Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News débat et opinion /

Édito : Activision doit imiter Ubisoft, et mettre en pause Call of Duty

News débat et opinion
Édito : Activision doit imiter Ubisoft, et mettre en pause Call of Duty
PC PS4 ONE PS3 360
  • Partager sur :

Aaaah, Call of Duty. Chaque année, les joueurs sont des millions à attendre le nouvel épisode, et chaque année, ils sont encore plus nombreux à critiquer le jeu, la plupart du temps sans y avoir joué une seule seconde. Chaque sortie est accompagnée de sa vague de plaisanteries, de moqueries. Mais la sortie récente de Call of Duty Infinite Warfare semble marquer un véritable changement dans l’histoire de la franchise. Une vergence dans la Force. Et si Activision, à l’image d’Ubisoft et son Assassin’s Creed, laissait temporairement sa poule aux œufs d’or en jachère ?

Débat et opinion
Cet article entrant dans la rubrique "Débat et opinion", il est par nature subjectif. L'avis de l'auteur est personnel et n'est pas représentatif de celui du reste de la rédaction de Jeuxvideo.com.

« Jeu de kevin », « arnaques pour pigeons », « c’est toujours la même chose » : on entend souvent les mêmes arguments lorsque qu’il s’agit de critiquer chaque Call of Duty, depuis maintenant plusieurs années. Difficile d’estimer la part de détracteurs exacte lorsque l’on voit, chaque année, le FPS d’Activision être numéro 1 des ventes, inexorablement. Récemment, un internaute a eu ce bon mot sur Twitter : « Le FPS est un sport qui se joue à deux, et à la fin, c’est Call of Duty qui gagne » ; référence d’un fan de football à la bataille que se livrent chaque année le shooter d’Activision, et Battlefield. Qu’on le veuille ou non, cette année encore, Call of Duty devrait mieux se vendre que Battlefield 1. Et si le jeu se vend aussi bien, c’est qu’il y a bel et bien un public, qui chaque année revient. Peu importe les raisons : chaque année, ces joueurs passent à la caisse, ou incitent leurs parents à le faire. Parfois leurs amis, par émulation. Un public qui souvent n’achète que quelques jeux au cours de l’année, ce qui n’en est que plus remarquable. Pourtant en 2016, les choses sont peut-être un peu différentes. Pas forcément à cause des notes (avec Panthaa, nous avons accordé un 15/20 à Infinite Warfare et restons convaincu qu’il s’agit d’un FPS sympathique, amusant et très complet), mais plutôt au vu des réactions du public. On pourrait citer le record de dislike pour la première bande-annonce, ou encore des ventes en recul, par rapport à l’épisode précédent. Pourquoi ce changement, si soudainement ? Dans cet article, je vais donc tenter de vous expliquer pourquoi, à mon sens, nous avons atteint avec le dernier bébé d’Infinity Ward une certaine forme de saturation, qui était inévitable.

Call of Duty Infinite Warfare

La science-fiction n’est pas un problème

Édito : Activision doit imiter Ubisoft, et mettre en pause Call of Duty
Advanced Warfare a renouvelé intelligemment le gameplay de la série.

En 2014, Sledgehammer prenait un vrai risque en choisissant de modifier en profondeur le gameplay de la série, qui commençait à sentir la naphtaline. En projetant Call of Duty dans le futur, le studio se permettait de nombreuses fantaisies (exo-squelettes, jet-pack, longue glissade). Ce que beaucoup, encore aujourd’hui, ne semblent pas comprendre. Soyons d’accord, il s’agit bel et bien d’un Call of Duty. On retrouve une campagne tout ce qu’il y a de plus classique pour la licence, et un mode multijoueur proposant foultitude de modes de jeux, d’armes et d’accessoires à débloquer à la force de ses doigts. Effectivement, de l’extérieur, et sans y avoir joué plus de quelques minutes, il s’agit d’un « Kalof » comme un autre. Les amateurs de FPS, et particulièrement ceux connaissant bien la série, ont eux rapidement senti la différence. Avec ses super-sauts et ses longues glissades, c’est tout le gameplay de la série qui a été revu, et a imposé aux gamers une nouvelle façon de jouer, d’aborder les cartes du jeu. Jusque-là très plates, elles ont gagné en relief dans Advanced Warfare, se faisant plus verticales, pour mettre en valeur le super-saut et les joueurs à même de l’utiliser à bon escient. Camper ? Sous-optimal. Le jeu récompense la mobilité, une première dans la série.

