité à l’expérience et de belles rigolades, incarner un héros est loin d’être aussi intéressant. Manette entre les mains, les contrôles se révèlent raides et on a rapidement l’impression de se retrouver face à un énième jeu de zombies en vue à la troisième personne. Capcom devra donc veiller à trouver la formule idéale pour que chaque camp soit plaisant à jouer, sans quoi les maîtres de jeu risquent d’avoir bien du mal à trouver des héros suffisamment téméraires pour venir les affronter.

Nos impressions
Si les premières parties de Project Resistance s’annoncent amusantes en coopération, les problèmes d’équilibrage viennent rapidement ternir l’expérience. Incarner le maître des lieux et piéger salement ses camarades est drôle, oui, mais ses pouvoirs ont vite fait de refroidir les ardeurs des survivants, piégés dans un gameplay sans grande saveur. Les scientifiques d’Umbrella doivent clairement revoir le dosage au niveau des compétences tout en insufflant un peu de vélocité aux protagonistes jouables. Afin de les y aider, une bêta jouable est prévue du 4 au 7 octobre 2019. Le jeu sortira sur PC, PlayStation 4 et Xbox One.
Profil de Carnbee
L'avis de Carnbee
MP
Journaliste jeuxvideo.com
12 septembre 2019 à 07:00:00
Mis à jour le 12/09/2019
PC PlayStation 4 Xbox One Survival-Horror Capcom

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Xmb-57
Xmb-57
MP
il y a 14 heures

Après c'est sûre, faut aimer le concept qui ne porte que le nom de Resident Evil mais n'a absolument rien d'un RE. Suivant les goûts de chacun, on appréciera ou non ce spin-off qui laisse franchement à désirer :(

Lire la suite...
Docrates-sama
Docrates-sama
MP
il y a 21 heures

Sans vouloir vexer qui que ce soit, j'ai du mal à comprendre ceux qui mettent le multijoueur en défaut au premier plan comme si il s'agissait d'un autre Battle Royale. Vous semblez oublier une variable importante : le gameplay asymétrique, ce qui est assez rare comme quelqu'un l'a souligné un peu plus loin. Après c'est surtout parce que le concept s'est collé à la licence RE que ça a l'air de vous décevoir, puisque vous vous attendiez forcément à une suite ou une Remake du 3.

D'un côté je suis d'accord avec vous sur le changement de direction mais de l'autre, si un studio aussi important dans l'histoire du JV se met à expérimenter une idée de gameplay (un peu à la manière de Nintendo), ça augure du bon pour rendre les expériences de jeux d'action en ligne moins redondantes du fait de la créativité qui est laissée au joueur MJ dans un jeu de type PvP asymétrique.
Par exemple, si le concept en vient à se démocratiser, vous ne trouveriez pas bandant de jouer à un jeu d'action à la 3ème personne sur le licence "Batman" avec du 4 vs. 1 ? Genre le MJ, plutôt passif en début de partie avec un objectif est inconnu des joueurs, gère des unités de sbires disséminées à des endroits stratégiques d'une map du lore (l'asile d'Arkham, une partie craignos de Gotham City, etc.) ?* Jouer chacun un super-héros avec ses capacités propres face à un super-vilain où ses planifications machiavéliques seraient caractérisées par les plans tordus qu'il a déjà élaborés auparavant dans les comics ? Très très ambitieux, on en est très loin, mais pas impossible à mon avis.

Autre point par rapport à cette "envie de jouer les héros", il y a des exemples de réussite du jeu en ligne où on retrouve un principe d'asymétrie entre les joueurs et où le joueur actif n'est pas laissé pour compte : Mario Maker et Mega Man Maker.
Même si ça n'a rien à voir de prime abord (surtout parce que l'opposition entre joueurs n'est pas gérée en temps réel), ils ont su exploiter des mécaniques suffisamment archaïques afin d'offrir la possibilité de créer des situations complexes sans pour autant dégoûter les non-créateurs. Parce que oui, tout le monde sait qu'il y a une part non-négligeable de joueurs qui passent des heures sur des niveaux conçus par d'autres.
Bref, tout ça pour dire qu'à mon avis, ils devraient plutôt s'inspirer du principe suivant où, d'une part, pour créer une situation complexe il faut exploiter un ensemble de mécaniques simples dans le cas du créateur(le sadique) et, d'autre part, donner une vraie possibilité au non-créateur(la victime), par l'illusion d'une apparente simplicité des mécaniques, de déjouer les plans construits par le MJ.