Édito : Activision doit imiter Ubisoft, et mettre en pause Call of Duty
Le premier TitanFall a énormément inspiré les FPS grand public récents. CoD compris.

Aujourd’hui, ils sont nombreux, les fans de Call of Duty, qui critiquent le virage pris par la série en 2014. Pourtant, alors qu’elle était accusée (à raison) de ne pas se renouveler, c’est le risque qu’elle a pris. Sur la forme et dans de nombreux aspects, Advanced Warfare restait un Call of Duty, mais en allant puiser ses inspirations ailleurs (Crysis, TitanFall, Halo), la série tentait quelque chose. Et l’a plutôt bien réussi, grâce à la science-fiction. Un changement d’époque : voilà ce qui avait permis à la série de faire peau neuve, déjà en 2007. Infinity Ward avait abandonné la Seconde Guerre Mondiale, à la surprise générale, pour utiliser les conflits de l’après Guerre Froide, et du début du XXIème siècle. Ce qui avait permis l’introduction de nombreux accessoires et perks mettant en valeur ce gain de technologie. Pointeur laser, explosifs adhésifs et bombardement de précision apportaient une touche de fraîcheur à la série et l’ancraient dans notre réalité, pour le plus grand bonheur des joueurs, qui découvraient un jeu plus tactique.

Call of Duty 4 Modern Warfare a récemment eu droit à un remaster très soigné

Comme Modern Warfare en son temps, Infinite Warfare a su, en se délivrant des contraintes d’une époque lointaine, proposer quelque chose d’assez nouveau. Pour la série tout du moins. Alors une bonne fois pour toute, j'aimerais que l'on cesse de critiquer le virage pris par la série, et de le rendre responsable de tous les maux qui semblent affecter la série. Le problème n’est pas là. Il réside dans les racines de son gameplay et un besoin de surenchère imposé aux développeurs par le succès de Call of Duty 4 : Modern Warfare, de son succès et de celui de ses prédécesseurs.

Condamné à la surenchère

Édito : Activision doit imiter Ubisoft, et mettre en pause Call of Duty
La campagne de Modern Warfare était particulièrement réussie.

Revenons quelques années en arrière. En 2007, lorsque sort Call of Duty Modern Warfare, la série jouit alors d’une excellente réputation. Comme le soulignait justement Dinowan dans son test, certains gamers étaient peu emballés par le côté hyper scripté de sa campagne solo, à qui certains reprochaient d’être trop linéaire, la comparant même à un rail shooter. Et outre un moteur graphique vieillissant (tiens, déjà à l’époque), c’est à peu près tout ce que l’on reprochait à Modern Warfare. Ou même à la série, qui en débarquant en 2003 sur nos consoles avait su présenter le FPS sous un nouveau visage.

Mais c’est principalement du côté du multijoueur qu’il faut aller creuser, car c’est là que se trouve le cœur du problème. Si beaucoup de joueurs sont intéressés par les campagnes solo de la série, c’est principalement autour du multijoueur que les joueurs se regroupent ; c’est lui qui fait vivre la franchise. En 2007 donc, Infinity Ward change d’époque et s’attaque aux conflits modernes. Ainsi, ils ont ouvert d’eux-mêmes le champ des possibles et ont pu introduire dans le jeu de nombreuses armes, accessoires, et surtout perks qui ont diamétralement changé la physionomie des parties. Une voie qu’ont ensuite empruntée tous les épisodes de la série. Chaque année, il fallait faire mieux. Plus, en tout cas.

En ce sens, il est presque choquant, aujourd’hui, de comparer l’armurerie de Modern Warfare Remastered, et celle d’Infinite Warfare. Cela vous donne une bonne idée du chemin parcouru entre temps. Dans le jeu de 2007, on compte une grosse dizaine de pétoires, quelques skins d’armes, et une poignée d’accessoires. Et encore, chaque arme peut-être équipée d’un seul accessoire (par exemple, pour un fusil d’assaut : lance-grenade, viseur point rouge, silencieux, lunette fort grossissement). Dans Infinite Warfare, on peut équiper jusqu’à 6 accessoires à la même arme ! Cela dénote de l’évolution connue par la série au fil des ans, qui s’est vite attelé à une tâche particulièrement difficile : maintenir intact et le plus longtemps possible l’intérêt du joueur. Le scotcher à la manette.

L'armurerie d'Infinite Warfare est autrement plus vaste que celle de Modern Warfare. "Toujours plus", la logique du multijoueur depuis 2007.

Un gameplay addictif

Édito : Activision doit imiter Ubisoft, et mettre en pause Call of Duty
Chaque spécialiste peut être customisé, mais tous les items doivent être débloqués

À vrai dire, tout est fait pour que le joueur ressente constamment l’envie, le besoin, de jouer plus longtemps. C’est particulièrement vrai dans Infinite Warfare, mais on le vérifiait depuis déjà plusieurs années. Call of Duty propose des affrontements joueurs contre joueurs très intenses. Le temps de vie est plutôt court, le délai de respawn encore plus. Le joueur débutant se fera abattre toutes les 15, 20 secondes, sans jamais vraiment ressentir de frustration : contrairement à de nombreux FPS multijoueur, il n’aura pas à en payer les conséquences. La réapparition est instantanée et quel que soit son ratio en fin de partie, qu’il soit dans l’équipe gagnante ou perdante, il aura forcément rempli une jauge quelque part dans le jeu. Si Call of Duty s’est gonflé de contenu au fil des années, ce n’est pas pour rien : tout ce matériel de mort vient enrichir le leveling qui devient plus attractif pour le joueur. Les jauges de progression sont omniprésentes : pour débloquer tel ou tel camouflage, il faudra réussir 50 tirs à la tête. Ou 400 frags avec cette arme équipée de ce viseur, pour obtenir un nouveau réticule. Allez, avec quelques parties de plus, le rang 12 est atteint, ce qui débloquera une nouvelle arme. Et ce qu’il y a de mieux, dans toute cette histoire, c’est que souvent le joueur ne sait pas à quoi ressemble ce camouflage, ou ce réticule. Il ne sait même pas s’il sera plus performant avec ce nouveau fusil : l’expérience lui a déjà prouvé que l’efficacité est avant tout une question de feeling. Le jeu s’appuie sur ce doute pour entretenir l’intérêt du joueur qui finalement, n’en a jamais assez : « ‘’ce nouveau fusil a du potentiel, mais il serait peut-être plus efficace avec ce viseur, je ne l’ai pas encore donc il faut que je joue un peu plus’’ ». Ainsi de suite.

Super attaques, spécialistes, réticules de visée... Les raisons de poursuivre le jeu sont nombreuses.