Pour en revenir au jeu, l'idée est toujours séduisante avec ce genre là mais le gros problème se trouve souvent dans la communauté. J'sais pas si il y a des anciens joueurs de Friday the 13th ici mais l'expérience était très frustrante et désagréable à cause l'impact sur la partie des collègues trolls, donc enlève l'avantage que doit avoir l'équipe des héros par rapport au méchant avec. Les pires étaient - en dehors des joueurs russes qui ont une façon très particulière de s'amuser - ceux qui aidaient Jason à te retrouver et qui balançaient de façon catégorique après la partie "ouais mais c'est du teamming, c'est l'intérêt du jeu, si tu rages de ça tu peux partir"... Ce genre de joueurs arrogants qui pensent que parce leur connerie est encadrée par un concept c'est forcément une pratique intelligente, ça avait de quoi énerver surtout si cette mentalité est répandue du fait des faiblesses en matière de modérations induites par les possibilités du jeu. A contrario pour RE, le lore permet facilement d'intégrer un joueur traître dans l'équipe de héros qui, une fois qu'il est découvert, peut être vaincu et même ajouter un objectif de victoire histoire de jouer un peu sur le déséquilibrage Héros/MJ... Bref.

Autre grosse limite en lien avec ce dernier paragraphe c'est que si la communauté est pourrie (et elle le sera forcément sous certains aspects encore non-définis), c'est la possibilité de pouvoir souvent jouer avec des potes. Avoir des potes dispos implique forcément d'éviter de jouer full-pickup et donc restreint potentiellement le nombre de joueurs séduits par la chose et, par extension, d'acheteurs.
En gros, de mon point de vue, ils devraient surtout bosser sur une modération discrète et efficace des joueurs (sans pour autant faire un truc de nazi) avant de proposer ce genre de jeux.

  • Un peu comme dans un très bon épisode de la série animée de 1992 où l'homme-mystère, instigateur d'un kidnapping, contrôle un labyrinthe virtuel où il piège Batman et Robin. *
Lire la suite...
thestrangers
thestrangers
MP
hier à 10:27

Ca me fait penser au mode escape de garry's mod lol

Lire la suite...
Sniper-blade
Sniper-blade
MP
le 14 sept. à 01:50

3/5 pour un nouveau concept pour la licence mais sa met du 5/5 pour un call of tout pourri, Ok !

Lire la suite...
cyclope2
cyclope2
MP
le 13 sept. à 15:16

En fait se jeu fait penser à Dead by Daylight, 4 joueurs ensemble contre un cinquième incarnant le Méchant..... Gros problème cependant, enfin à la sortie du jeu, le Tueur étais complètement fumé et il n'y avais pas d'équilibrage joueur / tueur se qui rendait le jeu particulièrement dur et injuste en tant que survivant......

J'espère quelque chose de mieux, même si je reste sur mon avis que se type de jeu n'est réellement amusant qu'à cinq potes en vocal, plutôt qu'en random.... Pas pour moi donc.

Lire la suite...
Commentaire édité 13 sept., 15:17 par cyclope2
thatballdontlie
thatballdontlie
MP
le 13 sept. à 12:59

le concept est tellement rare sur console que ca merite un detour, si le gamplay est bien equilibré ca pourra etre sympa surtout avec l ambiance resident evil

Lire la suite...
grelink13
grelink13
MP
le 13 sept. à 11:19

Zombi U ? c'est toi ?

Lire la suite...
devilmichel01
devilmichel01
MP
le 13 sept. à 06:02

Honnêtement je vais le prendre justement pour le côté Maître des zombies qui me fais penser au mode Chasse à l'homme sur RE6 qui était la seule chose qui m'avais plus sur le jeu, après c'est vrai que c'est assez soulant que ce sois un jeu à gameplay asymètrique mais ceci dit ils devraient un peu exploité ça pour d'autres spin off mais en solo, la possibilité d'incarner des A.B.O peut être assez intéressante, genre un spin-off où on prend le contrôle du Némésis pour éradiquer les S.T.A.R.S par exemple.

Lire la suite...
PictureShow
PictureShow
MP
le 12 sept. à 20:33

Quelle horrible déception...j'ai pas les mots.
Si ça flop je crois que c'est franchement mérité là...

Lire la suite...
KingBravery
KingBravery
MP
le 12 sept. à 18:19

Si c'est gratuit pourquoi pas ..

Lire la suite...
Top commentaires
Net_
Net_
MP
le 12 sept. à 07:12

Le prochain RE verra deux joueurs s'affronter avec des raquettes sur un terrain de tennis....
:malade:

Lire la suite...
kristofmod
kristofmod
MP
le 12 sept. à 08:25

C'est ce qu'on appelle flinguer une licence!

Lire la suite...
Derniers tests
12
TestDaemon X MachinaSur Switch
16
TesteFootball PES 2020
PS4 ONE
13
TestGreedFall
PC PS4 ONE
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019