En regardant Infinite Warfare, on ne peut qu’être pris de vertige en regardant la somme d’objets à débloquer, et le nombre de moyens pour cela. Les quatre unités d’intervention, qui se débloquent en fonction du rang du joueur, proposent à chaque match des défis, qui permettent d’acquérir de l’XP, mais aussi des clés permettant d’acheter des coffres qui contiennent du matériel. Les armes ont toutes, individuellement, une jauge à faire grimper, pour débloquer de nouveaux accessoires. Les actions en jeu permettent de débloquer camouflages et réticules, mais aussi des tenues pour chacun des cinq spécialistes. Il faudrait des centaines d’heures pour tout débloquer. Et notamment ces armes plus puissantes, qui se débloquent petit à petit. Dans le labo expérimental, comptez 200 écrous pour obtenir la version « standard » du NV4, dit NV4 exalté. 500 pour la version « Rare ». 2000 pour la version légendaire, et deux fois plus pour la version dite « Epique », qui vous l’imaginez permet de faire des choses incroyables en partie (une frappe nucléaire pour une série de 25 kills, dans le cas présent). Ces écrous sont particulièrement rares et s’obtiennent de manière aléatoire, la plupart du temps en montant les niveaux de l’unité d’intervention sélectionnée par le joueur. Autant dire qu’avant d’obtenir la première pétoire épique du labo d’expérimentation, il faudra plus d’une cinquantaine d’heures de jeu pour le gamer lambda. Et encore, il faudra compter sur la chance : avec ma grosse quarantaine d’heures de jeu sur mon compte Xbox personnel, il me faudra encore bien des heures avant d’obtenir la seule arme épique à ma portée. Sur les 4 000 écrous que l’on me réclame, je n’en ai que 525. Au total, le labo expérimental demande au joueur 139 000 de ces petites pièces métalliques pour tout débloquer. Le supplice de Sisyphe a été réinventé en Californie…

Mais ces armes épiques ne sont finalement qu’une récompense parmi tant d’autres, et si elles peuvent paraître lointaines, le joueur ne doit pas désespérer : les développeurs ont balisé son chemin et son temps de jeu avec de nombreuses récompenses plus faciles à obtenir. Le jeu vous fait des cadeaux sans arrêt, de diverses manières, indépendamment de vos performances sur le terrain.

Édito : Activision doit imiter Ubisoft, et mettre en pause Call of Duty
Les cartes de Call of Duty Infinite Warfare sont l'un des gros défauts du jeu. Mais elles ont été pensées dans un but bien précis.

C’est d’ailleurs sur le terrain qu’il est le plus doué pour vous faire miroiter un succès potentiel. La façon dont sont dessinées les cartes engendre beaucoup d’aléatoire, et il est ainsi très facile d’arriver dans le dos d’un ennemi, ou à côté de lui, sans qu’il ne prenne garde. Et donc de l’abattre. Si les joueurs expérimentés tirent quoi qu’il en soit leur épingle du jeu, n’importe quel joueur peut s’amuser dans Call of Duty, puisqu’au gré des spawns et d’un bon timing, il est toujours possible de faire quelques kills… Et surtout, espérer en faire plus lors de la prochaine partie. Pas besoin de beaucoup de skill pour cela : il suffit souvent d’être au bon endroit, au bon moment. J’ai d’ailleurs fait ce test il y a quelques jours, avec ma compagne. Gameuse avérée, les FPS lui sont toutefois étrangers ou presque, et elle n’avait jamais touché à un Call of Duty. Après quelques parties et le temps de comprendre les commandes, elle affichait rapidement un ratio kill/death loin d’être ridicule et se trouvait régulièrement dans des situations où elle avait l’ascendant sur ses adversaires. Mieux : le lendemain, en mon absence, elle lançait elle-même le jeu pour faire quelques parties. Preuve que la méthode fonctionne diablement bien, elle était devenue accro en seulement quelques parties.

C’est là la grande différence avec bon nombre de FPS compétitifs qui sont généralement sans pitié avec les débutants. Tandis que Call of Duty va les caresser dans le sens du poil, leur offrir régulièrement des récompenses et leur donner la sensation qu’ils peuvent peser sur chacune des parties… Et donc de s’amuser. Cela fonctionne sur les débutants mais aussi sur les habitués, qui à chaque nouveau jeu vont vouloir obtenir les nouvelles armes, les nouveaux réticules, les nouvelles perks, dans l’idée d’optimiser le plus vite possible leurs performances, et retrouver leur rang dans la hiérarchie des matamores virtuels. Parce que qu’on le veuille ou non, à niveau égal, deux joueurs seront toujours séparés par leur temps de jeu, l’avantage ayant à celui qui aura le plus joué et donc débloqué les meilleurs armes, les meilleurs accessoires, les meilleurs perks. Sauf que voilà : cela prend du temps. Beaucoup de temps.

« J’ai pas l’teeeemps »

Et c’est bien là le véritable problème de la série. Le temps. Un épisode de Call of Duty sort chaque année, ce qui veut dire que tous les 365 jours le joueur doit recommencer ce même manège. Jouer plus, pour gagner plus. Et même lorsque l’on achète peu de jeux vidéo, et que l’on ne joue qu’à trois ou quatre titre par an, cela laisse assez peu de temps pour débloquer un maximum d’objets, et en profiter réellement. Imaginez : vous avez joué une centaine d’heures dans le seul et unique but d’obtenir ce super fusil épique. Il vous a coûté 4000 écrous. Il est beau, il sent le sable chaud, et grâce à lui vous allez gagner de nombreuses parties. Vous rêvez déjà des killcams de fin de partie qui dévoileront au monde entier l’étendu de vos compétences de joueurs. Sauf que non : le mois prochain, le nouveau Call of Duty arrive. Et plus personne ne sera là pour admirer vos exploits. Alors, comme tous les autres… Vous abandonnez votre fusil flambant neuf, et migrerez sur le nouveau jeu. Où tout sera à refaire. Call of Duty gagnerait largement à espacer ses sorties. A laisser vivre chaque jeu deux années, sinon trois. À les faire vivre autrement que par un système de grinding bêtement chronophage, qui impose aux joueurs impliqués une approche tayloriste du jeu où le rendement finit par l’emporter sur le fun. Bien entendu, Call of Duty est et restera à tout jamais un FPS grand public. Mais c’est précisément pour cela qu’il ne peut pas espérer demander chaque année, de tous les joueurs, une attention totale et exclusive… et qu’ils ne se lassent pas. En guise de mot de la fin, j’aimerais citer Léodagan de Carmélide, incarné par Lionnel Astier dans la série Kaamelott, qui déclarait avec beaucoup d’élégance dans le Livre III : « J’adore les fraises, bah si j’bouffe trois bassines de fraises en une heure, ah bah j’choppe la chiasse, j’suis comme tout l’monde ».

Édito : Activision doit imiter Ubisoft, et mettre en pause Call of Duty
Profil de Epyon,  Jeuxvideo.com
PC PlayStation 4 Xbox One PlayStation 3 Xbox 360 Action FPS Activision Infinity Ward Sledgehammer Games Contemporain
Commander Call of Duty Infinite Warfare : Legacy Edition
ONE
49.67 €
Toutes les offres

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
renard38
renard38
MP
04 jan., 21:49

un jeux pour kevin de 12 ans,incapable d'assurer une manche dans le PVP de destiny....lolesque cette commauntée de kikoo

Lire la suite...
soraw
soraw
MP
26 déc. 2016, 23:38

Je suis très bien sur Titanfall 2 depuis. Adieu COD.

Lire la suite...
manticore666
manticore666
MP
24 déc. 2016, 15:10

Ron Perlman le Gérard Depardieu Américain :gni:

Lire la suite...
MarshallBM3
MarshallBM3
MP
16 déc. 2016, 20:33

Tout est dit.
De toutes manières les devs ne peuvent pas aller de plus en plus loin dans le futur à chaque fois, il y a une limite à ce potentiel. L'intéret de ce truc est, comme dit dans l'article, de ne pas se limiter à ce qu'il se fait actuellement au niveau militaire.
Ça vaut le coup, mais est-ce que ça vaut le coût ?
Parce que finalement, ils pourraient très bien inventer une réalité alternative (de nos jours voire même dans le passé), plutôt que de se projeter aussi loin pour permettre aux joueurs d'avoir un gros shot de dopamine à chaque partie.
Les joueurs ne sont bons qu'à acheter certes mais est-ce que le joueur lambda ne connaissant pas de noms tels que celui d'Elon Musk, ou encore l'hypothèse de la singularité technologique, en a quelque chose à foutre de palper une vision futuriste hypothétique de l'humanité à travers cette série ? On joue pas à Call of pour ça mais pour de l'action, des xp et des killstreaks. Si c'est pas ça, faudra m'expliquer pourquoi cette série se vend toujours de ouf :rire:
Mais si on s'éloigne un peu de Call of pour parler plutôt de sa place au sein du monde des jeux video ou même de la société dans son ensemble, qu'est-ce qu'on obtient ?

Le jeu vous fait des cadeaux sans arrêt, de diverses manières, indépendamment de vos performances sur le terrain.

Le fait d'aller de plus en loin dans le futur c'est quand même pas vraiment une idée surprenante tellement elle est linéaire et simplette. Puis pour ce qui est des récompenses à gogo, truc qu'on avait pas dans CoD 4 par exemple, ça devient un grand classique dans tout et n'importe quoi et ça révèle quelque chose de pas bon du tout : l'illusion de la connaissance. Si certaines personnes sont arrivées jusqu'ici, libre à elles de méditer là-dessus 2 secondes.

Que ses oeufs soient en or ou pas, une poule ne peut pas pondre à l'infini...enfin j'espère !

Lire la suite...
PoijarusV2
PoijarusV2
MP
03 déc. 2016, 15:26

Cet article à tous juste, SAUF qu'il faut faire du chiffre.
Et vendre un "kalof" tous les deux ans, c'est diviser ce chiffre par deux.
Je pense surtout qu'ils devraient revenir sur des CoD à l'ancienne avec moins de défis, de complexité et moins de personnalisation pour les armes. Et surtout mettre un environnement de jeu connu des joueurs comme les SEALS vs les spetsnaz, les nazis vs l'US army et des m4, ak47, thompson plutôt que N3K et des NV4.
Et dans le cas ou les sorties devaient être plus espacées, il faudrait plutôt introduire un gros dlc à 40/45€ commun à tous plutôt qu'une multitude de DLC éparpillés ou même un système de marché, d'inventaire et de skins comme sur CSGO pour tenir en halène les joueurs les plus avides de contenu.

Lire la suite...
Commentaire édité 03 déc. 2016, 15:27 par PoijarusV2
Xxxx000xxxX
Xxxx000xxxX
MP
01 déc. 2016, 08:59

Sa sort tous les ans ses du n'importe quoi jeux sous développer
Il ses passée quelque année entre bf4 et bf1 ses sa qui fait la diff.

Lire la suite...
Sacrilege83
Sacrilege83
MP
30 nov. 2016, 04:18

Il faut surtout qu'ils arrêtent de s'égarer parce que bon, CoD c'était sympa mais avant. Il faut qu'ils arrêtent avec le futur et l'espace.

Lire la suite...
cptstryd3r
cptstryd3r
MP
28 nov. 2016, 01:32

L'accessibilité d'un COD l'emporte sur la technicité et la profondeur d'un BF (pour ne citer que ces 2 licences), ce qui pour moi fait une partie de leur succès respectif.

J'ai moi même jouer à quelques COD : les anciens sur la seconde guerre mondiale avec des campagnes solo très dynamique (en tout cas j'en garde de bons souvenirs), et des plus récent tel que MW, BO, et dernièrement BO3 et ça a été plaisant un petit moment. Personnalisé son apparence et ses armes est sympathique, mais ça a trop pris le pas sur la profondeur du jeu. A quoi sert un "camouflage" jaune poussin ou orange vif sachant qu'on peine à le distinguer tellement les kills (et les morts) se font vite ?! Cela reste une question de goût et il n'y a pas de règle pour ça, mais je trouve que trop de choix tue le choix, et surtout, l'intérêt de l’acquérir est-il réel ? Car mise à part enchainer les parties comme on le fait habituellement, cela n'apporte pas grand chose de neuf à l'expérience de jeu...
Quand je suis passé sur BF, j'ai été agréablement surpris, déjà par la beauté graphique (PC), puis par la profondeur de son teamplay qui fait une grande différence quand à la réussite d'un match ou son échec. A mes débuts sur BF, notamment BC2, je courrais partout pour tester les véhicules, ou arriver sur le front le plus vite possible pour finalement me faire dézinguer par une balle en pleine tête par un adversaire bien planqué et bien avancé sur le front que je n'avais pas vu. C'est autre chose que de se faire tuer 10 fois par le même type qui ne bouge pas d'un yota sur COD.
C'est une autre façon d'appréhender une partie multijoueur, et par conséquent pas le même genre de jeu même si se sont tous deux des FPS.
Jouer avec son escouade, maintenir un front, car il y une histoire de front dans un BF, d'organisation du champ de bataille en somme, pour permettre à ses équipiers ou inversement de prendre l'objectif qui fera pencher la balance en votre faveur, et non un respawn rapide qui mettra systématiquement l'ennemi que vous avez tué dans votre dos qui vous descendra à son tour, ce qui s'avère frustrant au possible.
Il n'y a pas de coté stratégique dans un COD, on tourne en rond en courant et sautant en espérant prendre de cours les ennemis qui vont respawn ou protéger un objectif pour enchainer les kills jusqu’à se faire prendre à notre tour sans avoir raiment compris comment et pourquoi. Ce qu'on ressent nettement moins dans un BF et ce de par les grandes maps que nous offres ce dernier, de par la sélection de son spawn sur certain mode, avec ou sans véhicules quand ceux ci son disponible, ou respawn directement sur un joueur qui a, selon votre analyse, une place intéressante sur le champ de bataille.
Il y a un réel apprentissage dans la découverte du jeu et de chaque match, qui peuvent durer plus ou moins longtemps en fonction de ce même travail d'équipe. Et la performance personnelle, illustrer par les 4 classes présentes, feront de vous ou non un élément plus ou moins décisifs malgré le nombre de joueur sur le match et de votre utilité au sein de votre équipe. Ce n'est pas qu'une question de skill, mais aussi de réflexion.
La personnalisation de l'équipement n'est pas que visuel et ne vous apporte pas un net avantage comme une lunette à vision thermique utilisé en campant dans un coin de map. Un viseur x3,4 n'est pas un viseur x4, ni un viseur point rouge. Certains seront plus attiré par un sniper malgré son temps de rechargement, pour bien se planquer au pied de son arbre ou en haut de sa montagne, alors que d'autre privilégieront la rapidité et la proximité d'un pompe ou autre fusil d'assault, et qui pourront déloger le dit sniper en le prenant à revers.
Je pense qu'un BF peut s'accorder à la façon de jouer de tout un chacun, beaucoup plus en profondeur qu'un COD qui au final n'avantage que celui qui a le plus d'heures de jeu. Ce qui résume votre réussite à la date d'achat à laquelle vous avez acheté le jeu.

Après les goûts et les couleurs ne se discutent pas, mais la connaissance de chacun des jeux peut peut être amené certain joueur à remettre en question leur franchise préférée, en fonction de votre façon d’appréhender un jeu multijoueur, car c'est réellement dans ses modes de jeu et non les solos, que s'exprime le plein potentiel de ces jeux (à mon humble avis...).

Lire la suite...
GroovyBrother
GroovyBrother
MP
27 nov. 2016, 01:17

Finalement cet article rentre un peu à sa façon dans la même veine que tous les commentaires de mépris des anti-COD : comme la franchise fonctionne et ne présente pas de problème, on lui crée un faux problème.
Je te cite : "Mais c’est précisément pour cela qu’il ne peut pas espérer demander chaque année, de tous les joueurs, une attention totale et exclusive… et qu’ils ne se lassent pas"...
Bah si Epyon, le fait est que les joueurs ne semblent justement PAS se lasser. Ce qui explique le succès de la franchise.

Conclure l'article en reprochant à COD d'être chronophage.. c'est pas un peu le cas de tous les jeux vidéo ?
Espacer les sorties de plusieurs années ? Ce serait une perte d'argent colossale, étant donné qu'il y a un socle solide d'adeptes qui ne demandent qu'à trouver leur COD au pied du sapin.

Bref, débat sans grand intérêt. Il existe bien d'autres FPS que COD qui mériteraient qu'on leur dédit un article. Au hasard : Tribes Ascend par exemple, vous connaissez ?

Lire la suite...
Titustetanium
Titustetanium
MP
26 nov. 2016, 13:16

JVC qui insiste sur les ventes de cod :rire: QUALITÉ SUR QUANTITÉ GAMIN :fou:
call of duty c'est du réchauffé depuis un moment et dire que bf ça innove un peu, les gens achètent cod parc qu'il ya cod écrit dessus même si c'était "cod camping 12 years old simulator "
Il est bien de ne pas suivre une vague haine sans raisons mais aussi bien d'admettre quand les développeurs on merdés.

J'était fan de cod depuis MW jusqu’à Black ops mais avec le temps et la communauté qui pourrissait :nonnon: au fur et a mesure, MW3 fut le départ de plus entre temps jai découvert BF avec Bad company 2 )
Et chaque année on regardaient call of se réchauffé au micro onde de plus en plus
Tandis que sur BF c'était du plaisir et de l'action et une communauté majoritairement géniale sans pour autant parler de youtubeurs BF excellent ( doom49 ou battlefield friends pour citer 1 ou 2 exemples ). :ok:
Ok Infinite warfare peut être une bonne surprise sur certain points mais pour faire simple:
C'est un Call of Duty ( donc déjà avec les défaut habituelle : communauté pourrie, armes mal équilibrées etc ) en plus on a une preuve réel que les développeurs se fouttent de la gueules des fans ( boots on ground NOPE et remaster de MW seulement en achetant IW avec ) Donc peut etre qu'il cherche une nouvelle génération de fans ( jean kevin ) mais ils perdront leurs fan originel
HONTE A VOUS COD ET JVC

Lire la suite...
Top commentaires
soultime961
soultime961
MP
21 nov. 2016, 10:40

Faudrait déjà arrêter de surnoter ces jeux ......

Lire la suite...
Jaeun14
Jaeun14
MP
21 nov. 2016, 10:10

Je crois pas qu'une pause soit vraiment nécessaire car c'est plusieurs studios qui font chaque opus, le réel soucis c'est le manque de diversité!

Sur un COD au bout de 6 mois on attend le prochain car on a besoin de renouveau et le soucis c'est que entre AW, BO3 et IW, au final ce sont 3 jeux assez similaire, certains meilleurs que d'autres et du coup ça marche moins bien.

Après j'avoue qu'on s'habitue très vite aux coté fast et que quand je retourne sur MWR par exemple ben j'appuie par reflex pour aller plus vite mais non.. lol

Sinon un des gros soucis c'est la communauté, les mec campent partout, surtout sur MWR mais aussi sur les 'plus moderne' donc au final voila je ne crois pas que mettre en pause soit la seul solution, déjà nous faire différentes ambiances et variétés de gameplay entre chaque opus avec une année moderne, une old school.. ce serait une bonne chose.

Lire la suite...
Commentaire édité 21 nov. 2016, 10:11 par Jaeun14
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (1)
  • News (1)
  • Vidéos
  • Images (24)
  • Wiki / ETAJV
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (30)
  • News (101)
  • Vidéos (65)
  • Images (986)
  • Soundtrack
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (1)
  • Forum
  • Boutique
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (22)
  • News (129)
  • Vidéos (86)
  • Images (1316)
  • Soundtrack
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (5)
  • Forum
  • Boutique
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • The Legend of Zelda : Breath of the Wild
    WIIU - SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil VII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Mass Effect Andromeda
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • For Honor
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Ghost Recon Wildlands
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce